Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mathieu Ricard. Favoriser la coopération.

22 Novembre 2013, 08:15am

Publié par pam

 

"La seule voie qui offre quelque espoir d’un avenir meilleur pour toute l’humanité est celle de la coopération et du partenariat." - Kofi Annan

Comme le souligne Joël Candau, du laboratoire d’anthropologie et de sociologie de l’université de Nice : «Notre espèce est la seule où l’on observe des coopérations fortes, régulières, diverses, risquées, étendues et supposant des sanctions parfois coûteuses entre individus sans relations de parenté.»

Entraide, dons réciproques, partage, échanges, collaboration, alliances, associations, participation sont autant de formes de la coopération omniprésente dans la société humaine. La coopération est non seulement la force créatrice de l’évolution, puisque l’évolution a besoin de coopération pour être en mesure de construire des niveaux d’organisation de plus en plus complexes, elle est aussi au cœur des accomplissements sans précédent de l’espèce humaine. Elle permet à la société d’accomplir des tâches qu’une personne seule ne pourrait accomplir. Lorsqu’on demanda au grand inventeur Thomas Edison pourquoi il avait vingt et un assistants, il répondit : «Si je pouvais résoudre tous les problèmes tout seul, je le ferais.»

Coopérer peut sembler paradoxal. Du point de vue de l’égoïsme, la stratégie la plus tentante est celle du «passager clandestin» qui profite des efforts des autres pour parvenir à ses fins au prix d’un minimum d’efforts. Pourtant, nombre d’études montrent qu’il est préférable, pour soi comme pour les autres, de se faire mutuellement confiance et de coopérer, plutôt que de faire cavalier seul.

Selon les épidémiologistes Richard Wilkinson et Kate Pickett : «Si nous nous concevons nous-mêmes comme des individus mus par notre intérêt personnel et un instinct asocial de possession, nous risquons de mettre en place des systèmes reposant sur la carotte et le bâton, la punition et la récompense, créant ainsi une version erronée et malheureuse de l’humanité dont nous rêvons.» Sur le plan individuel, la compétition empoisonne les liens affectifs et sociaux.

Dans une société fortement compétitive, les individus se méfient les uns des autres, s’inquiètent de leur sécurité et cherchent constamment à promouvoir leurs intérêts et leur rang social, sans trop se soucier des autres. À l’opposé, dans une société coopérative, les individus se font confiance et sont prêts à consacrer du temps et des ressources à autrui. Ainsi s’enclenche un cycle vertueux de solidarité et de réciprocité qui nourrit des rapports harmonieux.

Selon Richard Layard, professeur à la London School of Economics, la compétition n’est saine et utile qu’entre les entreprises. Mettre les entreprises en libre concurrence stimule l’innovation et la recherche d’améliorations dans les services et les produits. Elle entraîne aussi une réduction des prix qui profite à tous. En revanche, la coopération est un facteur de prospérité indispensable au sein d’une entreprise.

Depuis quelque temps, on a vu se répandre l’idée selon laquelle il est souhaitable de promouvoir une compétition sans merci entre les employés d’une même entreprise – ou entre les élèves d’une classe dans le cas de l’éducation –, car les résultats de tous devraient s’en trouver améliorés. En réalité, cette compétition est nuisible, car elle détériore les rapports humains et les conditions de travail. En fin de compte, comme l’a montré l’économiste Jeffrey Carpenter*, elle est contre-productive et diminue la prospérité de l’entreprise.

Le travail d’équipe, en particulier, est miné par les incitations et les bonus individuels. À l’opposé, la rémunération du résultat de l’équipe dans son ensemble encourage la coopération et améliore ces résultats. Les dirigeants et les chefs d’entreprise doivent donc s’efforcer de faciliter la confiance, la solidarité et la coopération.

Pour plus de détails, voir Plaidoyer pour l’altruisme , chapitre 36 « Les vertus de la coopération. »

Mathieu Ricard. Favoriser la coopération.

Voir les commentaires

pharmacie toxique...

