Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

au sujet des guérisseurs...

21 Juin 2013, 06:48am

Publié par pam

David Servan-Schreiber et Stephane Allix pour l'INREES.

INREES : Quel regard portez-vous sur l’action de ces barreurs de feu, et autres guérisseurs ?
David Servan-Schreiber : En tant que médecin, j’ai un contrat avec le patient : ce que je lui propose ne doit pas lui faire de mal et j’ai de bonnes raisons de penser que cela lui fera même du bien. Dans ce contrat implicite, il n’est pas stipulé que je doive savoir comment ça marche ! Je connais des radiothérapeutes qui, quand ils initient un traitement conseillent à leur patient d’aller voir un barreur de feu de la région, parce que dans leur expérience, les patients traités par un barreur de feu en accompagnement de la radiothérapie ont beaucoup moins de brûlures de l’épiderme. De vraies questions se posent. Personne ne sait comment cela fonctionne. A l’heure actuelle, le fait de « barrer le feu » n’a aucune base physiologique, scientifique ou rationnelle... Mais si ça marche, les effets secondaires sont nuls, et cela permet au patient d’aller au bout de son traitement avec le maximum de bénéfices. Donc c’est finalement totalement rationnel. Ce serait même irrationnel de ne pas le faire. Quelle est la médecine la plus rationnelle : Est-ce celle qui n’utilise pas un traitement efficace sous prétexte qu’il sort des pratiques habituelles, ou est-ce celle qui va faire tout ce qu’elle peut pour soigner un patient ?

Sait-on quel mécanisme est en jeu ?
On sait que l’esprit peut avoir une influence considérable sur les mécanismes physiologiques. La peau et le système nerveux central sont issus du même tissu embryonnaire. Dans l'embryon, il n'y a que trois types de tissu : il y en a un qui va donner, le cerveau avec tous les nerfs et toute la peau. Donc la peau, c'est presque un organe du système nerveux. On peut donc imaginer que les barreurs de feu, par des mécanismes psychologiques savent agir sur les réactions de la peau à une agression extérieure. Ayant dit cela, je ne vous ai pas expliqué le début du pourquoi du comment.

Certains magnétiseurs disent activer des mécanismes d’autoguérison chez ceux qu’ils ont en face d’eux. Qu’est-ce que cela évoque pour vous ?
L’effet placebo est incontournable. Toute la science le reconnaît et ce n’est rien d’autre que cela : activer des mécanismes d'autoguérison qui forcément sont là puisqu'on fait une intervention qui pour nous, médecins, n'est pas censée avoir d'effet, or il y a un effet de guérison qui se manifeste. Il faut comprendre qu’un effet placebo qu'on contrôle, qui, à chaque fois qu’on l’utilise, guérit le patient, n’est plus un placébo, c’est un traitement. Souvent, il y a une confusion. Les médecins parlent d'effet placebo pour désigner quelque chose qu'on ne contrôle pas, qui n'est pas efficace, quelque chose qui est dans la tête du patient. Mais si une guérison s'opère au niveau de la peau, de façon systématique avec la même intervention, même si elle n'a pas de fondements scientifiques, vous avez là un véritable traitement.

Et sur les maladies sur lesquelles vous vous êtes penché, notamment sur le cancer, est-ce que, en dehors de la radiothérapie, il y a d'autres champs de cette maladie qui peuvent éventuellement intégrer les pratiques alternatives, voire du travail de guérisseur ?
En travaillant longtemps avec des gens qui ont souffert de cancer, en donnant des conférences dans le monde entier sur le sujet, j’ai rencontré énormément de personnes qui m’ont raconté qu'un guérisseur a joué un rôle important dans leur maladie. Ça ne prouve rien scientifiquement. Ils ont aussi fait de la radiothérapie, de la chimiothérapie, de la chirurgie. qu'est-ce qui a véritablement permis la guérison ? On n’a jamais la réponse définitive. Mais beaucoup de gens sont convaincus que certains guérisseurs les ont prodigieusement aidés dans leur approche de la maladie. Pour moi, tant qu'un guérisseur ne vous prend pas trop d'argent, qu'il ne vous fait rien faire de dangereux, qu'il ne vous empêche pas de suivre les traitements conventionnels dont on sait qu'ils sont efficaces, il n’y a pas de charlatanisme ni de danger. Mais il faut évidemment avancer sur ce terrain avec beaucoup de précaution.

