Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié depuis Overblog

21 Avril 2013, 07:22am

Publié par pam

Voir les commentaires

quelques pistes vers la guérison...

21 Avril 2013, 06:37am

Publié par pam

“ Peut-être apprendrons-nous à décoder le langage du corps, à ne plus voir la maladie comme le fait du hasard ou de la fatalité, mais comme un message de notre conscience, de notre être intérieur. Peut-être serons-nous capable de découvrir derrière telle souffrance une “maladie créatrice” au sens d’un moyen de progression dans notre évolution. “ Dr T. Médynski.

"Notre but est de permettre à chaque patient d’atteindre le niveau d’équilibre parfait qui demeure en lui indépendamment de la gravité de son état. Le fait même d’expérimenter ce niveau conduit à la guérison, en permettant au corps d’avoir recours à ses propres ressources."

Dr Deepak Chopra in “Le corps quantique”.

Beaucoup de gens présument que l’on peut seulement influencer les choses physiques par l’action directe. Comment prouver que la meilleure façon de modifier la réalité, c’est d’agir par l’intermédiaire de la conscience ? Sur le plan physique, l’action semble n’avoir pas de rapport avec la conscience. Le concept bouddhiste du non-agir semble irréaliste jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’il signifie “l’action en pleine conscience”. Elle prend de nombreuses formes : la résistance passive de Gandhi a mis fin à toute une époque de l’histoire. Les idées fortes prennent racine dans la conscience et changent le monde : invention de la démocratie par les Grecs, théories de la relativité... Toute action a lieu en pleine conscience.

Dr Deepak Chopra in “La vie après la mort”.

"Mon ami le Dr T., qui est un des médecins que j'admire le plus, ne commence jamais de consultation sans poser à son patient la question terrible : « Pourquoi souhaitez-vous guérir ? »

Autrement dit : « Que comptez-vous faire de votre vie, une fois que vous serez guéri ? Êtes-vous sûr que cela en vaut la peine ? »

Le Docteur T. veut que son patient ait un but : « Je dois guérir parce que je dois absolument réaliser tel projet qui est si important pour moi ou pour une personne que j'aime », par exemple.

De cette façon, dit-il, les chances de guérison du malade augmentent fortement, surtout s'il est affligé d'une maladie chronique au long cours. Sa guérison prend un sens, et bien souvent, sa maladie aussi. Sa vie est alors transformée, et ce n'est pas seulement son corps qui peut guérir, mais son esprit également, « son âme » diront les croyants.

Une fois que le malade a répondu à cette question, la guérison peut être rapide. Dans certains cas extrêmes, elle peut même être immédiate, et c'est une nouvelle personne qui semble revenir à la vie.

Mais il n'est pas nécessaire d'attendre de tomber gravement malade pour connaître cette transformation. Au contraire."

Jean-Marc Dupuis.

“La rapidité de votre rétablissement dépend de votre façon de penser. Votre attitude devant les causes d’un accident ou d’une maladie influence votre guérison.

Nous ne considérons plus notre corps comme une machine dont les pièces usées pourraient être réparées ou remplacées. Notre santé est déterminée par nos processus mentaux, ce que nous pensons de la vie et spécialement de nous-mêmes, à la fois consciemment et inconsciemment. C’est une découverte fondamentale, cela annule l’idée d’un médecin tout puissant et d’un patient passif. La peur et le stress sont des facteurs clés, ainsi que la façon dont nous les affrontons. Et nous refoulons souvent nos peurs, jouant les héros. Mais nos peurs inexprimées créent des blocages, des obstacles dans le flux d’énergie qui parcourt notre corps, et ces blocages finissent par créer des problèmes. La seule solution est d’affronter nos peurs afin de penser guérir, et même de façon préventive. Le plus souvent, les accidents et les maladies ne sont pas inéluctables. Essayez de vous rappeler la nature de vos pensées juste avant votre problème de santé : vos préoccupations, la peur que votre accident à mis au jour.

On peut tomber pour éviter d’avoir prendre une décision. Nous pouvons influer sur notre avenir, y compris sur notre santé à venir.

Utilisez la douleur, elle est là pour vous aider à focaliser votre énergie. C’est un signal lumineux. La douleur ne sert pas seulement à nous informer que quelque chose ne va pas, elle indique aussi où se trouve exactement la difficulté. Nous pouvons la suivre dans notre corps, puis concentrer notre attention et notre énergie juste au bon endroit. Quand la douleur est trop forte, la concentration est impossible, il faut faire baisser artificiellement la douleur (analgésiques) afin de diminuer son intensité, mais ne pas l’éliminer totalement.

On sent la vibration de l’énergie au travail sous forme de picotements, de chaleur, quand vous envoyez l’énergie à l’intérieur de la douleur.

Mais il est vital de commencer par détecter l’origine de votre peur. Quand elle est ancienne, il faut souvent avoir recours à l’hypnose ou à l’intervention d’un thérapeute.

Vous devez vous rappeler vos objectifs existentiels, et visualiser un nouvel avenir enthousiasmant. Seule l’inspiration nous maintient en bonne santé.

La responsabilité de l’individu et la passion pour la vie fortifie nos défenses.

Chacun d’entre nous doit assumer la responsabilité de sa propre guérison.

La guérison consiste fondamentalement à surmonter les peurs qui dominent notre vie, que nous ne voulons pas affronter, et à trouver notre propre source d’inspiration, notre vision de l’avenir à la création duquel nous contribuerons.

Cette femme consacre sa vie à soigner les autres, elle les aide à vaincre les blocages provoqués par la peur, elle aiguillonne leur mémoire, afin qu’ils discernent la raison pour laquelle ils sont sur cette terre.”

“La dixième prophétie” de James Redfield.

quelques pistes vers la guérison...

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

20 Avril 2013, 06:35am

Publié par pam

je visionnais une x° video de Lilou Mace en petit déjeunant...

et je m'évade des mots quelques minutes... pour trouver ce petit bonheur du matin :

ce changement de réalité... c'est aussi simple que ça, non ? juste changer de point de vue, simplement autrement....

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

19 Avril 2013, 08:18am

Publié par pam

Tant de choses à faire ce matin que je ne sais même pas par où commencer !

