Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

devenir végétarien...

6 Juin 2015, 06:37am

Publié par pam

Trouvé sur le site "Les moutons enragés" :

Comment devenir végétarien (ou presque) sans souffrir .......

Devenir végétarien n’est pas si simple. On a envie de sauter le pas, mais l’idée de changer nos habitudes gustatives et culinaires, d’être obligé de passer plus de temps à préparer les repas alors qu’on a déjà des journées très chargées peuvent être des freins psychologiques importants.

Autre question également : faut-il aussi supprimer l’achat d’objets d’origine animales (cuir, corne) qui sont forcément liés à l’élevage intensif ? Idéalement la réponse est oui. Si l’on choisit cette option, par quoi les remplacer : par des imitations en plastiques dont nous savons qu’ils contiennent pour la plupart des éléments toxiques ? Je n’ai pas trouvé de réponse (accessible financièrement) à ça.

En attendant,

Voici quelques idées, glanées par ci par là (et expérimentées) :

1)Ne pas s’enfermer dans un dogme. Le végétarisme n’est pas une religion, et ne pas agir brutalement : procéder par étapes. Lorsque l’on aime la viande, la supprimer totalement d’entrée, peut générer une frustration qui poussera à y retourner.. Commencez par une journée sans viande pour arriver à ne consommer de la viande qu’une fois par semaine, le week-end, par exemple, puis très occasionnellement. C’est déjà en grand pas. La suppression totale de viande viendra d’elle-même (ou pas…)

Si tout le monde faisait juste ça, cela obligerait peut-être les producteurs industriels à abandonner le créneau de l’élevage intensif en redonnant leur place aux petits éleveurs traditionnels, auxquels ont pourrait imposer des règles et des labels de qualité, contre un prix d’achat de leur production rentable.

La viande serait plus chère, mais qu’importe puisqu’on en aurait pas acheté de la semaine ? Pour le moment, on est très loin du compte (cf le témoignage vidéo d’un l’éleveur dans notre article « Qui veut la peau de nos agriculteurs »)

2) Faites le bilan des plats sans viande dont vous avez l’habitude et que vous aimez. Par exemple,pizzas, cakes ou quiches aux légumes (dont les recettes sont quasiment infinies), gratin dauphinois, de pâtes (pour le petit goût de fumé, il existe du toffu que vous pouvez utiliser à cet effet) pâtes ou riz assaisonnées à la tomate, aux champignons, au basilic, au curry et cucurma, purées de toutes sortes de légumes avec de la crème présentées en trio, (vite fait, roboratifs et pas chers), et même hamburger.. Des tas de légumes se cuisinent avec de nombreuses sauces et se gratinent.

3) Surfez ! Faites le tour des recettes végétales régionales ou exotiques (Les cuisines libanaise, chinoise sont avec la cuisine française et italienne les meilleures cuisines du monde) Faire un tour du côté de la cuisine indienne également.

4) Mangez des crudités, pleines de vitamines et de minéraux en faisant des salades composées pour les rendre plus attractives, si vous n’êtes pas très fan de la salade verte… (N’oubliez pas de les laver soigneusement, surtout s’ils ne sont pas bio)

5) Équilibrez vos repas en protéines en affichant sur votre frigo la liste des plantes qui vous en garantissent le plus..

6) Essayez d’éviter le lait de vache. Testez les laits et les crèmes de cuisine végétaux, sinon privilégiez les laits de chèvres ou de brebis. (Contrairement à ce que l’on pense, les produits laitiers à base de lait de chèvre ont un goût très discret, quant à ceux au lait de brebis, il n’ont aucun goût particulier.) Vous trouverez facilement toute la gamme en yaourts.

Évitez la graisse de palme, même bio. Elle est une véritable catastrophe environnementale. La graisse de noix de coco fait de délicieuses pomme de terres sautées. Par contre, si vous aimez le beurre, (et c’est mon cas) je n’ai pas trouvé d’équivalent. Mais bon… Faut pas pousser non plus ! Il faut se sentir libre sinon ça devient vite une galère.

7) Pensez à saler vos plats, vos vinaigrettes avec de la sauce soja très protéinée, ou avec du sel bio mélangé avec du sésame complet que vous aurez moulu. Pas cher – même bio – et délicieux. (vendu tout prêt sous l’appellation Gomasio mais le prix est rédhibitoire)

8) Consommez des fruits secs, raisins, figues, dattes, abricots, des céréales crues moulinées et des oléagineux, sésame complet, noix, amandes, noisettes que vous pouvez introduire dans de nombreuses préparations. Excellents coupe-faim ils sont très bénéfiques pour la santé.

9) Consommez des oeufs dont les blancs sont des protéines à 100%, à condition de bien veiller aux conditions d’élevage des pondeuses. (plein air, nourries aux céréales sans ogm) A moins d’être atteint de cholestérol, un oeuf par jour ne pose aucun problème.

10) Au début, faites à l’avance des menus simples et des listes. Essayez de faire vos courses de frais le plus souvent possible. Les attentes trop longues dans les frigos détruisent les qualités gustatives et nutritives. Pensez au légumes surgelés si vous êtes pressés. Il existe de nombreuses poêlées de légumes toutes prêtes, (vérifiez qu’elles sont non cuisinées et sans graisse).

Pensez aux AMAP, mangez local en allant faire vos courses de frais au marché, arrangez-vous avec vos voisins jardiniers pour leur acheter une partie de leur production (en ayant vérifié qu’ils ne luttent pas contre les mauvaises herbes, parasites et maladies au Round Up et aux pesticides). L’idéal est d’avoir son jardin, mais ce n’est pas à la portée de tout le monde. Si vous avez de petits revenus, avez-vous pensé aux « jardins partagés » ou jardins ouvriers ? Pour ça il faut se renseigner à sa mairie mais les files d’attente sont souvent longues..

Discutez avec votre entourage en échangeant des bons tuyaux. La table, c’est un sujet sympa pour créer du lien social !

11) Si vous n’avez pas les moyens d’accéder au bio, ne culpabilisez pas. On peut être végétarien sans être bio, même si le toffu, ou certains condiments par exemple ne se trouvent que dans ces boutiques labellisées et puis, les grandes enseignes distribuent de plus en plus de produits bio. C’est pas l’idéal forcément, mais moins lourd pour le budget familial.

Au début, tout ça semble un peu compliqué. Allez-y doucement, pas à pas. Vous trouverez sur le net des milliers de recettes, simples et accessibles pour votre porte-monnaie.

Et enfin, et c’est le plus important, cherchez le plaisir. Manger végétarien ne doit surtout pas être un carême. Il faut que vous trouviez dans cette démarche une vraie joie de faire et de manger.

Galadriel

Source et nombreux liens utiles sur Les Brindherbes

Britanny Wright

Britanny Wright

Commenter cet article