Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BIENVEILLANCE.

2 Mars 2014, 14:59pm

Publié par pam

PEMA CHÖDRÖN. “LES BASTIONS DE LA PEUR”.

LA BIENVEILLANCE.

“La paix entre les nations doit reposer sur la base solide qu’est l’amour entre les individus.” Gandhi.

Nos efforts personnels pour vivre de façon humaine dans ce monde ne sont jamais perdus, choisir de cultiver l’amour plutôt que la colère est peut être ce qu’il faut pour sauver la planète de l’extinction. On dit que la racine de l’agressivité et de la souffrance est l’ignorance. Retranchés dans la vision étroite de nos petites affaires, c’est notre parenté avec les autres que nous ignorons, notre interdépendance. C’est à nous que nous nuisons quand nous nuisons aux autres. À force de pratiquer la bienveillance, on apprend d’abord à être honnête et compatissant envers soi et à s’aimer. Au lieu de se dénigrer, on se met à cultiver une bienveillance éclairée. Peu importe comment on se sent, on peut aspirer à être heureux. Première étape pour développer la bienveillance, voir quand on érige des barrières entre soi et les autres, et faire cette prise de conscience avec compassion. Si on ne comprend pas qu’on durcit son cœur, on ne peut dissoudre l’armure et la bienveillance est entravée. On fait obstacle à sa capacité innée d’aimer sans ordre du jour. Que nos relations soient sincères ou bloquées, elles sont autant d’aides pour découvrir notre capacité à aimer.

On peut avoir besoin de formuler en ses propres mots l’aspiration au bonheur : aspiration à ce que soi et les autres réalisent au maximum leur potentiel, aspirer à ce que nous apprenions tous à parler, penser, agir de manière à augmenter le bien-être fondamental, aspiration à ce que tous les êtres commencent à avoir confiance ne leur bonté primordiale...

On peut faire une liste des êtres sensibles qui nous font éprouver bienveillance, gratitude, reconnaissance, tendresse et partir d’eux pour étendre notre pratique. Il est important de s’inclure soi-même. Il est essentiel d’entrer en contact avec une honnête bonne volonté et de l’encourager à s’étendre. Localiser cette capacité à ressentir de la bienveillance et de l’entretenir. Cette pratique consiste à arroser la graine de la bonne volonté pour qu’elle grandisse. Ainsi on se familiarise avec les obstacles : torpeur, inadaptation, scepticisme, ressentiment, indignation du bien-pensant, orgueil... On apprivoise ses peurs, sa cupidité, son aversion. Si on ne prête pas attention à ses propres démons, on n’a aucune possibilité de bienveillance inconditionnelle. Sinon tout ce qu’on rencontre devient une occasion de pratiquer la bienveillance.

BIENVEILLANCE.
Commenter cet article