Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

céphalées, migraines et pire...

30 Août 2014, 07:03am

Publié par pam

CÉPHALÉE : mal de tête d’origines diverses.

Trois causes : psychologiques (disparaissent avec le sommeil, quelquefois céphalées de tension musculaire dues à des contractures de la nuque et du cou ou suite d’un choc post-traumatique), vasculaires (migraine, algie vasculaire de la face,...) ou locales (origine cervicale, liées à l’arthrose ou à un dérangement vertébral, origine ophtalmiques, troubles de l’accomodation, glaucome, problèmes O.R.L., otite ou sinusite, douleurs dentaires).

Ostéopathie.

Phytothérapie : Reine des prés. Saule blanc.

Manganèse, Soufre.

Céphalées dues à des troubles gastriques : prendre un laxatif. Si c’est le foie, jus de radis noir ou d’artichaut font des miracles.

Homéopathie : Aconitum napellus, Belladona, Bryonia alba, GlonoÏnum, Melilotus.

Traitements externes : compresses d’eau chaude sur le crâne et/ou frictions des tempes à l’huile de fleurs de marjolaine.

Inhalations de menthe, sauge, romarin, laurier dans du vin chaud, à raison d’une poignée de chaque par litre, soulagent bien des céphalées.

céphalées, migraines et pire...

MIGRAINE : souvent invalidante, mal diagnostiquée, mal traitée. La douleur est soit unilatérale, soit battante (pulsatille), soit survient par crises entre lesquelles ne persiste aucun symptôme, soit accompagnée de signes digestifs, neurologiques ou ophtalmiques. Antécédents familiaux. Migraines hépatiques, digestives, liées à l’hypertension, troubles oculaires, fatigue, troubles neurologiques...

Facteurs de déclenchement : stress, surmenage, consommation d’alcool ou de certains aliments, saut d’un repas, hyper sollicitation sensorielle, activité physique intense, passage rapide du chaud au froid... cycles menstruels, problèmes hormonaux.

La vasodilatation de la seconde phase de la migraine, à l’origine des douleurs, est la conséquence d’un désordre au niveau des terminaisons nerveuses, et pas la cause de la crise. La D.H.E. est le médicament le plus prescrit.

Les enfants peuvent en être victimes.

Homéopathie : voir Rafal, “Combattre la douleur”. Ostéopathie.

Phytothérapie : grande camomille, millepertuis, tilleul. Cobalt.

On peut se masser les tempes avec un mélange de : 10 ml huile de noisette + 5 ml d’H.E. de menthe piperita + 5 ml d’H.E. de Lavandula.

céphalées, migraines et pire...

CERVEAU : 2 g par jour en moyenne d’oméga 3. Le cerveau est très riche en graisses, ses cellules sont constituées en grande partie des acides gras que nous avalons. Pour conserver une souplesse nécessaire à son bon fonctionnement, il faut lui fournir des oméga 3 qui jouent divers rôles fondamentaux dans son développement et sa “maintenance”. On perd moins la mémoire, on souffre moins de démences ou de maladie d’Alzheimer. Et, en cas de maladie avérée, la supplémentation en oméga 3 améliore de manière flagrante la qualité de vie.: meilleure circulation sanguine, donc nutrition des neurones optimisée, réduction des inflammations dans le cerveau, régénération des cellules nerveuses. Pour un cerveau en bonne santé, le cœur doit être en bonne santé (lui aussi a besoin des oméga 3). Éviter les toxines. Le Ginkgo biloba est extraordinaire pour améliorer la circulation cérébrale (extraits de 60 mg 2 fois par jour). Les personnes âgées sont presque toutes déficitaires en diverses vitamines (notamment B). Une supplémentation en vit B et oméga 3 peut rétablir l’équilibre perdu.

On peut améliorer la circulation cérébrale avec le ginkgo et la petite pervenche, la silice et la prêle.

Plantes de la circulation cérébrale : ginkgo et petite pervenche.

MÉMOIRE DÉFAILLANTE : infusion de sauge.

La nutrition influence la capacité d’un enfant à apprendre.

voir “ La Mémoire” de Jean CAMBIER. Idées reçues. Éditions Le Cavalier Bleu.

MALADIE D’ALZHEIMER : 900 000 personnes en France. 2/3 des cas ne seraient pas diagnostiqués. Troubles de la mémoire, manifestations psycho-comportementales (changement de personnalité, absences, fugues...). L’acétylcholine est un des principaux neurotransmetteurs de l’organisme et du cerveau, impliquée dans de nombreuses fonctions mentales et nerveuses. Les malades présentent un taux très bas. Il faut complémenter préventivement. Quand l’alimentation est pauvre en acides gras essentiels (huiles de poissons gras, de colza, lin, noix, soja...) les neurones (cellules du cerveau) comblent ce manque en attaquant leurs propres membranes riches en graisses, ce qui déclenche et entretient le phénomène de destruction nerveuse : le cerveau imprime mal. Carences en vit B donc supplémenter (1, 3, 5, 6, et surtout B9 et B12). Surveiller les taux de vit C, A et E souvent très bas. Augmenter le zinc, le sélénium. Prendre du ginkgo biloba. Attention à l’aluminium très dangereux et toxique pour le cerveau.

céphalées, migraines et pire...

Commenter cet article