Sachant le peu d'énergie à ma disposition et l'ampleur de la tâche, n'osant même exprimer la frustration de mes limites physiques... surtout en comparaison de mes envies-besoins-obligations-urgences dans le jardin comme dans la maison... mais poussée par une irrépressible envie de grands rangements-nettoyages-remise en état liée à l'arrivée du printemps, si tardive cette année... sachant que pour bien faire il faudrait commencer par ramoner la cheminée, attirée par mon atelier mosaïque où là aussi débordent les idées et les envies créatives (ou pas !)... malgré le savoir grandiose et simplicime qu'il suffit après tout de mettre un pied devant l'autre, de faire une chose après l'autre...

je m'offre quelques minutes de découverte au petit bonheur la chance et tombe sur cette incroyable bricoleuse inventive et son appart' boite d'allumettes

et le moral remonte en flèche...

un autre clic, et je découvre cette autre ingénieuse, habitante des bois, sa maison simple et parfaite, si proche de l'esprit de simplicité de Dominique Lobeau, dont je partageais les écrits récemment...

J'ai perdu certes quelques minutes encore mais j'ai partagé leurs rêves, le ramonage et les mille obligations du jour (des jours à venir) seront plus légers, le but plus clair, et je finirai la journée en bouclant quelques cartons de plus pour Emmaüs, histoire de m'alléger encore un peu plus....

Que voilà une journée qui commence bien !

Voir les commentaires

au sujet de la réalité...

19 Avril 2013, 06:29am

Publié par pam

“... La plus haute nuisance n’a donc rien à voir avec l’intelligence ou la bêtise. Un idiot qui doute est moins dangereux qu’un imbécile qui sait. Tout le monde se trompe, le génie comme le demeuré, et ce n’est pas l’erreur qui est dangereuse mais le fanatisme de celui qui croit qu’il ne se trompe pas. Les salauds altruistes qui se dotent d’une doctrine, d’un système d’explication ou d’une foi en eux-mêmes peuvent emporter l’humanité très loin dans leur fureur de pureté. Qui veut faire l’ange fait la bête. J’ai peur, Adolf, j’ai peur car ce n’est pas fini, j’ai peur de ce qu’ils peuvent faire aujourd’hui avec le progrès des armes et des techniques de communication. Je redoute des désastres radicaux, irrémédiables, des charniers, des ruines...”

E.E. Schmitt in “La part de l’autre”.

“Le Dalaï-Lama ne cesse de souligner que toute religion pratiquée selon son esprit a pour objet le bonheur des êtres et se doit d’être un facteur de paix.

On peut convaincre par la force de la vérité, on ne doit pas imposer la vérité par la force. En d’autres termes, il n’est pas de vérité authentique qui ait besoin de la violence pour s’affirmer.”

Matthieu Ricard et J.F. Revel in “Le moine et le philosophe”.

“Même répétée indéfiniment, une erreur ne devient pas vérité.”

Mahatma Gandhi.

“Le secret du changement consiste à concentrer une énergie pour créer du nouveau et non pas de se battre contre de l’ancien.”

Dan Millman.

“Les êtres humains sont très attachés à tout ce qu’ils croient. Ils ne cherchent pas la vérité, ils veulent seulement une certaine forme d’équilibre, et ils arrivent à se bâtir un monde à peu près cohérent sur la base de leurs croyances. Cela les rassure, et ils s’y accrochent inconsciemment.”

“On ne peut pas juger nos croyances... on peut affirmer qu’elles ne sont pas la réalité. mais il est intéressant de comprendre leurs effets... Il est pertinent de prendre conscience de ce que l’on croit, puis de se rendre compte que ce ne sont que des croyances, et enfin de découvrir leurs effets sur notre vie. Cela peut nous aider à comprendre bien des choses que nous vivons.

“Les gens ont tendance à se comporter selon la façon dont on les voit, à s’identifier à ce que l’on perçoit en eux. Ce sur quoi l’on focalise son attention a tendance a prendre de l’ampleur, à s’étendre. Si vous braquez les projos sur les qualités d’une personne, même si elles sont infimes, elles s’accentueront, se développeront jusqu’à devenir prépondérantes. D’où l’importance d’avoir dans votre entourage des gens qui croient en vous, en vos qualités et en vos capacités.”

Laurent Gounelle in “L’homme qui voulait être heureux”.

La réalité est celle-ci, j’accepte ce qui est parce que c’est de là qu’il convient de partir pour aller ailleurs.

Il n’y a pas d’autre réalité que la réalité, que nous le voulions ou non, que nous l’acceptions ou pas.

au sujet de la réalité...

Voir les commentaires

Impermanence...

19 Avril 2013, 05:49am

Publié par pam

Bouddha :

“Comme l’étoile filante, le mirage, la flamme, l’illusion magique, la goutte de rose, la bulle sur l’eau, comme le rêve, l’éclair ou le nuage : considère ainsi toutes choses.”

Impermanence...

Voir les commentaires

Deepak Chopra. Vivre en rajeunissant. 10 et fin !

18 Avril 2013, 12:12pm

Publié par pam

PRÉCEPTE N°9 : je diminue mon âge biologique en faisant de l’amour le centre de ma vie.

Pour le mettre en pratique :

1- J’écoute attentivement ceux qui me parlent, sans les interrompre.

2- J’exprime sincèrement et honnêtement mon affection et mon estime à au moins une personne chaque jour.

3- J’ai des gestes de tendresse envers ceux que j’aime et je prends conscience de mon énergie sexuelle et de ses diverses expressions.

L’amour guérit, régénère, tranquillise, il est plus fort que la peur, il vous rajeunit.

C’est l’essence de la vie, faites en le centre de votre vie. Ce n’est pas seulement une expérience psychologique, il transforme votre biologie. Preuves irréfutables des effets de l’amour sur notre physiologie et de son importance primordiale pour notre survie. La simple vue d’un acte de compassion renforce notre immunité. Expérience : les femmes cancéreuses qui sont épaulées par des groupes de soutien chaleureux survivent en moyenne deux fois plus longtemps que les autres. La tendresse et l’affection peuvent réduire les risques de maladie. L’amour est métabolisé dans la physiologie, il peut faire la différence entre la santé et la maladie, entre la vie et la mort. Nous avons tous connu l’exaltation et la vitalité que l’on ressent lorsqu’on se sait aimé, et l’angoisse et le désespoir que provoque séparation et rejet. L’amour guérit, nourrit, nous fait du bien.

