Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Accidents

30 Avril 2015, 06:03am

Publié par pam

UN BEAU JOUR, votre vie bascule. Ce peut être dû à un accident ou à un simple incident. Ce peut être un deuil, une séparation, un licenciement, un incendie, une sortie de route ou un choc. Ce dont je veux vous parler se caractérise par la brusquerie. Plus tard en y pensant, vous êtes incapable de vous souvenir de votre vie d’avant, la minute juste avant, quand tout vous paraissait “normal”. La seule certitude, c’est que vous savez que rien ne sera plus jamais pareil.

Mais pareil à quoi ? C’est ça la vie, dans sa quintessence. Rien n’est jamais acquis, la mort peut arriver dans la seconde qui suit, l’accident ou l’incident aussi.

Je ne parle pas ici de guerre ou de catastrophe naturelle. C’est brusque et terrible aussi, mais la grande différence c’est que vos proches, vos voisins, vos concitoyens, vivent la même galère que vous. Et cela fait toute la différence : vous partagez votre douleur, votre peine, vos problèmes, les autres vivent la même chose que vous, vous pouvez échanger, vous comprendre, PARTAGER. La norme certes a basculé mais vous êtes toujours dans la norme. Dans un camp de réfugiés, suite à un conflit ou à un drame de la nature, le malheur est grand mais il est pour tous. Cela allège la peine, car votre malheur est compris puisque partagé par les autres. Vous êtes vous-mêmes dans un autre univers.

Lors d’un accident, si votre vie bascule, elle continue égale pour les autres, vos autres. D’une seconde à l’autre, vous vous retrouvez seul, différent, changé à jamais souvent, et la vie continue autour de vous comme la veille... sauf que vous n’en faites plus partie. Ou du moins la solitude dans l’épreuve, malgré votre connaissance de tout le malheur du monde, et du bonheur aussi, vous isole à la vitesse de l’éclair. Et la raison vous manque pour relativiser. La douleur physique ou psychique et souvent les deux ensemble se plaquent sur vous et vous emprisonnent. Il ne semble pas y avoir d’issue (cela viendra plus tard) vous n’envisagez aucune rémission. Vous êtes submergé, noyé dans l’horreur de la situation présente qui vous envahit.

Souvent, quand à tête reposée, vous arriverez à faire le point, vous trouverez peut-être les signes avant-coureurs de la catastrophe imminente. Des indices minuscules, des prémonitions, un vague mal-être incompréhensible qui vous envahissait, voire une prémonition ou des rêves pour les plus sensibles. La plupart du temps on ne sait pas lire ces signes, on ne les comprend que lorsque le pire est arrivé.

Et l'important, quoiqu'il arrive, quoiqu'il soit arrivé, c'est de reprendre sa vie, peut être pas toute sa vie d'avant, peut être une autre vie, mais reprendre confiance, envie, espoir aussi.

Accidents
Commenter cet article