Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Shiatsu

31 Mai 2013, 07:52am

Publié par pam

Le shiatsu est l'art de la guérison par les mains.

Réf. " Médecine vitale Tao pour le Shiatsu" de Ryokyu Endo.

Médium, racine latine de médicament, médecine, méditation...

Le médium intervient entre le monde ordinaire et le monde des esprits ; il entre en transe, puis, possédé par les esprits, rend l'oracle afin de guérir le malade.

La médecine occidentale est passée à une autre relation au monde et à la vie. Elle traite le corps et l'esprit comme deux entités distinctes car la science naturelle est une discipline qui réduit toutes les choses existantes à des éléments structurels.

La médecine occidentale excelle dans la thérapie d'urgence. Toutefois, quand les carences sont corrigées par des médicaments, le corps devient paresseux, perd sa capacité naturelle à produire l'élément déficient, rendant impossible le retour à un véritable état de santé. De plus le médicament s'il soigne spécifiquement, peut endommager une autre partie du corps (effets secondaires) et provoquer des dépendances. Le nombre de médicaments et de malades augmentent, les actions des groupes pharmaceutiques grimpent et nous vivons de plus en plus mal, en disharmonie, incapables de réagir et de nous adapter. La cause et l'effet sont inséparables, chacun a le potentiel de l'autre.

Les traités médicaux orientaux affirment :

"Guérir une maladie une fois qu'elle s'est déclarée, c'est comme creuser un puits quand on a soif".

À la différence de la médecine occidentale qui considère la maladie comme un désordre pathologique dans une partie du corps, la médecine asiatique la perçoit comme l'indication d'une disharmonie entre la nature et le genre humain. Le bouddhisme exprime cela par l'expression "un dans le tout et tout en un", credo fondamental selon lequel tout l'univers est contenu dans un grain de sable.

L'essence de la vie se manifeste par un échange continu d'énergie avec la nature. La maladie apparaît lorsque le corps perd son harmonie avec la nature en raison du blocage des courants alternatifs d'énergie circulant entre eux. D'où l'importance de la thérapie par le toucher dans la médecine Tao Shiatsu.

Les mains ont été utilisées pour la guérison depuis le commencement du genre humain. Le Do-In, méthode orientale de guérison manuelle, a été développé en Chine il y a 5 000 ans. À l'époque, c'était la base de toute pratique médicale, dont l'objectif était de rétablir l'équilibre de santé de l'esprit et du corps. Cette méthode utilise l'énergie naturelle : le Ki. Introduite au Japon, elle est devenue le Shiatsu, thérapie par pression des mains, technique manuelle la plus naturelle, jouant un rôle central dans les différentes thérapies orientales. Nous touchons d'instinct les zones qui nous font mal.

L'art du Shiatsu est d'activer une circulation énergétique normale, de faire fonctionner les circuits défaillants, de dénouer des nœuds. La thérapie est basée sur l'union du thérapeute et du patient. Les mains deviennent des médiateurs, trouvent des ouvertures et libèrent les tensions. Effets durables et sans dépendance. Le thérapeute inclut l'art de la bienveillance qui aide le patient à revenir du monde insondable de la douleur à une santé normale. Certains sont surpris qu'une pression sur un méridien de la jambe puisse soulager une douleur cervicale....

Principes fondateurs de cette thérapie : diagnostic, méridiens, canaux énergétiques qui traversent le corps, état d'esprit que doit atteindre le thérapeute.

Pour maîtriser l'art du Shiatsu, il faut utiliser les principes du Tao.

Il est important d'agir avec conviction, laissant de côté les désirs égoïstes d'avantages personnels, car l'ardeur naît de l'attitude mentale qui comprend les joies des autres autant que les siennes. Si la réussite ne concerne que l'avantage de l'individu, excluant les autres, elle est temporaire et n'est pas le véritable succès.

Les lois de la vie sont telles qu'on ne peut pas exister indépendamment de l'ensemble.

En Asie, on s'occupe davantage de l'intuition, de la spiritualité et de l'inconscient, qui appartiennent au monde du yin, que de matérialisme, du verbe et du conscient, qui appartiennent au monde du yang.

Au Japon et au Canada, le Ministère de la Santé s'intitule "Ministère de la Santé et du Bien-Être"... tout est dit.

Shiatsu

Voir les commentaires

choix des traitements ????

30 Mai 2013, 08:06am

Publié par pam

ça y est... la désertification médicale s'installe, après les hôpitaux qui ferment, les semaines d'attente pour avoir un rendez-vous chez un spécialiste, chez le kiné, chez le dentiste, il devient difficile de trouver un médecin : deux réponses consécutives récemment :" je ne prends plus de nouveaux patients".... que faire alors si on déménage, si son toubib, débordé, n'assure plus que la paperasse et la prise de tension ??????

Quand au millepertuis dont j'ai souvent parlé, c'est déjà effectif semble t'il : pour la première fois, sous un fallacieux prétexte de manque de plantes (!!!) chez Boiron, mon pharmacien n'a pas pu me délivrer de teinture mère.... Où est le choix des soins ??????

Après les conserves maison, les peintures, le pain et les yaourts maison, faudra t'il réapprendre à fabriquer nos médicaments naturels ? Sera-ce la seule alternative aux laboratoires "tout-chimie" et "tout-pour-les-actionnaires" et aux propositions ambiguës et invérifiables sur la toile ????????

À part ça tout baigne... les nappes phréatiques continuent de faire le plein, et les hommes politiques sont toujours plus à la botte des financiers....

choix des traitements ????

Voir les commentaires

Françoise Héritier

30 Mai 2013, 07:23am

Publié par pam

La domination masculine remonte à la nuit des temps, et plus précisément à l'époque paléolithique, celle des chasseurs-collecteurs. Quand les humains, peu nombreux (de l'ordre de 100 000) vivaient en groupes consanguins de 15/20 personnes.