Savoir que l’amour modifie notre physiologie en améliorant notre santé et notre vitalité nous amène à nous demander ce qu’il est. Le mot amour réveille en nous toute une vie de souvenirs et de désirs, conjuguant l’innocence et la passion de nos corps, coeurs et âmes.

Amour = émotion, sentiment, état altéré de conscience qui transforme les perceptions, interprétations et choix, on devient insouciant, on s’ouvre aux nouvelles expériences, à la fois vulnérable et invincible, on se sent revivre, les soucis deviennent dérisoires. L’amour ouvre au mystère de la vie, il rappelle qu’on est vivant. Il donne envie d’accomplir des prouesses. Permet d’accéder à des énergies primordiales qui font de soi un être mythique. Les romances éternelles qui illustrent l’enfer de la séparation et le paradis de l’union sont les clés qui ouvrent la porte de l’amour universel.

Les grandes traditions spirituelles disent que l’unité est la vérité ultime de toute existence. Les atomes cherchent à devenir des molécules, les corps célestes à former des systèmes solaires, les êtres humains aspirent à fusionner avec ceux qu’ils aiment. Le fondement de l’amour est la quête de l’Esprit, et ce désir d’union ou de fusion éveille de profondes résonances dans notre mémoire individuelle et collective. Nous nous acharnons à trouver la complétude à l’extérieur de nous-mêmes, mais notre subconscient sait que la seule vraie source d’amour est l’océan infini de l’Esprit qui est en nous. Plus nous sommes proches de lui, plus nous ressentons d’amour et le manifestons dans notre comportement.

Tout acte inspiré par l’amour est une expression de l’Esprit. Les actes d’amour desserrent les chaînes qui emprisonnent l’ego, la joie qu’ils vous procurent vient d’une sensation d’expansion.

L’amour nous fait percevoir l’éternité du moment présent et, plus nous exprimons cet amour, plus nous rajeunissons, plus nous nous rapprochons du centre de notre être, l’Esprit, et plus notre sentiment de libération s’amplifie. Vivre une vie spirituelle, c’est rechercher l’amour en toutes circonstances. Faites de l’amour le centre de votre vie et vous vivrez plus longtemps.

L’amour doit être exprimé pour pouvoir jouer son rôle, chez vous et chez ceux que vous aimez. Trois façons de le manifester : écouter attentivement l’autre, lui dire par des actes et des paroles qu’on l’apprécie, le toucher avec tendresse et affection. Montrez vos sentiments en étant complètement présent.

L’énergie sexuelle est la force créatrice primordiale de l’univers, tout ce qui est vivant en est issu. Chez les humains, elle peut être canalisée en créativité, une créativité qui peut se manifester sur les plans physique, émotionnel et spirituel. Dans tout ce qui vous passionnent, vous inspirent et vous exaltent, l’énergie sexuelle est à l’oeuvre. L’élément commun est une sensation d’expansion parfois si puissante qu’on déborde d’énergie. Apprenez à reconnaître cette puissante force de vie sous ses innombrables manifestations. Prêtez-y attention dans votre quotidien. Plus on est conscient de cette effervescence intérieure, plus l’expérience sensorielle élèvera le niveau de conscience, plus l’amour et la gratitude face à la création dans son ensemble s’exprimeront naturellement et simplement. Telle est l’essence de la vie spirituelle.

Le désir sexuel est sacré et respectable, le refoulement est artificiel et anormal.

Fusionner sur le plan physique et émotionnel permet de sortir des frontières de l’ego et de goûter à l’intemporel, spontané, ludique, insouciant. Cultiver cet état d’ouverture et de vulnérabilité consentie dans toutes les relations est le fondement de la vie spirituelle.

L’énergie sexuelle ne se tarit pas avec le vieillissement, c’est même un antidote. C’est en exprimant sa vulnérabilité qu’on peut accroître l’intimité avec son partenaire. On ne peut le faire en restant sur la défensive. Demandez ce dont vous avez besoin et donnez ce dont a besoin l’autre. Libérez-vous de vos attentes. Vous ne pourrez sinon relâcher vos défenses. Toutes les résistances que nous opposons à la vie proviennent de la peur, d’un blocage mental induit par un jugement qui déprécie le ressenti.

Jouer avec l’énergie sexuelle en prolongeant le processus intensifie la jouissance physique tout en enrichissant le cœur, le mental et l’esprit. Cette pratique de l’acte sexuel conscient, Tantra en Inde et Tao de la sexualité en Chine, se fonde sur certains principes incluant rituel, communication et subtilité. Considérer l’union sexuelle comme sacrée permet de comprendre la valeur du rituel. Si vous envisagez la sexualité comme un simple besoin physiologique, elle ne satisfera que cet objectif. Grâce aux rituels, en focalisant attention et intention, vous parviendrez à transformer un acte biologique en expérience passionnelle et extatique du corps, du mental et de l’esprit.

Parlez de vos sensations et besoins à votre partenaire avant, pendant et après l’amour. Plus vous accepterez d’être vulnérable, plus votre plaisir sexuel s’intensifiera. Cette vulnérabilité dissout les frontières entre soi et l’autre, entre l’âme et le corps, l’acte d’amour conscient est donc bien une expérience spirituelle.

Comme la méditation, la sexualité est un domaine où rien ne s’obtient par la force et où l’effort et le contrôle ne donnent aucun résultat. Il faut accorder toute son attention au moment présent et laisser libre cours à sa créativité.

Dans la médecine traditionnelle chinoise, faire l’amour permet d’équilibrer le yin et le yang, les deux forces fondamentales tournées vers l’intérieur et l’extérieur. Dans l’Ayurveda et le Tantra, l’union sexuelle est l’expression individuelle de la danse éternelle entre les impulsions de pure potentialité (Shiva) et l’expression créative (Shakti).

Selon l’Ayurveda, nous naissons avec une petite réserve d’ojas qui augmente quand notre vécu est positif et diminue quand il est toxique. Une alimentation saine, des sentiments plein d’amour, des expériences sensorielles enrichissantes, des plantes rajeunissantes et l’utilisation créative de l’énergie sexuelle accroît notre provision d’ojas. L’ojas rappelle à chacune de nos cellules qu’elle doit avant tout contribuer à la bonne marche de notre système corps-esprit. Il renforce aussi notre immunité naturelle. L’épuisement de notre réserve d’ojas entraîne toutes sortes de troubles dégénératifs dont le cancer. Le protéger et l’accroître est essentiel pour inverser le processus de vieillissement.