Dans votre parcours de malade, avez-vous envisagé d’avoir recours à un guérisseur ?
J’ai accompagné une jeune femme qui avait un cancer très grave voir un chamane amérindien, un sioux dans le Dakota du Sud. Ma curiosité était attisée. C’était un des derniers grands chamanes. Je n’ai pas résisté à la tentation de lui poser des questions sur moi car je savais que je portais un cancer au cerveau mais j’allais bien depuis plusieurs années. Il a mis ses mains autour de moi, il a invoqué les esprits et il m’a dit : il n’y plus rien, vous allez très bien. « Vous savez, a-t-il ajouté avec humour, le vrai guérisseur ici, ce n’est pas moi, c’est ma mère, qui a 95 ans et ne travaille plus parce qu’elle est trop fatiguée. C’est à elle qu’il faudrait demander. » Le lendemain, je suis donc allé voir sa mère avec lui et je lui ai posé la même question. C’était une petite dame toute frêle et édentée qui vivait dans une roulotte mais qui avait des yeux extrêmement vifs, perçants et d’une grande intelligence. On sentait une vivacité d’âme extraordinaire. Elle a mis sa main sur la tête à l’endroit où j’avais eu ma tumeur et elle m’a dit : « votre tumeur est revenue, elle est là, il va falloir vous faire soigner à nouveau, mais tout ira bien. » Je venais de faire des examens qui indiquaient que la tumeur se comportait parfaitement normalement et qu’il n’y avait pas de danger. J’ai donc pris ça un peu à la légère. Mais au bout de trois mois, un peu avant la date prévue, je suis allé refaire des examens. La tumeur était revenue et elle avait beaucoup grossie. Il a fallu que je refasse toute une série de traitements. Aujourd’hui je vais très bien. Il y a quelque chose de très mystérieux dans cette histoire pour laquelle je n’ai pas d’explication. C’était ma rencontre avec ce monde mystérieux des guérisseurs.

Il y a des notions d’énergie, de rapport avec des traumatismes de choses passées. Cela fait-il sens pour vous, en tant que neuropsychiatre ?
Pour moi, il ne fait aucun doute que les traumatismes du passé jouent un rôle majeur dans la physiologie du présent. Si vous portez avec vous une immense douleur d’avoir été très impuissant dans des situations de guerre, de viol, de mort d’un parent ou d’un enfant, des dizaines d’années plus tard vous pouvez encore en souffrir et dans la physiologie, on peut détecter des anomalies, par exemple de la cortisone, de la noradrénaline, dont on sait qu’elles agissent sur la capacité du système immunitaire à lutter contre le cancer. Donc pour moi il n’y a aucun doute, en tant que scientifique. On sait par quels mécanismes des traumatismes psychologiques peuvent affecter nos capacités à lutter contre la maladie. En tant que médecin, que psychiatre, j’insiste toujours pour que mes patients qui font face à des maladies graves se nettoient autant que possible de leurs traumatismes afin que leur physiologie puisse lutter le plus efficacement possible contre la maladie.

Ce mystère de la guérisseuse sioux, qu’est-ce que cela éveille en vous ?
Le respect pour le mystère. Je pense que c’est la seule attitude plausible à avoir en médecine aujourd’hui : faire le plus possible avec ce que l’on sait, aller le plus loin possible, et garder le respect pour ce mystère qu’est la vie et sa capacité à se renouveler, à se soigner, à se guérir, à se décupler, que nous ne maîtrisons pas scientifiquement.

au sujet des guérisseurs...

Shakespeare : “Il existe pour l’homme, entre le ciel et la terre, toujours plus d'éléments inconnus.”

Difficile de rationnaliser l'irrationnel... on ne peut que regarder et constater... qu'il se passe quelque chose, que ce n'est pas seulement psychosomatique ou placebo puisque les expériences de guérison sur des animaux ou des bébés se multiplient, d'autant plus fréquentes d'ailleurs qu'ils sont plus réceptifs que nous. J'ai du être obligée de soigner par téléphone (en raison de mon éloignement géographique d'avec un enfant grand brulé) pour l'essayer et y croire.

au sujet des guérisseurs...

