Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

au sujet de la solitude...

23 Février 2013, 07:30am

Publié par pam

“Être bien tout seul, être seul et heureux, cela n’a rien à voir avec un mépris des humains ni avec l’égocentrisme : c’est le signe clair de la liberté. La maturité commence lorsqu’un individu se sent auteur et responsable de son existence, lorsqu’il ne demande pas aux autres de le rendre heureux, lorsqu’il n’accuse pas systématiquement les autres de ses propres faiblesses et insuffisances. Ainsi, l’idéal du sage antique (Épicuriens, Stoïciens, Cyniques...) consiste à se suffire à soi-même. Vivre solitaire renvoie toujours à son jugement personnel, à son intuition, à son esprit critique.” 

“Le véritable solitaire ne ressent pas le besoin d’une stabilité que fournirait un travail régulier ou une vie conjugale établie parce qu’en lui il se sent structuré et parce qu’il sait que ce qui sécurise devient tôt ou tard ce qui emprisonne.

Dans la solitude, je suis à la fois à l’écart et disponible.”

Jacqueline Kelen in “L’esprit de solitude”.

au sujet de la solitude...

“ Nos défenses et notre sentiment de sécurité varient... Au fond de nous, toutefois, nous sommes d’une effroyable fragilité. Affronter cette vérité est une grande étape dans la constitution d’un cœur.“

David F. Ford in “ The shape of living”. 

Voir les commentaires

au sujet du bonheur...

22 Février 2013, 09:46am

Publié par pam

Je peux affirmer sans ostentation que je suis un homme heureux, parce que c’est un simple fait, comme de dire que je sais lire. Enfant et adolescent, je n’aurais jamais eu l’idée de déclarer que j’étais heureux. J’étais conscient d’un potentiel que je pensais être présent en moi, comme un trésor caché, et je l’imaginais chez les autres. Le bonheur que je ressens maintenant à chaque instant de l’existence, pour ainsi dire quelles que soient les circonstances, s’est construit avec le temps dans des conditions favorables à la compréhension des causes du bonheur et de la souffrance. La rencontre avec des êtres à la fois sages et bienheureux a été déterminante, par la force de l’exemple. Elle me montrait ce qu’il est possible d’accomplir et me prouvait que l’on peut devenir libre et heureux de façon durable pourvu que l’on sache s’y prendre. Je suis heureux de partager la vie de mes amis, et je suis heureux seul. Je m’efforce de contribuer de mon mieux à servir ceux qui sont dans la difficulté. Lorsque j’entreprend un projet dans la vie active, s’il est couronné de succès je m’en réjouis ; si après avoir fait de mon mieux, pour une quelconque raison il n’aboutit pas, je ne vois pas pourquoi je me ferais du souci. J’ai eu la chance, jusqu’à ce jour de manger à ma faim et d’avoir un abri ; je considère mes possessions comme des outils et il n’y en a aucune que je regarde comme indispensable. L’essentiel est pour moi l’immense fortune d’avoir rencontré mes maîtres spirituels et d’avoir reçu leurs enseignements. J’ai ainsi largement de quoi méditer jusqu’à la fin de mes jours ! Quand je lis que le bonheur et la sagesse sont inaccessibles, je trouve simplement dommage que l’on puisse ainsi se priver et priver autrui de qualités qui ont maintes fois été vérifiées par l’expérience vécue.”

"Le bonheur ne se résume pas à l’absence de malheur.”

Matthieu Ricard in “Plaidoyer pour le bonheur”.

au sujet du bonheur...

“Le bonheur n’arrive pas automatiquement, ce n’est pas une grâce qu’un sort heureux peut répandre sur nous et qu’un revers de fortune peut nous enlever ; il dépend de nous seuls. On ne devient pas heureux en une nuit, mais au prix d’un travail patient, poursuivi de jour en jour. Le bonheur se construit, ce qui exige de la peine et du temps. Pour devenir heureux, c’est soi-même qu’il faut savoir changer.” 

Luca et Francesco Cavalli-Sforza in “La science du bonheur”.

au sujet du bonheur...

Voir les commentaires

impermanence...

22 Février 2013, 09:39am

Publié par pam

Bouddha : “Comme l’étoile filante, le mirage, la flamme, l’illusion magique, la goutte de rose, la bulle sur l’eau, comme le rêve, l’éclair ou le nuage : considère ainsi toutes choses.”

impermanence...

Voir les commentaires

au sujet du rire...