Aliments qui améliorent nettement notre niveau d’ojas : fruits et légumes frais, céréales complètes, amandes, miel, produits laitiers bio. Substances qui le font baisser : alcool, tabac, conserves, fritures, aliments industriels, édulcorants artificiels. L’excès de rigueur peut épuiser l’ojas autant que le laxisme, soyez simplement plus conscient de vos choix afin d’optimiser votre niveau d’ojas.

Plantes rajeunissantes prônées par thérapies dans le monde, peuvent être considérées sources d’ojas : Ginseng, amplifie le désir sexuel et stimule l’érection, accroît le sentiment de bien-être et de vitalité. En Ayurveda : ashwagandha, shatavari (asparagus recemosus) et amalaki (emblica officinalis). Le jus de ce dernier contient 20 fois plus de vit C que le jus d’orange, tonique le plus puissant pour hommes et femmes, de plus désintoxication des substances cancérigènes, protection de l’ADN, baisse des taux de cholestérol, soulagement des brûlures d’estomac.

L’âme, tissée de souvenirs et de désirs, guide nos aspirations, choix et expériences, tout ce qui constitue notre vie. Elle est à la confluence des contextes (ensemble de relations) et des significations (manière dont nous les interprétons). Chacun de nous ne cesse de remettre en scène les thèmes éternels de l’amour : confiance, trahison, amour non partagé, désir sexuel interdit, amour inconditionnel, besoin d’attention intéressé. Tout est histoire d’amour. Nous nous efforçons souvent de dissimuler nos véritables motivations, mais la seule raison qui meut nous inciter à nous lancer dans n’importe quelle entreprise est notre impérieux besoin d’amour.

L’amour doit être votre motivation, le centre de votre vie.

PRÉCEPTE N°10 : je diminue mon âge biologique en entretenant la jeunesse de mon esprit.

Pour le mettre en pratique :

1- J’enrichis mon expérience sensorielle intérieure et extérieure.

2- Je continue à apprendre et je poursuis mon développement tout au long de ma vie.

3- Je prend plaisir à jouer, m’amuser et rire.

Le corps est constitué de molécules et l’esprit de pensées; la moindre fluctuation de vos pensées implique un mouvement de vos molécules. Des pensées jeunes génèrent des molécules jeunes. L’âge psychologique influe sur l’âge biologique.

Pour l’Ayurveda, le corps et l’esprit sont un seul et même champ d’information et d’énergie perçu objectivement et subjectivement. Le corps est constitué de particules et l’esprit d’ondes, mais ils forment un tout que l’on perçoit différemment selon le mode d’observation (subjectif ou objectif).

Un homme rongé par l’hostilité ou le manque d’amour pourra réellement mourir d’une défaillance cardiaque. Il est donc important de comprendre comment se maintient la jeunesse d’esprit, qui permet un corps jeune. On ne devient pas vieux parce que la vieillesse progresse mais parce qu’on ne progresse plus. Le cerveau ne cesse de se remodeler. La conviction longtemps admise que le cerveau adulte ne peut générer de nouvelles cellules a été remise en cause. Le cerveau reflète la plasticité de vos expériences, de la mobilité de votre mental. Un esprit jeune est dynamique, vif et curieux, plein de vie, adaptable. Conseil de Shiva : “Quitter le fleuve du souvenir et du conditionnement, voir le monde comme si vous le découvriez pour la première fois.”

Un esprit jeune n’est pas blasé. Il s’enthousiasme pour tout, sa curiosité toujours en éveil. Il est imprévisible, ouvert à toutes les possibilités. Concrétisez vos impulsions. Soyez spontané. Ne vous laissez pas piéger dans des limites qui dissimulent l’unité de tout ce qui existe. Ne vous immobilisez pas pour tout analyser et critiquer. Essayez d’élargir votre angle de vision, d’éliminer les frontières.

Enrichissez votre conscience sensorielle, stimulez votre imagination. Soyez attentif à votre environnement, appréciez les sensations que vous procurent vos sens. Ne considérez pas le monde comme allant de soi. Imaginez des expériences multisensorielles pour exercer votre imagination.

L’expérience associée à la connaissance engendre la sagesse. Efforcez-vous d’apprendre tout au long de votre vie. Abandonnez les idées rigides que vous avez sur vous-même, et remettez-vous en question avec de nouvelles expériences et de nouvelles perspectives. N’ayez pas peur de mettre en doute des lieux communs et des idées reçues, y compris les vôtres. Si vous continuez à stimuler votre esprit, votre cerveau ne cessera de créer de nouvelles connexions entre ses milliards de cellules.

La gaieté et la bonne humeur sont des qualités de l’esprit qui est intrinsèquement joyeux. Se sachant éternel et illimité, l’esprit ne laisse pas ternir son enthousiasme par des préoccupations sans intérêt. Le jeu et la détente vont de pair. Quand vous jouez avec insouciance, vous vivez dans le moment présent, vous perdez la notion du temps. L’ego, lui, est sérieux, il ne s’intéresse qu’à son pouvoir et veut tout contrôler. Il a besoin d’être approuvé et se vexe pour un rien. Mais l’assurance et la suffisance de ceux qui sont dominés par leur ego dissimulent en fait leur peur : peur de perdre le pouvoir, le contrôle, de ne plus être approuvé. Déplacer votre point de référence intérieur de l’ego à l’esprit vous libère de votre besoin de contrôler, dissimuler, enjôler, séduire et manipuler et vous incite à tout simplement laisser se dérouler l’univers et la vie. C’est cette attitude qui, en engendrant une sensation naturelle de bien-être, vous prédispose à la gaieté et au rire.

Le rire est le meilleur médicament du corps et de l’esprit. Il peut stimuler le système immunitaire, élever le seuil de la douleur et soulager la dépression. Ne laissez pas le sérieux mortifère consumer votre force vitale et celle de vos proches.

