Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

je suis pauvre et je vous emm....

11 Juillet 2013, 07:26am

Publié par pam

Voir les commentaires

se vermifuger, une bonne habitude...

11 Juillet 2013, 06:36am

Publié par pam

Pour une fois je recopie un article qui me semble intéressant, à vous de juger....

En changement d'alimentation et d'habitudes alimentaires, m'orientant vers plus de cru et de jus, beaucoup moins de gluten et de produits laitiers, mais sans excès ni extrémisme, pour le moment je me régale (c'était la bonne saison pour opérer ce changement) et tout se passe bien !

Parents, quand un enfant est agité, énervé, avant de vous inquiétez (ce qui comme toujours est totalement contre productif..) commencez par le vermifuger !

Et si vous avez des animaux domestiques, vermifuger toute la famille au moins une fois par an au printemps... est incontournable !

Crudités et parasites

La chaleur de l'été nous invite à consommer une nourriture de nature beaucoup plus froide, ce qui est tout à fait normal.

Fruits, crudités, vont très souvent entrer dans nos préparations culinaires. Qui plus est, nous allons essayer de nous rapprocher de la terre en mangeant« bio ».

Mais vous allez voir que par méconnaissance ou oubli de certaines règles communes à toutes les civilisations traditionnelles, cela peut devenir un facteur de déséquilibre pour notre organisme.

Le « tout crudité »

Il faut se rappeler qu'une digestion commence à 38°, et trop manger de fruits ou de crudités risque d'être une des grandes causes de ralentissement de la digestion, mais aussi une cause de stagnations d'aliments dans l'estomac.

Ce n'est pas pour rien que les règles traditionnelles de diététiques ne vont pas dans le sens du « tout crudité ».

Elles préconisent plutôt de blanchir ou de faire revenir très rapidement les légumes ou les graines germées dans une poêle ou dans un wok. Non seulement cela permet de tuer les germes dont peut être porteur ce type d'aliment, mais aussi cela permet de couper la nature froide des crudités.

On peut cependant obtenir le même résultat par la mastication prolongée qui permet de cuire les aliments dans la bouche.

Parasites et compagnie

Il existe un autre problème autrement dérangeant, quant à la prise excessive de crudités.

Dans la nature, quand on se trouve devant une terre chaude et humide, on entre dans un cycle de décomposition, de formation de compost, de multiplications de petites bêtes qui vont aider à cette décomposition, à cette fermentation.

Dans notre organisme c'est la même chose.

Au cours de son enseignement, notre maître, le prof. Leung Kok Yuen nous a fait pendant plusieurs mois tout un cours sur la parasitologie. Nous avons donc étudié avec lui tous ces bêtes, des plus grosses jusqu'aux plus petites.

À tel point qu'à un certain moment nous lui avions demandé le pourquoi d'un tel enseignement, alors que nous sommes dans un climat tempéré et non pas dans des zones chaudes et humides. « Détrompez-vous », nous avait-il dit « car du fait de vos habitudes diététiques, cela va devenir un des gros problèmes de santé publique du troisième millénaire ».

Il faut savoir que nous sommes habités par toute une population de petites bêtes dont certaines sont indispensables pour une bonne digestion du bol alimentaire. On parle de façon poétique de « flore intestinale », mais ce vocable recouvre une réalité qui peut devenir pour certains très vite ragoûtante.

On trouve dans cette flore des petits vers aussi fins qu’un cheveu, de quelques millimètres que l'on appelle oxyures. Le principe est que cette population ne doit pas dépasser un certain quota sous peine alors de devenir pathologique.

Quand vous présentez un état de fatigue inexpliqué, que vous êtes anormalement tendu et nerveux surtout le soir, que vous vous « grattez » souvent le nez et surtout que vous présentez des démangeaisons anales en particulier le soir, il est grand temps de vous vermifuger. On le fait bien pour nos enfants, mais pour les adultes cela devient tabou. Cependant le terrain est exactement le même.

On trouve très facilement des vermifuges dans le commerce, parlez en à votre pharmacien ou médecin. À titre préventif, pour cantonner cette population, les Chinois ont l'habitude de consommer des graines de courges séchées non salées, que l'on trouve facilement dans les magasins bio. Une dizaine de graines que vous mastiquerez lentement pendant quelques jours de façon cyclique : ces petits animaux détestent cela. Les Arabes eux prennent plutôt de la noix d'arec séchée.

En cantonnant cette population vous allez voir alors, de façon spectaculaire, disparaître tous ces symptômes signaux d'alarme.

Il s'agit là d'une cause interne. Mais peut se rajouter à cela un apport non négligeable de ces bestioles par notre excès de crudités, de salades et autres. Et plus nous mangeons « bio » plus le risque est grand.