"Il est essentiel pour le guérisseur d’acquérir des connaissances de base : psychologie, anatomie, physiologie, pathologie, techniques de massage, notions d’acupuncture, d’homéopathie, de diététique et de phytologie. Disciplines presque toujours associées à l’imposition des mains. Le guérisseur doit donc avoir de bonnes notions de ces méthodes, comprendre comment elles contribuent à la guérison et forment un tout..."

Barbara Ann Brennan in "Le pouvoir bénéfique des mains".

au sujet des guérisseurs...

Dr Schweitzer :

“Le succès du sorcier est dû à la même raison que notre succès à nous. Tout malade porte son propre médecin à l’intérieur de lui-même. Il vient chez nous parce qu’il ignore cette vérité. Ce que nous pouvons faire de mieux, c’est donner une chance d’agir au médecin qui réside à l’intérieur de chacun.”

au sujet des guérisseurs...

magazine "Inexploré" Février 2012. Virginie Gomez.

Dans la guérison, bien des facteurs entrent en jeu, dont l’approche biomédicale n’est pas en mesure de rendre compte. L’anthropologue Jean-Dominique Michel, auteur du livre, "Chamanes guérisseurs médiums" revient sur ce processus complexe, où mécanismes inconnus, croyances et subjectivité, jouent un grand rôle.

L’acuponcture, l’homéopathie, entre autres, se sont peu à peu imposés dans le paysage médical. Est-ce que c’est lorsque l’efficacité d’une méthode est prouvée qu’elle s’impose, même si on ne sait comment l’expliquer ?
Il y a d’autres déterminants : l’acuponcture et l’homéopathie reposent sur des corpus de connaissances complets et construits. Dans l’acuponcture, une très bonne formation de l’acuponcteur, le fait qu’il ait une longue expérience professionnelle, seront autant de vecteurs de sa crédibilité. Au niveau des guérisseurs, on est dans l’empirisme total; historiquement, ces gens ont eu le pouvoir de soigner à l’écart d’une connaissance au sens intellectuel du terme. L’anthropologue Bertrand Hell montre que dans ce registre, plus le praticien est éloigné de ce qui correspond à la notabilité en terme sociologique, plus on lui attribue fantasmatiquement le pouvoir d’avoir accès à l’énergie de guérison. Ce qui crédibilisera un guérisseur, ce sera le fait d’avoir un don, de recevoir les gens dans sa cuisine, au coin d’un feu, dans une atmosphère un peu mystérieuse. Dans l’univers du « guérissage », on est dans une inversion par rapport à la construction théorique qui rend crédible, l’homéopathie, l’acuponcture, l’ayurveda ou la médecine tibétaine.

Comment le médecin se positionne-t-il face aux techniques de soin alternatives ?
S’il a dans son arsenal quelque chose qui peut être utile par rapport à la pathologie d’un individu il va l’utiliser. Mais très souvent, les médecins en consultation n’ont pas de thérapeutique utile. Dans le domaine de la rhumatologie aujourd’hui, 50% des consultations n’ont pas de diagnostic. Le médecin dispose de quelques anti inflammatoires qui selon les cas vont marcher ou non. Dans ces cas, les médecins pourraient naturellement penser à adresser ces patients pour lesquels il n’y a pas de traitement médical satisfaisant vers d’autres sources de soin, sachant qu’un certain nombre de pratiques alternative – yoga, tai chi, méditation - ont une influence sur les douleurs articulaires. Le médecin, du fait de son pouvoir médical, a vocation à se transformer en conseil de santé, en prenant en compte de ce qui ne relève pas de son univers strict mais a néanmoins démontré une valeur potentielle.

Que penser des cas de rémissions inexpliquées ?
Sur ce sujet, on est dans une extraordinaire zone aveugle de la médecine. J’ai cherché tout ce que je pouvais trouver sur la quantification de ces cas. J'avais ce chiffre de 1 à 2% de guérisons spontanées, dont je ne connaissais pas la source. Malgré des heures de recherche, je n’ai pas pu trouver une seule statistique. On sait pourtant qu’il a existé et qu’il existe encore des cas de guérison spontanée. Il y a là un terrain de recherche qui devrait passionner le monde de la santé et le monde médical, mais qui est laissé de côté.