Selon les enseignements védiques, le but de l’existence est le bonheur. Vous pouvez prendre votre personnage très au sérieux en oubliant la magie de la vie. Ne pas prendre la vie trop au sérieux ne veut pas dire être irresponsable. Savourez la magie et le mystère de chaque instant. Le rire est un signe de spiritualité, c’est une onde d’amour qui parcourt tout votre corps, le nectar de la conscience du moment présent .

Voir les commentaires

Deepak Chopra. Vivre en rajeunissant. 9.

17 Avril 2013, 08:25am

Publié par pam

PRÉCEPTE N°8 : je diminue mon âge biologique en cultivant la souplesse et la créativité de ma conscience.

Pour améliorer ma souplesse :

1- J’apprends à lâcher prise quand les choses ne se passent pas comme je veux.

2- Je pratique la sagesse de l’incertitude, je ne m’attache pas au résultat et je n’essaie pas de tout contrôler.

3- J’apprends à pardonner en éliminant griefs, rancœurs et regrets.

Pour améliorer ma créativité :

1- J’apprends à réagir de manière créative.

2- J’applique ce mode de réaction à tous les défis et les problèmes que je rencontre dans la vie.

3- J’aide les autres à résoudre leurs difficultés en leur apprenant à réagir de manière créative.

Vieillir c’est se rigidifier et s’atrophier, alors que la jeunesse implique souplesse et créativité. Elles peuvent s’apprendre, les cultiver dans votre conscience vous régénère continuellement et inverse le processus de vieillissement.

Il faut apprendre deux comportements fondamentaux : la souplesse qui provient du lâcher-prise, et la créativité qui implique intention, incubation et incarnation. Et ainsi vous pourrez accomplir quotidiennement ce que la plupart des gens ne peuvent faire qu’en mourant : créer un nouveau système corps-esprit. La souplesse face aux défis de l’existence, affronter l’adversité, s’adapter aux épreuves et y survivre sans s’y accrocher est associée à la puissance digestive, agni. Bien digérer c’est être capable d’extraire de toute expérience la partie nutritive en éliminant ce qui ne sert à rien. Ainsi vous vivrez longtemps sans tourments. Apprendre à lâcher-prise est une nécessité, car la vie est un processus de transformation continuelle. L’usure provoquée par la résistance au changement accélère le vieillissement, il faut l’accepter. Être souple, ce n’est pas renoncer à toute intention, projet, désirs, mais éliminer tout attachement pour un résultat particulier.

“Quand les choses ne semblent pas se passer comme je veux, je lâche prise et je ne m’attache pas à mon objectif initial, en comprenant que je ne vois pas l’ensemble de la situation. Si j’avais cette vision globale, je saurais pourquoi elles se passent ainsi et je réaliserais que le cosmos a pour moi un projet bien plus intéressant que tout ce que je peux imaginer.”

L’attachement au connu, c’est l’attachement au passé, qui engendre stabilité, inertie, entropie, stagnation et accélère le vieillissement. La plupart des gens consacrent leur vie à rechercher la sécurité que leur procure statut social et possessions. Ce sont des symboles de sécurité qui ne remplacent pas la véritable sécurité qui est intérieure. Pour bien évoluer, il faut cultiver la curiosité et accepter le cours des choses et l’inconnu. Bouddhistes : “rien n’existe qui soit moi ou mien”. Vous êtes une parcelle d’un réseau cosmique infini d’énergie, de transformation et d’intelligence. Dès que vous vous cramponnez à quelque chose (objet, position sociale, relation) vous rigidifiez votre conscience et vous accélérez votre vieillissement. Tout attachement s’accompagne de peur (de la perte, de l’inconnu, de la désapprobation) qui déclenche des réactions de stress.

Généralement, l’être humain recherche ce qui lui procure du plaisir et fuit ce qui risque de le faire souffrir, et cette tendance l’empêche de vivre l’instant présent. Acceptez la réalité, revenez au présent, ne vous fermez pas aux infinies possibilités qu’il vous offre. Ce que vous observez se modifie d’instant en instant, si vous vous y identifiez, votre identité n’a pas de permanence, vous sacrifiez votre vrai moi à l’image que vous vous en faites. Votre sentiment d’identité dépend d’une source extérieure. Et quand l’attachement prend fin, votre pouvoir et votre sentiment d’identité disparaissent eux aussi. Pratiquer l’attention vigilante, c’est ne plus se focaliser sur le but, mais sur le processus. Vous devenez alors complètement flexible. Quand l’Esprit est votre point de référence intérieur, vous n’anticipez pas, vous ne résistez pas, vous laissez simplement les choses se faire.

Vivez le moment présent.

L’incapacité de voir en face le spectacle parfois douloureux de la vie provient de l’impossibilité de pardonner, aux autres et à soi-même. Le pardon est le fondement du lâcher-prise. Il neutralise l’attachement au passé. Vous ne pourrez rajeunir sans vous en libérer.

Devant chaque difficulté, je peux choisir de voir le miracle ou l’injustice.

Choisissez le pardon et l’oubli plutôt que l’hostilité, le ressentiment, les griefs et les regrets.

Il est très facile de se laisser piéger par des habitudes qui favorisent la rigidité. La souplesse, le changement assouplit votre système nerveux en incitant les neurones de votre cerveau à faire de nouvelles connexions. Bousculez vos habitudes :

- Modifier l’alimentation.

- Changer le programme d’exercice.

- Modifier l’heure du coucher.

- Méditer plus longtemps.

- S’habiller autrement, porter d’autres couleurs.

- Écouter d’autres musiques, d’autres radios, d’autres émissions de télé.

- Changer d’opinion sur quelque chose ou quelqu’un.

- Lire un livre qui normalement n’intéresse pas.

Formulez consciemment votre intention de penser et d’agir souplement, et lâchez prise chaque fois que persévérer et s’accrocher ne sert plus à rien.

Ensuite, aborder la créativité car elle ne peut exister sans souplesse. La créativité est un saut quantique discontinu, d’un schéma de pensée à un autre, toutes les grandes avancées de l’art, de la science, ont été des bonds d’imagination impossibles à prédire à partir des conditions existantes. Une fois le saut créatif accompli, le monde en a été définitivement transformé (la relativité, les Beatles, le cubisme...). Enfant, vous aviez cette imagination débordante qui est la source de toute créativité. Vous viviez dans le moment présent, et votre souplesse vous permettait d’avoir sans cesse de nouvelles perceptions et de nouvelles interprétations. Aujourd’hui, le simple fait d’être vivant démontre votre créativité. Apprenez à réveiller la créativité de vos réactions et vous retrouverez l’énergie et l’enthousiasme de la jeunesse. Ce processus créatif peut être appliqué à tous les niveaux : médecine, art, affaires, plan relationnel.

