Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Droit dans le soleil.

30 Septembre 2013, 09:04am

Publié par pam

Voir les commentaires

Pensée de la semaine de Matthieu Ricard

30 Septembre 2013, 08:37am

Publié par pam

Comme l’huile de la lampe allumée qui sera bientôt consumée, toutes les choses de ce monde se rapprochent peu à peu et inexorablement de leur fin. Il est puéril de penser que l'on peut d'abord terminer toutes les tâches que l’on a entreprises pour ensuite se retirer et consacrer au Dharma le reste de sa vie. Sommes-nous donc si sûrs de vivre assez longtemps ? La mort ne frappe-t-elle pas les jeunes comme les vieux ? Quoi que vous fassiez, rappelez-vous que vous êtes mortel et gardez votre esprit concentré sur la Voie.


Les Cent Conseils de Padampa Sanguié, Padmakara, 2003, commentaire du verset 33.
DILGO KHYENTSE RINPOCHE (1910-1991)

Pensée de la semaine de Matthieu Ricard

Voir les commentaires

changer de vie...

29 Septembre 2013, 08:07am

Publié par pam

J'ai une amie qui s'appelle Nina.

Il y a quelques années, suite à un problème personnel, elle a fait le choix de changer de vie. Un choix radical : le nomadisme. Le vrai, sans rien, sans argent, sans valise, sans contrainte. Et, à l'écoute des signes, n'attendant rien mais ouverte à tout ce qui se présente, elle trouve sans chercher de quoi se nourrir, s'abriter, satisfaire ses besoins vitaux. Elle n'a rien mais possède tout.

Avec elle, c'est la joie assurée ! et quand elle n'est pas là, la savoir sur une route quelque part, seule ou partageant avec des amis rencontrés au hasard de son chemin, me rempli le coeur. J'ignore quand elle reviendra par ici, ou si les coïncidences nous ferons nous retrouver là ou ailleurs, peu importe, le seul fait d'être son amie, de la connaître, de l'imaginer suffit à mon bonheur !

Voir les commentaires

Fabriquer un panneau solaire thermique...

29 Septembre 2013, 06:54am

Publié par pam

Fabriquer un panneau solaire thermique pour moins de 5 euros !

Ok il faut être bricoleur. Mais cela vaut le coup d’essayer ! Et comme le titre de l’article US original parle de fabriquer un panneau solaire pour moins de 5 dollars, cela correspond à moins de 4 euros !

Solution pour notre avenir énergétique ?

Le soleil est une source d’énergie très puissante. On peut réussir à produire de l’eau très chaude par ce moyen, il faut donc faire attention aux risques de brulures.
Ce modèle permet plus d’expérimenter le principe que de réaliser une vraie installation pouvant chauffer votre eau. Mais vous pouvez vous en inspirer pour créer un modèle fonctionnel à plus grande échelle.

Matériel nécessaire
• de l’eau
• quelques petites équerres
• perceuse
• une paire de ciseaux
• une scie
• des morceaux de bois
• une plaque de verre (vitre)
• la grille arrière d’un petit réfrigérateur
• une bonne longueur de tuyau utilisé pour les pompes à air des aquariums
• de quoi renforcer la structure
(ici c’est une vielle porte qui a été utilisé, mais une planche de bonne dimension suffira)
• des vis à bois
• une feuille d’aluminium (type aluminium alimentaire)
• du ruban adhésif type "duct tape"
• un cutter

Temps de réalisation
Environ 3 heures de construction

Étape 1 : récupération du matériel

Et oui, pour obtenir un prix si faible, on doit faire un maximum de récupération
Ainsi, la pièce maitresse du panneau, le circuit récupérant la chaleur et faisant circuler l’eau est en fait la grille arrière d’un vieux frigo.

ATTENTION : il ne faut pas démonter un frigo seul ! Le circuit de refroidissement dont fait partie cette grille contient des gaz très nocif, aussi bien pour l’environnement que pour vous ! Il existe des société spécialisé dans la récupération de ces gaz !

Assurez vous de garder une bonne longueur du tube qui relie le compresseur à la grille, afin de faciliter les futures opérations.

