Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La belle verte. Coline Serreau.

8 Mars 2013, 07:26am

Publié par pam

Et régalez-vous !

Voir les commentaires

au sujet des ressentiments...

7 Mars 2013, 08:43am

Publié par pam

“ J’ai inspiré à fond, puis expiré. Je ne pouvais me permettre d’ajouter le poids de vieux ressentiments à tout ce que je transportais déjà vers ma nouvelle vie. ...

“ Laisse tomber, ai-je dit. Ça n’a pas d’importance.” Je ne le pensais pas vraiment, pas encore. Mais de le dire m’a procuré une sensation de bien-être, comme si après avoir passé des heures à grimper dans une cage d’escalier sombre et méphitique, je venais de recevoir une bouffée d’air nocturne. Cela m’a donné l’espoir qu’avec le temps, mes paroles se vérifieraient.”

Divakaruni.

au sujet des ressentiments...

Les agressions sont les cadeaux les plus profonds de la vie.

Une situation vous touche parce que vous avez cette capacité d'être affecté. Si ce n'était pas cette personne ou situation, ce serait une autre.
Intellectuellement, vous devez vous rendre compte que si une personne vous reproche quelque chose et que vous ne le supportez pas, cela signifie que, sur un certain plan, cette personne n'a pas totalement tort.

A un moment donné, vous n'allez plus vous sentir agressé par quiconque, y compris par ceux qui vous agresse. Plus quelqu'un va vous agresser, plus vous allez vous laisser envahir par une forme d'affection pour lui. Vous verrez son manque, sa tristesse, sa problématique.
C'est facile de se croire tranquille, de faire du yoga, d'être sage. Mais soudainement on vous agresse, on vous déteste, on vous hait. Cela vous permet de vous éveiller à votre résonance. Cela déclenche-t-il en vous l'amour? la haine?... Vous découvrez votre propre fonctionnement. C'est cela le yoga. Ce n'est pas de rester assis comme un piquet, mais d'observer comment on fait face à l'instant. Vous découvrez que les agressions sont les cadeaux les plus profonds de la vie, car plus on vous agresse plus votre maturité se développe. Les vies sans agression sont des vies misérables - et heureusement cela n'existe pas.

Soyez disponible, n'essayez pas d'arranger les choses, de moins réagir, d'être plus sage. Ressentez votre folie lorsque vous êtes mis en question. Prenez votre émotion comme objet de contemplation, d'étude avec affection et patience.
Ne rien attendre, ne rien demander, tout se fait.

Eric Baret

merci yog' !

au sujet des ressentiments...

Voir les commentaires

au sujet de rien... du rien !

6 Mars 2013, 08:05am

Publié par pam

“Les humeurs humaines et les réactions à la rencontre avec le Rien varient considérablement d’une personne à l’autre, d’une culture à l’autre.

Les taoïstes chinois ont trouvé le Grand Vide tranquillisant, paisible, et même joyeux.

Pour les bouddhistes de l’Inde, l’idée du Rien évoquait une atmosphère de compassion universelle prise dans les outils d’une existence qui est ultimement sans sol.

Dans la culture japonaise, l’idée de Rien permet des modes exquis d’un sentiment esthétique se retrouvant dans la peinture, l’architecture, et même dans les rituels du quotidien.

Mais l’Occidental, lui, est embourbé de possessions jusqu’au cou, d’objets et du business de les entretenir, faisant front à l’anxiété de la rencontre possible avec le Rien.”

William Barret (1913-1992) in “Propos sur le Rien”.

au sujet de rien... du rien !

“Je jouissais d’une rente sûre et garantie qui, malgré son montant peu élevé, suffisait à me fournir la nourriture, le logement et tout ce dont j’avais besoin pour travailler. Je suppose que j’aurais aimé qu’elle fût plus forte car... j’aurais volontiers dépensé davantage d’argent en livres et pour faire ces œuvres de charité qui illuminent la vie d’un homme quand elles sont accomplies comme il se doit.

Ce n’était là, cependant, qu’un souci mineur, en effet, je n’ai jamais fait partie de ces hommes envieux et amers qui souhaitent être aussi riches que leurs amis et pour qui leurs biens sont, par définition, insuffisants. Tous mes amis d’alors sont aujourd’hui beaucoup plus riches que moi... Mais je n’échangerais pas ma vie contre la leur, car ils doivent constamment s’occuper de ce genre de choses. Ils vivent dans un monde où, si l’on ne monte pas perpétuellement, on tombe inévitablement. La gloire et la fortune sont extrêmement évanescentes ; ne possédant ni l’une ni l’autre, je ne risque pas de les perdre.

De surcroît, aucun de ces trois hommes n’est satisfait, je le sais ; ils sont trop conscients du prix que leur a coûté leur argent. Ils regrettent leur jeunesse, époque où ils pensaient pouvoir faire ce qu’ils souhaitaient et rêvaient d’un plus noble destin.”

Iain Pears in “Le cercle de la croix”.

au sujet de rien... du rien !

“L’oasis s’instaure au sens réel et symbolique, contre l’aridité et la sécheresse d’un monde dominé par l’avidité”.

Pierre Rahbi

Voir les commentaires

au sujet de la nature...

5 Mars 2013, 08:28am

Publié par pam

“Par son égoïsme trop peu clairvoyant, par son penchant à jouir de tout, par son insouciance pour l’avenir et pour ses semblables, l’homme semble travailler à l’anéantissement de ses moyens de conservation et à la destruction même de sa propre espèce. Comme s’il était destiné à s’exterminer lui-même après avoir rendu le globe inhabitable.” Lamark.

au sujet de la nature...