19 Novembre 2013, 07:56am

Publié par pam

17 PROCÉDÉS POUR ÉCLUSER DES MÉDICAMENTS DANGEREUX

- 1) Créer de fausses revues spécialisées
- 2) Intimider, discréditer les scientifiques critiques
- 3) Fonder de fausses associations citoyennes ou infiltrer celles qui existent (Doctissimo est un bon exemple)
- 4) Epuiser les ressources limitées des plaignants par des procès interminables (Procès de Versailles : les plaignantes déboutées pour n’avoir pas pu produire leur ordonnance de DISTILBENE d’il y a 40 ans !)
- 5) Ne fournir que des données favorables en vue d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché
- 6) Débaucher et corrompre des médecins pour effectuer des études bidon
- 7) Mettre dans sa poche des professeurs reconnus dans leur spécialité pour faire apparaître les études des firmes comme indépendantes et sérieuses
- 8) Exercer une pression agressive sur les pharmaciens, sur les chercheurs, sur les médecins dans leurs cabinets ou leurs associations (ça, on n’est pas forcé : on peut aussi mettre tout ce petit monde dehors, mais adieu les séminaires aux Seychelles !
Car quoiqu’on dise, ça existe toujours, sous d’autres appellations puritaines)
- 9) Soudoyer des politiciens ou des membres importants d’organes de contrôle public (OMS, US Department of Health, Education and Wellfare, FDA, ministères de la Santé, Centers for Disease Control CDC, NIH, GEIG, Agence Européenne du Médicament)
- 10) Scinder un effet indésirable grave en plusieurs effets secondaires mineurs
- 11) Utiliser des bureaux de leaders d’opinions à leur solde
- 12) Ne pas fournir de références, au nom du secret commercial (sic)
- 13) Matraquer la population par un marketing publicitaire omniprésent
- 14) Inonder les revues d’encarts propagandistes réducteurs et mensongers (voir campagne télé actuelle pour le vaccin contre la coqueluche aux heures où la publicité est interdite)
-15) Couper les vivres et les subsides des chercheurs, médecins, scientifiques qui ne jouent pas le jeu… » (Pour les autres, les laborieux, les sans-gloire, les naïfs consciencieux qui ne se posent pas trop de questions, les labos dépensent 25.000 euros par an et par médecin)
L’expérimentation de leurs drogues sur les populations ignorantes des pays en voie de développement, comme Pfizer au Nigéria, ou GSK en Amérique Latine, de façon tout à fait illégale mais en toute impunité, finit de dresser le portrait non éthique et tout puissant de l’industrie pharmaceutique, quoi que ses professionnels en relation publique nous disent. Et si tout cela ne suffit pas, la firme paie, arrose et corrompt, et le rideau est baissé, fin de la polémique
- 16) L’on peut faire nommer un « collaborateur » (jamais le mot n’a été mieux utilisé) Ministre de la Santé ; cela peut être un crétin ou un vendu – le scandale de la vaccination hépatite B entre autres nous en a donné la preuve…Il est vrai que parvenu à ce paroxysme de perversité, nous sommes encore une fois l’exception française
- 17) Modifier la définition des symptômes d’une maladie : ainsi les paralysies post polio deviennent des méningites avec paralysie : le vaccin éradique donc les paralysies polio.
Source : www.futurquantique.org/?p=8172

trouvé chez Michel Dogna.

pharmacie toxique...

Voir les commentaires

peurs et colère...

17 Novembre 2013, 09:38am

Publié par pam

extrait de "La colère" de Thich Nhat Hanh.

Le corps contient des toxines qui s’accumulent dans certaines zones quand le sang circule mal. Pour rester en bonne santé, l’organisme doit éliminer ces toxines. Le massage stimule la circulation du sang qui nourrit différents organes (reins, foie, poumons). Ceux-ci peuvent alors éliminer les toxines. Boire beaucoup d’eau et pratiquer la respiration profonde favorise cette élimination à travers la peau, les poumons, les urines et les excréments.

