Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

au sujet de la paix ...

23 Septembre 2013, 07:23am

Publié par pam

La paix est un trésor de l’esprit qui ne s’acquiert pas sans efforts. Si nous nous laissons submerger par nos problèmes personnels, si tragiques soient-ils, nous ne faisons qu’accroître nos difficultés et devenons également un fardeau pour ceux qui nous entourent. Il est essentiel d’acquérir une certaine paix intérieure, de sorte que, sans diminuer en aucune façon notre sensibilité, notre amour et notre altruisme, nous sachions nous relier aux profondeurs de notre être.

Il est commun en Occident de considérer la souffrance comme une anomalie, une injustice ou un échec. En Orient, celle-ci est moins dramatisée et on l’envisage avec plus de courage et de tolérance. Aux yeux d’un occidental, beaucoup plus individualiste, tout ce qui perturbe, menace et finalement détruit l’individu est ressenti comme un drame absolu car l’individu constitue un monde à lui seul. En Orient, où prévaut une vision plus holistique du monde et où l’on accorde une plus grande importance aux relations entre tous les êtres et à la croyance en un continuum de conscience qui reprend naissance, la mort n’est pas un anéantissement, mais un passage.

“Une profonde souffrance peut nous ouvrir l’esprit et le cœur, et nous ouvrir aux autres.” Dalaï-Lama.

La souffrance peut être un extraordinaire enseignement, à même de nous faire prendre conscience du caractère superficiel de nombre de nos préoccupations habituelles, du passage irréversible du temps, de notre propre fragilité et surtout de ce qui compte vraiment au plus profond de nous-même.

“À long terme, la souffrance favorise la découverte d’un monde où il n’y a pas de séparation réelle entre l’extérieur et l’intérieur, entre le corps et l’esprit, entre moi et les autres.” Guy Corneau.

Il serait absurde de nier que la souffrance peut avoir des qualités pédagogiques si l’on sait l’utiliser à bon escient. Par contre, s’y résigner en pensant simplement “c’est la vie !” équivaut à renoncer d’avance à cette possibilité de transformation intérieure qui s’offre à chacun et permettrait d’éviter que la souffrance ne soit systématiquement convertie en malheur. Ne plus être submergé par des obstacles comme la maladie, l’inimitié, la trahison, la critique ou les revers de fortune ne signifie en rien que les événements ne nous affectent pas, ni que nous les ayons éliminés à jamais, mais qu’ils n’entravent plus notre progression vers la liberté intérieure. Il est important de ne pas laisser l’anxiété et le découragement envahir l’esprit.

Shantideva : “S’il y a un remède, à quoi bon le mécontentement ? S’il n’y a pas de remède, à quoi bon le mécontentement ?”

Blâmer les autres pour nos tourments et voir en eux les seuls responsables de nos souffrances revient à nous garantir une vie misérable. Ne sous-estimons pas les répercussions de nos actes, de nos paroles et de nos pensées. Si nous alternons comportements altruistes et nuisibles, ne soyons pas surpris de glaner un mélange de joies et de souffrances.

d'après Matthieu Ricard "Plaidoyer pour le bonheur".

au sujet de la paix ...

Voir les commentaires

décroissance...

21 Septembre 2013, 07:32am

Publié par pam

« Le mot croissance à lui seul est le signe d’une véritable supercherie, contre laquelle l’enseignement prémunissait autrefois les adolescents préparant le certificat d’études. (...) Ceux qui prêchent la croissance sont aussi néfastes que les dealers répandant leurs drogues. »
Albert Jacquard (23 décembre 1925 - 11 septembre 2013), éditorial de La Décroissance n°29, décembre 2005.

décroissance...
décroissance...

