Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Océan mer.

5 Mars 2015, 08:09am

Publié par pam

“Mais guérir est un mot trop petit pour ce qui se passe ici. Et trop simple. C’est un endroit, ici, où tu prends congé de toi-même. Ce que tu es se détache doucement de toi, peu à peu. Et à chaque pas, tu le laisses derrière toi, sur ce rivage qui ne connaît pas le temps et ne vit qu’un seul jour, toujours le même. Le présent disparaît et tu deviens mémoire. Tu te défais de tout, tes peurs, tes sentiments, tes désirs : tu les conserves, comme des habits qu’on ne met plus, dans l’armoire d’une sagesse que tu ne connaissais pas, et d’une tranquillité que tu n’espérais pas. Est-ce que tu peux comprendre ? Est-ce que tu peux comprendre combien tout cela est beau ? Crois-moi, ce n’est pas une autre manière, juste un peu plus légère, de mourir. Je ne me suis jamais sentie plus vivante qu’aujourd’hui. Mais c’est différent. Ce que je suis, désormais, est advenu : et cela vit en moi, ici, maintenant, comme un pas dans une trace, comme un son dans un écho, et comme une énigme dans sa réponse. Cela ne meurt pas, non. Cela glisse de l’autre côté de la vie. Si légèrement que c’est comme une danse.

C’est une manière de tout perdre, pour tout trouver. Si tu peux comprendre tout cela, tu me croiras aussi quand je te dirai qu’il m’est impossible de penser à l’avenir. L’avenir est une idée qui s’est détachée de moi. Cela n’a pas d’importance. Cela ne signifie plus rien. Je n’ai plus d’yeux pour le voir... Mon avenir est déjà tout entier ici et maintenant. Mon avenir sera la quiétude d’un monde immobile, qui collectionnera des instants à poser les uns sur les autres, comme s’ils étaient un seul et unique instant. D’aujourd’hui jusqu’à ma mort, il y aura cet instant, rien d’autre.

Je ne te suivrai pas André. Je ne reconstruirai aucune vie, parce que je viens d’apprendre à être la demeure de celle qui fut la mienne. Je ne veux pas autre chose.”

Alessandro Baricco in “Océan mer”.

Océan mer.

Commenter cet article