Pour quelles raisons à votre avis ?
C’est trop contraire aux convictions de l’idéologie bio médicale. On cherche des explications détournées qui pourraient invalider le processus, un faux diagnostic initial par exemple. Reste posée la question de savoir ce qui se passe dans ces cas, et s’il y a des principes à en tirer pour essayer de mettre sur pied des méthodologies ou des façons d’encourager ce processus. Mais on a des empreintes fortes en Occident – les guérisons miraculeuses du Christ, celles de Lourdes ; dès lors tout se passe comme si ce domaine, qui est sanitaire, était transbordé dans le religieux, la foi ou le paranormal et échappait au médical.

Pouvez-vous revenir sur votre expérience personnelle avec les guérisseurs ?
Il y a une quinzaine d’années, je souffrais d’une double hépatite virale. Ayant essayé différents traitements sans succès, je suis allé voir un guérisseur philippin qui passait à Genève. En trois interventions de soins de deux minutes 30 chacune, il a complètement effacé cette maladie de mon système, ce qui n’est pas compréhensible au regard des connaissances médicales actuelle. Mais à vouloir objectiver à tout prix, on perd la sensibilité au fait que chaque situation est unique et qu’elle se tisse à la croisée de l’objectif et du subjectif. Aujourd’hui encore, je n’ai aucune idée de ce qui m’a guéri. Pour moi, c’est une évidence que je me suis guéri moi-même selon des processus mystérieux. Mais j’ai eu besoin d’être au contact de ce guérisseur pour pouvoir le faire.

Les patients atteints par exemple de cancer grave par exemple ne risquent-ils pas d’être abusés par ces guérisseurs?
Un guérisseur spirituel peut abuser un patient de deux manières, soit en lui faisant croire que la guérison adviendra, soit en l’exploitant économiquement. Il dit généralement qu’il soigne à partir de ce qu’il reconnait être une dimension d’amour. J’ai observé personnellement de nombreuses situations où des personnes dans un état terminal cherchaient une guérison qui ne s’est pas avérée possible. Mais elles ont reçu tellement de compassion et ont été tellement nourrie par la relation humaine avec le guérisseur que ça leur a été utile. J’ai observé aussi que parfois, le fait de tout tenter, d’aller voir un dernier guérisseur au fin fond de la campagne en France, aux Philippines ou ailleurs, peut, lorsque le traitement ne donne pas le résultat escompté, permettre le surcroît de conscience qui fait que la personne se dit : « J’ai tout essayé, ça n’a pas marché. Je suis prêt à affronter l’échéance de la mort. »Si on évite le double écueil des faux espoirs et de l’exploitation, il n’y a pour moi aucune contre-indication à une démarche de guérison spirituelle. Reste à savoir si la personne en retirera quelque chose d’utile.

Le fait que les guérisseurs ne déconseillent jamais le traitement prescrit par le médecin est-il pour vous un indice de fiabilité ?
Bien sûr, ne serait-ce que parce que de la part d’un guérisseur, suggérer à un patient de renoncer à un traitement médical serait un abus d’autorité épouvantable. Ce n’est pas son domaine. Le guérisseur n’intervient pas sur le corps biochimique pris en compte par la médecine scientifique, il intervient sur une autre dimension du réel. Un guérisseur qui dissuaderait un patient d’avoir recours à un traitement proposé par un médecin se mettrait dans une position intenable sur le plan éthique.

pour plus d'infos : tapez "guérison" ou "guérisseurs" sur le moteur de recherche du blog en haut de page.

Voir les commentaires

fête de la musique...

20 Juin 2013, 08:57am

Publié par pam

faites de la musique...

moi, demain, je vais aller à Cahors écouter Brune, 10 ans, et qui participe pour la première fois avec sa chorale... et sa flute traversière...

Sa première fête de la musique, dans les bras de sa maman à Limogne... quelques jours à peine, c'était sa première sortie dans le monde... pas de hasard si elle est musicienne !! longue vie à elle !

et pour elle, ses chanteuses favorites :

Voir les commentaires

douleurs articulaires...