« [Les principales organisations environnementales] ont fait plus de dégâts que les négationnistes climatiques de droite. Si on a perdu tellement de temps, c’est bien à cause d’elles (…) le niveau de réduction des émissions dont nous avons besoin dans les pays développés est incompatible avec la croissance économique. (...) Nous avons globalisé un modèle économique insoutenable d’hyperconsommation. Il se répand dans le monde avec succès, et il nous tue. (…) Les groupes environnementalistes n’ont pas été les spectateurs de ce phénomène, ils en ont été les partenaires. Ils voulaient en faire partie. »

Noami Klein, Earth Island Journal traduit par Reporterre.net

« Mais au fait, pourquoi croître ? Et comment le faire au sein d’un monde fini ? Le “toujours plus” est-il seulement possible ad vitam aeternam quand nous naviguons sur un esquif qui a ses limites ? À force de puiser dans les soutes de la terre, nous allons évidemment en épuiser les réserves. Un enfant le comprendrait. (...) La croissance, déesse moderne, est marchande d’illusions. (...) Si chacun n’a dans l’idée que de voir croître le niveau de sa propre abondance, d’épaissir le matelas de son confort et de sa consommation, il n’y a pas de raison que cette course sans fin et sans frein s’arrête autrement que dans une catastrophe. »

Bruno Frappat, journaliste, La Croix, 13 septembre 2013

« Les gens qui possèdent les journaux sont des capitalistes. (...) J’attends que l’on qualifie tous les éditorialistes, rédacteurs en chef et chroniqueurs de “journalistes engagés” parce que jour après jour, ils répandent une vision du monde dans laquelle la croissance est absolument indispensable. (...) La question écologique oblige, si on la prend au sérieux, à remettre en cause le système en place. »

décroissance...

« Vivre dans le mythe de la croissance va, bien entendu, détruire la planète. Ce mythe de l’exponentielle croissance qui va tout résoudre est une résurgence de croyance du XIXe siècle dans le progrès économique qui devait fonder, en parallèle, le progrès de l’humanité. Ne faudrait-il pas plutôt travailler moins pour vivre mieux, consommer moins et réfléchir plus ? Cette décroissance aurait au moins le mérite de sauvegarder notre écosystème. »

La Fabrique de l’homme pervers, de Dominique Barbier, psychiatre, psychanalyste et psychothérapeute spécialisé dans l’aide aux victimes, éditions Odile Jacob, 2013.

décroissance...

LE JOURNAL LA DECROISSANCE SUR ARTE LE MARDI 1ER OCTOBRE 2013 A 20H 15
Le mardi 1er octobre à 20 heures 15, retrouvez le journal La Décroissance dans un reportage de 52 minutes réalisé par la chaîne Arte : « De plus en plus de personnes en sont convaincues : la croissance illimitée n'est pas viable à long terme dans un monde où les ressources s'épuisent peu à peu. Ce documentaire explore des modèles économiques et de nouvelles façons de vivre qui ouvrent la voie à une société post-croissance. À la faveur de la crise, les opinions publiques prennent peu à peu conscience de ce que l’explosion démographique, la crise énergétique ou encore le changement climatique posent de sérieuses questions que nous ne pouvons plus remettre à demain... »
http://www.arte.tv/guide/fr/048214-000/moins-c-est-mieux

La résistance au changement qui semble constitutif d'une bonne partie de l'humanité, me semble le vrai grand problème auquel il nous faut trouver (et rapidement) une solution. Quand je dis "bonne" c'est pour être gentille...

Si on met bout à bout tous ceux qui souffrent trop pour souhaiter un statu quo, tous ceux qui ont quitté le système soit pour vivre en conformité avec leurs idées ou idéaux soit par dégout, tous ceux qui ont baissé les bras face à l'omnipotence et l'omniprésence des "trop riches", des médias, des profiteurs et des malhonnêtes.... ça fait un grand nombre de gens qui certes n'ont pas souvent la parole, qui parfois ne veulent pas la prendre, se révolter, aller contre le mouvement, se faire remarquer, accepter la différence...

Et si chacun d'entre nous fait chaque jour un geste, dit un mot, refuse un compromis, accepte d'être visible dans son envie d'un autre monde plus juste, plus propre, plus respectueux de la nature, de l'autre, de lui-même... et bien je suis sûre qu'il verra que la solution est aussi entre ses mains, contrairement à ce que voudraient nous faire croire ceux qui dirigent, ceux qui possèdent, ceux qui diffusent ce sentiment latent et permanent d'insécurité, de crainte de la pauvreté, du toujours pire.