Maintenant, supposons que j’ai un point très douloureux dans mon corps en raison d’une accumulation de toxines. Chaque fois que je touche ce point, j’ai mal. Ce phénomène est semblable au fait de toucher un nœud interne dans l’esprit. La pratique de la Pleine Conscience est similaire au massage d’une formation interne. Vous pouvez avoir en vous un bloc de souffrance, de chagrin ou de désespoir qui est en réalité un poison, une toxine de votre conscience. Vous devez pratiquer la Pleine Conscience pour prendre soin de cette toxine et la transformer. Quand le corps souffre d’une mauvaise circulation, les organes ne peuvent fonctionner correctement et la maladie s’installe. De même, quand l’énergie psychique circule mal, l’esprit tombe malade. La Pleine Conscience est une énergie qui stimule et accélère la circulation dans tous les blocs de souffrance.

Toutes les structures mentales ont besoin de circuler, mais nous ne souhaitons pas les rencontrer car elles nous font souffrir. Nous avons peur de les laisser remonter, de souffrir. Chaque fois que nous avons quelques minutes d’oisiveté, ces nœuds internes remontent et sèment le désordre, nous nous livrons alors à n’importe qu’elle occupation futile pour “penser à autre chose”, pour éviter que ces formations désagréables ne puissent se manifester.

Au bout d’un certain temps, nous créons ainsi une mauvaise circulation dans notre psychisme, et des symptômes de maladie mentale ou de dépression commencent à apparaître. Ils peuvent se manifester dans notre corps comme dans notre esprit (mal de tête, allergie... ou mal de dos...).

Le médecin nous prescrit des médicaments, et nous continuons à refouler ainsi nos formations internes, ce qui ne fait qu’aggraver la maladie. Quand vous lèverez l’embargo et que les blocs de souffrance se manifesteront, vous ne pourrez éviter un certain mal-être.

À cet égard, la pratique de la Pleine Conscience est essentielle. Pour nous aider à identifier et à examiner en profondeur la graine de la peur qui est en chacun de nous, le Bouddha nous a offert ces Cinq vérités :

- Je suis sûr de devenir vieux, je ne peux éviter de prendre de l’âge.

- Je suis sûr de devenir malade, je ne peux éviter totalement la maladie.

- Je suis sûr de mourir. Je ne peux éviter la mort.

- Tout ce qui m’est cher et que j’aime est sujet au changement et je ne peux éviter d’en être séparé. Je suis venu ici-bas les mains vides, et j’en repartirai les mains vides.

- Je suis maître et héritier de mes propres actes ; les actes sont la matrice dont je suis issu.

Nous devons méditer chaque jour un petit moment sur chaque vérité au rythme de notre respiration. Nous devons pratiquer les Cinq vérités pour que la graine de la peur puisse circuler. Nous devons l’inviter à venir à notre rencontre afin qu’elle soit reconnue et prise en compte. Ensuite, lorsqu’elle redescendra, sa force aura diminué. Les blocs de souffrance en nous se réduiront et perdront de leur dangerosité. Lorsque nous aurons traité ainsi nos peurs, nous serons mieux à même de prendre soin de notre colère, engendrée par la peur. On ne peut être en paix quand on est effrayé, car on crée ainsi le terreau sur lequel la colère se développe. La peur est fondée sur l’ignorance et ce manque de compréhension est également une des causes principales de la colère.

peurs et colère...

Voir les commentaires

essai de réponse au bel article de "Koah" publié par "Yog La Vie !".

16 Novembre 2013, 16:26pm

Publié par pam

http://yog-lavie.eklablog.com/la-lettre-de-koah-a103159381

J'ai longtemps renâclé à "m'ouvrir" à Internet. Après le flicage aidé et généralisé par l'usage de nos téléphones portables, cartes bleues et autres, l'idée qu'on puisse suivre mes ballades intellectuelles ou curieuses sur le net, l'incapacité pour la citoyenne que je suis d'effacer (pour de vrai) chacune de mes recherches, et même qu'il soit ainsi possible d'analyser précisément par quels chemins mon cerveau suit une idée, va de l'un à l'autre, chemine et pourquoi et comment… me bloquaient.