20 Juin 2013, 06:35am

Publié par pam

Eh oui... le climat fait des siennes... on vous avait prévenu ! non ??!!

Et il n'y a pas que ça qui part de travers... on vous avait aussi prévenu....

La société de consommation... ce n'était pas une bonne idée !

Laisser les politiques faire n'importe quoi sans les contrôler ça donne des horreurs...

Le repli sur soi et sa petite tribu et après moi le déluge... pas une bonne idée !

Je profite, je consomme un max, je m'offre une troisième voiture, je roule au diesel, j'installe le chauffage électrique et vive le nucléaire... grossières erreurs !

J'ouvre le congélo, je lance la barquette dans le micro-ondes et je pars m'affaler devant la télé... grosses bêtises !

Vous êtes au bout du rouleau, vos enfants n'en font qu'à leur tête... votre santé part en sucette, vous avez pris un coup de vieux, vous avez mal partout...

Allez... aujourd'hui on va s'occuper de vos articulations : le temps humide mais surtout très changeant, la mauvaise nourriture dont les poisons viennent encombrer les points de jonction du corps, les mauvaises positions, mauvaises habitudes, tout vous fragilise et au fil des années va vous compliquer la vie, il est toujours temps de changer, de modifier ses erreurs et de s'améliorer.

Alors, quelques pistes pour moins souffrir, piochez-y ce qui vous parle le plus, ne tombez pas d'un extreme dans l'autre et faites vous plaisir : inutile de tout changer (vous tiendrez trois jours avant de reprendre les mauvaises habitudes), de vous faire mal en allant chaque jour à la salle de sport ou d'aller consommer (encore) de nouveaux outils, aliments, ou autres...

On se calme, on destresse, on fait le point.

Si une de vos articulations (voire plusieurs, voire toutes en même temps...) vous fait souffrir, vous avez du forcer : mauvais mouvement, mauvaise position dans les cas légers, des années d'excès ou de travaux durs dans les cas d'usure. Mais les solutions sont quasi similaires :

- Ne restez pas immobiles : conservez une activité physique suffisante (hors crises douloureuses) c'est le seul moyen de produire du nouveau cartilage.

L’hyperoxygénation qu’entraîne l’activité physique augmente l’élimination des acides en excès, ce qui soulage nombre de douleurs (arthrite, tendinite...).

L’arthrite rhumatismale finit par entraîner l’affaiblissement des ligaments dans tout le corps. Une douce mobilisation favorise le drainage lymphatique et il faut mobiliser les articulations.

- Les affections rhumatologiques sont liées aux radicaux libres, donc il faut vous supplémenter en antioxydants, dont vit A, C et E, acides gras oméga-3 et oméga-6, acides aminés soufrés, sélénium, zinc. Quand on dit se suppléméenter en vitamine C, rappelez-vous qu'il s'agit de 3 à 4 gr par jour.

- La douleur est un cercle vicieux, il faut donc en sortir, chacun trouvera sa solution : faire des choix pour limiter sa fatigue et son stress,

profiter d'une pause pour aller marcher pieds nus dans l'herbe, se ressourcer au contact de la nature et des arbres,

manger quelques fruits dans un jardin au lieu d'avaler un sandwich chimique dans un lieu bruyant,

se faire couler un bain en rentrant du boulot avec gros sel et huiles essentielles par ex : lavande, wintergreen, bouleau jaune...) et en sortant du bain masser les articulations douloureuses avec de l'huile d'arnica.

prendre le temps d'un enveloppement d'argile (si tout le dos vous fait mal et que vous êtes seul oubliez ! la prochaine fois que je tente la chose je fais une video... c'est mieux que toutes les blagues carambar réunies... et plus sérieusement vous pouvez boire l'argile cf http://partages.overblog.com/argile-et-autotraitements)

- Adeptes de la phytothérapie, l'harpogophytum est la plante qu'il vous faut. Mais vous pouvez aussi vous tourner vers la prêle, la reine des prés, le bourgeon de cassis (ribes nigrum), ananas (pour la broméline), curry (pour la curcumine), saule blanc...