Quoi faire en prévention ?

Il convient donc de ne pas oublier de laver longuement nos légumes si nous voulons les consommer, et plus ils sont naturels (Bio) plus il faut les laver, car la ponte des insectes et les vers microscopiques présents sur les feuilles ne sont pas tués par les pesticides.

Le nettoyage à l'eau vinaigrée ou citronnée s'impose donc. La salive qui est légèrement acide peut aider aussi, grâce à la mastication à tuer ces larves.

Ces quelques règles très simples à comprendre et évidemment à mettre en œuvre font partie des méthodes Yang Sheng en chinois, de préservation de la vie.

Article de Mr Jean Pelissier.

www.jeanpelissier.com

se vermifuger, une bonne habitude...

Au sujet des parasites :

Les parasites sont des vers qui parasitent le tube digestif, normalement expulsés par un organisme sain. Les personnes sujettes aux vers souffrent habituellement d’insuffisance hépatique et de constipation. Heureusement différents symptômes permettent d’en dépister la présence : langue blanche, salive épaisse et plus abondante que d’ordinaire, haleine fétide, ballonnements, maux de ventre, gargouillements, selles glaireuses et/ou vert-jaunes, nausées, vomissements, coliques, nombreux troubles nerveux (asthénie, irritabilité, spasmes, insomnie, cauchemars).

Tout traitement anti-vers impose drainage et revitalisation des intestins et de la sphère hépato-biliaire, en insistant sur les cures d’argile, d’ail, oignon, citron avec sa peau, et ail, carotte, citrouille, cresson, fenouil, persil, poireau, pois chiche, pomme de terre, rhubarbe, thym, amande, fraise, noix, pêche, prune... au choix...

H.E. de bergamote, chénopode, anthelminthique, oignon, santoline, thym.

Éviter tout aliment mort : conserves, sodas, surgelés...

- Ascaris : provient d’oeufs contenus dans légumes et fruits mal lavés. Provoque coliques, vomissements, occlusion intestinale, jaunisse... ail, chou, courge, grenade.

Tisanes : absinthe, ansérine, chénopode, églantier, santoline, tanaisie.

- Oxyures : apparence de petits vermicelles, se transmettent facilement d’un individu à l’autre, peuvent infester diverses régions du corps et provoquer de démangeaisons anales. Ail, chou.

Tisanes : absinthe, ansérine, chénopode, églantier, santoline, tanaisie.

Beaucoup d'espèces contiennent de la santonine, vermifuge puissant efficace contre les oxyures (Artemisia cina, Tanacetum vulgare).

- Ténia : plat, peut mesurer plusieurs mètres. Ténia inerme provient de la viande de bœuf crue, Ténia armé (ver solitaire) contenu dans la viande de porc. Provoque fatigue, anémie, maux de ventre, dérègle le transit intestinal et l’appétence.

Aliments à privilégier : ail, carotte, citrouille, grenade, noisette, noix.

Tisanes : églantier, fougère mâle.

se vermifuger, une bonne habitude...

Quelques pistes de vermifuges naturels :

Phytothérapie : absinthe, ail, armoise, nigelle, oignon, serpolet, thym. Décoctions de feuilles et de racines de chicorée sauvage, de racines de joubarbe, de lichen d’Islande.

L’ail les fait fuir : infusion avec une gousse écrasée dans une tasse de lait bouillant. Ou infuser des écorces d’orange amères dans du vin, en alternance avec de l’huile de noix et du jus de pruneau. Ou racines de raifort râpée dans du miel, ou du jus de cerfeuil.

Beaucoup d'espèces contiennent de la santonine, vermifuge puissant efficace contre les oxyures (Artemisia cina, Tanacetum vulgare).

se vermifuger, une bonne habitude...

et... bon appétit !!!!

Voir les commentaires

au sujet de l'énergie...

10 Juillet 2013, 06:39am

Publié par pam

“Ma grand-mère me disait : tes actions ont plus de signification que tes promesses. Elles doivent être faites maintenant. Elle me montrait que lorsqu’on visualise la chose déjà faite, il devient plus facile de la faire. Ta pensée est juste aussi importante que ton action parce que toutes tes actions commencent dans ta pensée. Ce que l’on pense, c’est comme si on l’avait déjà fait. Même ce que nous pensons ou disons des autres a sur eux une influence. Si nous décrivons quelqu’un comme brutal ou ignorant, nous ne reconnaissons pas la pierre précieuse de la pensée qui se trouve en lui comme en nous. Nous exprimons une idée négative et statique, diminuant ainsi l’énergie disponible pour tout changement et toute transformation.