Bon vous avez récupéré votre grille. Passons maintenant à la confection du cadre.

Étape 2 : le cadre

Le cadre va servir à délimiter le panneaux et à le consolider. Vous pouvez le réaliser à l’aide de morceaux de bois de récup’ encore une fois.

Afin de bien dimensionner votre cadre et votre “arrière” disposer la grille sur le fond et ajustez le cadre autour.


Étape 3 : le panneau

Une fois le cadre réalisé, déposer la feuille d’aluminium entre celui-ci et le fond de votre panneaux. Cette feuille va servir le rôle de miroir afin d’éviter un échauffement trop important du fond et pour augmenter la quantité d’énergie que recevra le circuit d’eau.

Notez que vous ne devez pas être obligatoirement nu-pied pour réaliser ce montage

Il ne vous reste plus qu’à ajouter quelques planches qui permettront d’accrocher plus facilement le panneau.

Étape 4 : fixer le collecteur

Utiliser du duct tape pour fixer le collecteur au cadre, pour fixer l’aluminum au cadre, pour boucher les trous d’ou l’air pourrait s’échapper trop facilement. Et oui, moins il y a d’échange thermique et plus la chaleur reste à l’intérieur du panneau, le rendant plus efficace ! De plus l’usage du verre pour le dessus est parfait : il laisse facilement passer la lumière mais beaucoup moins la chaleur. On crée donc une mini serre dans laquelle serpente notre eau !

Penser aussi à faire 2 trous pour permettre le passage des tuyaux du collecteur.

Noter au passage l’usage très abondant de duct tape qu’à fait l’auteur de ce plan.

Étape 5 : relier le collecteur

Relier les tuyaux du collecteurs au tuyau d’aquarium. En fait n’importe quel type de tuyaux convient, il faut juste qu’il y est une correspondance dans les diamètres.

Il faut maintenant fixer le collecteur au fond du panneau. Utiliser des équerres et de l’adhésif encore une fois, même si je pense que sur la durée, il ne tiendra pas. Il vaut mieux utiliser quelque chose de plus solide dans le temps.

Étape 6 : mise en Route

Avant de le tester, il faut remplir le circuit d’eau.

Une fois que cela est fait, vous pouvez le tester avec 2 seaux. L’un plein d’eau froide et l’autre qui contiendra l’eau chaude. Si vous mettez le seau d’eau froide plus haut que l’autre, la circulation d’eau se fera toute seule.

Note :
Bien que ce soit un modèle de “test”, l’eau peut atteindre une température réellement importante donc gare aux brulures. Le système peut également être en circuit fermé avec une circulation thermosiphon; c’est à dire que le fluide remonte du chaud vers le froid naturellement. On peut alors ne mettre qu’un seul seau en hauteur.

Bien entendu, ce modèle "basique" peut être largement amélioré, également à moindre coût… Aussi, si vous avez des idées en la matière, je vous encourage à les partager !

Sources :
• Energies 2 Demain : www.energies2demain.com
• Thesietch : www.thesietch.org


Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

j'essaye et je vous raconte !

Voir les commentaires

changements climatiques...

27 Septembre 2013, 07:43am

Publié par pam

D’ici 24 heures, les plus grands scientifiques du monde publieront le rapport le plus important depuis des décennies: il prouve une bonne fois pour toutes que le réchauffement climatique est une menace colossale, mais qu’une action imminente des États peut arrêter cette catastrophe. C’est une sonnette d’alarme mondiale pour sauver notre planète, mais les majors du pétrole et de l’énergie ont un allié de poids, qui ne recule devant rien pour étouffer la vérité.

Rupert Murdoch possède des centaines de grands médias, dont les ultra-conservateurs Fox News et Wall Street Journal. Il n’hésite pas à utiliser son pouvoir médiatique pour aider ses amis pétroliers à stopper toutes mesures qui risqueraient de réduire leurs bénéfices. Rien qu’aux États-Unis, 80% des reportages sur le réchauffement climatique publiés dans les journaux de Murdoch étaient trompeurs! Aujourd’hui, ce nouveau rapport est dans sa ligne de mire et son empire médiatique dominera le débat… à moins que tous ensemble, nous nous unissions dans le monde entier pour rétablir la vérité.