L'analyse génétique de groupes décimés par une maladie ou une catastrophe, et dont les membres sont donc morts en même temps, permet de constater que les hommes et les enfants partagent le même ADN, mais que celui des femmes est différent.

Concrètement, cela signifie que les femmes venaient d'autres groupes. Elles constituaient une monnaie d'échanges ou faisaient l'objet de razzias.

Françoise Héritier rappelle que ce sont ces humains qui ont crée les premiers systèmes de pensée. Rien avant eux n'existait.

Aujourd'hui nous ne faisons pas des réformettes en essayant d'établir l'égalité hommes/femmes, nous faisons "un recommencement du monde".

selon Françoise Héritier :

« L'alimentation des femmes a toujours été sujette à des interdits. Notamment dans les périodes où elles auraient eu besoin d'avoir un surplus de protéines, car enceintes ou allaitantes – je pense à l'Inde, à des sociétés africaines ou amérindiennes. Elles puisent donc énormément dans leur organisme sans que cela soit compensé par une nourriture convenable ; les produits« bons », la viande, le gras, etc. étant réservés prioritairement aux hommes. (...) Cette « pression de sélection » qui dure vraisemblablement depuis l'apparition de Néandertal, il y a 750 000 ans, a entraîné des transformations physiques. A découlé de cela le fait de privilégier les hommes grands et les femmes petites pour arriver à des écarts de taille et de corpulence entre hommes et femmes7. »

Le Point.fr : Que vous a inspiré la violence des détracteurs du "mariage pour tous" ?

Françoise Héritier : Le mouvement a pris une ampleur considérable, car il est beaucoup plus facile, et plus visible, de protester que de soutenir. Mais les analyses, les sondages, la voie électorale et la volonté gouvernementale clairement affichée montrent bien qu'il n'y a pas d'opinion prise par surprise. Il faut également rappeler que c'est une loi qui ne porte pas de tort en retirant des droits aux personnes. Elle se contente d'en donner à certains qui n'en avaient pas. "Et les enfants ?" rétorque-t-on souvent avec ce slogan bêtasson "un papa, une maman". Je réponds que c'est oublier la réalité. Dans notre société, tous les enfants n'ont pas le droit à un père et une mère, et s'en accommodent très bien la plupart du temps. Dans notre histoire passée, il y a toujours eu une part importante de la population qui naissait bâtarde, de filles-mères car non mariées, sur qui régnait l'opprobre, car il leur manquait l'institution du mariage. Or, les détracteurs de la loi semblent oublier complètement cet aspect. Enfin, ils s'abritent, au nom de la religion, derrière l'idée de constante anthropologique, d'une nature des choses qui serait celle que Dieu a voulue. Or c'est totalement faux. L'ordre social a toujours été créé par l'esprit humain et correspondu à des impératifs qui étaient ceux d'un moment donné, avec ensuite transmission d'institutions au long cours. Dont le mariage.

Que dire de ceux qui crient à la disparition d'un ordre naturel ?

Il n'y a pas d'ordre naturel des choses. Le dieu des religions révélées est apparu il y a 8 000 ans dans notre histoire, ce qui n'est rien du tout par rapport à l'ancienneté du modèle de pensée qui existait déjà. Celui-ci a simplement été parachevé par l'introduction d'un dieu jaloux, intolérant, violent, incapable d'accepter la différence, la concurrence. Et qui a introduit un frein supplémentaire, pour les femmes notamment, qui est la notion de péché. Si vous ne faites pas ce que la nature vous dicte, relayant ce que Dieu a voulu, c'est-à-dire des enfants au sein du mariage reconnu par la société, eh bien vous péchez. Or, il se trouve qu'une bonne partie de la population ne pense pas comme ça et qu'il n'y a aucune raison de vouloir lui imposer, au nom de notre culture passée, un modèle qui n'a jamais été complètement respecté.

Comment expliquez-vous cette tendance humaine à penser que l'ordre dans lequel nous vivons est immuable ?

Il faut bien distinguer l'ordre social de l'ordre moral. L'ordre moral, c'est celui qui est ajouté pour nous faire croire que l'ordre social que l'on connaît est le seul juste. Or, l'ordre social change sous les actions et les volontés populaires. Mais depuis les origines, un seul modèle a existé : celui de la valeur différentielle des sexes, qui est fondé sur la domination du sexe masculin sur le sexe féminin. Et toutes les sociétés ont dérivé de ce modèle originel.

Comment s'est-il imposé à l'esprit humain ?

Par le fait que les hommes ne font pas leurs fils avec leur propre corps. Alors que les femmes, elles, font des filles et des fils. Pourquoi font-elles les fils et pas les hommes ? Parce qu'elles sont mises à leur disposition pour ça, pardi ! C'est du moins l'explication qui va s'enraciner dans les esprits. Donc les hommes vont s'échanger les femmes entre groupes pour assurer la continuité des lignées. L'instauration du mariage est un épisode de l'histoire de l'humanité qui assoit le modèle en supprimant définitivement à la fois l'inceste et les sexualités différentes qui étaient jusque-là autorisés. L'homosexualité ne menait pas à la reproduction sociale attendue. Mais il se trouve qu'on était à l'époque 300 000 sur terre, qu'il fallait assurer le lien et la paix sociale par des contrats, qu'on avait alors tout à créer. Mais maintenant que nous sommes 7 milliards ? Avons-nous encore besoin que les hommes échangent leurs soeurs entre eux pour fonder la société ? Nous ne vivons plus avec des arcs et des flèches ! Je ne dis pas qu'on ne puisse pas conserver l'institution du mariage pour partie, mais je pense qu'on peut parfaitement l'adapter. C'est le propre de l'esprit humain de changer.