La créativité est le processus qui consiste à prendre l’énergie, l’information et les matériaux de l’univers pour les transformer en quelque chose d’entièrement nouveau, n’ayant jamais été créé auparavant. Contrairement à l’innovation qui améliore ce qui existe déjà, la créativité fait surgir quelque chose qui ne s’était jamais encore concrétisé.

La démarche créative comporte neuf étapes fondamentales. Suivez cette méthode chaque fois que vous affrontez une difficulté ou relevez un défi dans votre vie. Vous avez un potentiel créatif illimité que vous pouvez utiliser pour résoudre tous les problèmes que vous rencontrez.

- Viser un résultat : vous devez avoir une vision précise de ce que vous voulez réaliser, sinon vous aurez du mal à satisfaire vos besoins. Formulez le résultat visé en langage clair et positif. Transcrivez par écrit vos intentions et relisez-les régulièrement pour vous assurer qu’elles reflètent bien vos aspirations du moment. Même si la souplesse implique de ne pas s’attacher à un résultat particulier, vos intentions ne doivent pas être ambiguës.

- Rassembler l’information : devenez expert de la question, recueillez toutes les données sans les juger ni les filtrer. Observez vos réactions en distinguant les approches qui vous plaisent de celles qui vous mettent mal à l’aise.

- Réagencement et analyse de l’information : peu à peu, votre esprit va digérer l’information en la formatant de manière à ce qu’elle vous soit utile. Ce processus de réagencement s’effectue aux niveaux conscient et inconscient. Vous trouverez des constantes et des indices vous permettant de mieux comprendre votre problème.

- Incubation : c’est l’expansion de conscience induite par la méditation. L’incubation implique une sorte d’abandon. Vous devez dépasser le mental rationnel pour accéder au plan de conscience plus profond qui va orchestrer la réalisation de votre intention. Utilisez la méditation so hum pour pacifier votre mental et élargir votre conscience. Repensez à votre intention pendant quelques instants, méditez, puis lâchez prise. Cela va faire surgir dans votre conscience une idée qui ne vous était jamais venue à l’esprit auparavant.

- Révélation : elle résulte d’un réordonnancement des anciennes associations et significations dans un autre contexte qui va susciter une nouvelle interprétation. La révélation est ce saut créatif au cours duquel votre perception et votre compréhension du problème change du tout au tout. Cette nouvelle vision est l’essence de la démarche créative. Elle émerge d’un plan de conscience très profond que la méditation vous permet d’atteindre, un plan qui existe de toute éternité dans les intervalles entre vos pensées. Vous vous libérez de vos schémas habituels et la révélation apparaît.

- Inspiration : la révélation génère spontanément l’inspiration. L’enthousiasme qui jaillit face à la révélation indique qu’elle est un vrai bond créatif. Votre esprit sait que votre intuition est juste et votre corps sent qu’elle est juste.

- Exécution, intégration, incarnation : il faut maintenant concrétiser votre intention puisque vous savez quoi faire. Opérez le changement, exécutez l’action pour actualiser la démarche créative. Intégrez ces modifications dans votre vie, dans votre corps. Cela fera désormais partie de vous et vous serez un être différent.

La faculté de trouver des solutions neuves à de vieux problèmes est un signe de souplesse et une composante essentielle de l’inversion du processus de vieillissement.

Adoptez la démarche créative chaque fois que vous rencontrez un problème. Si chaque difficulté devient pour vous une occasion de la pratiquer, vous affronterez avec enthousiasme tous les défis. Aidez les autres à résoudre leurs difficultés en leur apprenant cette méthode. Montrez à vos enfants comment surmonter les obstacles qui gênent leur progression. La souplesse et la créativité sont les clés de l’évolution. Ne peuvent survivre que ceux qui s’adaptent (Darwin), et l’adaptation exige souplesse et créativité.

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

16 Avril 2013, 08:02am

Publié par pam

Voir les commentaires

Deepak Chopra. Vivre en rajeunissant. 8.

16 Avril 2013, 06:40am

Publié par pam

PRÉCEPTE N°7 : je diminue mon âge biologique en éliminant les toxines qui empoisonnent mon corps et mon esprit.

Pour le mettre en pratique :

1- Je ne consomme plus d’aliments ou de substances toxiques et je bois un litre d’eau par jour.

2- J’apprends à gérer les turbulences émotionnelles.

3- Je transforme ou j’élimine mes relations toxiques.

Toutes vos pulsions peuvent être évaluées selon leur caractère toxique ou bénéfique. Une expérience bénéfique vous rend heureux, développe votre conscience et vous aide à rajeunir. Une expérience toxique vous rend malheureux, vous emprisonne et accélère le vieillissement.

De même sur tous les plans : substances, aliments, relations ou émotions.

Il est indispensable d’identifier et d’éliminer toutes ces toxines des divers aspects de votre vie.

Le vieillissement et la maladie sont l’aboutissement d’une accumulation de réactions toxiques.

La détérioration des cellules et des tissus est due à la toxicité des radicaux libres qui se forment chaque fois que l’oxygène est métabolisé. Un grand nombre de maladies sont associées à cette détérioration : cancer, maladie cardiaque, attaque d’apoplexie, diabète, arthrite, ostéoporose, troubles intestinaux inflammatoires, glaucome, dégénérescence rétinienne, maladie d’Alzheimer.

Ils sont aussi responsables des rides, du blanchiment des cheveux, de la raideur des articulations. Dans certaines circonstances, les radicaux libres sont utiles pour métaboliser les aliments et organiser les défenses immunitaires face à une invasion bactérienne, mais la maladie et le vieillissement sont dus aux dommages collatéraux qu’ils entraînent.

Ceux qui intensifient la production de radicaux libres sont : tabac, pollution de l’environnement, alcool, radiations, y compris exposition excessive au soleil, viandes fumés ou grillées au barbecue, conserves et aliments fermentés, chimiothérapie, forte consommation de graisses saturées et hydrogénées, stress et hormones de stress.