C’est dans l’arène de l’opinion publique que se remportent ou se perdent des batailles comme celles-ci. Une immense pétition, des lettres aux rédactions, des tweets et des messages sur les réseaux sociaux sont les armes dont nous avons besoin. Ensemble, persuadons Rupert Murdoch de cesser d’attaquer la science et de rapporter la vérité. Signez maintenant et parlez-en autour de vous. Quand notre appel aura recueilli 1 million de signatures, nous enverrons quelques-uns des plus éminents scientifiques au monde lui remettre les faits en main propre:

http://www.avaaz.org/fr/murdoch_climate_liar_loc/?buEundb&v=29608

Ce rapport écrit par 2 000 (!) scientifiques est le document le plus complet sur le changement climatique depuis des années. Il affirme que le réchauffement climatique est sans aucun doute causé par l'activité humaine, et qu’il est indispensable que les gouvernements prennent des mesures urgentes pour éviter les conséquences désastreuses qu’il pourrait avoir sur notre planète: sécheresses, tempêtes, hausse du niveau de la mer, fonte des glaces. Le réchauffement climatique touchera chacun d’entre nous, en commençant par les îles coralliennes, nos récoltes, nos mers et nos villes côtières, partout dans le monde!

Mais réparer les dégâts demande du courage et les responsables politiques utilisent le faux « débat sur le réchauffement climatique » alimenté par les climato-sceptiques comme excuse à leur inertie. C’est pour cela que les grandes compagnies pétrolières et énergétiques dépensent tant d’argent à financer des études biaisées visant à remettre en question la réalité du réchauffement climatique et les mesures à prendre contre ses conséquences dévastatrices. Rupert Murdoch est un allié de poids en donnant à ces fausses études une couverture médiatique dans le monde entier. D’autres grands médias rentrent alors dans le jeu et incitent les rédactions plus mesurées à parler de ce faux débat au nom de « l'objectivité journalistique ».

En ce moment même, les responsables gouvernementaux sont réunis autour d’une table avec les scientifiques pour déterminer ce que signifie ce rapport et ce qui doit être fait. Ce rapport pourrait être le moteur d’une action mondiale décisive pour sauver la planète, mais si les médias suivent l’exemple de Murdoch, nous passerons à côté de ce moment-clé pour prendre enfin des mesures à long terme et mettre fin à la plus grande crise de notre époque.

Demandons aux médias de dire la vérité, arrêtons ce faux débat et lançons enfin la grande bataille contre le réchauffement climatique.Signez la pétition maintenant pour se mobiliser contre le mensonge orchestré par les médias de Murdoch :

http://www.avaaz.org/fr/murdoch_climate_liar_loc/?buEundb&v=29608

Les scientifiques disent que si nous n’agissons pas maintenant, tout est perdu. Nous aurons atteint un point de non-retour. Nos responsables politiques commencent à reconnaître qu’ils doivent agir. Les pollueurs et la mafia des médias feront de leur mieux pour préserver leurs profits, mais la vérité est de notre côté. Si nous nous unissons, nous savons que nous pourrons arrêter ces affabulations et sauver l’avenir de nos enfants et petits-enfants. Mais nous devons gagner cette bataille maintenant.

changements climatiques...

Voir les commentaires

Crudivorisme...

26 Septembre 2013, 08:23am

Publié par pam

Changement d'alimentation depuis plusieurs mois : j'ai fortement diminué viande, laitages (sauf fromages de brebis), gluten. Je me suis offert un extracteur de jus et je me régale de jus de fruits et de légumes (+ herbes du jardin). Tout cela sans excès, sans exagération, ce qui veut dire que je suis cela à environ 80 %. Je sais que pour certains le gluten et les laitages même en très petites quantités peuvent déclencher ou faire redémarrer un problème de santé... mais à part de gros problèmes de vertèbres et d'os en général, je vais bien, ce sont plutôt une curiosité, une envie par goût et le souhait de comprendre le choix de certaines amies qui m'ont incitée à tester ce "régime".

Quelques remarques :

- c'est plus simple à faire quand on vit seul... !

