Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vacances...

27 Juin 2015, 15:42pm

Publié par pam

1milliard 200 000 de touristes cette année...

Réflechissez et informez-vous avant de partir vous "dépayser"... soyez responsables !

Bien sur je suis mal placée pour donner des leçons puisque j'habite un lieu magnifique, mais je m'en suis donnée les moyens et j'en subis les inconvénients (éloignement, isolement, désert médical... touristes...!!!). Depuis que mon métier ne m'oblige plus à prendre l'avion je n'en ai plus jamais pris, préférant rêver qu'aller polluer encore un peu plus.

J'espère que vous prendrez le temps de regarder ce documentaire édifiant jusqu'au bout.

Et je vous souhaite de bonnes vacances (si vous pouvez en prendre...) vraiment vertes ou bleues, vraiment écologistes, et vraiment reposantes ...

Voir les commentaires

Santé et changement climatique...

24 Juin 2015, 08:56am

Publié par pam

Voir les commentaires

rien...

20 Juin 2015, 08:08am

Publié par pam

“Les humeurs humaines et les réactions à la rencontre avec le Rien varient considérablement d’une personne à l’autre, d’une culture à l’autre.

Les taoïstes chinois ont trouvé le Grand Vide tranquillisant, paisible, et même joyeux.

Pour les bouddhistes de l’Inde, l’idée du Rien évoquait une atmosphère de compassion universelle prise dans les outils d’une existence qui est ultimement sans sol.

Dans la culture japonaise, l’idée de Rien permet des modes exquis d’un sentiment esthétique se retrouvant dans la peinture, l’architecture, et même dans les rituels du quotidien.

Mais l’Occidental, lui, est embourbé de possessions jusqu’au cou, d’objets et du business de les entretenir, faisant front à l’anxiété de la rencontre possible avec le Rien.”

William Barret (1913-1992) in “Propos sur le Rien”.

photo de Michel Belloni

photo de Michel Belloni

Voir les commentaires

Volonté de guérir...

18 Juin 2015, 08:09am

Publié par pam

Un médecin qui n’a pas été lui-même gravement malade ne se rend pas compte de la démobilisation qui s’opère chez son patient : la longueur des jours et des semaines qui s’écoulent sans qu’aucune amélioration visible ne vienne conforter l’espoir et la volonté, la difficulté qu’on éprouve à garder espoir et but quand la volonté de vivre est gangrenée par la douleur, celle-ci elle-même renforcée par les effets secondaires contre lesquels son organisme doit lutter en plus de sa maladie ou de sa douleur... comme il est facile de se laisser gagner par le découragement quand les autres (familles, amis) se découragent eux-mêmes et se font de plus en plus lointains au fur et à mesure que le temps s’écoule sans amélioration.

Volonté de guérir...

On sait depuis longtemps que l’état affectif agit sur la sécrétion de certaines hormones (ex : glandes thyroïdes et surrénales). On a découvert que le cerveau et l’hypophyse contiennent un groupe d’hormones qui ont une composition chimique analogue et sont désignées sous le nom collectif d’endorphines. L’activité physiologique de certaines endorphines est très analogue à celle de la morphine et autres substances opiacées qui calment la douleur, non seulement en agissant sur les mécanismes de la douleur elle-même, mais aussi en inhibant la réaction affective à la douleur, donc la souffrance. Les attitudes mentales peuvent agir sur la sécrétion des endorphines, comme sur celle d’autres hormones, et donc sur la perception de la maladie par le patient.

Guérir la maladie est seulement un aspect des soins médicaux ; atténuer les manifestations de la maladie est souvent le rôle le plus important du médecin.

La responsabilité des patients ne doit pas se borner au fait de mener un mode de vie plus sain ; cette relation suppose aussi de partager avec le médecin la responsabilité du choix et de l’application de la thérapeutique quand cela est possible.

Le rire ou l’affirmation de la volonté de vivre aide à mobiliser les mécanismes de défenses naturels du malade, agents indispensables de la guérison.

Tout comme la guérison, la réadaptation implique autant la participation de l’esprit que celle de corps, unis dans la volonté de créer un processus de changements adaptés.

Notre ignorance au sujet de la douleur fait que nous sommes rarement capables d’y réagir sainement.

Je découvris que 10 mn de bon rire avaient un effet anesthésiant, calmaient mes douleurs et me donnaient au moins 2 heures de sommeil.

La découverte que l’ancienne théorie selon laquelle le rire est un excellent remède avait un fondement physiologique.

(voir Norman Cousin : "La volonté de guérir" Editions du Seuil.

Volonté de guérir...

Voir les commentaires

Prise en charge de la douleur...

16 Juin 2015, 09:19am

Publié par pam

J’ai déjà parlé du syndrome de l’auto-stop, cette situation où le patient attend passivement que le thérapeute ou le médecin lui trouve une solution.