La phytothérapie permet d’éviter ou d’espacer les anti-inflammatoires, elle permet un drainage et une désintoxication de l’organisme.

- Ralentissez l'ingestion d'excitants de tous ordres, alcool, viandes , produits raffinés, donc sucres, graisses... privilégiez les fruits, les légumes, allez voir yog'lavie pour ses conseils de jus et de cru, si vous pouvez arrêtez ou limitez les laitages et le gluten, au moins un temps pour chacun et voyez comment votre corps réagit. Mais si cela ne vous est pas possible, ne culpabilisez pas, contentez-vous d'acheter moins de produits manufacturés et plus de produits simples et sains.

- une petite recette : en cas de douleurs articulaires et vertébrales huiles essentielles de lavande, romarin, marjolaine, pin, eucalyptus, 50 grammes de chaque dans 10 ml d’huile végétale (bio, première pression à froid bien sûr). Pour faire des frictions toniques chaque matin.

Pour les grands massages : rediluer 10 fois.

- Sachez aussi que l'H.E. d’eucalyptus citronné est efficace contre l’arthrite, celle de genévrier contre les douleurs articulaires. La silice soulage aussi.

- et surtout faites vous de petits plaisirs chaque jour, prenez en compte votre fatigue et votre stress, ce ne sont pas des symptômes anodins, votre corps vous parle, vous dis stop, écoutez-le et trouvez des remèdes. Faites une pause, lâchez prise, faites une liste des priorités et reportez à plus tard ce qui n'est pas essentiel. Vous avez besoin de calme et vous êtes seul à pouvoir vous offrir ce lâcher prise par un moment de relaxation, de méditation...

- un petit apéro pour finir et pour soulager les douleurs : un verre 2/3 d’eau de source, 1/3 jus de pomme frais, édulcoré avec une cuillère à soupe de miel, 3 fois par jour.

Soyez gentil avec vous et si vous avez besoin d'explications, de conseils ou de précisions laissez un commentaire et je vous aiderai dans la mesure de mes moyens.

Pour ceux qui ne savent pas encore, je soigne par imposition des mains (j'enlève le feu comme on dit par chez moi !) et à distance, et l'inflammation des articulations est dans mes cordes... alors n'hésitez pas, je suis là pour ça !

Bonne journée, respirez, souriez et allez vous faire un cadeau, moi je vais de ce pas cueillir quelques pavots pour enchanter mon salon...

douleurs articulaires...
douleurs articulaires...
douleurs articulaires...

Voir les commentaires

Collectif Roosevelt

18 Juin 2013, 08:42am

Publié par pam

A 4 jours de la Conférence sociale, Pierre Larrouturou et des militants du collectif Roosevelt ont entamé ce lundi un jeûne de trois jours devant l’Assemblée nationale. Leur objectif est double : alerter et rassembler.

Nous sommes tous convaincus que nous ne vivons pas une banale récession mais bien une crise de civilisation qui peut conduire à la barbarie si nos dirigeants continuent à laisser pourrir la situation. Mais comment provoquer un sursaut ? Comment provoquer "l’insurrection des consciences" dont parlaient Edgar Morin et Stéphane Hessel lors de la création du collectif ?

Certes, notre action permet de faire avancer nos idées : depuis un an, ensemble, nous ne ménageons pas notre énergie. Tous, à notre mesure, nous avons participé à la diffusion des propositions du collectif, que ce soit auprès de nos proches, de nos élus, en tractant, en organisant des réunions, en manifestant, etc. Chaque mois des groupes locaux se constituent dans toute la France et en Europe. Depuis plus d'un mois, nous sommes devant l'Assemblée nationale tous les mardis et chaque semaine, des dizaines de citoyens et quelques "leaders d’opinion" découvrent nos idées… Pas de doute, nos idées avancent. Mais elles n’avancent pas assez vite et surtout, pour le moment, le gouvernement et les partenaires sociaux nous ignorent !

Pour alerter le plus grand nombre, pour mettre un maximum de lumière sur nos idées, trois membres du collectif ont donc entamé ce lundi un jeûne d'alerte et d'interpellation devant l'Assemblée nationale. A quelques jours de l'ouverture de la conférence sociale des 20 et 21 juin, ils demandent instamment aux partenaires sociaux et aux parlementaires de regarder la vérité en face et d’avoir le courage de débattre sans délai de ces solutions.