- remplacer la centrifugeuse par l'extracteur de jus est vraiment un bon investissement : les goûts sont plus subtils, l'extraction plus complète et on peut aussi faire des purées de noisettes, amandes... délicieuses (et moins chères qu'en magasin bio), des pâtes...

- trouver des protéines n'est pas un problème : soja, graines, fromages de brebis, poissons gras.... le choix reste vaste !

- ma toubib, inquiète, m'a prescrit une analyse de sang : résultats positifs, aucun changement par rapport à l'an dernier, je manque toujours de vitamine D comme la plupart des gens d'ailleurs, à moi de compenser (huile de foies de poissons, poissons gras, champignons...). Voilà pour rassurer le inquiets et faire taire les critiques !!

- Brune (10 ans) et Marius (7 ans) sont venus passer 24 heures, ils ont adoré composer leurs jus de fruits, découvrir le pain aux fleurs à la châtaigne, et ils sont habitués à manger des légumes et herbes du jardin, c'est devenu un jeu depuis qu'ils sont tout petits et hier ils ont encore pu trouver des mûres, leurs jus étaient si colorés qu'on a joué à "je bois du vin"! Où est l'image ancienne des végétariens coincés, tristes et austères....?

- plus sérieusement et c'est l'essentiel : en quelques jours j'ai senti une amélioration physique très nette, beaucoup moins de douleurs, beaucoup plus d'énergie vitale, de sérénité même. Et même si j'ai la chance de n'avoir jamais eu de problèmes de poids, j'ai perdu les deux kilos de mauvaises graisses accumulées au fil des ans. Je pense sincèrement que même si vous n'en voyez pas l'intérêt, si ça vous semble compliqué ou limitatif, chacun gagnerait à au moins faire l'essai, quelques jours, pour voir...

Crudivorisme...

Pour conclure, je suis ravie de cet essai qui va perdurer j'en suis sûre. Mes disgressions se font de plus en plus rares (un passage à la pâtisserie, à la coop d'agriculteurs bio du coin pour une tranche de viande ou de charcuterie) mais peut être que d'avoir dès le début choisi de ne pas faire un changement radical et extrémiste m'a permis non seulement de "tenir" mais surtout sans manques, sans regrets, sans contraintes.

Je sens quand je parle à ceux qui me demande des soins et à qui maintenant je suggère de tester l'arrêt du gluten ou des laitages ou de la viande au moins 10 jours, au moins l'un des trois à tour de rôle par exemple pour commencer, que cela fait écho. Non par mode mais pour vivre plus en conformité avec ses idées.

L'an dernier, à force de scandales alimentaires, d'émissions trop bien structurées et informatives sur Arte ou la 5, d'articles dans les journaux ou sur le net, je me retrouvais régulièrement à ne plus savoir quoi acheter, quoi consommer, tout me dégoûtait, aujourd'hui quand j'ouvre mon frigo, la profusion de fruits et de légumes, de couleurs, de fraicheur me ravit, je me fais plaisir avec une tartine (sans gluten) de pâte d'anchois maison, d'olives, de purée d'amandes au miel ! Chaque jus est une découverte car les mélanges sont infinis, aucun risque de lassitude donc.

Et, cerise sur le gâteau (sans gluten ni laitages !), je ne cautionne plus (ou encore moins) l'industrie agro-alimentaire, les faiseurs de profits financiers sur le dos de notre santé, je ne participe plus à l'horreur des pratiques des producteurs de viande.

En bref, la vie est belle et j'ai la pêche !

À vous de tester si ce n'est déjà fait et vous m'en direz des nouvelles !

Voir les commentaires

LE BONHEUR EST-IL POSSIBLE ?

26 Septembre 2013, 07:33am

Publié par pam

“La liberté extérieure que nous atteindrons dépend du degré de liberté intérieure que nous aurons acquis. Si telle est la juste compréhension de la liberté, notre effort principal doit être consacré à accomplir un changement en nous-même.” Gandhi.

On peut croiser des êtres qui respirent le bonheur.