Lorsque vous parlez de façon positive, les canaux de la colonne vertébrale s’ouvrent. En être conscient, les fait devenir plus clairs. Nos mots, en tant qu’expressions de la pensée et vibrations, ont le pouvoir de former et déterminer la réalité future.

Ce que nous faisons aujourd’hui, ce que nous pensons de nous-mêmes en ce moment a un effet sur tout le cycle de la vie. Notre pensée a un pouvoir... Dans la tradition cherokee, le péché, c’est de s’éloigner des possibilités qui sont en nous.”

Cartier in “Les gardiens de la terre”.

“Normalement, le corps humain devrait pouvoir vivre deux cents ans et peut-être plus mais, par le jeu du mental, nous n’arrêtons pas de gaspiller son énergie, en étant sans cesse tiraillés entre l’acceptation et le rejet. Parce que tout simplement, nous ne voulons pas que ce qui est soit. Parce que nous voudrions que ce qui est ne soit pas. Cela nous fait souffrir et nous vieillit.

Nous avons tendance à blâmer le Créateur pour nos maladies et nos troubles mais c’est nous, en réalité, qui sommes responsables de ce qui nous arrive. Car les Cherokees ne cessent de l’affirmer, la santé est notre état naturel.”

Cartier in “Les gardiens de la terre”.

au sujet de l'énergie...

Castaneda :

“La plupart de ton énergie te sert à conforter ta propre importance... Si nous étions capables de perdre un peu de cette importance, deux choses extraordinaires nous arriveraient. Nous libérerions cette énergie de la tâche de maintenir l’idée illusoire de notre grandeur, et nous pourrions l’utiliser pour jeter un coup d’oeil sur la magnificence de l’univers.”

au sujet de l'énergie...

Voir les commentaires

amour, amitié...

9 Juillet 2013, 05:58am

Publié par pam

"Préferer l'absolu de l'absence à une présence approximative..."

Jacqueline Kelen.

amour, amitié...

Voir les commentaires

politique... et méditation...

9 Juillet 2013, 05:38am

Publié par pam

"Nous ne sommes pas au monde pour le regarder, mais pour le changer."

Karl Marx.

politique... et méditation...

Voir les commentaires

au sujet de l'amour...

8 Juillet 2013, 07:54am

Publié par pam

Rilke :

“L’amour ne sera plus le commerce d’un homme et d’une femme, mais celui d’une humanité avec une autre... Il sera cet amour que nous préparons, en luttant durement : deux solitudes se protégeant, se complétant, se limitant, et s’inclinant l’une devant l’autre.”

Finding peace in solitude by Si2

Finding peace in solitude by Si2

Voir les commentaires

une armée d'humour et d'amour...

8 Juillet 2013, 06:47am

Publié par pam

SDF philosophe.

j'ai trouvé ce texte avec comme signature : Aldous Huxley 1932...impossible vu l'absence de télé en 32... si quelqu'un connait se texte et sa provenance...??? et son auteur...?? :

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente, il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l'idée même de révolte ne viendra même plus à l'esprit des hommes. L'idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l'éducation pour la ramener une forme d'insertion professionnelle. Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l'accès au savoir devienne plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l'information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l'émotionnel ou l'instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d'empêcher l'esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social il n'y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l'existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d'entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l'euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Paul Virilio, philosophe de la

vitesse, premier analyste de « l’accident

intégral » qui frappe les sociétés

technologiques et polluantes, est

notamment l’auteur de "L’Université du

désastre" (2008). Dernier ouvrage : Le futurisme

de l’instant (Galilée, 2009).

Voici l'entretien qu'il a donné à la revue RAVAGES :

LA GRANDE REGRESSION

"Nous assistons depuis la fin du xxe siècle à

une régression vers l’origine. Si nous prenons

le xixe siècle, le début du xxe, nous nous apercevons

que la maturité domine, produit les

valeurs. C’est le paternalisme de la maturité ou,

pour aller plus vite, l’écoute du patriarche, de

l’Ancien, de l’expérience. Nous sommes passés

à la domination culturelle des valeurs et des

idées des ados aux alentours des années 1960,

à la mi-temps du xxe. 68 marque le tournant. La parole contestataire

des étudiants, la révolte contre le patriarche met à bas le

régime des Anciens. Depuis, on régresse. On érige en modèle

le djeune, son corps mince, ses musiques speed, l’entertainment.

Plus rien ne se fait sans entertainment : il y a des clowns dans

les restaurants, des animations dans les magasins, du people

djeune dans tous les médias. Nous sommes passés au culte du

teen puis à celui de l’enfant. Toutes les valeurs tournent autour

de lui. Interdit de lui coller une claque, de lui faire un baiser,

il faut le respecter comme une idole – et ce faisant on régresse

tous vers le baby.