Big brother et toutes mes lectures science-fictionnesques remontaient à la surface. Pas parano mais lucide…

Inévitablement, je me privais sciemment d'une incroyable ouverture sur le monde, mais pourquoi rajouter quelque chose à une vie qui semble déjà riche et où le temps manque déjà cruellement ?

Ce sont les enfants et les ados qui me sont proches qui ont été le déclencheur : comment rester en dehors de ce qui va être (est déjà) leur façon de fonctionner, quelle merveille de pouvoir partager, voir et parler à ceux qui nous sont proches quand ils sont loin géographiquement ? Comment les comprendre et faire partie de leurs vies sans en partager les outils ?

Alors je me suis lancée… et très vite j'ai été submergée par les infos… comme tout le monde ! et j'ai compris qu'on y trouvait que ce qu'on y cherchait, que l'horreur n'apparait que si on le veut, qu'on pouvait court-circuiter les pubs ou les oublier, qu'on ouvrait des portes dans le monde entier.

J'ai découvert des artistes et partagé avec eux quand j'avais toujours créé en solitaire du fond de mon atelier perdu.

J'ai découvert que je pouvais écouter gratuitement des musiques du monde entier, des radios du monde entier. Visionner des films, des reportages, librement.

J'ai découvert les blogs et leurs auteurs, des femmes et des hommes qui ouvraient leur coeur et leurs passions au gré du vent informatique. J'ai même trouvé une amie ! incroyable !

Je n'ai oublié aucune de mes réticences passées, je me méfie toujours de l'utilisation qui pourrait être faite de mes choix mais les dévoiler au grand jour aux fouineurs mal intentionnés est moins important que d'assumer mes révoltes, mes passions et mes engagements.

Et puis très vite, suivant l'exemple éclairé de mon amie Yog', je me suis lancée et j'ai ouvert à mon tour un blog.

Et chaque jour je me bats contre mes travers de bavarde éclectique pour partager le plus sereinement possible mes coups de coeurs-coups de gueule, enchantements et désenchantements. Chaque jour j'apprends et je partage, dans ce truc improbable qui a ouvert ma solitude au monde. Chaque jour mon coeur s'emballe à la vue du nombre de visiteurs qui m'ont fait l'honneur d'ainsi me rendre visite.

Le courage qui m'a manqué de montrer mes écrits depuis si longtemps, d'essayer de me faire publier, je me l'offre chaque jour, humblement, la peur au ventre quelques fois de choquer, de mal exprimer ce que je ressens, de mettre le focus sur des broutilles, et surtout et avant tout de me dévoiler et d'ouvrir mon coeur et mes tripes à tous les vents.

Je ne regrette rien, surtout pas les mails échangées avec Brune, les images et vidéos envoyées à Marius, la découverte de centres d'intérêt de Marjolaine que j'ai appris à connaitre mieux grâce à Facebook, comme son homme, mes soeurs et leurs enfants, mes amis proches et lointains qu'ainsi je suis et découvre… Alors que vivent internet, Facebook et les boites mails, pour ce qu'ils ont de meilleur et jetons aux orties le fatras infâme qu'ils génèrent et que nous pouvons si facilement occulter ne serait-ce que pour ne pas leur donner de poids.

Les outils ne sont et ne seront jamais que ce que nous voudrons faire d'eux, à nous de faire les bons choix puisqu'ils sont nos reflets, la mesure de nos exigences.

essai de réponse au bel article de "Koah" publié par "Yog La Vie !".

Vos commentaires seront les bienvenus...!

merci Alice !

merci Patrice !

Voir les commentaires

Sophie Rahbi-Bouquet

16 Novembre 2013, 08:28am

Publié par pam

Un petit rayon de soleil ?...

Voir les commentaires

Les autorités de santé nuisent à la santé.