On vit donc un moment historique ?

N'y voyons pas non plus une révolution brutale qui s'accomplit sous nos yeux en quelques dizaines d'années... Le mouvement a commencé progressivement avec les réflexions sur l'égalité entre les sexes au XVIIe siècle et s'est accru fortement avec les suffragettes aux XIXe et XXe siècles. Mais cette ère de changement nous conduit en effet inéluctablement vers un nouveau modèle bâti sur un autre rapport des sexes, qui impliquera nécessairement de nouvelles normes familiales. Lorsqu'on regarde ce qui se passe à l'étranger, on peut trouver que les rythmes d'adaptation sont bien différents. Mais à l'échelle de l'humanité, c'est la même période.

Françoise Héritier

Que pensez-vous du mot "mariage" dans "mariage pour tous" ? Qu'est-ce que le mariage pour une anthropologue comme vous ?

Le mariage n'a rien de sacré. C'est un contrat, qui est devenu dans notre esprit un contrat fondé sur l'intérêt collectif à unir deux groupes par l'intermédiaire de deux personnes. Et maintenant, sans même s'en rendre compte, ceux qui veulent à tout prix le protéger parlent de tout autre chose. Ils parlent d'un mariage fondé non plus sur l'intérêt collectif, mais sur l'amour, le penchant, le désir individuel, et qui n'a plus ce caractère fondateur du social. Les liens qui nous lient entre nous sont désormais garantis par l'État.

Même si PMA et GPA ont été retirées de la loi, celle-ci ne constitue-t-elle pas une étape vers ces pratiques ?

On raccorde au "mariage pour tous" les techniques de procréation parce qu'il va de soi que le rapport entre deux personnes de même sexe est improductif. Mais la possibilité d'accéder à ces techniques ne découle pas du mariage... Il y avait néanmoins deux grands manques dans le modèle archaïque dominant. D'abord, l'impossibilité de connaître à l'avance le sexe de l'enfant et s'exposer à avoir une ribambelle de filles avant le fils tant espéré. Ensuite, l'incertitude de la paternité. Car, à moins d'enfermer la femme, nul ne peut être certain que son conjoint est bien le géniteur des enfants qu'il a élevés. Aujourd'hui, il suffirait d'un pas pour qu'on puisse trier les embryons et choisir le sexe de l'enfant. Nous sommes donc en face de techniques modernes qu'on nous présente comme vouées à la satisfaction des besoins et des désirs féminins, alors qu'en fait, elles ne font que parachever ce que le modèle avait d'inachevé. Il faudra donc être vigilant. Les nouvelles techniques peuvent être inquiétantes si on ne les maîtrise pas dans le bon sens. Attention, je ne dis pas que je comprends les craintes "morales" de certains réfractaires. Je fais simplement état d'un risque anthropologique.

Et en ce qui concerne la GPA ?

Encore plus, évidemment. Car la notion de maternité éclate. À supposer qu'il ait fallu un ovule, donné par une donneuse, fécondé par le sperme du conjoint, on le replace ensuite dans l'utérus d'une mère porteuse, qui va accoucher et sera, du coup, considérée comme la mère, le bébé sera ensuite pris en charge par des nourrices et, enfin, par cette mère du couple social qui prend en charge l'éducation, les soins, l'amour. Donc, vous avez quatre mères potentielles, au moins. Et l'idée juridique classique du père incertain et de la mère certaine bascule totalement.

Quelle sera la place du père dans les nouvelles formes de la famille ?

Celle qu'il saura se construire. Les femmes auraient sans doute souhaité depuis bien longtemps que les pères aient une place plus grande et une responsabilité plus importante dans l'éducation de leurs enfants. Il se trouve que maintenant, on commence à s'y intéresser... Tant mieux. Les jusqu'au-boutistes vous diront que le rôle du père consiste à décréter ce qui est bien, ce qui est mal, féliciter, réprimander, sans s'occuper du quotidien. Il se trouve que je ne partage pas ce point de vue : un enfant a besoin de trouver autorité et tendresse tant chez sa mère que chez son père.

Le modèle du père détenteur de l'autorité et de la mère "purée Mousseline" n'est-il pas une image d'Épinal ? C'est un peu simpliste...

C'est exactement comme lorsqu'on vous dit que les enfants étaient bien meilleurs à l'école avant. Si je prends l'exemple de mon propre père, je me dis qu'il était bien plus impliqué que certains pères d'aujourd'hui dans notre éducation, ce qui peut surprendre pour un homme de son époque. Bref, tout n'est pas si tranché. C'est bien pour cela que le rôle du père reste à inventer.

Dans l'histoire de l'humanité, y a-t-il des exemples de mariage homosexuel ?

Il y a une cinquantaine d'années, les ethnologues faisaient état, chez les Nuer du Soudan, de mariages entre femmes, où l'une d'entre elles était considérée comme un homme. Elle va rentrer dans ce mariage en tant que mari et père des enfants qui seront engendrés par un serviteur. Il existe également des exemples de relations homosexuées, qui ne sont pas à proprement parler des mariages mais qui sont néanmoins reconnues institutionnellement. Dans les sociétés indiennes d'Amérique du Nord, où certains hommes ne peuvent pas se marier jeunes, car ils n'ont pas les moyens (le statut social, l'entregent..), ils peuvent vivre en attendant, de façon officielle et acceptée de tous, avec un transsexuel ou un travesti. C'est ce que les colons français ont appelé d'un terme négatif, les berdaches.

Vous avez souvent expliqué à quel point le masculin et le féminin structuraient notre pensée. Comment un enfant se construit-il avec deux pères ou deux mères ?