Car c'est ça la peur du changement : croire que ça pourrait être encore pire : plus d'extrémismes, plus d'intégrismes, plus de surveillance, plus de bellicistes. Il faudrait peut être être plus confiants en l'Homme, en ses capacités de bonté, de générosité, d'envie de partage et de bonheur pour tous.

Politiciens, médias, financiers et grands possédants veulent nous faire croire que le changement est dangereux, tirerait l'humanité vers le bas, mais c'est pour eux et leurs possessions, leurs pouvoirs et leurs magouilles qu'ils ont peur, qu'avons-nous à perdre qu'ils ne nous aient déjà pris puisque nous sommes si nombreux en face d'eux ?

Dans le passé des hommes se sont levés et ont prouvé qu'on pouvait faire bouger les choses pacifiquement mais avec détermination, ils ont laissé le monde plus propre pour que leurs enfants vivent mieux, plus dignement, mais nous ? Si nous ne nous levons pas qu'arrivera t'il quand nos enfants nous demanderons des comptes ?

Aujourd'hui c'est pour notre planète qu'il faut se lever, l'humanité est trop nombreuse et la terre est limitée, nos besoins ont été artificiellement gonflés par le besoin d'une poignée d'hommes avides de profits. Les scandales alimentaires et médicaux qui se succèdent ne sont que manipulations de financiers qui se font la guerre entre eux par médias interposés. Le problème n'est pas la viande de cheval dans les lasagnes ou le médiator, le problème est qu'ils veulent nous faire consommer toujours plus quel que soient nos besoins et la qualité des produits proposés. À nous de refuser, de revenir à une consommation raisonnée et contrôlée PAR NOUS-mêmes.

Et même si ça urge ! il n'est jamais trop tard pour bien faire !!

Voir les commentaires

n'oubliez pas de rire !!!! et bonne journée...;

19 Septembre 2013, 09:27am

Publié par pam

Voir les commentaires

guérisseuse ?...

19 Septembre 2013, 08:11am

Publié par pam

Quand je réponds aux demandes d'aide de personnes malades, brûlées ou désespérées, je sens parfois de telles évidences qu'il ne m'est plus possible de douter.

Je ne peux pas toujours les aider car certains ne veulent pas guérir, la plupart du temps sans en être conscients. D'autres sont tellement impatients qu'ils passent à côté de toute solution. D'autres ont besoin de poudres de perlimpinpin, veulent me voir, ou être touchés physiquement, aimeraient des grigris ou des potions magiques - j'essaie bien entendu d'éviter tout cela mais j'ai quelquefois des évidences qui s'imposent à moi (plantes, traitement ou routine à instaurer) et je donne les pistes qui m'apparaissent sans forcer sans obliger -.

Mais quand ma volonté de les aider et leur volonté de guérir sont concordantes, ça marche… l'expression semble triviale mais elle résume ce qui se passe alors, pas besoin de grands mots, d'explications oiseuses, de formulations ampoulées, leur énergie vitale s'est remise à couler correctement, elle ne s'échappe plus, elle n'est plus bloquée dans un coin de leur corps ou dans un organe, elle circule. Et ça me remplit de joie !

guérisseuse ?...

Voir les commentaires

au sujet de l'intuition ...

18 Septembre 2013, 07:25am

Publié par pam

Einstein :

“Le mental peut s’appuyer jusqu’à un certain point sur ce qu’il connaît et peut démontrer, mais il arrive un point où le mental fait un bond (intuition) et émerge sur un plan supérieur de la connaissance, mais ne peut jamais prouver, comment il y est parvenu. Toutes les grandes découvertes sont parties d’un tel bond.”

au sujet de l'intuition ...