21 Février 2013, 09:24am

Publié par pam

au sujet du rire...

“Et dis-toi qu’il n’est pas de plus grand malheur 

 Que de laisser mourir le rire dans ton cœur.“   Higelin.

au sujet du rire...

“Le rire procure un nettoyage profond à l’intérieur de soi. Il vous ramène très rapidement à l’ici et maintenant. Vous plongez de l’enfer de votre tête vers le paradis de votre ventre. Le rire est un événement total, chaque cellule du corps vibre et se décontracte profondément.

Le rire est un phénomène très particulier, dont la valeur thérapeutique et l’incroyable force curative sont malheureusement encore sous-estimés.” Dc Dyan Sutorius.

“Comment sortir les angoissés du cercle maudit des maladies fonctionnelles ? Par le rire, la relaxation, la guérison par le rire.

Chez les Indiens d'Amérique de Nord existaient des "clowns guérisseurs" dont la fonction était de faire rire périodiquement les autres membres de la tribu afin de chasser les mauvais esprits responsables des maladies. On rencontre des coutumes équivalentes chez la plupart des peuples primitifs. 

Le rire libère les endorphines. Il permet d'apaiser la douleur, de diminuer les inflammations. Le rire ralentit le rythme cardiaque, fait baisser la tension artérielle, régularise la digestion, favorise le fonctionnement respiratoire, l'activité cérébrale, la disponibilité génitale. Le rire délivre de l'angoisse, qui étouffe, cerne, enserre par son action musculaire et respiratoire. Le rire, parce qu'il rétablit l'équilibre rompu chez les angoissés entre le système sympathique et parasympathique, est une arme radicale contre le stress.

Toutes les pichenettes de la vie sont une occasion de s'angoisser ou de rire. Choisir le rire. Pour cela il est indispensable de s'accorder le droit au bonheur, le droit au plaisir.

Le rire orage musculaire et respiratoire doux et bienfaisant dénoue les tensions, les colères. Le rire semé dans nos journées est l'ange gardien de la santé.

voir " La psychosomatique du rire " du Dc Henri Rubinstein.

au sujet du rire...

“ Il faut rire avant que d’être heureux, de peur de mourir sans avoir rit.” La Bruyère.

“ Le rire est une chose sérieuse avec laquelle il ne faut pas plaisanter.” Raymond Devos.

“ Si vous voulez comprendre en profondeur l’âme d’un homme, ne cherchez pas à analyser ses paroles, ses idéaux ou ses larmes ; vous aurez de meilleures informations si vous observez comment il rit. S’il rit bien, c’est un homme de bien !” Dostoïevski.

“Le rire, comme les essuie-glaces, permet d’avancer même s’il n’arrête pas la pluie.” 

Gérard Jugnot.

“Si vous riez avec tout votre corps jusqu’au plus profond de votre être, toutes les parties de celui-ci - corps physique, corps psychologique, corps spirituel - vibrent sur la même longueur d’onde et vibrent en harmonie.” Osho.

“Le bonheur arrive à ceux qui rit.” Proverbe japonais.

“Rien n’est plus drôle qu’une personne qui se prend au sérieux ou qui s’efforce de l’être.” 

Claude Berthoumieux.

“Un cœur joyeux guérit comme une médecine, mais un esprit chagrin dessèche les os.“ 

Livre des Prophètes, La Bible.

“Les gens sont tellement chaleureux et contents quand on les fait rire ! L’ennui et la morosité disparaissent. S’amuser est une sorte d’aimant qui attire l’amitié, et je pense que l’amitié est une des choses les plus importantes du monde. 

Je crois également que l’humour a un potentiel de guérison et de paix tout à fait remarquable.” 

Dc Patch Adams.

“Le rire est le plus court chemin d’un homme à un autre” G. Wolinski.

Voir les commentaires

Ras-le-bol des "infos"...

20 Février 2013, 08:31am

Publié par pam

Pascale Clark hier sur France Inter au sujet du "papa" perché :

" Ainsi donc Serge C. pouvait tenir de tels propos (je ne les retranscris pas en entier : "ces bonnes femmes…" "le parti des ministères des femmes mis en place grâce à nos impôts…) devant une foule de micros assoiffé, accueilli en quasi héros, lui qui n'avait pas particulièrement brillé avec son autorité parentale, tentant à deux reprises d'enlever son fils, ce qu'il fit une fois pendant deux mois et demi, avec à la clef quatre mois de prison ferme.