Dans tous les problèmes de santé, mais plus encore dans le cas qui nous occupe, les douleurs, c’est le pire tort que vous puissiez vous causer à vous-même. D’urgence, il faut cesser de considérer le médecin comme la principale personne en charge, et se mettre soi-même dans le siège du pilote : c’est ma vie, mon problème, et c’est moi qui vais le résoudre. Certes, vous irez ponctuellement chercher l’aide d’un thérapeute ou d’un médecin, qui peuvent toujours être utiles en certaines occasions, mais vous devez cesser d’attendre qu’ils règlent le problème à votre place.

« La force qui est en chacun de nous est notre plus grand médecin » disait le grand médecin Hippocrate il y a 2500 ans. Il se déclarait d’ailleurs incapable de soigner les personnes qui n’avaient pas décidé de guérir !

C’est une question de réalisme et, finalement, de passage à l’âge adulte : cesser d’attendre des autres qu’ils vous « prennent en charge ». Réaliser, même si c’est dur, que vous êtes ultimement la seule personne responsable de votre destin.

in Santénatureinnovation. "Ecrasé par les douleurs".

Prise en charge de la douleur...

Voir les commentaires

Initiative heureuse et constructive !

14 Juin 2015, 09:31am

Publié par pam

Voir les commentaires

La fin annoncée de la civilisation industrielle....

13 Juin 2015, 07:27am

Publié par pam

PAR IVAN DU ROY

Pablo Servigne et Raphaël Stevens, dans leur livre « Comment tout peut s’effondrer ». Rappelant l’ensemble des données et des alertes scientifiques toujours plus alarmantes, les deux auteurs appellent à sortir du déni. « Être catastrophiste, ce n’est ni être pessimiste, ni optimiste, c’est être lucide »

Quels sont les obstacles à la prise de conscience ?

Il y a d’abord le déni, individuel et collectif. Dans la population, il y a ceux qui ne savent pas : ceux qui ne peuvent pas savoir par absence d’accès à l’information et ceux qui ne veulent rien savoir. Il y a ceux qui savent, et ils sont nombreux, mais qui n’y croient pas. Comme la plupart des décideurs qui connaissent les données et les rapports du GIEC, mais n’y croient pas vraiment. Enfin, il y a ceux qui savent et qui croient. Parmi eux, on constate un éventail de réactions : ceux qui disent « à quoi bon », ceux qui pensent que « tout va péter »…

L’alerte sur les limites de la croissance a pourtant été lancée il y a plus de 40 ans, avec le rapport du physicien américain Dennis Meadows pour le Club de Rome (1972). Comment expliquer cet aveuglement durable des « décideurs » ?

Quand un fait se produit et contredit notre représentation du monde, nous préférons déformer ces faits pour les faire entrer dans nos mythes plutôt que de les changer. Notre société repose sur les mythes de la compétition, du progrès, de la croissance infinie. Cela a fondé notre culture occidentale et libérale. Dès qu’un fait ne correspond pas à ce futur, on préfère le déformer ou carrément le nier, comme le font les climatosceptiques ou les lobbies qui sèment le doute en contredisant les arguments scientifiques.

Ensuite, la structure de nos connexions neuronales ne nous permet pas d’envisager facilement des évènements de si grande ampleur. Trois millions d’années d’évolution nous ont forgé une puissance cognitive qui nous empêche d’appréhender une catastrophe qui se déroule sur le long terme. C’est l’image de l’araignée : la vue d’une mygale dans un bocal provoque davantage d’adrénaline que la lecture d’un rapport du GIEC ! Alors que la mygale enfermée est inoffensive et que le réchauffement climatique causera potentiellement des millions de morts. Notre cerveau n’est pas adapté à faire face à un problème gigantesque posé sur le temps long. D’autant que le problème est complexe : notre société va droit dans le mur, entend-on. Ce n’est pas un mur. Ce n’est qu’après avoir dépassé un seuil – en matière de réchauffement, de pollution, de chute de la biodiversité – que l’on s’aperçoit que nous l’avons franchi.

L'article entier : http://www.bastamag.net/L-effondrement-qui-vient

La fin annoncée de la civilisation industrielle....

Voir les commentaires

Alimentation vivante...

12 Juin 2015, 07:15am

Publié par Respons'Able

merci Respons'Able et Françoise Condamin...