15 Novembre 2013, 09:03am

Publié par J.M. Dupuis

in Santé Nature Innovation :

Notre santé entre de mauvaises mains
  1. Les études scientifiques n'existent pas toujours. Les bureaucrates européens sont partis du principe qu'il « suffit » aux fabricants de présenter un dossier de recherche démontrant les vertus thérapeutiques de chaque aliment, comme s'il s'agissait de médicaments. Mais les aliments n'étant pas brevetables, personne n'a les moyens ni le temps de réaliser des études. Ce fut par exemple le cas du pruneau : personne n'ayant réalisé d'études assez « scientifiques » sur les effets laxatifs du pruneau, pourtant parfaitement connus, ils décidèrent d'interdire cette allégation. Des milliers d'aliments furent ainsi privés d'office de la possibilité d'être vendus avec des allégations thérapeutiques pourtant bien établies.
  2. La tâche est trop vaste. Il existe des dizaines de milliers d'aliments naturels, qui se présentent sous des formes différentes. Ainsi l'ail rose n'est pas l'ail blanc, et les espèces européennes ne sont pas les espèces chinoises. La plupart des aliments naturels agissent en synergie. Il faudrait au Comité travailler plusieurs siècles pour rendre un avis éclairé sur chaque produit. Ne sont donc étudiés que les grands classiques, comme la vitamine D, les oméga-3, les probiotiques, et le reste passe aux oubliettes.
  3. Les experts sont incompétents. Trop sélectionnés pour leurs diplômes en médecine conventionnelle et surtout en « toxicologie », beaucoup sont formés à voir des poisons partout. Par contre, ils n'ont généralement aucune formation valable en nutrition. Pour eux, médecine rime avec médicaments chimiques, tout le reste n'étant que « remèdes de bonne-femme ». Cela joue encore en défaveur de milliers de produits naturels qui sont rayés de la liste.
  4. Opacité et conflits d'intérêts : les experts sont désignés par l’EFSA dans l'opacité et sans garantie sérieuse de leur indépendance vis-à-vis des lobbys industriels. La présidente, Diána Bánáti, a été obligée de démissionner en 2012, ayant simplement « oublié » de déclarer son conflit d’intérêt avec le lobby pro-OGM International Life Sciences Institute (ILSI) où elle est retournée travailler. Une autre démission a fait grand bruit : celle du commissaire européen en charge de la Protection des consommateurs (DG SANCO), M. John Dalli, pris la main dans le pot de miel du lobby du tabac. Jean.Marc Dupuis.
Les autorités de santé nuisent à la santé.

Voir les commentaires

Soins préventifs et curatifs du cancer.

14 Novembre 2013, 08:27am

Publié par pam

Très bon article dans le blog Yog La Vie (http://yog-lavie.eklablog.com/) le 10 novembre sur la façon dont le cancer s'alimente. En réponse, en complément :

SOINS PRÉVENTIFS ET CURATIFS DU CANCER.

Pour certains chercheurs, le cancer est une maladie de l’âme avant d’en être une du corps... ou un symptôme du mal de civilisation.

Loi d’airain du cancer (Ryke Geerd Hamer) :

1- Le cancer est déclenché par un choc psychique brutal, un conflit aigu et dramatique vécu dans une situation de solitude qui ne permet pas d’exprimer son mal à d’autres personnes et qui hante le patient, nuit et jour, de manière durable. C’est le “Syndrome Dirk Hamer” ou DHS . Dirk est le prénom du fils de Hamer, mort accidentellement et responsable du cancer de Hamer et des découvertes qui lui ont permis de le traiter.

2- la teneur subjective du conflit, autrement dit la manière dont le sujet le ressent au moment du DHS, l’ambiance dans laquelle il se présente à lui au moment où il reçoit le “grand choc” détermine à la fois la localisation du cancer et la localisation de l’aire cérébrale qui, sous l’empire du choc, subit une rupture de champ. C’est cette aire cérébrale très localisée qui s’appelle le “foyer de Hamer”.

3- Il y a corrélation exacte entre l’évolution du conflit, celle du cancer dans l’organe, et celle du foyer de Hamer dans le cerveau, car la triade psychisme cerveau-organe est constamment synchronisée. “Tous les processus et phénomènes physiques sont reliés et coordonnés par le cerveau, qui est en quelque sorte le grand ordinateur de notre organisme. Le psychisme en est le programmeur, tandis que le cerveau et le corps constituent ensemble l’organe-cible.”