Pendant ce temps là le journal Le Monde publiait sur son .fr une tribune de Patrick Jean, producteur du documentaire "La domination masculine". Du haut de sa grue Serge C. lui avait rappelé quelque chose, un mouvement masculiniste venu du Québec, une mouvance anti-féministe prônant la suprématie sans concession de l'homme sur la femme dans la famille, une éducation viriliste des garçons et la défense du couple hétérosexuel comme seul modèle, et d'ailleurs, pour eux violences conjugales, incestes et viols ne seraient que des inventions des féministes.

Le français en haut de la grue en était-il ?

En tous cas, même façons de faire, même banderole… du spectaculaire un peu louche pris pour argent comptant par une chaine tout infos et un premier ministre… chapeau…"

Voir les commentaires

au sujet du destin...

20 Février 2013, 07:05am

Publié par pam

“L’idée que l’observation d’un événement suffise à en influencer l’issue peut donner l’impression d’une responsabilité personnelle trop lourde à assumer. Il est beaucoup plus facile de penser que l’on subit son destin, en attribuant à une cause extérieure la responsabilité de ce que l’on éprouve. Pourtant, si nous devons prendre au sérieux les découvertes de la science, il nous faut bien assumer la responsabilité de ce que nous vivons, d’instant en instant. Il n’est pas facile de renoncer à l’habitude de se considérer comme une victime, mais en assumant l’entière responsabilité de ce qui nous advient, nous pouvons nous ouvrir des possibilités jusqu’alors inimaginables. Nous pouvons vivre, apprendre, inventer, notre impression de limitation personnelle et de vulnérabilité est peu à peu remplacée par un sentiment d’ouverture et de choix illimités. Foncièrement, nous ne sommes pas limités par des distinctions arbitraires, nous sommes capables de faire face à n’importe quelle situation.” 

Yongey Mingyour Rinpotché in “Bonheur de la méditation”.

au sujet du destin...

Voir les commentaires

au sujet de la compassion

19 Février 2013, 08:21am

Publié par pam

Thich Nhat Hanh in “La colère”.

“Chacun d’entre nous possède un jardin intérieur et doit en prendre soin. Si vous l’avez laissé longtemps à l’abandon, vous devriez l’entretenir pour lui redonner sa beauté et son harmonie d’antan. Tout le monde l’appréciera, si vous l’entretenez bien.

Nous devons réapprendre à respirer, marcher, écouter, en Pleine Conscience et avec compassion. Il nous faut réapprendre à nous exprimer avec le langage de l’amour. “Je souffre, je suis en colère, je veux que tu le saches. Je fais de mon mieux, je prends soin de ma colère. Pour moi, mais aussi pour toi. Je ne veux pas m’emporter et nous détruire”. Ce témoignage de fidélité inspirera confiance et respect à l’autre. Nous pouvons dire ensuite : “J’ai besoin de ton aide”. C’est une affirmation très forte car lorsqu’on est irrité on a tendance à dire : “Je n’ai pas besoin de toi.” Si vous êtes capable de prononcer ces phrases avec sincérité, du fond du cœur, l’autre en sera transformé. En prenant soin de vous-même, vous veillez sur l’être aimé. L’amour de soi est à la base de l’aptitude à apprécier autrui. Si vous ne prenez pas soin de vous, si vous n’êtes pas heureux, ni en paix, vous ne pourrez pas rendre l’autre heureux. Vous ne pourrez ni l’aider, ni l’aimer.”

au sujet de la compassion

D’après Chopra  in “Le chemin vers l’amour”.

“La compassion n’est pas bien comprise : racine latine “souffrir avec”. La compassion n’implique pas de souffrir nécessairement à côté d’autrui. La compassion, pour être entière, doit se fonder sur un amour inconditionnel, qui ne se focalise pas sur la souffrance quelle qu’elle soit. La compassion voit tous les êtres comme unis à cet amour de la même façon. Même si vous éprouvez en ce moment de la douleur, l’amour ne vous quitte pas. L’expérience de la souffrance n’est jamais une punition divine, la souffrance elle-même recèle de l’amour. Il est difficile d’assimiler la souffrance à de l’amour quand elle survient, et bien souvent elle n’est pas non plus comprise comme une leçon pour grandir. Nous ne sommes guère enclins à réfléchir sur la valeur spirituelle de l’épreuve que nous traversons. Mais le fait que l’esprit soit dominé par la souffrance ne contredit pas l’intention de l’amour. Le moment venu, un état de conscience émergera qui transcendera la souffrance. L’esprit universel dominera l’esprit particulier. En vous apportant la compassion, je peux vous confirmer que vous n’êtes pas abandonné. Vous vous trouvez seulement à un croisement difficile dans votre voyage vers l’amour. 