Les limbes de l’origine.

C’est une sorte de remontée à l’origine. La volonté

de rentrer dans le ventre de sa mère, qui pourrait peut-être expliquer

l’incroyable succès de L’origine du monde, cette mauvaise toile de

Courbet. Le succès du jeunisme mène à l’infantilisme des origines.

On lance des télés pour les enfants de 6 mois à 3 ans. Des journaux

de mode pour les 4 ans. Le ministre de l’éducation en Angleterre

veut lancer l’éducation sexuelle à 5 ans. Le modèle humain devient

le baby. La mère porteuse fait événement. C’est comme un retour au

foetus, à un état infra-historique, infra-politique. Plutôt que de penser

l’imminence du désastre, le regarder en face, l’étudier avec sang

froid, on remonte à l’acte de naissance, on veut demeurer absolument

en dehors de la maturité, en dehors de la jeunesse, ou la révolte de

l’adolescence. On retourne dans les limbes de l’origine. On a si peur

qu’on préfère vivre dans l’inconscience de notre inhumanité.

Synchronisation des affects.

Avec cette régression au stade du naissant,

nous entrons dans une situation plus mystique, plus générique,

génésique même. Aujourd’hui la mondialisation et l’universalisation

des écrans favorisent la synchronisation des émotions à

l’échelle de millions de gens. Nous passons de la standardisation

des opinions, qui correspondait à la communauté d’intérêts des

classes sociales, à la synchronisation générale des affects. C’est à-

dire à une communauté d’émotions qui débouche sur un communisme

mondial des passions. Cette synchronisation favorise

en temps réel la fabrication d’une communauté mondiale qui

n’est plus une addition de communautés d’intérêts

– celles des pauvres, des riches, des bourgeois, etc – mais un

véritable phénomène hallucinatoire. La synchronisation

actuelle provoque ainsi des tsunamis d’émotions,

de compassion, de paniques, de violences.

Halluciner tous ensemble.

L’avènement d’un « communisme des affects » s’arrange très bien avec le turbo-capitalisme, sa culture et sa régression vers le baby. Car pour halluciner ainsi tous ensemble, dans l’ubiquité permanente des écrans, sans distance critique, il faut

avoir été infantilisés, réunis, collectivisés en une même génération

de babies enthousiastes. Derrière la crise mondiale actuelle

se joue la nouvelle synthèse entre communisme et capitalisme :

communisme des émotions plus capitalisme mondialisé. La Chine

est aujourd’hui le terrain d’expérience de la confrontation des

deux systèmes, avec l’impact économique que l’on sait.

Mono-athéisme mystique. La régression à une communion des affects

est un phénomène purement religieux. Nous avons la religion

de l’interconnexion en temps réel, de la communion globale des

âmes, autrement dit de la synchronisation des affects pour des

millions de gens. World Trade Center, mort de Jean-Paul II, le

tsunami, Barack Obama, nous communions tous. C’est la véritable

parousie, la victoire des forces du bien, la communion des saints.

Notre société athée et laïque met ainsi en oeuvre les attributs du

divin, la présence de l’esprit chez tous, l’ubiquité, l’instantanéité,

la simultanéité, le clonage. C’est un mono athéisme d’une puissance

colossale que les divers fondamentalistes du monothéisme

ont d’ailleurs signalé.

Individualisme de masse.

La régression nous a mené à l’individualisme de

masse. C’est-à-dire que nous sommes une société de consommation

de masse, nous achetons tous les mêmes produits, communions aux

mêmes événements, vivons en plein collectivisme et en même temps

nous valorisons farouchement notre individualisme. « Moi, moi,

moi, c’est à moi ! » dit le baby. Dans l’individualisme de masse, un

gouvernement bien équipé technologiquement, peut contrôler tête

par tête, vérifier la traçabilité au travers des systèmes de scanneurs,

de codage, de fichage, etc. La traçabilité permet de contrôler les

masses tête par tête, point par point, pixel par pixel. Alors que les

sociétés anciennes géraient des grands groupes, elles n’arrivaient

pas à contrôler tête par tête, il y avait encore des échappées, des

révoltés, de l’underground, des dissidents. Aujourd’hui, les technologies

de la synchronisation favorisent un contrôle instantané

et permanent. Nous sommes au-delà d’Orwell.

(Entretien réalisé par Frédéric Joignot, La Rochelle, 22 mars 2009).

Voir les commentaires

en réponse à Caroline...

7 Juillet 2013, 08:42am

Publié par pam

Voir les commentaires

merci Caroline...

7 Juillet 2013, 08:14am

Publié par pam

Voir les commentaires

Peia. "Machi"

6 Juillet 2013, 06:49am

Publié par pam

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>