Il ne faut jamais perdre de vue l'incroyable plasticité de l'enfant et des sociétés humaines. La norme de l'enfant, c'est ce qu'il vit. Le problème naît lorsque ce qu'il vit est rejeté par le reste de la société. Or, si sa situation est acceptée, ce type de problème n'existe pas. Tous les individus possèdent en puissance la totalité des qualités qui garantiront à l'enfant une bonne éducation.

Que pensez-vous de l'action des Femen ?

Elles m'intéressent beaucoup. D'une part, parce que toutes les actions, non violentes, sont bonnes à prendre. Mais également car elles renvoient à des usages extrêmement intéressants qui ont lieu dans des sociétés africaines que l'on considère comme primitives. Il s'agit de femmes, parfois âgées ou aux seins tombants, qui, pour protester contre l'action de certains hommes, se rassemblent et se mettent nues, dévoilant leur poitrine et leur sexe devant les hommes horrifiés. Généralement, les hommes cèdent et le vivent comme une grande malédiction. C'est l'arme de la nudité. Elles montrent en quelque sorte aux hommes qu'ils ne seraient pas là si elles ne les avaient pas mis au monde. Elles semblent dire : "voyez d'où vous sortez". Or, les hommes ont beau révérer la mère, il y a une chose dont ils ont horreur, c'est de se dire en voyant les seins et le sexe de leur mère : je suis sorti de ce sexe-là. Les Femen, à leur manière, semblent reproduire cette malédiction.

Françoise Héritier

Voir les commentaires

bon traitement , autotraitement...

29 Mai 2013, 07:31am

Publié par pam

TRAITEMENT :

un bon traitement doit être fonction du type de la douleur, de son intensité, de la personnalité du patient. Il doit être parfaitement expliqué... et accepté. Il doit comporter des mesures de prévention, des conseils d’hygiène et de diététique.

Choix du bon traitement : bon médicament, pour le bon malade, au bon moment, à la bonne dose, pendant la bonne durée. Il est déterminé par l’efficacité du produit, mais aussi par ses effets secondaires ou sa toxicité, ses interactions avec d’autres médicaments ou l’état du patient.

Beaucoup de traitements sont essayés puis abandonnés pour inefficacité ou mauvaise tolérance, alors qu’ils ont simplement été mal utilisés.

L’alimentation modifie l’absorption des principes actifs, en général, elle en diminue l’efficacité et la rapidité d’action, car elle ralentit la vidange gastrique et augmente l’acidité. En revanche, elle limite l’apparition de troubles digestifs provoqués par certains produits (aspirine, anti-inflammatoires, antibiotiques). Avaler beaucoup d’eau en même temps que les médicaments améliore à la fois la tolérance et l’efficacité. L’alcool retarde l’évacuation gastrique ce qui augmente la toxicité des médicaments. De plus, il accélère la distribution des médicaments vers le système nerveux central. Le tabac accélère le métabolisme des médicaments, l’efficacité du principe actif est donc diminué. La nicotine modifie l’activité de certains médicaments. Éviter à tout prix de boire du jus de pamplemousse avec les traitements : leur efficacité peut être amoindrie jusqu’à 90 %. Certaines molécules ne sont pas absorbées, d’autres voient leur efficacité augmenter.

ANTIOXYDANT :

Nutriment qui permet de lutter contre le phénomène d’oxydation et la libération des radicaux libres. Est “antioxydant” toute substance capable de réduire, réparer ou prévenir les dégâts causés par les radicaux libres.

Protecteur de certains éléments nécessaires au fonctionnement des cellules de l’organisme, contre leur oxydation ; qui empêche l’oxygène moléculaire d’agir comme un agent oxydant ou un radical libre. Ils jouent un rôle dans la prévention de différents cancers et des maladies cardio-vasculaires, ils ont la propriété de renforcer le système immunitaire, ils assurent la protection des cellules.

Les plus connus sont les vit A,C et E, le zinc et le sélénium.

La théorie des “radicaux libres et antioxydants” date de 1956 aux États-Unis, est à l’origine d’un décryptage différent de la survenue des maladies et des effets toxiques des médicaments et de l’environnement, véritable révolution médicale et alimentaire. La plupart des maladies trouvent leur origine dans un mauvais équilibre entre trop de radicaux libres et pas assez d’antioxydants. Le système est responsable du vieillissement en général, des articulations en particulier.

Antioxydants : polyphénols, flavonoïdes, tanins... Ils empêchent dans notre organisme l’action destructrice du radical oxygène agressif. Cet oxygène ou stress oxydatif crée des radicaux libres et apparaît sous l’influence de facteurs de risque comme tabagisme, alimentation déséquilibrée, produits toxiques mais aussi inflammations chroniques. Réaction en chaîne infernale.

ACTIVITÉ PHYSIQUE :

fait partie des mesures d’hygiène de vie indispensables et bénéfiques à l’équilibre général, au même titre que l’alimentation et le sommeil. L’hyperoxygénation qu’elle entraîne augmente l’élimination des acides en excès, ce qui soulage nombre de douleurs (arthrite, tendinite...).

Un programme physique bien équilibré et adapté doit être régulier, progressif, très doux pour les muscles et les articulations, éviter les mouvements douloureux. L’activité physique renforce les articulations en mobilisant les différentes structures (ligaments, muscles, tendons) qui la composent, elle prévient le rouillage, favorise la souplesse, augmente la capacité à absorber les chocs. Un bon système articulaire est là pour protéger le cartilage. Elle favorise le brassage du liquide synovial, sinon le cartilage s’assèche et perd sa résistance, entraînant l’arthrose. De plus l’exercice physique renforce l’organisme, détend psychiquement, diminue le stress, favorise le sommeil, contribue à lutter contre le surpoids. Elle stimule la construction osseuse et évite sa déperdition.

SUBSTANCES CHIMIQUES D’ORIGINE VÉGÉTALE.

Deepak Chopra.

Flavonoïdes.

