Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

écologie et pédagogie...

25 Avril 2014, 06:42am

Publié par pam

Vous avez du mal à comprendre les problèmes énergétiques et écologiques de la planète ? Vous pensez que le gaz de schiste est une solution ? Vous croyez encore qu'il faut la croissance à tous prix ? prenez 1/2 heure de votre précieux temps vous allez comprendre.....

... alors vous pensez toujours que les écolos sont de doux rêveurs, qui n'ont guère les pieds sur terre ? Que les décroissants sont une poignée de doux dingues ?

Si nous ne changeons pas nos habitudes très vite, chacun à la mesure de nos possibilités, il faudra bientôt le faire tous, contraints et forcés, ce sera dur, violent, compliqué et anxiogène. Et ça entrainera des guerres, encore plus d'inégalités et d'injustices, la mort de milliers peut être millions ou milliards de défavorisés, de faibles, de vieux, de malades, d'enfants sur toute la planète. Et que restera t'il de cette planète ? sera t'elle encore habitable pour ceux qui resteront ?

Si nous faisons le choix du changement, de la décroissance, volontairement, chacun à son rythme, mais en commençant tout de suite, nous pourrons nous adapter tranquillement à un autre mode de vie, peut être plus lent, mais pas moins intéressant !

Si on regarde autour de nous, qui sont parmi nos connaissances ceux qui semblent le plus heureux ? et par qui sont écrits les meilleurs livres sur le bonheur ? de qui nous viennent les plus beaux témoignages de vie, d'humanité ?

J'ai eu la grande chance de devoir changer de vie (handicap, impossibilité de travailler, baisse dramatique des revenus...etc) et je suis arrivée à la décroissance petit à petit, jour après jour, et chaque renoncement m'apportait toujours plus de bonheur. Bonheur de vivre, de trouver des combines, de me débrouiller avec ce que j'avais, de bricoler et jardiner, de limiter progressivement mes besoins et mes envies, de partager. Je crois que si on m'avait tout enlevé d'un coup je me serais révoltée, c'est pourquoi je parle de chance. La décroissance est devenue pour moi une philosophie et même si je craque encore occasionnellement sur des friandises chimiques, un bon moment devant la télé, une pointe de vitesse en voiture (...) ou un achat compulsif de temps en temps, j'en ressens toujours la futilité, et ce n'est pas ce qui me caractérise.

Une autre vie est possible dans le respect de nous-même, des autres, de l'humanité toute entière et de la planète, encore faut-il se mettre rapidement au boulot. Sinon que dirons-nous à nos enfants quand ils nous demanderont où l'on était, ce que l'on a fait.

Commenter cet article