“Si vous aimiez vos enfants, si vous aviez un projet pour les générations futures, est-ce que vous souilleriez aussi facilement l’air et l’eau ? Pour qu’un jour il puisse y avoir un futur meilleur, il faut l’imaginer aujourd’hui.” Bernard Werber in “Le papillon des étoiles”.

“Notre bonheur, c’est de ne rien désirer d’autre que ce que la nature nous offre à chaque saison. Cette nature ne peut ni se tromper, ni nous tromper.”

Un chasseur inuit par Daniel Pouget in “L’esprit de l’ours”.

au sujet de la nature...

“Les hommes qui leur ont vendu ces terres ont pensé qu’ils les trompaient, car la terre n’était pas bonne. Mais les Indiens empilent des broussailles, des mauvaises herbes et des détritus sur des petits lopins de terre, et ils les laissent pourrir, parfois pendant des années. Puis ils sèment avec des petits bâtons, au lieu d’utiliser des charrues. Et ces parcelles de terre se révèlent extrêmement fertiles.” Noah Gordon in “Shaman”.

Voir les commentaires

Coline Serreau, "Rêves de (R)évolutions"

4 Mars 2013, 08:25am

Publié par pam

Voir les commentaires

au sujet de l'écriture...

3 Mars 2013, 07:50am

Publié par pam

Février 2007 .

Les mots peuvent avoir une portée très négative, faire du mal inutilement, surtout quand la personne qui les a écrit n’est plus là pour les justifier. Quelquefois un écrit n’est valable que durant les 5 minutes qu’on a passé à les coucher sur le papier, quelquefois leur portée n’excède pas le besoin de vider une colère ou un ressentiment, et quelques fois ils sont vérité absolue, engagement total, reflet réel et concret d’une personnalité enfin dévoilée. Mais comment faire le tri ?

au sujet de l'écriture...

28 mars 88.

Ce que j’écris n’est pas ce que je vis. C’est une des facettes seulement. Même un petit événement je le vis et le ressens de dix façons différentes. J’en parlerai, je me le souviendrai, le déformerai de dix façons différentes.

Et quand j’aspire au calme, à la quiétude ou à la tranquillité, c’est par rapport à ça, à ces dix facettes.

Qui aurait pu m’aider, à dénouer l’écheveau, à calmer le jeu ?

au sujet de l'écriture...

Incapable d’écrire parce qu’il fallait que ce soit bien, aussi bien que les œuvres de mes héros, ou alors à quoi bon ? 

Quand on en est là, on ne peut rien écrire.

Tu dois renoncer à la vanité, être reconnaissante déjà de pouvoir aligner des phrases, et assez humble pour voir en chacune d’elles ta joie d’être au moins capable de parler.

Voir les commentaires

solutions....

2 Mars 2013, 09:21am

Publié par pam

L’économie circulaire : le modèle de l’avenir ?

Imaginez un nouveau modèle de croissance où l’on ne produirait plus aucun déchet. C’est l’objectif de l’économie circulaire, opposée à l’économie linéaire où notre développement est proportionnel à l’épuisement des ressources naturelles. Concrètement, voilà ce que ça donnerait : des produits conçus en anticipant leur recyclage, des ordures intégralement valorisées… Un monde sans déchet, en somme, avec des prélèvements minimes de matières premières.

http://www.developpementdurable.com/economie/2011/06/A6058/leconomie-circulaire-le-modele-de-lavenir.html

solutions....

Voir les commentaires

mon pote (Robert)

1 Mars 2013, 07:32am

Publié par pam

Il me fallait ce matin prendre la plume (j'écris avant de taper moi)(enfin pas toujours, mais ce matin, oui) bref la plume pour vous donner des nouvelles de mon poteau.

Au vue du magifique poteau de bois chargé sur le camion d'EDF, j'ai quelques temps espéré qu'on allait limiter les dégats et que la vue de ma fenêtre du matin ne serait que moyennement détruite à jamais.

Fatalitas, ce beau poteau de bois a été dressé un peu plus loin, devant mon pré, et j'ai été gratifiée devant la maison, d'une monstrueuse sculpture de béton gris, plus haute que tous les arbres environnants, enfin les arbres de mon côté du chemin, de l'autre, les usurpateurs ayant tout rasé puis comblé de camions de gravats, il domine une décharge type industrielle !

mon pote (Robert)

Robert c'est un nom de poteau en bois, pour un poteau de béton, il faut un prénom gris, froid avec des aspérités... Hans ? Gaston ? Friedrich ?

Non, je ne dois pas lui donner un nom, je ne dois pas m'attacher. C'est vrai que je risque de passer tout le reste de ma vie avec lui, mais est-ce une raison pour tomber dans la familiarité ?

La solution de facilité aurait été de le faire disparaitre... mais non pas en utilisant mes nombreuses compétences pyrotechniques, vous avez vraiment l'esprit mal tourné, vous savez bien à quel point l'artificier qui est en moi est zen et cool ! non, non, en le transformant en oeuvre d'art brut, peinture, mosaique, collages, tout cela en attendant que poussent à son pied glycine, lierre ou autre jasmin d'hiver.

Malheureusement les envahisseurs d'en face et tous les péquenots du village jugeraient le procédé tout aussi illégal que la dynamite...

mon pote (Robert)

Alors j'ai peint le carreau de ma fenêtre, j'y perds en luminosité mais je ne vois plus mon pote le poteau !

Quand reviendront les beaux jours, sachant que je vis toutes fenêtres ouvertes du matin au soir, le problème se reposera, j'ai deux mois devant moi pour trouver une autre solution...

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

1 Mars 2013, 07:10am

Publié par pam

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4