Rôle : antioxydant, anti cancérigène, protège contre la maladie cardiaque.

Sources : oignon, brocoli, raisin noir, pomme, cerise, agrumes, baies, tomate.

Composés phénoliques.

Rôle : antioxydant, empêche l’évolution du cancer.

Sources : noix, noisettes, amandes, baies, thé vert.

Sulfures.

Rôle : anti cancérigène, empêche la formation de caillots sanguins.

Sources : ail, oignon, ciboulette.

Lycopène.

Rôle : anti cancérigène.

Sources : tomate, pamplemousse rose.

Isothiocyanates.

Rôle : empêche la progression du cancer.

Sources : brocoli, chou, chou-fleur.

Isoflavones.

Rôle : neutralise les cancers hormono-dépendants, réduit les taux de cholestérol.

Sources : graines de soja, aliments à base de soja.

Anthocyanes.

Rôle : antioxydant, baisse le cholestérol, stimule l’immunité.

Sources : baies, cerise, raisin, groseille.

Terpénoïdes.

Rôle : antioxydant, antibactérien, évite les ulcères d’estomac.

Sources : poivre, cannelle, romarin, thym, curcuma.

bon traitement , autotraitement...

Voir les commentaires

prévention...

29 Mai 2013, 07:10am

Publié par pam

PRÉVENTION :

Sans présenter de pathologie, votre organisme peut être déséquilibré ou déficitaire, préparant la pathologie. C’est la raison de l’insistance de la médecine chinoise pour la prévention.

Cultiver notre énergie participe d’un processus de guérison permanent.

RADICAUX LIBRES :

ce sont des molécules d’une durée de vie très brève, très réactives et dont la prolifération endommage la structure tissulaire. Ils sont donc en partie responsables du vieillissement et de la formation des tumeurs.

Ils agissent très rapidement dans le corps jusqu’à ce qu’elles soient stoppés par les antioxydants. Ils contribuent à la dégradation des membranes des cellules, des tissus et des organes, accélérant ainsi le vieillissement du corps. Présents dans le développement de nombreuses maladies : cancer, maladies cardiaques, arthrite, athérosclérose, épaississement de la paroi des artères par le dépôt de plaques, de même qu’une multitude de maux associés au vieillissement.

Le stress, l’alcool, le tabac, une alimentation pauvre en antioxydants, une exposition excessive au soleil, la pollution etc., sont des facteurs ayant pour effet d’augmenter la formation des radicaux libres.

Résidus toxiques de molécules qui jouent un rôle déterminant dans les phénomènes de sénescence cellulaire et tissulaire.

Atomes instables parce que sous l’effet de processus physiologiques vitaux (respiration, digestion, infections, inflammations, allergies, stress, exposition au soleil...) ils ont gagné ou perdu un électron. Dans cet état d’instabilité, ils attaquent la cellule, provoquant l’ensemble des phénomènes et affections liés au vieillissement (rides, troubles cardiaques, rhumatismes, cataracte, Parkinson, cancers). Ils s’attaquent à l’A.D.N., aux mitochondries, aux enzymes, aux vitamines, aux graisses, obstruant les artères, bloquant les transporteurs de nutriments, inactivant les récepteurs, altérant les gènes, épuisant le système immunitaire, rigidifiant les membranes, sclérosant les tissus...

Ils participent aussi bien aux réactions de défense de l’organisme (contre virus et bactéries) qu’à l’initiation de nombreuses maladies.

RÉGIME :

“C’est en prenant conscience de sa richesse intérieure, en la développant, qu’on réduit le besoin de se remplir de nourriture, et non pas en rigidifiant sa volonté. Maigrir est une affaire de métamorphose qui ne peut aboutir que lorsqu’on procède d’une décision personnelle et non de celle d’un médecin ou de son entourage.” Dr Appeldorfer.

Régime de Dominique Lobeau :

Régime pour retrouver un estomac non distendu : le samedi matin, faire cuire 1 kg de poireaux à feu doux 25 minutes après ébullition dans 1,5 litre d’eau légèrement salée. mettre le blanc et le vert du poireau de côté et boire un petit bol de ce bouillon toutes les 2 ou 3 heures. Aux repas de samedi midi, samedi soir et dimanche midi, consommer le poireau avec un peu d’huile d’olive et de jus de citron (sel, poivre, persil facultatifs). Le dimanche soir, prendre 125 g de viande ou poisson avec quelques légumes à la vapeur et une noix de beurre.

Régime de Gandhi :

88 g de germes de blé, 88 g de verdure pilée, 88 g d’amandes douces réduites en pâte, 6 citrons amers, 57 g de miel.

Régime crétois :

Peu onéreux, il repose sur des habitudes alimentaires traditionnelles saines et équilibrées et apporte santé et longévité.

Il est composé de beaucoup de fruits frais, quelques fruits secs, céréales(riz, millet, polenta), légumes et légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots), huile d’olive et pâtes. Pas de laitages à part la fêta. Les protéines sont apportées par volaille, oeufs, poissons (frais et pêchés en mer), peu de viande rouge. Pas de sucreries, le sucre est apporté par les fruits. Consommation régulière et modérée de vin rouge. Il est très pauvre en graisses saturées, contient beaucoup de vit A et bêtacarotène, vit C, sélénium, fibres. Les noix et le pourpier apportent l’acide linolénique à l’action protectrice cardio-vasculaire essentielle.

"Pour obtenir un équilibre naturel, il faut éliminer les toxines physiques et mentales.

Le régime universel amincissant est de supprimer les pensées négatives : il est en effet impossible de jouir d’une bonne santé et d’évoluer positivement si l’on ne ressent ni amour ni joie.

“La maladie la plus grave est le mépris de notre corps.” Montaigne.