Quand le conflit est résolu, le foyer de Hamer se régénère par formation d’un œdème péri focal, tandis que les cellules, dont la prolifération anarchique était due à une erreur de codage du cerveau-ordinateur, cessent d’être envahies par des codes erronés et le cancer est stoppé.

La thérapeutique préconisée par le Dr Hamer consiste donc essentiellement à aider le malade à résoudre son conflit, qui est à l’origine de ce court-circuit au cerveau et responsable de la bio communication erronée à destination de l’organe correspondant au foyer de Hamer. “ Il est de plus en plus fréquent qu’un médecin diagnostique un cancer là où il s’agit de petites tumeurs désactivées depuis longtemps, certes visibles au scanner ou aux rayons X mais qui ne causent plus de malaise”. Ce docteur s’est bien entendu fait de nombreux ennemis économico-scientifiques... Mais la médecine quantique a démontré que “le niveau des pensées destructrices de l’homme est directement proportionnel au niveau de destruction de sa propre vie.”(“Médecine quantique” du Dr. Nadine Schuster. Ed. Guy Trédaniel). "Tout ce que l’homme crée mentalement et tout ce qu’il imagine est transféré par résonance. La notion de transmission cellulaire étant méprisée en médecine…" idem.

Ne sont pas en cause que les seules résonances environnementales (pollutions chimiques, électromagnétique, radioactive). Il faut prendre en compte les résonances culturelles, notamment la manipulation mentale. “La peur, le doute, l’angoisse, manipulent son état d’esprit : il cogite sans cesse et tourne en rond dans sa tête. La méfiance et la peur auto-alimentent d’autres peurs et menaces. Il s’agit d’une résonance négative”. “Évacuer la cause ou plutôt les différents mécanismes d’autodestruction de l’être humain, c’est d’abord prendre conscience que l’homme se sent seul, abandonné, inconsciemment, dans l’immensité de l’univers”. Idem. Cette sensation diffuse a un énorme impact psychique et moral sur toutes les parties communicantes de l’organisme, y compris les globules blancs qui circulent dans toutes les zones irriguées par le sang.

Le Dr Chopra, endocrinologue américain, signale la présence de “récepteurs cérébraux” sur les globules blancs, ce qui signifie que l’intelligence n’est pas l’apanage du seul système nerveux central. “ Si le fait d’être triste, heureux, pensif ou excité nécessite la production de neuropeptides et de neurotransmetteurs dans les cellules cérébrales, les cellules immunitaires doivent alors présenter la même aptitude à être heureuses, tristes....” Un choc psychique pourrait donc déclencher un immense stress psychosomatique à tout l’organisme, quasi instantanément. Il est fort probable que l'auto-guérison se produit aussi rapidement, quand l’origine psychique du problème est désactivée dans le mental et l’affectif du sujet. “ L’homme est en interaction avec son environnement global. Il est donc important de le soigner au sein même de cet environnement au sein même des véhicules réels de l’information de la vie (ADN, enzymes, acides aminés, bactéries...). Tout être vivant échange de la matière et de l’énergie avec son environnement : il s’agit de créer un nouveau mode d’investigation biologique et clinique en rapport avec cet échange d’énergie.”.... notre environnement actuel est trop éloigné de la nature, celle-ci étant remplacé par la pollution de l’environnement urbain et industriel.

D’autre part on peut supposer que la dénaturation des sucres que nous consommons pourrait être responsable d’une dégénérescence chimique et vibratoire du terrain... La solution est entre les mains des chercheurs et la correction dans le choix d’aliments bio.

Selon le WCRF (World Cancer Research Fund) , en France, près de la moitié des 200 000 cas annuels de cancer pourrait être évitée par la consommation de 5 fruits et légumes par jour minimum. Donc le retour à une alimentation naturelle, car il va de soi que les différents traitements chimiques infligés à notre alimentation font perdre aux aliments leurs valeurs nutritives et thérapeutiques.