Dans nos sociétés riches, nombreux sont ceux qui se disent heureux, en revanche, leur bonheur est éminemment fragile. Que l’une des conditions viennent soudain à manquer, à cause de la perte d’un proche, ou d’un travail, et ce sentiment de bonheur s’écroule. De plus, se déclarer satisfait de sa vie parce qu’il n’y a objectivement aucune raison de se plaindre n’empêche pas de se sentir mal à l’aise au plus profond de soi. Cette distinction entre bien-être extérieur et intérieur explique la contradiction apparente de ces études avec l’affirmation du bouddhisme selon laquelle la souffrance est omniprésente dans l’univers. Parler d’omniprésence ne signifie pas que tous les êtres font constamment l’expérience de la souffrance, mais qu’ils restent vulnérables à une souffrance latente qui peut surgir à tout moment.

Le bonheur ne serait-il qu’un répit dans la souffrance ?

Nombreux sont ceux qui n’envisagent le bonheur que comme une accalmie passagère, vécue de façon positive par contraste avec la souffrance. Le bonheur n’est-il que l’oeil du cyclone ?

Dans des circonstances désagréables, un moment de lâcher-prise, cet état de satisfaction profonde que l’on ne trouve qu’à l’intérieur de soi et qui est donc indépendant des circonstances extérieures, peut nous donner du bonheur. Nous ne pouvons nier l’existence de sensations agréables et désagréables, mais elles ont peu d’importance au regard du bonheur. De telles expériences font comprendre qu’il est certainement possible de vivre dans un état de bonheur durable. Dès lors, l’objectif consiste à déterminer lucidement les causes du malheur et à y remédier.

Si le bonheur est bien une manière d’être, un état de connaissance et de liberté intérieure, il n’y a rien qui puisse fondamentalement empêcher sa réalisation.

Le déni de la possibilité du bonheur semble être influencé par l’idée d’un monde pourri, croyance largement répandue en Occident selon laquelle l’homme et le monde sont foncièrement mauvais. Cette croyance provient en grande partie de l’idée d’un péché originel. Le constant bombardement de mauvaises nouvelles dans les médias et la présentation de la violence comme ultime remède à tout conflit encouragent ce que les sociologues anglo-saxons appellent le syndrome du mauvais monde. Celui-ci remet en cause la possibilité d’actualiser le bonheur. Penser que la nature humaine est essentiellement corrompue teinte de pessimisme notre vision de l’existence et nous fait douter du fondement même de la quête du bonheur, c’est-à-dire de la présence d’un potentiel de perfection en chaque être. Selon le bouddhisme, la réalisation spirituelle est un épanouissement de ce potentiel. Il ne s’agit donc pas de tenter de purifier quelque chose de fondamentalement mauvais, mais de nettoyer une pépite d’or afin d’en faire ressortir l’éclat. Si le sage peut être heureux, c’est que le bonheur est possible. Quand on n’a plus rien à gagner pour soi-même, on peut manifester une disponibilité totale à l'égard des autres.

Les constructions philosophiques et les opinions intellectuelles, si sincères soient-elles, n’ont plus de raison d’être lorsqu’elles sont démenties par l’expérience vécue.

C’est de points de repère (la personne du sage) dont nous avons besoin dans notre vie de tous les jours pour mieux comprendre ce que nous pourrions devenir. Il ne s’agit pas de renoncer à la vie qui est la nôtre, mais de bénéficier de l’éclairage de ceux qui ont élucidé la dynamique du bonheur et de la souffrance.

Comte-Sponville : “Le sage n’a plus rien à attendre ni à espérer. Parce qu’il est pleinement heureux rien ne lui manque. Et parce que rien ne lui manque, il est pleinement heureux.”

On ne naît pas sage on le devient.

Dans chaque domaine d’activité humaine, on peut trouver des sources d’inspiration qui, loin de nous décourager par leur perfection, stimulent au contraire notre enthousiasme en nous offrant une image admirable de ce vers quoi nous tendons. N’est-ce pas pour cela que les grands artistes, les hommes et femmes de cœur, les justes et les héros sont aimés et respectés ?

