Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

écologie, la desespérance...

22 Mars 2014, 08:22am

Publié par pam

« Le septième continent » : 3,43 millions de km2 de déchets flottent au large du Pacifique

par CHARLES le 26 NOVEMBRE 2013

On connait leur existence depuis près de 15 ans. Les gyres de déchets sont des témoins de nos excès : dans le Pacifique, 3,43 millions de km2 d’amas de petits morceaux de plastique (dont la profondeur peut par endroit aller jusqu’à 30 mètres) polluent les eaux. En raccourcissant l’échelle, on y trouve près 750 000 déchets par km2, dont 5 kg de plastique pour seulement 1kg de plancton.

ET AUSSI : « Palmarès » des fleuves les plus pollués du monde

Des chiffres, rapportés par « l’expédition 7e continent », qui donnent le tournis et un constat qui a profondément marqué Patrick Deixonne, à l’initiative de la mission. Navigateur, Patrick Deixonne rencontre un des 5 gyres de déchets pendant une tentative de traversée de l’Atlantique à la rame : « on a par exemple croisé des par-chocs de voiture au milieu de l’océan », rapporte-t-il désabusé.

Patrick Deixonne est aujourd’hui le chef de mission de « l’expédition 7e continent », opération qui a pu voir le jour grâce au partenariat entre le CNES, la Nasa et la NOAA et qui vise à « rapporter un témoignage […] de cette nouvelle catastrophe écologique […] directement liée au comportement de l’homme. »

Si ce n’est pas à proprement parler une mission scientifique, l’opération aura tout de même pour objectif de mieux comprendre ces gyres : « en collaboration avec des laboratoires de recherche, nous allons tirer profit de notre déplacement pour collecter des données et faire des prélèvements qui permettront d’améliorer la connaissance du phénomène », lit-on sur le site officiel du projet.

A LIRE ÉGALEMENT : Comment l’Afrique lutte contre les sacs en plastique

Mais comment se forment les plaques de déchets ? Sous l’effet des gyres océaniques, les déchets des quatre coins du monde s’accumulent en 5 principaux endroits du globe, dont la spectaculaire « Grande plaque de déchets du Pacifique ». « À l’image d’un puissant siphon marin, le vortex attirerait vers lui tous les résidus de notre société », vulgarise le site notre-planete.info. Avec des conséquences désastreuses pour les écosystèmes présents : « dans cette zone la plupart des morceaux de plastique sont très petits. [...] En fait ils ont la même taille que le plancton dont se nourrissent les poissons. »

Alors quels sont leurs impacts ? Des effets sur les espèces présentes dans ces eaux, mais pas seulement : le plastique agit comme une éponge, fixant de nombreuses toxines dont des polluants organiques persistants (POP), connus pour leur nocivité et leur volatilité. « Ainsi, Bisphénol A, phtalates, DDT et PCBse retrouvent dans ces morceaux de plastique à des concentrations jusqu’à 1 million de fois supérieures aux normales », continue-t-on de lire sur notre-planete.info.

LIRE AUSSI : Top 10 des pays écolos : un podium presque 100% européen

Un triste constat qui en appelle un autre, plus dérangeant encore :« le nettoyage de cet océan de déchets semble insurmontable, la superficie à couvrir est trop importante et les coûts seraient colossaux. SelonMarcus Eriksen, directeur de recherche et d’éducation à la Algalita Marine Research Foundation : il n’y a rien que nous puissions faire maintenant, à l’exception de ne pas faire plus de mal », rapporte notre-planete.info.

Pour en savoir plus :

La vidéo du CNED, Cap vers les 7e continent : http://www.dailymotion.com/video/x10e3ju_cap-vers-le-7e-continent_tech#.Ubsnd4X_OHk
Le site de l’expédition 7e continent : http://www.septiemecontinent.com/#!page3/cee5
Pour approfondir, l’émission de France Inter, La Tête au Carré, Plastiques : danger sur les océans : http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-plastiques-danger-sur-les-oceans

écologie, la desespérance...
écologie, la desespérance...
écologie, la desespérance...

Ce qui est bien avec ces "continents de plastiques" c'est que c'est loin, on ne voit pas, on peut oublier qu'ils existent..... et continuer à faire n'importe quoi.... mais plus près de vous, vos plages polluées, salies après le passage des tempêtes hivernales... qui obligent les communes à nettoyer (enfin, à cacher la misère), à rapporter par camions entiers du beau sable pour que vous puissiez l'imbiber de crème solaire cet été... c'est rien, j'ai rien dit, continuez de vivre en consommant, faites comme si vos actes insignifiants à l'échelle de la planète et des océans ne portaient aucunement à conséquence, continuez de penser que les problèmes n'arriveront pas de votre vivant, ni de celui de vos enfants ou petits-enfants, mais si vous sentez une petite gène, je vous en prie retournez-vous et ouvrez les yeux et changez : de mode de consommation, de façon de vivre, d'être, de partager et d'être heureux sans porter atteinte à votre environnement.

Mais peut être n'êtes vous pas gênés d'avoir comme choix manger des poissons au ventre plein de déchets toxiques ou des poissons d'élevage plein d'antibiotiques et de farines animales.... moi je n'en mange plus, dommage j'aimais bien le poisson comme disait Bobby Lapointe.

écologie, la desespérance...
Commenter cet article