Jean-Marie Pelt : "Il est surprenant de constater que dans l’évaluation de la qualité des légumes, ne sont jamais pris en compte leurs constituant minoritaires, or ces principes jouent un rôle essentiel dans les propriétés thérapeutiques des plantes. Pourquoi l’homme détruit-il ses propres “médicaments” ? Pour vendre ceux que fabrique l’industrie pharmaceutique…"

Produits à éviter : les polluants (fertilisants, anti parasitaires, peintures, colles, édulcorants, agents de texture, de couleur, de saveur), les médicaments lourds (benzodiazépines), ou susceptibles d’affaiblir ou de dénaturer le terrain (antibiotiques, œstrogènes)...le tabac.

Produits dont il faut réduire la consommation : alcool, sucreries, produits raffinés.

Principaux aliments préventifs : fruits et légumes riches en fibres et/ou en vitamines et oligo-éléments, notamment carottes, agrumes, kiwis, argousier, thé vert, eaux à haute résistivité (Mont-Roucous), sels électrolytiques (sels de l’Hymalaya). Métaux et métalloïdes.

Préventifs et curatifs naturels :

- Cartilage de requin : réduit la nutrition des cellules cancéreuses en diminuant leur vascularisation.

- DHEA (déhydroépandiostérone) : hormone anti-dégénérescence qui serait capable de ralentir l’évolution de certains cancers.

Propriétés : Optimisation de la qualité du sommeil et de la réponse au stress, de la mémoire et des fonctions cognitives.

Réduction des pathologies cardio-vasculaires (- 48 % chez les sujets traités).

Amélioration de l’espérance de vie (- 36 % de mortalité).

Diminution de l’agrégation plaquettaire (- 50 %).

Action inhibant le développement des cellules cancéreuses.

Accélération de la fonte graisseuse (lipides convertis en énergie et non stockés).

Action constante sur l’équilibre de la femme ménopausée et amélioration de l’ostéoporose.

Immunostimulation générale (lutte anti-infectieuse).

Dosages : 25 mg/jour chez les femmes et 50 mg/jour chez les hommes.

Pas avant 35 ans, ni pendant une grossesse.

Molécule naturelle donc non brevetable, elle n’est pas autorisée en France....

Le yam serait son précurseur et cofacteur.

- Glutathion : tripeptide constitué de trois acides aminés. Une complémentation en vit A,C,E, et sélénium nous aide à le synthétiser.

- Pao Pereira ou poirier du Brésil : propriétés anticancéreuses établies (pas assez de Pao pour tout le monde !! d'où nécessité de synthétiser la molécule active).

- Vit B17 : ou laetrile, est présente dans l’amande du noyau d’abricot. En association avec la vit C, elle ne s’attaquerait qu’aux cellules cancéreuses, car elle a besoin de l’enzyme glucosidase qu’elles contiennent pour libérer son cyanure.

- Autres : Indium, maïta, mélatonine, shiitake, sélénium, vit C.

Soins préventifs et curatifs du cancer.

Voir les commentaires

bonjour m'sieurs dames !

11 Novembre 2013, 08:42am

Publié par pam

Merci d'être toujours plus nombreux à me suivre ici, ça fait bien sûr chaud au coeur.

J'ai au début eu des problèmes pour faire apparaitre vos commentaires, mais c'est de l'histoire ancienne, le problème est réglé... mais vous n'en envoyez quasiment plus... c'est comme une pompe, plus vous tirez d'eau plus il en coule, aussi, si vous avez un peu de temps, réagissez aux articles, dites-moi ceux qui vous touchent, vous intéressent, vous plaisent ou vous déplaisent.

bonjour m'sieurs dames !

J'aimerai vraiment vos avis, quand je m'emballe par exemple et pour éviter de tourner en rond ! Parfois je flotte dans les brumes de l'incertitude sur l'opportunité d'un focus ou d'une indignation...

bonjour m'sieurs dames !

Et merci à celles et ceux qui m'ouvrent des portes sur le net, la vie et les énergies positives qui nous environnent, et qui se reconnaitront !

bonjour m'sieurs dames !