En acquérant peu à peu, grâce à l’expérience introspective, une meilleure connaissance de la façon dont surgissent les pensées, on apprend à ne plus être la proie des poisons mentaux. Dès qu’on a trouvé un peu de paix en soi, il devient beaucoup plus facile de mener une vie affective et professionnelle épanouissante. De même, dans la mesure où l’on se libère de tout sentiment d’insécurité, des peurs intérieures (lesquelles sont liées à une compréhension trop limitée du fonctionnement de l’esprit), ayant moins à redouter, on sera naturellement plus ouvert aux autres et mieux armé face aux péripéties de l’existence.

Cavalli-Forza : “Notre liberté intérieure ne connaît pas d’autres limites que celles que nous nous imposons ou celles dont nous acceptons qu’elles nous soient imposées. Et cette liberté aussi procure un grand pouvoir : elle peut transformer l’individu, lui permettre d’épanouir toutes ses capacités et de vivre dans une plénitude absolue chaque instant de son existence. Quand les individus se transforment, en faisant accéder leur conscience à maturité, le monde change aussi, parce que le monde est constitué d’individus”.

d'après Matthieu Ricard in "Plaidoyer pour le bonheur".

LE BONHEUR EST-IL POSSIBLE ?

Voir les commentaires

au sujet de la douleur physique...

25 Septembre 2013, 07:48am

Publié par pam

Comment faire face à une douleur physique qui nous accule aux limites du tolérable?

1° distinguer douleur physiologique et souffrance mentale et émotionnelle que la première engendre. Du point de vue neurologique, on sait que la réaction émotionnelle à la douleur varie de façon importante d’un individu à l’autre, et qu’une part considérable de la sensation douloureuse est associée au désir anxieux de la supprimer. Si nous laissons cette anxiété submerger notre esprit, la plus bénigne des douleurs devient vite insupportable. Notre appréciation de la douleur dépend donc aussi de notre esprit : c’est lui qui réagit à la douleur par la peur, la révolte, le découragement, l’incompréhension ou le sentiment d’impuissance, de sorte qu’au lieu de subir un seul tourment, nous les cumulons. Comment, dès lors, prendre en main la douleur au lieu d’en être la victime ? Que l’on sombre dans le découragement le plus total ou que l’on conserve sa force d’âme et son désir de vivre, dans les deux cas la douleur subsiste, mais, dans le second, on sera capable de préserver sa dignité et sa confiance en soi, ce qui fait une grande différence.

À cette fin, le bouddhisme a élaboré différentes méthodes : l’une fait appel à l’imagerie mentale en vue de modifier la perception de la douleur, une autre permet de transformer la douleur en s’éveillant à l’amour et à la compassion, une 3° consiste à examiner la nature de la souffrance et, par extension, celle de l’esprit qui souffre.

Les scientifiques ont montré que dans 85 % des cas, le recours aux méthodes mentales augmente la capacité à supporter la douleur, l’imagerie mentale étant la plus efficace, variant selon les supports visuels. Autres méthodes : concentration sur un objet extérieur, pratique d’un exercice répétitif, acceptation consciente de la douleur. L’imagerie mentale mobilise davantage l’attention et est ainsi plus apte à distraire le malade de sa douleur.

La seconde méthode permettant de gérer la souffrance physique mais aussi morale, est liée à la pratique de la compassion. C’est un état d’esprit fondé sur le souhait que les êtres soient délivrés de leurs souffrances et des causes de leurs souffrances. Il en résulte un sentiment d’amour, de responsabilité et de respect à l’égard de tous. Imprégné d’altruisme, nous cessons de nous demander avec amertume : “Pourquoi moi ?”. Lorsque nous sommes totalement absorbés par nous-même, nous sommes vulnérables et devenons facilement la proie du désarroi, de l’impuissance et de l’angoisse. Mais lorsque, par compassion, nous éprouvons un puissant sentiment d’empathie face aux souffrances des autres, la résignation impuissante fait place au courage, la dépression à l’amour, l’étroitesse d’esprit à une ouverture envers tous ceux qui nous entourent.