Leur objectif est simple : dans une société dont les élites se résignent au chômage et à la précarité, ils veulent sonner le tocsin et montrer qu’il y a des solutions concrètes. Dans une société qui risque de devenir de plus en plus violente, ils veulent montrer qu’on peut s’interpeller de façon non-violente et inviter tous les élus au dialogue. Dans une société où progressent le "chacun-pour-soi" et le "tous-pourris", ils veulent montrer qu’il existe un mouvement réunissant déjà 100.000 citoyens qui agissent ensemble pour le bien commun.

Plusieurs personnalités leur ont déjà apporté leur soutien : Christiane Hessel et Patrick Viveret viendront ainsi à leur rencontre mercredi après-midi. Si vous souhaitez vous aussi les soutenir, vous pouvez les rejoindre place Edouard Herriot d'ici mercredi soir, afficher votre soutien sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Nouvelle Donne) ou vous joindre à leur action en remplissant ce formulaire en ligne.



Pour le collectif,

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

17 Juin 2013, 06:53am

Publié par pam

Voir les commentaires

panneau solaire thermique économique

16 Juin 2013, 08:15am

Publié par pam

Cet article vous explique comment réaliser un panneau solaire thermique de démonstration pour un budget très faible.

Cet article est plus ou moins la traduction d’un article présent sur un site américain. Source... allez y voir les photos... ou sur le site français : http://energies2demain.com/

Panneau Thermique Artisanal

Ce modèle permet plus d’expérimenter le principe que de réaliser une vrai installation pouvant chauffer votre eau. Mais vous pouvez vous en inspirer pour créer un modèle fonctionnel à plus grande échelle.

Matériel nécessaire :
  • eau
  • quelques petites équerres
  • perceuse
  • des ciseaux
  • une scie
  • des morceaux de bois
  • une vitre en verre
  • la grille arrière d’un petit réfrigérateur
  • une bonne longueur de tuyau utilisé pour les pompes à air des aquariums
  • de quoi renforcer la structure (içi c’est une vielle porte qui a été utilisé, mais une planche de bonne dimension suffira)
  • des vis à bois
  • une feuille d’aluminium (type aluminium alimentaire)
  • ruban adhésif type duct tape
  • cutter

Temps :
Environ 3 heures de construction

Etape 1 : récupération du matériel

Et oui, pour obtenir un prix si faible, on doit faire un max de récup.

Ainsi, la pièce maitresse du panneau, le circuit récupérant la chaleur et faisant circuler l’eau est en fait la grille arrière d’un vieux frigo.

ATTENTION : il ne faut pas démonter un frigo seul ! Le circuit de refroidissement dont fait partie cette grille contient des gaz très nocif, aussi bien pour l’environnement que pour vous ! Il existe des société spécialisé dans la récupération de ces gaz !

Assurez vous de garder une bonne longueur du tube qui relie le compresseur à la grille, afin de faciliter les futures opérations.

Echangeur thermique

Bon vous avez récupéré votre grille. Passons maintenant à la confection du cadre.

Le cadre

Le cadre va servir à délimiter le panneaux et à le consolider. Vous pouvez le réaliser à l’aide de morceaux de bois de récup’ encore une fois.

Afin de bien dimensionner votre cadre et votre “arrière” disposer la grille sur le fond et ajustez le cadre autour.

Une fois le cadre réalisé, déposer la feuille d’aluminium entre celui-ci et le fond de votre panneaux. Cette feuille va servir le rôle de miroir afin d’éviter un échauffement trop important du fond et pour augmenter la quantité d’énergie que recevra le circuit d’eau.

Il ne vous reste plus qu’à ajouter quelques planches qui permettront d’accrocher plus facilement le panneau.

Utiliser du duct tape pour fixer le collecteur au cadre, pour fixer l’aluminum au cadre, pour boucher les trous d’ou l’air pourrait s’échapper trop facilement. Et oui, moins il y a d’échange thermique et plus la chaleur reste à l’intérieur du panneau, le rendant plus efficace ! De plus l’usage du verre pour le dessus est parfait : il laisse facilement passer la lumière mais beaucoup moins la chaleur. On crée donc une mini serre dans laquelle serpente notre eau !