L’idéal en matière de diététique est de prendre une variété limitée d’aliments par repas : les nutriments sont alors plus facilement assimilés et digérés.

Les habitants de l’Himalaya se nourrissent de riz, de deux ou trois petits poissons grillés à la cendre et de quelques légumes de leur jardin. En Chine, les centenaires vivent de bouillies de maïs broyé à la pierre, agrémentées d’un ou deux légumes sautés au wok."

D. Lobeau in “L’art de la simplicité” .

ANTIOXYDANTS :

Ils jouent un rôle dans la prévention de différents cancers et des maladies cardio-vasculaires, ils ont la propriété de renforcer le système immunitaire, ils assurent la protection des cellules.

Les plus connus sont les vit A,C et E, le zinc et le sélénium.

Aliments les plus antioxydants : abricot, ail, avocat, bette, brocoli, carotte, cassis, chou, citron, cresson, épinard, figue, fraise, kiwi, mangue, orange, pamplemousse, poivron, pomme, tomate. algues, blé germé, luzerne, pollen, gelée royale, eau de mer.

Plantes : aiguilles et écorces de pin maritime, ginkgo biloba, thé vert, échinacée, éleuthérocoque, cassis, pamplemousse, romarin, millepertuis, sauge, camomille gingembre, harpagophytum, shiitake, maïtaké, frêne, thym, tanaisie, curcuma, reine des prés...

prévention...

Voir les commentaires

placebo, nocebo...

29 Mai 2013, 07:06am

Publié par pam

PLACEBO :

médicament prescrit au patient, plus pour lui plaire que pour lui être utile : première définition. En 1946, devient un évaluatif et comparatif d’efficacité d’un traitement par rapport à un autre. Dans l’esprit du public, évoque la tromperie alors qu’il fait partie intégrante du traitement et de la relation médecin-malade. En matière d’analgésie, l’efficacité du placebo avoisine toujours 50 % de celle du médicament auquel on le compare, ce qui montre le rôle considérable de la suggestion dans la perception de la douleur. L’efficacité d’un placebo n’implique absolument pas que la douleur traitée et améliorée est purement imaginaire : une étude récente montre que l’effet placebo serait lié à la libération de nos morphines naturelles.

La médecine commence seulement à utiliser la connexion corps-esprit pour guérir. 30% des malades éprouvent un soulagement avec un placebo. Le corps peut donc susciter n’importe quelle réaction biochimique une fois que l’esprit a reçu la suggestion appropriée. Le pouvoir qui active l’effet placebo est le seul pouvoir de la suggestion.

Pouvoir de l’imagination.

NOCEBO : On a récemment inventé, à partir du mot placebo, le terme nocebo qui décrit l’impact négatif que le médecin peut avoir sur son malade : le malade ne réagit pas au traitement quand le médecin n’y croit pas.

placebo, nocebo...

Voir les commentaires

relaxation profonde...

29 Mai 2013, 06:51am

Publié par pam

Thich Nhat Hanh in “La colère”.

LA RELAXATION PROFONDE.

Permettre à votre corps de se reposer est très important. Si celui-ci est détendu, votre esprit le sera également. La pratique de la relaxation profonde est essentielle à la bonne santé de l’un comme de l’autre. La durée de la méditation guidée ci-dessous est généralement de 30 minutes, mais vous pouvez l’adapter à votre convenance. Le plus important est de l’apprécier.

Étendu sur le dos, confortablement, fermez les yeux ; bras et jambes allongés, détendus, pieds tournés vers l’extérieur.

Tout en inspirant / expirant, prenez conscience de votre corps tout entier, des zones en contact avec le sol : talons, jambes, fesses, dos, dessus des mains et des bras, arrière de la tête. À chaque expiration, sentez comme vous vous enfoncez de plus en plus profondément dans le sol, en vous libérant de toute tension, de tout souci.

Tout en inspirant, concentrez votre attention sur votre abdomen qui se soulève et s’abaisse, faites ainsi plusieurs respirations.

En inspirant, prenez conscience de vos pieds. En expirant, laissez-les se détendre. En inspirant, irradiez vos pieds de votre amour et, en expirant, souriez-leur. Alors que vous respirez, découvrez qu’il est merveilleux d’avoir deux pieds qui permettent de marcher, courir, pratiquer des sports, danser, conduire, mener d’innombrables activités durant la journée. Remerciez vos pieds d’être présents chaque fois que vous avez besoin d’eux.

En inspirant, prenez conscience de votre jambe droite et de votre jambe gauche. En expirant, laissez toutes les cellules de celles-ci se détendre. En inspirant, souriez-leur et, en expirant, irradiez-les de votre amour. Ressentez la force et la santé de vos jambes. En respirant, enveloppez-les de votre tendresse et de votre sollicitude. Laissez-les se reposer, s’enfoncer doucement dans le sol. Relâcher toute tension qui pourrait les affecter.

En inspirant, prenez conscience de vos mains qui reposent sur le sol. En expirant, détendez complètement tous les muscles de vos mains, en relâchant toute tension qui pourrait les affecter. En inspirant, découvrez à quel point il est merveilleux d’avoir deux mains. En expirant, souriez-leur et enveloppez-les de votre amour. En respirant, prenez conscience de tout ce que vous pouvez faire avec vos mains : cuisiner, conduire, prendre quelqu’un par la main, prendre un bébé dans vos bras, caresser, vous laver, dessiner, jouer d’un instrument de musique, taper à l’ordinateur, bricoler, prendre soin d’un animal, tenir une tasse de thé... Grâce é elles, vous pouvez faire tant de choses. Efforcez-vous simplement d’apprécier la chance d’avoir deux mains et laissez toutes leurs cellules se reposer réellement.

En inspirant, prenez conscience de vos bras. En expirant, laissez-les se détendre complètement.