P.S. :

bonjour m'sieurs dames !

Voir les commentaires

enfants...

10 Novembre 2013, 08:19am

Publié par pam

Almaas : “Lorsque nous regardons un enfant, nous voyons que cette impression de plénitude, de vivacité innée, de joie d’être ce qu’on est n’a pas de cause extérieure. Être soi-même a déjà une valeur, sans faire appel à ce qu’on fait ou ne fait pas. Cette valeur était là au début, quand nous étions enfant, mais nous l'avons peu à peu perdue.”

enfants...

Voir les commentaires

Pour l'ecotaxe.

10 Novembre 2013, 07:50am

Publié par pam

AVIS CONTRAIRES....ÇA SE FAIT RARE... ras le bol du consensus mou chez les journalistes...

J.M. Bouguereau. La république des Pyrénées.

L'écotaxe a bon dos. D'ailleurs, n'ayant jamais été appliquée, elle n'a été que le révélateur des problèmes de la Bretagne. Les suicides d'agriculteurs n'ont pas été provoqués par l'écotaxe, l'agonie de la filière porcine et la crise de celle des volailles non plus....

Aujourd'hui le poulet, hier le cochon, le lait, les oeufs ou les bovins, c'est toute une industrie agroalimentaire qui est en échec, celle qui devait nous nourrir et qui nous empoisonne. Dans le cas de Tilly-Sabco, c'est le marché moyen-oriental qui se ferme à cause du dumping salarial du Brésil. La volaille exportée est présentée comme "le poulet authentique calibré", c'est-à-dire du poulet bas de gamme. Entre la pression des centrales d'achats, le prix des matières premières et les nouveaux besoins de consommateurs, plus intéressés par la qualité, c'est ce type d'agroalimentaire qui est, pour la France, dépassé. D'autant que l'une des béquilles de ce secteur, les subventions européennes se tarissent, après que la Bretagne, comme l'ensemble de la France, ait beaucoup profité de la manne de la politique agricole commune.

On s'aperçoit en effet que ce type de production, destinée à produire massivement et moins cher, fait l'impasse sur d'autres coûts, jamais évoqués comme ceux sur la santé et l'environnement, la pollution aux algues vertes, les alertes aux pesticides dans les nappes phréatiques. Il faudrait aussi parler d'autres coûts induits sur laquelle une arithmétique superficielle fait systématiquement l'impasse, illustrée par l'épidémie de la vache folle : les agents infectieux et l'engrenage des vaccins, antibiotiques et autres médicaments largement utilisés dans l'agroalimentaire.

Mais déjà d'autres agriculteurs, à l'instar du groupe Terrana qui compte 22 000 agriculteurs, voudraient pratiquer une "Agriculture Ecologiquement Intensive" afin de "répondre aux formidables enjeux de volumes du marché mondial, dans le respect des écosystèmes et de l'environnement, en optimisant les bénéfices santé inhérents aux produits". Mais comme disait Einstein, "on ne peut résoudre les problèmes qu'on a crées à l'aide de la manière de penser qui les ont créés".

désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....
désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....

désolée pour ces images répugnantes mais faut savoir ce qu'on veut ....

Je suis prête à soutenir mes voisins agriculteurs dès qu'ils arrêteront de se plaindre après avoir fait systématiquement les mauvais choix (surendettement dû au suréquipement et à l'embobinement par les banquiers, les fournisseurs, les représentants...; traitements chimiques privilégiés soit par facilité, soit par obscurantisme, soit par crédulité puisqu'ils sont toujours les premiers touchés ainsi que leurs familles; dénigrement systématique des méthodes bio, des jeunes agriculteurs non natifs, de la différence ; refus même d'une agriculture raisonnée).

Bien sur rien n'est tout noir ou tout blanc et comme dans tous les villages commencent à fleurir sur les marchés, dans de petites coopératives, des produits sains qui n'empoisonnent ni la terre, ni les nappes phréatiques, ni ceux qui les cultivent, ni ceux qui les consomment.

Pensez au colibri et faites votre part !

Pour l'ecotaxe.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>