Penser aussi à faire 2 trous pour permettre le passage des tuyaux du collecteur.

Les finitions

Relier les tuyaux du collecteurs au tuyau d’aquarium. En fait n’importe quel type de tuyaux convient, il faut juste qu’il y est une correspondance dans les diamètres.

Il faut maintenant fixer le collecteur au fond du panneau. Utiliser des équerres et de l’adhésif encore une fois, même si je pense que sur la durée, il ne tiendra pas. Il vaut mieux utiliser quelque chose de plus solide dans le temps.

Mise en Route

Avant de le tester, il faut remplir le circuit d’eau.
Une fois que cela est fait, vous pouvez le tester avec 2 seaux. L’un plein d’eau froide et l’autre qui contiendra l’eau chaude. Si vous mettez le seau d’eau froide plus haut que l’autre, la circulation d’eau se fera toute seule.

mederic :
Cette idée est dans l’air , je n’ai pas de photos pour l’instant mais il est possible de recycler la porte du refrigérateur ou congélateur pour servir de caisson economique .
Le fond du caisson est tapissé d’isolant ,puis on place une couche d’un matériaux peint en noir (type noir de fumée …) puis le serpentin et sa grille et le tout est recouvert une ou plusieurs couches d’un matériaux transparent .
De cette manière , l’ensemble est plus durable !

panneau solaire thermique économique

Voir les commentaires

se soigner par l'alimentation.... une autre alimentation !

15 Juin 2013, 06:55am

Publié par pam

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

14 Juin 2013, 05:52am

Publié par pam

Voir les commentaires

résistance

13 Juin 2013, 05:41am

Publié par Marc

Cet article est reposté depuis MEDITER faute de mieux.

Les droits de l’homme devraient être incontestables. On en est loin dans ce monde où notamment le conditionnement des esprits – cette violence admise – est généralisé. Celui du pauvre par le riche, du faible par le fort, du citoyen lambda par le puissant, de l’illettré et autre inculte (cela fait beaucoup plus de monde qu’on ne le croit, surtout si l’on y ajoute ceux qui ne parlent qu’une seule langue et n’ont donc pas le moindre recul pour comprendre le monde) par la personne correctement scolarisée, du public par le publicitaire, du citoyen par le politicien, du crédule par le religieux, et enfin dans certaines cultures, celui de la femme par l’homme, ce dernier conditionnement étant sans doute le plus vicieux, le plus lâche - et très courant aussi hélas, à tel point qu’aujourd’hui on le constate même (avec désolation et un sentiment d’impuissance coupable pour certains) à tout coin de rue de nos villes, quand une femme qui se croit libre (conditionnement par l’homme) va jusqu’à porter un signe de reconnaissance de son sexe sur les cheveux.

Méditer, c’est se déconditionner de tout ce que l’on a incrusté insidieusement dans notre tête, c’est ôter tous ces filtres que l’on y a placés pour nous empêcher de penser par nous-même, c’est ne rien concéder même au nom d’une prétendue tolérance qui n’est au fond que la lâcheté de l'autruche, bref c’est faire œuvre de résistance à tous ces conditionnements admis.
Méditer, c’est être sceptique et ultimement c’est voir, comme l’avait compris le regretté Christian de Duve à la fin de sa longue vie, que même le concept de réalité ultime n’est pas encore assez neutre pour évoquer l’insoutenable mystère de l’existence et qu’il faut plutôt comprendre que « tout est mental *
».

*: Et donc illusoire, comme peut-être le mental lui-même qui en arrivera, à force de fréquenter les versants les plus vertigineux de sa réflexion, à cette conclusion pour le moins déstabilisante pour lui, conclusion qui ne pourra que déboucher sur le grand silence (celui que connaissent par exemple ceux qui ont enfin résolu un koan).

P.S.: Le billet du 14 mai 2008 faisait l’apologie de la modération en hatha yoga et en yoga.

Voir les commentaires

global zero

12 Juin 2013, 07:28am

Publié par pam

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>