À chaque étape du chemin vers l’amour, il faudrait garder le but à l’esprit. La conjonction de la passion amoureuse, de la relation amoureuse et de l’ascension implique un ensemble de règles :

Soyez gentil avec vous et avec les autres.

Agissez avec amour aussi souvent que vous le pouvez.

Parlez d’amour avec les autres. Rappelez à autrui votre but spirituel.

N’abandonnez jamais l’espoir.

Sachez que vous êtes aimé.

Les horreurs qui se produisent dans le monde sont indéniables et peu de gens s’autorisent à seulement rêver d’y échapper. Mais ils y échapperont car l’amour est la réalité suprême. Comparé à lui tout le reste est temporaire, fugace, irréel.

L’amour que vous cherchez vous cherche lui aussi en ce moment. Soyez honnête à propos de votre quête et guettez les moments où l’amour se montre à vous. Vous êtes le seul moyen dont dispose l’amour pour triompher de son contraire, c’est pourquoi vous êtes si précieux aux yeux de l’esprit. Et surtout, continuez à chercher des indices.”

au sujet de la compassion

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

17 Février 2013, 09:28am

Publié par pam

Voir les commentaires

au sujet du voyage...

15 Février 2013, 09:29am

Publié par pam

“ Pars, ami ! Quitte tout et pars ! Tu trouveras bien d’autres amis que ceux que tu laisses ! Va ! Sors des maisons et dresse tes tentes ! Habite sous la tente ! C’est là, et rien que là, qu’habitent les délices de la vie !

Dans les demeures stables et civilisées, il n’y a point de ferveur, il n’y a point d’amitié ! 

... Écoute ! J’ai remarqué que l’eau qui stagne se pourrit ! Elle pourrait tout de même guérir de sa pourriture en se remettant à courir ! Mais autrement elle est incurable !

... Mon enfant, ne suit pas ces funestes idées du voyage continuel, car elles te conduiraient à ta perte.“

in “ Les mille et une nuits “.      

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Le voyage leur permettait de se régénérer, d’entretenir leur fraîcheur mentale, leur réceptivité. Les empêcher de se déplacer, c’était les condamner à perdre leur pouvoir et, à terme, condamner les peuples nomades à mourir de soif ou d’empoisonnement.“ in “Les derniers hommes” de P. Bordage.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“A quoi sert de voyager si tu t’emmènes avec toi ?

C’est d’âme qu’il faut changer, pas de climat.” Sénèque.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Jamais je n’ai aussi bien pensé, n’ai aussi bien été moi-même que dans les longs voyages que j’ai fait seul à pied.” Rousseau in  “ Confessions ”.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Loin de se culpabiliser d’avoir mis si longtemps à arriver là où il voulait, il se réjouit de savoir qu’il était enfin arrivé.” Coelho.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“J’ai compris que partir ne servirait rien d’autre que continuer à me comporter comme je l’avais toujours fait. 

On fuit quand on est poursuivi par quelque chose. Derrière moi je n’avais que des fantômes : celui qui fuit des fantômes court au-devant de la folie.

Je n’avais plus besoin d’agir pour démontrer quoique ce soit à quelqu’un d’autre, pas même à moi. Désormais, je savais que mes actions n’avaient été que des réactions, les mouvements que j’avais accomplis, je les avais accomplis pour m’opposer à la volonté des autres. À présent en moi, il n’y avait plus de mouvement, mais de l’inertie. J’étais inerte et désarmé. 

Chez moi, personne ne m’attendait, ma vie n’existait qu’en moi, et dans le cœur de nul autre. Si je mourrais personne ne me regretterait, je n’avais aucun travail, aucun but. Autour de moi s’étendait le désert, qui est souvent la conséquence d’une exploitation irrationnelle du sol.

Désormais j’étais spectateur, sans plus.” Susanna Tamaro in “Anima mundi”.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Nous ne cesserons pas notre exploration

Et quand nous aurons tout exploré,

Nous arriverons là d’où nous sommes partis

Et reconnaîtrons l’endroit pour la première fois.” T.S.Eliot.

au sujet du voyage...

Voir les commentaires

Chomo. Art brut.

15 Février 2013, 09:28am

Publié par pam

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>