Les neurosciences confirment que nous ne sommes que partiellement conscients de ce qui nous pousse à agir : 80 % de notre matière grise est occupée à des processus inconscients. La logique et la rationalité ne font donc appel qu’à 20 % de notre capacité cérébrale. Les moments d’intuition sont des pépites d’or, produits de ce fonctionnement inconscient soudain accessibles à la conscience. « L’intuition fait référence à un mécanisme évolué tel que la mémoire implicite, ou une intelligence inconsciente qui a enregistré au fil du temps, et de manière implicite, des éléments liés à notre expérience personnelle passée. Ces éléments, enfouis dans la mémoire, peuvent revenir à la surface lorsqu’on se trouve dans une situation similaire » affirme la neurologue Stéphanie Ortigue. Le cerveau décode en permanence l’environnement, à notre insu, avec une précision incroyable.

au sujet de l'intuition ...

Méfie-toi de ton imaginaire.

Mets-le au service de la lumière. L'imaginaire est une des causes premières de la douleur des hommes et des femmes, soit qu'il nous conduise dans un rêve disproportionné par rapport à nos possibilités, soit qu'il nous mette dans des états d'attente inutile à l'harmonie et érodant notre paix intérieure. Pourtant ce même imaginaire sera le support essentiel de ta création s'il se met en union avec ta clarté intérieure. Canalisé il deviendra ton intuition.

Jean Hoyou NOOS

au sujet de l'intuition ...

Voir les commentaires

souplesse et douleurs...

17 Septembre 2013, 07:34am

Publié par pam

“S’occuper de son corps, c’est le libérer. S’occuper de son corps et de son apparence, se masser et assouplir ses articulations reste peu pratiqué chez beaucoup d’Occidentaux encore victimes de l’influence judéo-chrétienne selon laquelle le corps n’est que tabou et salissure.

Vivre dans un corps qui fait souffrir et rend les mouvements pénibles, ce n’est pas vivre dans le repos et la liberté, ni dans la dignité et l’indépendance. C’est être esclave de soi, mais un esclavage que personne ne vous a imposé. Il faut donc apprendre (réapprendre) à se modérer, s’assouplir, se nettoyer, se purifier et se discipliner. Le corps ne doit pas encombrer l’âme. Il doit rester disponible pour l’activité intellectuelle et le domaine spirituel.”

D. Loreau in “L’art de la simplicité”.

souplesse et douleurs...

et n'oubliez pas l'harpagophytum (en teinture mère par exemple), commencez la journée par une séance de do-in shiatsu, concoctez-vous un enchainement de mouvements de gym douce, mangez sainement et pensez à vous faire chaque jour un cadeau !

souplesse et douleurs...

Voir les commentaires

au sujet de la réalité....

16 Septembre 2013, 07:31am

Publié par pam

“Il s’était trompé en créant une structure hermétique comme le Feu de Dieu. Les chances de survie ne résidaient pas dans l’isolement, dans la fermeture, mais dans l’ouverture et le partage. Le repli sur soi rapprochait l’être humain de la nature reptilienne. Or il ne croyait pas que l’homme descendît de l’animal, même s’il en avait parfois le comportement. L’homme était un pont entre le ciel et la terre, dont le regard restait trop souvent rivé à la matière, comme leurré par la gravité. Deux mois avant le cataclysme, Franx avait lu un essai passionnant sur la théorie de la perception subjective de l’Univers. De l’article, il avait retenu que, même si l’auteur ne le formulait pas dans ces termes, la réalité n’était qu’une illusion, une construction mentale, qu’il n’existait donc pas de réalité objective, que les hommes la fabriquaient et l’entretenaient en permanence par la pensée ; la théorie rétablissait la légitimité du couple esprit/matière et la liaison entre les deux, le Verbe, une autre illustration de la trinité chrétienne ou de la Trimurti hindoue, Brahmâ le créateur, Vishnou le conservateur et Shiva le destructeur. En créant le Feu de Dieu, il avait commis la même erreur que Josy et Milou, qui, parce que la peur avait rétréci leur espace mental, avaient sauté de plusieurs dizaines de milliers d’années en arrière.”

Pierre Bordage in “Le feu de Dieu”.

“”Regarder”, interpréter ce que le monde nous offre détermine en grande partie le cours de notre existence. La perception est la source de tout. Chacun de nous choisit la manière dont il ou elle veut considérer la réalité. Cette perception se transforme avec l’âge, certainement, mais nous restons toujours conscients qu’il y a au moins “treize façons de regarder un merle”, comme Stevens le dit si pertinemment. Comme tant d’aspects de la vie qui se situent au-delà du constat empirique, il n’existe pas d’unicité de point de vue. Là encore, la subjectivité domine.”

