Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Métamorphose du monde

7 Décembre 2014, 16:36pm

Publié par pam

Si vous voulez vous faire un cadeau... et que vous avez une bonne heure devant vous, offrez-vous la lecture de "la métamorphose du monde" d'Edgar Morin, Pierre Gonod & Paskua. Je ne vous fais pas un copié-collé, allez voir :

http://metamorphosedumonde.wordpress.com/

Métamorphose du monde

Vous pouvez aussi lire un bel article sur Terra eco :

http://www.terraeco.net/Edgar-Morin-Il-n-y-a-pas-de,56141.html

Il n'y a pas de solution, mais il y a une voie.

extraits :

Où sont les penseurs, les enseignants, les médias, les politiques ?

Vous savez, les responsables sont irresponsables. Il y a eu une usure totale de la pensée politique. A gauche, notamment. A droite, il n’y avait pas réellement de besoin. Il leur suffisait d’administrer les choses telles qu’elles sont. Mais, pour tous ceux qui se proposaient d’améliorer ne serait-ce qu’un peu le monde, il y avait besoin d’une pensée. Tout cela s’est vidé. Et non seulement cela s’est vidé, mais ce vide s’est rempli avec de l’économie, qui n’est pas n’importe laquelle. C’est une doctrine néolibérale qui s’est prétendue science au moment où les perroquets répétaient que les idéologies étaient mortes parce que le communisme était mort ! Cette nouvelle idéologie portait l’idée que le marché est solution et salut pour tous problèmes humains. Et ces politiques y ont cru. Jusqu’à aujourd’hui où ils rêvent de la croissance… Ils n’ont même pas l’intelligence d’imaginer ce qui peut croître et ce qui peut décroître en essayant ensuite de combiner les deux.

Comment notre civilisation peut-elle se réveiller et aller de l’avant ?

Comme souvent dans l’histoire, les forces de changement sont marginales, périphériques et déviantes. Nous les voyons dans le monde et en France. Je pense au courant convivialiste, par exemple. Ce courant prône que les gens doivent bien vivre les uns avec les autres. On le retrouve partout où l’on peut noter un réveil de la vitalité créative, comme dans l’agroécologie et ses différents rameaux : l’agriculture raisonnée, le retour de l’agriculture fermière avec l’apport de la science, le bio. Dans le courant de l’économie sociale et solidaire, avec une revitalisation des coopératives et des mutuelles. Dans l’économie circulaire, où les énergies classiques sont renouvelées avec de l’énergie propre. Dans les villes qu’il faut entièrement dépolluer et déstresser, les campagnes qu’il faut révolutionner pour les faire revenir à une échelle humaine et biologique. Une formidable révolution est en marche, mais elle se manifeste par des éléments très dispersés : des petits bouts d’écoquartiers ici, des fermes des Amanins par là (centre d’agroécologie créé par Pierre Rabhi dans la Drôme, ndlr)

... La force qui m’anime vient d’une certitude. Je sens présente en moi l’humanité dont je fais partie. Non seulement je suis une petite partie dans le tout, mais le tout est à l’intérieur de moi-même. C’est peut-être cela qui me donne l’énergie de continuer sur la voie qui est la mienne. Et à un moment donné, sans que vous ne sachiez pourquoi, c’est comme une catalyse, quelque chose se passe, se transforme, bascule… C’est cela, l’espoir.

Où sont les penseurs, les enseignants, les médias, les politiques ?

Comment notre civilisation peut-elle se réveiller et aller de l’avant ?

Où sont les penseurs, les enseignants, les médias, les politiques ?

Comment notre civilisation peut-elle se réveiller et aller de l’avant ?

Où sont les penseurs, les enseignants, les médias, les politiques ?

Comment notre civilisation peut-elle se réveiller et aller de l’avant ?

Commenter cet article