Pour contrer les effets nuisibles des radicaux libres dans notre organisme, un système antioxydant qui comprend de nombreux enzymes, vitamines et minéraux peut désactiver les molécules des radicaux libres avant qu’elles ne puissent nuire. Pour l’améliorer :

- manger davantage d’aliments riches en antioxydants : fruits, légumes frais, céréales, haricots, noix, noisettes, amandes.

- utiliser généreusement herbes et épices riches en antioxydants : aneth, coriandre, romarin, sauge, thym, menthe, fenouil, gingembre, ail.

- prendre des vitamines antioxydantes : A, C et E. (Toujours mieux dans l’alimentation qu’en complémentation).

- éliminer tabac, alcool excessif, médicaments superflus.

- réduire le stress en méditant.

Les êtres humains sont attirés par ce qui leur fait du mal, cette curieuse attraction est en partie chimique car nicotine, alcool et drogues plagient les substances biochimiques naturelles, mais à des doses qui provoquent l’accoutumance. Le rituel lui-même renforce le comportement. Mais le soulagement immédiat que procure cet acte entraînera une souffrance à plus long terme.

Si vous voulez vous défaire d’un conditionnement toxique et le remplacer par un autre plus bénéfique, il faut systématiquement renforcer cette transformation avec vos pensées et vos choix. Quatre règles de conduite peuvent vous aider à éliminer cette mauvaise habitude :

- fortifiez votre intention et la renforcer. Il faut être convaincu que votre vie sera meilleure sans. Faire la liste de ce que vous pourrez faire sans, positiver. Prendre l’engagement de se détourner de cette habitude et formuler clairement l’intention.

Visualiser votre guérison après quelques minutes de méditation, imaginer ce que sera votre vie sans, ce qui changera, le nouvel aspect de votre corps, les sensations différentes que vous procurera votre corps délivré, les nouvelles relations avec les autres, le regain de vitalité qui va découler, le bien-être et la fierté que vous éprouverez. Laissez cette image de guérison imprégner chaque cellule.

- focalisez votre attention sur le comportement toxique comme si vous méditiez, devenez le témoin conscient de l’accomplissement de cet acte. Quand le besoin se fait sentir, imaginez que vous y obéissez, regardez-vous accomplir les gestes, ressentez les sensations qu’éprouve votre corps, arrêtez-vous dès que votre besoin sera satisfait.

Quand nous n’écoutons pas nos signaux internes, notre corps finit par se taire afin d’économiser son énergie. Accomplir ce geste habituel avec la “conscience du débutant” comme si c’était la première fois (jamais très agréable), vous aidera à mieux discerner les véritables effets de la substance nocive.

- suivez un programme de désintoxication. Choisir une date et en profiter pour purifier corps et esprit en leur faisant adopter un mode de fonctionnement plus sain. Se focaliser sur cette purification aide à mieux supporter la souffrance du manque et à raccourcir la durée du sevrage. Boire beaucoup de jus de fruits et légumes frais pendant cette période, de l’infusion de gingembre. Simplifier l’alimentation pendant quelques jours en mangeant des céréales complètes, légumes cuits à la vapeur, soupes de lentilles. Prendre des bains chauds pour faciliter l’élimination des toxines par la peau. Prendre le temps de promenades quotidiennes dans la nature. Respirer l’air frais, sentir le soleil sur la peau, l’herbe ou le sable sous les pieds, s’imprégner de la force purifiante de la nature.

C’est un bon moment pour adopter un nouvel emploi du temps et un mode de vie plus sain.

En faisant travailler votre corps, vous l’aiderez à éliminer les toxines.

Plus vous introduirez d’éléments positifs dans votre vie, plus il sera facile d’en éliminer tout ce qui est toxique.

Panchakarma (actes purificateurs): programme complet de désintoxication de l’Ayurveda.

Vise à identifier, mobiliser et éliminer les toxines emmagasinées dans le corps : massages à l’huile suivis de traitements par la chaleur et associés à des procédés d’élimination des toxines par les voies digestives ou les conduits nasaux.

Programme de désintoxication progressive :

1- adopter une alimentation simplifiée pendant 5 jours : légumes vapeur, céréales, soupe de lentilles. Supprimer : fritures, aliments fermentés, produits laitiers, animaux, hydrates de carbone raffinés.

2- pendant 3 jours, manger des graines de sésame blanc et des raisins secs blonds pour lubrifier les voies digestives. Une cuillère à café du mélange à ingérer 1 heure avant ou 2 h après chaque repas.

3- essayer de boire un litre d’infusion de gingembre par jour : une cuillère à café de racine fraîche râpée par 1/2 litre d’eau bouillante

4- le soir du 4° jour, faire un massage à l’huile (p.58) et prendre un bain chaud.

5- vers 22 heures, prendre une cuillère à café de yoghourt avec une dose standard d’extrait de séné, ou 4 comprimés de Senokot. L’effet laxatif se manifestera au cours des 6 à 8 heures suivantes.

6- manger légèrement le jour suivant en réintroduisant progressivement d’autres aliments.

- la dernière étape consiste à remplir l’espace précédemment occupé par la substance nocive. Le mieux semble être la paix, le bien-être et la clairvoyance que génère la méditation. L’accès régulier à l’état de conscience calme qu’induit la méditation est une composante essentielle de l’abandon des habitudes nocives. Ou bien faire du sport, suivre des cours passionnants, améliorer vos relations...

Augmenter la consommation d’eau est une technique simple et très efficace. Les réactions biochimiques s’effectuent mieux quand le corps est bien hydraté. Sinon symptômes : migraines, constipation, sécheresse de la peau, fatigue, indigestion.... et même douleurs chroniques, asthme, hypertension artérielle. Les sodas, le thé et le café ne comptent pas car la caféine qu’ils contiennent a un effet diurétique. Manger des fruits et légumes riches en eau : melon, pamplemousse, pêche, pastèque, asperge, carotte, champignons. Boire beaucoup d’eau aide à perdre du poids, avoir plus d’énergie, souffrir moins de douleurs chroniques.