Douglas Kennedy in “Quitter le monde”.

“C’est notre esprit qui crée le monde dans lequel nous vivons.”

Dalaï-Lama.

Voir les commentaires

piqûre de rappel...

15 Septembre 2013, 08:00am

Publié par pam

à tous ceux qui auraient déjà oublié à quelle sauce on a été mangés pendant 5 ans...

Voir les commentaires

pouvoir des mots et des pensées...

15 Septembre 2013, 07:25am

Publié par pam

“Ma grand-mère me disait : tes actions ont plus de signification que tes promesses. Elles doivent être faites maintenant. Elle me montrait que lorsqu’on visualise la chose déjà faite, il devient plus facile de la faire.

Ta pensée est juste aussi importante que ton action parce que toutes tes actions commencent dans ta pensée. Ce que l’on pense, c’est comme si on l’avait déjà fait. Même ce que nous pensons ou disons des autres a sur eux une influence. Si nous décrivons quelqu’un comme brutal ou ignorant, nous ne reconnaissons pas la pierre précieuse de la pensée qui se trouve en lui comme en nous. Nous exprimons une idée négative et statique, diminuant ainsi l’énergie disponible pour tout changement et toute transformation.

Lorsque vous parlez de façon positive, les canaux de la colonne vertébrale s’ouvrent. En être conscient, les fait devenir plus clairs. Nos mots, en tant qu’expressions de la pensée et vibrations, ont le pouvoir de former et déterminer la réalité future.

Ce que nous faisons aujourd’hui, ce que nous pensons de nous-mêmes en ce moment a un effet sur tout le cycle de la vie. Notre pensée a un pouvoir... Dans la tradition cherokee, le péché, c’est de s’éloigner des possibilités qui sont en nous.”

Cartier in “Les gardiens de la terre”.

pouvoir des mots et des pensées...

Voir les commentaires

se soigner par l'alimentation

14 Septembre 2013, 08:53am

Publié par pam

Daniel Kieffer : “Encyclopédie de revitalisation naturelle” :

Substances antioxydantes diverses :

- INDOLES : brocoli, moutarde, choux de Bruxelles, radis, navets, choux...

- BETAÎNE : betterave.

- LÉCITHINE : soja, jaune d’oeuf.

- ACIDES AMINÉS SOUFRÉS : jaune d’oeuf, légumineuses, levures et aussi poissons, fruits de mer, viandes, oléagineux.

- SULFORAFANE : brocoli, artichaut.

- TAURINE : cœur, cervelle, moules, huîtres et aussi viandes, autres fruits de mer, escargots.

- BIOFLAVONOÏDES : thé vert, propolis et aussi tous les fruits et légumes colorés.

- POLYPHÉNOLS : vin rouge, thé vert et aussi jus de raisin rouge, baies de sureau et d’aubépine, grenade.

- QUERCÉTINE : oignons jaunes et rouges et aussi échalote, courgette, brocoli, sardine, arachide, pistache, raisin rouge.

- Q 10 / UBIQUINONES : noix, sésame, soja, maquereau, sardine, bœuf, porc, algues et aussi avocat, asperges, brocoli, arachides, pistache.

- GLUTATHION : melon d’eau, pastèque, brocoli, tomate crue, pèche, avocat et aussi pomme de terre, courge, choux-fleurs, pamplemousse rose.

- ACIDE ELLAGIQUE : fraises, framboises, mûres, cassis.

- ACIDE CHLOROGÉNIQUE : artichaut.

- ACIDE GALLIQUE : céréales complètes.

- PROBIOTIQUES ET PRÉBIOTIQUES : K-philus, lait de jument et aussi moût de pain, kéfir, tous produits lacto-fermentés, pollen frais, fruits.

Des repas antistress correctement élaborés pour une santé responsable au quotidien : régime crétois, french paradox, régime hypotoxique, régime biologique humain.... une alimentation saine devient une authentique ordonnance dans l’assiette, préventive et auto curative, pharmacodynamique.