La 3° méthode est celle des contemplatifs : moins évidente, nous pouvons nous en inspirer pour réduire nos souffrances physiques et mentales. Elle consiste à contempler la nature de l’esprit qui souffre. Il faut simplement regarder la douleur, chercher sa couleur, forme, caractéristique. On s’aperçoit alors que les contours de la douleur s’estompent à mesure qu’on tente de les cerner. La nature fondamentale de l’esprit est cette pure faculté de connaissance. Détendons notre esprit et essayons de laisser la douleur reposer dans cette nature claire et inaltérable. Cela nous permettra de ne plus être la victime passive de la douleur, mais, peu à peu, de faire face et de remédier à la dévastation qu’elle engendre dans notre esprit. Lorsque l’esprit s’examine lui-même, que peut-il apprendre sur sa propre nature ? I° chose, les courants de pensées qui ne cessent de surgir presque à notre insu, innombrables, entretenus par nos sensations, nos souvenirs et notre imagination. Mais quelque soit le contenu des pensées, une qualité de l’esprit reste toujours présente, c’est la conscience première qui sous-tend toute pensée et demeure tandis que, pendant quelques instants, l’esprit reste tranquille. Cette faculté, présence éveillée, est la conscience pure, qui peut exister en l’absence de constructions mentales.

On dit que l’esprit est vide d’existence propre, cette notion de vacuité des pensées est très étrangère à la psychologie occidentale. Utilité : lorsque qu’une puissante émotion ou pensée surgit, colère par ex., nous sommes très facilement submergé par elle, elle s’amplifie et se multiplie en nombreuses autres pensées qui nous perturbent, nous aveuglent et nous incitent à prononcer des paroles, commettre des actes qui font souffrir les autres et seront bientôt pour nous source de regret. Au lieu de laisser se déclencher ce cataclysme, on peut examiner cette pensée au départ pour s’apercevoir que ce n’est que du vent, et ainsi s’affranchir de l’emprise des émotions perturbatrices. Autre avantage à mieux appréhender la nature fondamentale de l’esprit : si l’on comprend que les pensées surgissent de la conscience pure, puis s’y résorbent, comme les vagues de l’océan, on a fait un grand pas vers la paix intérieure. Les pensées auront perdu une bonne part de leur pouvoir de nous troubler. Lorsqu’une pensée surgit, essayons d’observer sa source, quand elle disparaît, demandons-nous où elle s’est évanouie. Dans le laps de temps où notre esprit n‘est pas encombré de pensées discursives, ne perçoit-on pas une conscience pure et lumineuse qui n’est pas modifiée par nos fabrications conceptuelles ? Procédant ainsi, par expérience directe, nous apprendrons à mieux comprendre ce que le bouddhisme entend par nature de l’esprit.

En restant dans cet état de présence éveillée, la douleur physique semble alors très lointaine, et n’empêche pas de conserver sa paix intérieure. Des tibétains emprisonnés, torturés, revenaient toujours à la méditation sur la paix intérieure et la compassion, et c’est elle qui avait préservé leur désir de vivre et les avait finalement sauvés.

Quand on a trouvé le bonheur en soi, rien ne peut nous l’enlever, ni la vie ni la mort.

d'après Matthieu Ricard in "Plaidoyer pour le bonheur".

au sujet de la douleur physique...

Voir les commentaires

Matthieu Ricard. Plaidoyer pour l'altruisme.

25 Septembre 2013, 07:24am

Publié par pam

Abreuvés d’images violentes, confrontés à une société en crise, on n’imagine pas la force de l’altruisme, le pouvoir de transformation positive qu’une véritable attitude altruiste peut avoir sur nos vies au plan individuel et, partant, sur la société toute entière. L’une de nos difficultés majeures consiste à concilier les impératifs de l’économie, de la recherche du bonheur, et du respect de l’environnement.

L’économie et la finance évoluent à un rythme toujours plus rapide. La satisfaction de vie se mesure, elle, à l’aune d’un projet de vie, d’une carrière, d’une famille et d’une génération. Elle se mesure aussi à la qualité de chaque instant qui passe, des joies et des souffrances qui colorent notre existence, de nos relations aux autres. Quant à l’environnement, jusqu’à récemment, son évolution se mesurait en termes d’ères géologiques, biologiques et climatiques. De nos jours, le rythme de ces changements ne cesse de s’accélérer du fait des bouleversements écologiques provoqués par les activités humaines.
Nous avons besoin d’un fil d’Ariane qui nous permette de retrouver notre chemin dans ce dédale de préoccupations graves et complexes. L’altruisme est ce fil qui peut nous permettre de relier naturellement les trois échelles de temps — court, moyen et long termes — en harmonisant leurs exigences.