Épaules. Prenez conscience des tensions et du stress accumulés. Laissez cette tension s’en aller à chaque expiration, et sentez comme elles sont plus détendues.

Cœur.

Estomac, intestins.

Yeux.

Continuez à détendre chaque partie de votre corps.

À présent, si une partie de votre corps est affectée d’une maladie ou d’une douleur, efforcez-vous d’en prendre conscience et de l’envelopper de votre amour.

Sachez qu’il y a d’autres zones de votre corps qui sont restées fortes et saines. Laissez-les envelopper de leur force et de leur énergie la partie faible ou malade. Inspirez et affirmez votre propre aptitude à guérir.

Expirez et débarrassez-vous des soucis et des peurs qui pourraient affecter votre corps. En respirant, souriez avec amour et confiance à la région de votre corps qui souffre encore.

Enfin, en inspirant, prenez conscience de votre corps tout entier qui est allongé. En expirant, appréciez la sensation de bien-être que vous procure votre corps allongé, détendu et calme. Souriez-lui en inspirant, puis, en expirant, enveloppez-le de votre amour et de votre compassion. Voyez comme toutes les cellules sourient joyeusement en même temps que vous. Remerciez-les. Prenez à nouveau conscience de votre abdomen qui s’élève et s’abaisse doucement.

Pour finir, étirez-vous lentement et ouvrez les yeux. prenez votre temps pour vous lever, avec calme. Efforcez-vous de faire bénéficier votre activité suivante et le reste de la journée du calme et de l’énergie de la Pleine Conscience que vous avez générés.

relaxation profonde...

Voir les commentaires

relaxation...

28 Mai 2013, 06:46am

Publié par pam

“Relaxation : état consistant à laisser aller les tensions physiques et mentales ainsi que le stress émotionnel et à ralentir le système énergétique afin d’établir l’harmonie avec l’activité subconsciente.” Kenneth Meadows.

-----------------------------------------------------------------------

"La relaxation est essentielle pour apprendre à maîtriser les émotions, contrôler les tensions musculaires, diminuer, canaliser, voire supprimer les conséquences du stress".

Dr Serge Rafal.

-----------------------------------------------------------------------

La relaxation consiste à procurer au corps et à l'esprit un repos complet par rapport aux efforts et tensions que la vie nous apporte, notamment celles qui proviennent des montées d'adrénaline que nous subissons en réaction aux pressions de toutes parts. Ces diverses pressions ont pour effet de crisper nos muscles, ceux du dos en particulier. Petit à petit, la tension qui se prolonge fait naître une espèce d'armure entourant tout le corps, qui nous prédispose aux blessures. La relaxation permet de se défaire de cette armure. Les excitants peuvent aggraver la tension. Une alimentation saine et équilibrée et faire de l'exercice sont nécessaires.

Calme de l'esprit et mouvements lents.

relaxation...

La marche est déjà une forme de détente. Balancement rythmé, respiration approfondie et régulière, accueil paisible du spectacle de la rue, ou d'un paysage. Le promeneur qui jette sur les gens et les choses un regard innocent réalise un début de relaxation oculaire et mentale.

Nous jouissons du double privilège de savoir contrôler notre respiration, et d'en prendre conscience. Cette singularité humaine nous donne pouvoir sur notre vie. Elle a servi de point d'appui depuis des millénaires à toutes les formes de maîtrises de soi, qui ne s'appelait pas encore relaxation.

Respirer conscient permet entre autres de diminuer le besoin de fumer.

Exercice de yoga Samashtiti : se tenir debout de façon égale:

posture : debout, les pieds parallèles distants de 20 cm environ, vous vous tenez droit. Imaginez qu'avec le sommet du crâne vous essayez de toucher le ciel. Redressez encore le dos, décontractez les épaules, laissez les bras pendre mollement le long du corps, les mains sans force, inertes.

Ensuite organisez votre équilibre autour du hara = centre de l'énergie vitale ou centre de gravité. Il est situé dans le ventre, 4 doigts de largeur sous le nombril. Imaginez que vous êtes un arbre : le torse et la tête sont les branches et le feuillage, les jambes sont les racines, le Hara est le tronc, le cœur de l'arbre. L'image, approximative, doit conforter votre équilibre.

Vérifiez la posture, droit, épaules décontractées, tête légère, menton parallèle au sol, poitrine et ventre bien dégagés offerts à la libre respiration.

Respirez régulièrement, calmement, profondément.

Je suis :

debout sans effort

redressé sans orgueil

vigilant sans crainte

attentif à tous sans avidité

disponible sans lâcheté

ferme et relaxé.

" Juste une attitude, mais l'attitude juste."

Le bonheur n'est pas uniquement dans le pré, il est dans la rue, au bureau, partout autour de vous. Il suffit de presque rien pour le cueillir et le garder : un cœur attentif, une âme paisible et un corps relaxé.

La réalité est que la majorité d'entre nous commettons des gaspillages insensés d'énergie musculaire. Nous gérons mal notre potentiel énergétique, et nous nous plaignons ensuite d'être fatigués ! Pis, cette mobilisation aveugle et désordonnée nous rend moins efficaces, et brouille notre gestuelle ordinaire de parasitages incongrus.

Henri Brunel in "La relaxation, c'est facile !"

relaxation...

Voir les commentaires

au sujet de la fuite....

27 Mai 2013, 08:33am

Publié par pam

“Dans son ouvrage “Éloge de la fuite“ le biologiste Henri Laborit rapporte que, confronté à une épreuve, l’homme ne dispose que de trois choix : 1° combattre; 2° ne rien faire ; 3° fuir.

COMBATTRE : c’est l’attitude la plus naturelle et la plus saine. Le corps ne subit pas de dommages psychosomatiques. Le coup reçu est transformé en coup rendu. Mais cette attitude présente quelques inconvénients. On entre dans une spirale à répétition. On finit toujours par rencontrer quelqu’un de plus fort qui vous met K.O..