Apports quotidiens :

- Fruits : au moins deux fois par jour.

- légumes crus variés : au moins 1 / jour.

- Légumes cuits.

- Oléagineux : en entrée, en-cas, dessert : 1 cuillère à soupe à mâcher soigneusement.

- Protéines : poissons ou coquillages (surtout huîtres), ou œuf, ou fromage, ou viande blanche de temps en temps.

- Quelques fromages frais ou spécialité K-Philus.

- Fruits séchés.

- Céréales complètes ou semi-complètes.

- Légumineuses : soit germées, soit en salade pour remplacer une protéine animale mais dans ce cas toujours en association avec une céréale (2/3 ou 3/4 céréales).

- Aromates frais si possible.

- Condiments.

- Huile vierge 1° pression à froid : alterner ou associer olive, colza, noix, soja, carthame, tournesol... au moins 3 cuill à soupe par jour crue (sauf olive).

- Très peu de beurre frais.

- Eau pure 1 L 1/2 par jour : tisanes, thé...

- Vin rouge bio 1 à 3 verres.

- Super aliments : graines germées, pollen frais, K-Philus, germes de blé, algues, eau de mer, jus de légumes lacto-fermentés.

- Compléments nutritionnels : huile d’onagre, complexes antioxydants, probiotiques....

- Le moins possible de grignotage entre les repas, d’alcool, de tabac, de café, produits fumés, cuits au barbecue, charcuteries, sucres ordinaires, sucreries, sodas, sirop...

PROTÉINES VÉGÉTALES.

- Algues bleu-vert (spirulines, AFA du lac Klamath) : contiennent tous les acides aminés, protéine parfaite, favorisent la régénération cellulaire, inversent le mécanisme du vieillissement, protègent les reins des sous-produits médicamenteux, antifongique et antibactérienne.

- Algues marines (dulse, nori = 35% de protéines, kombu = 8% de protéines) : digestes, biodisponibles, alcalinisantes par leur teneur en minéraux, chélatent les métaux lourds.

- Champignon shiitake : = 35% protéines, augmente vigueur et vitalité, renforce le système immunitaire, sels minéraux, vit B. Élixir de vie pour les Chinois.

- Tempeh = soja fermenté : = 20% protéines, protéine complète (8 acides aminés et lysine), vit B12, accroît la résistance à l’infection en protégeant les intestins, aliment vivant si consommé cru, abaisse le taux de cholestérol.

- Dérivés fermentés du soja : tamari, shoyu, miso (aliments vivants) protéines en abondance (18 acides aminés), enzymes, sel végétalisé par le procédé de fabrication, digeste, alcalin, protègent la muqueuse intestinale en la purifiant des micro-organismes, aident à éliminer la radioactivité.

- Tofu : contient tous les acides aminés essentiels, source parfaite de protéine, abaisse le cholestérol, puissant phyto-oestrogène, contribue à prévenir le cancer des seins et ovaires et favorise l’équilibre hormonal féminin.

- Lait de soja : contient des protéines anti-fatigue et des phyto-oestrogènes qui compensent en partie les carences hormonales.

- Seïtan ou steak de blé : protéine sans purine, grande digestibilité, texture se rapprochant de la viande, aliment reconstituant.

- Riz complet, rouge, sauvage : 7 à 8% protéines, sels minéraux, vitamines B, sans gluten, calme le système nerveux.

- Pignes ou pignons : remplacent la viande par leur forte teneur en protéines et huiles essentielles.

- Graines de courge, potiron, citrouille : éliminent les parasites intestinaux, excellents pour la prostate. Leurs acides gras oméga-3 abaissent la tendance à la coagulation du sang.

- Quinoa : 14% protéines, sels minéraux, plus de calcium que le lait, sans gluten, digeste, stimule la lactation.

- Noix et oléagineuses.

- Avoine : 14% protéines, sels minéraux, idéale pour le sport, associée à la banane et aux amandes, stimule la digestion par sa teneur en fibres.

se soigner par l'alimentation

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>