Si nous avions plus de considération pour le bien-être d’autrui, les investisseurs par exemple ne se livreraient pas à des spéculations sauvages avec les économies des petits épargnants qui leur ont fait confiance, dans le but de récolter de plus gros dividendes en fin d’année. Ils ne spéculeraient pas sur les ressources alimentaires, les semences, l’eau et autres ressources vitales à la survie des populations les plus démunies.

S’ils avaient davantage de considération pour la qualité de vie de ceux qui nous entourent, les décideurs et autres acteurs sociaux veilleraient à améliorer les conditions de travail, de vie familiale et sociale, et de bien d’autres aspects de l’existence. Ils seraient amenés à s’interroger sur le fossé qui se creuse toujours davantage entre les plus démunis et les plus nantis.

Enfin, si nous avions davantage de considération pour les générations à venir, nous ne sacrifierions pas aveuglément le monde à nos intérêts éphémères, ne laissant à ceux qui viendront après nous qu’une planète polluée et appauvrie.

Au carrefour de la philosophie, de la psychologie, des neurosciences, de l’économie, de l’écologie, Plaidoyer pour l’altruisme est la somme d’années de recherches, de lectures, d’expériences, d’observation et de réflexion. Il vise à démontrer que l’altruisme n’est ni une utopie ni un vœu pieux, mais une nécessité, voire une urgence, dans notre monde de plus en plus interdépendant à l’heure de la mondialisation.

Ricard, M. (2013). Plaidoyer pour l’altruisme. Nil Editions.

in "Blog - Matthieu Ricard"

Matthieu Ricard. Plaidoyer pour l'altruisme.

Voir les commentaires

pétitions...

24 Septembre 2013, 06:52am

Publié par pam

une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je vous suggère de signer cette pétition :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Sauvons_la_lavande_et_les_plantes_a_parfum_aromatiques_et_medicinales/?cwMToab

Nous, citoyens du monde, vous demandons de ne pas considérer la lavande et les autres plantes à parfum aromatiques et médicinales ainsi que leurs extraits traditionnels comme des produits chimiques. Nous disons NON aux règlementations européennes inadaptées et destructrices des produits naturels. Nous vous demandons, pour ces produits, un statut adapté à leur spécificité.

Pourquoi c'est important

Je pense sincèrement que nous pouvons faire avancer les choses, empêcher des incohérences, défendre nos droits de nous soigner avec les plantes qui nous entourent et ce sans permis, autorisation, lois... je vous ai déjà parler ici du millepertuis et des problèmes que pose aux laboratoires sa trop grande efficacité sans qu'aucune piécette ne tombe dans leurs escarcelles... merci d'aider... à vous défendre !

pétitions...

et pendant que j'envoyai cet article, une autre pétition arrivait dans ma boite mail :

Vandana Shiva vous appelle à agir pour la Liberté des Semences et de la Nourriture, du 2 au 16 octobre 2013: http://wp.me/p3TnGP-1J

Join the Fortnight of Action for Seed & Food Freedom, 2-16 October 2013:http://bit.ly/ACT2-16Oct13

Si quelque chose mérite vraiment notre mobilisation, c'est bien cela, prenez le temps de lire le texte en cliqnat sur les http. Merci !

pétitions...

Jamais deux sans trois ! voilà encore un sujet à méditer et sur lequel il faut agir... et vite !

Arrêtons l’Ecocide en Europe

Démantèlement des normes sociales et environnementales en vue... Bientôt ce seront les multinationales qui poursuivront les États quand ils refuseront de leur ouvrir des marchés, et non l'inverse ... UN MONDE A L'ENVERS !!!!!!

Demandez à l'Europe de protéger les ressources et le bien-être des générations futures sur www.endecocide.eu

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>