- éliminer les aliments toxiques : les aliments frais et préparés avec amour sont plus riches en énergie vitale, plus nutritifs. Acheter des produits biologiques pour éviter d’ingérer pesticides, engrais chimiques et insecticides. Laver très correctement les fruits et légumes.

- éliminer les émotions toxiques : ressentiment, hostilité, regrets ou griefs minent la vitalité. Il faut les découvrir et les éliminer par la médiation ou l’examen de conscience. Trouver les aspects positifs des événements : rupture donne indépendance et liberté par exemple. Prendre le temps d’éprouver de la gratitude pour tout ce qui va bien. Comme pour les toxines matérielles, il faut avoir clairement l’intention de remplacer les émotions nocives par des sentiments plus positifs. Transformer regrets et griefs en compassion et pardon peut fortement stimuler l’énergie primordiale qui anime le corps-esprit.

Tenir un journal où l’on relate ses difficultés émotionnelles peut améliorer le fonctionnement du système immunitaire tout en aidant à y voir plus clair et à mieux comprendre la situation, des études l’ont prouvé. N’employez plus certains mots (abandonné, maltraité, négligé) parlez plutôt de colère, tristesse, solitude et peur qu’évoquent ces circonstances. Après avoir écrit, accomplissez un rituel pour vous libérer de l’emprise qu’elles exercent sur votre âme. Ouvrez alors votre cœur aux sentiments régénérateurs que suscitent le pardon, la bonne entente, le rire et l’amour, et chassez l’entropie associée à l’angoisse, la rancœur, le regret et le désespoir.

- transformer ou éliminer les relations toxiques : être piégé dans des relations conflictuelles épuise et accélère le vieillissement. Si l’on considère la réalité comme un acte sélectif de perception et d’interprétation, le meilleur moyen de transformer une relation de ce type est de changer la manière de voir l’autre. Toute relation est un miroir qui peut vous montrer un aspect inconnu de vous-même et, dès que surgit un conflit, il faut se demander ce que dit cette situation de sa propre nature. Avez-vous tendance à refléter les traits de l’autre, les avez-vous manifester dans le passé ? Le plus souvent, ce qui vous dérange chez autrui est ce que vous vous efforcez à tout prix de nier en vous-même. Les relations se passent bien lorsque les besoins des deux partenaires sont satisfaits. Elles deviennent conflictuelles dans le cas inverse car elles sont envenimées par les tensions et les émotions toxiques que génère la frustration.

Exprimez vos besoins : Maslow a définit 5 besoins fondamentaux : besoins physiologiques (nourriture, eau, protection), de sécurité (être préservé de toute blessure physique ou émotionnelle), besoin social (relation, amitié, amour, appartenance), estime de soi, réalisation de soi (trouver la sagesse et découvrir le sens et la beauté de la vie) correspond à l’illumination dans les traditions orientales.

Les êtres réalisés sont ouverts, spontanés, simples et naturels. Leur vie est pleine de sens et de créativité. Ils se sentent aussi bien seuls qu’en couple. Ils sont gais et rient facilement. Ils savent comment satisfaire leurs besoins.

En séparant vos jugements de valeur de vos observations, vous risquerez moins de déclencher une réaction défensive. Vous devez ensuite identifier ce que vous ressentez en vous constituant un vocabulaire qui ne fait pas de vous une victime : au lieu de qualifier vos émotions avec des mots qui impliquent le comportement d’une autre personne (ignoré, rejeté, négligé, abandonné...) restez seul maître à bord (inquiet, mécontent, épuisé, effrayé, seul, indigné, triste...). La troisième étape est d’identifier vos véritables besoins dans cette situation. En 4°, vous devez formuler une demande spécifique, les gens réagissent mieux à une proposition qu’à une revendication. Puis demandez-vous quel est l’aspect positif de cette situation, quelle est la leçon qui peut élever votre niveau de conscience. Efforcez-vous de communiquer vos besoins consciemment afin de gaspiller moins d’énergie dans les conflits. Acceptez et valorisez vos différences au lieu de conclure systématiquement que l’autre a tort.

Éliminez les aspects toxiques de votre travail : le monde serait nettement meilleur si nous pouvions tous faire ce qui nous rend heureux, en mettant nos talents personnels au service des autres et de nous-mêmes. Selon l’Ayurveda, c’est ainsi que l’on vit son dharma, en réalisant le but de sa vie.

La vie est précieuse et vous avez le droit d’effectuer un travail ayant pour vous un sens.

Soignez votre apparence extérieure : la peau est notre organe le plus étendu et le plus adaptable. C’est une zone frontière entre les mondes intérieurs et extérieurs, une barrière qui protège nos tissus, cellules, molécules des attaques microbiennes, températures extrêmes, rayons ultraviolets et infrarouges, substances chimiques polluant notre environnement. La peau surveille constamment les stimuli du monde extérieur et envoie ces informations au cerveau. Votre peau est la face que vous présentez au monde, et la soigner peut rajeunir votre apparence. Trois principes fondamentaux :

- Purifier : la peau reflète la pureté de votre organisme. Il faut la nettoyer deux fois par jour pour éliminer les toxines qui bouchent ses pores et prédisposent aux infections. Il faut mieux utiliser des produits naturels. Préparez un mélange à parts égales de farine de poix chiches, lait en poudre, zeste de citron, noix de muscade et de coriandre moulues. Versez un peu d’eau dans 1/2 cuillère à café du mélange pour faire une pâte à appliquer sur la peau humide. Rincer quand elle commence à sécher. Le principe de base est de ne rien utiliser que vous ne pourriez mettre dans votre estomac.

- Revitaliser : il faut stimuler les fibres de collagènde qui la soutiennent. Yaourt, jus de citron et de pamplemousse ont un effet stimulant modéré. Appliquer et laisser agir 5 minutes avant de rincer.

Vous pouvez mélanger citron et pamplemousse à du jus d’aloès (aloe vera) , à garder 2 minutes.

Diluer plus en cas de peau sèche ou sensible.

- Nourrir : ensuite il faut la nourrir. Utiliser une huile végétale pure (amande, jojoba, avocat, tournesol) avec quelques gouttes d’huile essentielle (lavande, rose, santal, jasmin, géranium, citron).

- Protection solaire : utilisez toujours un écran solaire, les rayons ultraviolets détériorent le collagène, favorisant l’apparition des rides et provoquant des cancers de la peau.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>