NE RIEN FAIRE : c’est ravaler sa rancœur et agir comme si l’on n’avait pas perçu l’agression. C’est l’attitude la plus répandue dans les sociétés modernes. Ce qu’on appelle “l’inhibition de l’action“ . On a envie de casser la figure à l’adversaire, mais étant donné qu’on a conscience du risque de se donner en spectacle, de prendre des coups en retour et de rentrer dans une spirale d’agression, on ravale sa rage. Dès lors, ce coup de poing qu’on n’inflige pas à l’adversaire, on se l’assène à soi-même. Dans ce type de situation fleurissent les maladies psychosomatiques : ulcères, psoriasis, névralgies, rhumatismes...

La troisième voie est la FUITE. Il en existe de plusieurs sortes :

LA FUITE CHIMIQUE : alcool, drogue, tabac, antidépresseurs, tranquillisants, somnifères. Elle permet d’effacer ou tout au moins d’atténuer l’agression subie. On oublie. On délire. On dort. Donc ça passe. Mais ce type de fuite dilue aussi le réel et, peu à peu, l’individu ne supporte plus le monde normal.

LA FUITE GÉOGRAPHIQUE : elle consiste à se déplacer sans cesse. On change de travail, d’amis, d’amants, de lieux de vie. Ainsi on fait voyager ses problèmes. On ne les résout pas pour autant, mais on leur fait changer de décor, ce qui en soi est déjà plus rafraîchissant.

LA FUITE ARTISTIQUE, enfin : elle consiste à transformer sa rage, sa colère, sa douleur en œuvre d’art, films, musiques, romans, sculptures, tableaux... Tout ce qu’on ne s’autorise pas à clamer, on le fait dire à son héros imaginaire. Cela peut ensuite produire un effet de catharsis. Ceux qui verront les héros venger leurs propres affronts bénéficieront aussi de l’effet."

Bernard Werber in “ Encyclopédie du savoir relatif et absolu ".

au sujet de la fuite....

Voir les commentaires

soignants et soignés...

27 Mai 2013, 07:53am

Publié par pam

RÉFLEXIONS D’UN MÉDECIN BOUDDHISTE À L’USAGE DES SOIGNANTS ET DES SOIGNÉS.

Dr. Daniel Chevassut.

quelques phrases pour vous donner envie d'aller plus loin...

Beaucoup aujourd’hui, survivent plus qu’ils ne vivent. Certains flottent dans le passé ou un hypothétique futur. Indices de ce mal-être : anxiolytiques, drogues, alcool, augmentation des consultations en pédopsychiatrie : que des enfants soient touchés confirme une extension de la souffrance collective et sociale en surface et en profondeur...

Syndrome d’Harry Potter : ils aimeraient tant échapper à cette condition par des pouvoirs magiques ; comme lui, ils ont le sentiment d’avoir peu de chances de s’en sortir sur un plan purement humain ou en faisant confiance seulement aux adultes...

Du fait de notre manière erronée de fonctionner et de voir les choses, nous avons fini par créer un monde inhumain ou inadapté, dans un environnement (France) qui est pourtant très favorable à l’homme.

XIV° Dalaï Lama : “Atteindre le bonheur authentique exige de transformer à la fois le regard que l’on porte sur le monde et sa manière de penser.”

Gandhi : “La multiplication des hôpitaux n’est pas un critère de santé, au contraire... La civilisation moderne n’a de civilisation que le nom. En elle, les nations d’Europe se dégradent et se ruinent davantage chaque jour.... Cette civilisation est telle qu’il suffit d’être patient et on la verra s’autodétruire.”

Râmarthirthâ : “Le monde civilisé se traîne avec les béquilles de la respectabilité en gaspillant son temps et son matériel de façon évidente et fatigante. Et que le monde européen et yankee soit en train de réussir dans sa dévotion complète à la futilité, personne ne peut le nier.”

Philosophe russe : “J’ai entendu dire qu’en Occident vous aviez tout... et rien d’autre.”

Seule l’expérience spirituelle peut permettre l’émergence d’une autre échelle de valeurs favorisant un comportement juste. Aujourd’hui, la raison ne suffit plus, l’absence de sacré dans nos vies produit l’avoir et la société de consommation actuelle. Au lieu de trouver l’esprit de l’univers en nous-mêmes, nous passons notre temps à étreindre la poussière. Mais comme dit Hölderlin : “là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve.”

Fascinés par l’accumulation de nos compétences, notre position sociale et notre confort en amélioration, nous oublions ce que le fait d’être vivant sur cette terre implique.

La compassion est une réceptivité à la souffrance de l’autre et l’expression de l’amour et de la bonté. Un médecin ou un soignant ne peuvent échapper au travail intérieur qui consiste à développer cette qualité en eux.

Une écoute de qualité favorise chez le patient une certaine prise de conscience et peut l’amener à revoir sa manière de vivre avec une plus grande responsabilité. Un esprit serein et paisible est puissant. La compassion est l’expression même d’un éveil de conscience.

L’impression de ne pas avoir été écouté ou entendu revient souvent chez les patients. Le sentiment d’une justice inadaptée apparaît chez certains comme un facteur déterminant de leur mal-être, il s’ensuit une frustration qui se manifeste par violence ou tendance agressive. Paradoxe puisque la justice doit favoriser et maintenir l’ordre et que l’agressivité est source de désordre. La justice aussi a besoin de sagesse et d’éthique, pour l’harmonie sociale et la santé physique et mentale des individus. Il y a un juste équilibre à trouver dans l’instauration et l’application des lois dans l’univers du soin. Le médecin comme le patient ont une responsabilité quant à la santé du dernier.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>