L'Alimentation Vivante désigne tout simplement un mode d'alimentation qui favorise très largement les aliments comportant un fort taux de nutriments nécessaires au corps humain, et donc porteurs de vie. Pour comporter un fort taux de nutriments ces aliments doivent par définition être naturels, non transformés, ne comportant pas d'additif chimique, et facilement assimilable par l'être humain.
L'ALIMENTATION VIVANTE, ÇA SE COMPOSE DE QUOI ?
L'Alimentation Vivante va donc se tourner vers les aliments crus et biologiques d'origine végétale comme les fruits et légumes, les graines germées, les oléagineux, les jus de jeunes pousses comme le jus d'herbe de blé, ... Chacun peut y ajouter tout ou partie de ces aliments à son mode alimentaire habituel, en fonction des objectifs qu'il recherche.
L'ALIMENTATION VIVANTE ÇA SERT À QUOI, À QUI ?
Notre mode d'alimentation occidental est composé de beaucoup de produits transformés et issus de l'agriculture industrielle. Nos repas ne comportent plus assez de nutriments d'une part, et d'autre part nous font ingurgiter des résidus de pesticide, des arômes artificiels, des colorants, des conservateurs dont on sait maintenant qu'ils ont des conséquences non négligeables sur la santé. Se tourner vers l'alimentation vivante c'est revenir à un mode d'alimentation en accord avec les besoins du corps humain, et donc l'un des moyens de préserver sa santé ou de la restaurer.
Ce mode d'alimentation s'adresse à tout le monde, petits et grands, bien portants ou malades.
Le centre Hippocrate aux Etats Unis utilise avec succès depuis plus de 50 ans, entre autres ce mode d'alimentation, pour restaurer durablement la santé de personne gravement malades.
Qu'est -ce que l'on mange au juste ?
Est-ce que manger vivant veut dire être réduit à manger de la verdure, des salades ? NON !! C’est une autre voie culinaire qui s’est développée autour de ce type d’alimentation qui utilise des techniques et une palette d’aliments tout aussi variées que les autres traditions culinaires : légumes, fruits, graines germées, céréales germées, les noix et les graines oléagineuses (noix, noix de cajou, tournesol, graines de courges, pignon de pin, graines de lin, …).
Il existe actuellement dans beaucoup de pays des chefs de grande renommée qui cuisinent dans cet esprit, et on trouve également un très grand nombre de livres de recette, dont beaucoup sont en anglais, mais de plus en plus traduits en français (cf notre boutique en ligne : le livre de recette de Anna Maria Clement, excellent livre pour apprendre toutes les techniques de base)..
Pourquoi pas (ou peu) de protéine animale ?
Les protéines animales sont acidifiantes pour le corps, or notre mode de vie actuel et notre alimentation le sont déjà beaucoup. Les naturopathes, et certains médecins, savent bien que l’acidification de certains liquides physiologiques est immanquablement générateur de maladie.
Le rapport Campell (traduction française de « The China Study » de Colin Campbell) se base sur plusieurs décennies d’études scientifiques menées dans différents pays. Ces études montrent très clairement que la consommation excessive de protéines animales est un facteur majeur dans l’apparition des maladies des pays développées.
La consommation de protéine animale a également des conséquences très néfastes sur l'environnement, sur l’économie mondiale et pose de nombreuses questions d’éthique sur l’exploitation animale.
Pourquoi manger cru ?
Cuire les aliments détruit 50 % des protéines disponibles, 60 à 70% des vitamines (jusqu’à 96% pour la B12), et 100% des phytonutriments qui sont pour certains des boosters du système immunitaire et de bien d’autres fonctions physiologiques.
Au dessus de 41 ° les enzymes également sont en grande partie détruites. Or elles participent à la digestion.
Le corps est capable de les produire, mais le stock est limité et décroît donc au fur et à mesure qu’on avance dans l’âge. L’alimentation vivante permet de conserver son « capital enzyme ».
Alimentation vivante = crudivorisme ?
Souvent considéré comme désignant la même chose, le crudivorisme et l'alimentation vivante diffèrent pourtant sur un point essentiel:
Les deux désignent une alimentation majoritairement végétalienne et crudivore. Néanmoins l'alimentation vivante met beaucoup l'accent sur des aliments très "vivants" que sont les graines germées et les jeunes pousses, les noix trempées et les aliments lacto-fermentés.
Les raisons sont simples : La germination permet d'accroître considérablement les taux de nutriments bio-disponibles. Par exemple, après 5 jours de germination du blé, la vitamine A augmente de 225%, la B1 de 20 %, la B2 de 300 %, la B3 de 10 à 25%, la B5 de 40 à 50%, la B6 de 200%, les vitamines D et E de 300% et la vitamine C est multipliée par 600 !
Les noix trempées, ne serait-ce qu'une nuit, bénéficient de cet avantage tout en devenant plus digestes et moins caloriques (diminution de 70% pour les amandes). Les aliments lacto-fermentés vont quant à eux apporter des bactéries pro-biotiques.
L'alimentation vivante utilise donc beaucoup d'aliments issus de processus naturels de culture, les rendant riches en nutriment et facilement assimilables, et donc véritablement porteurs de vie.

Alimentation vivante...

Voir les commentaires

humanité...

11 Juin 2015, 08:11am

Publié par pam

une petite merveille d'humanité :

Voir les commentaires

amour et respect...

10 Juin 2015, 07:15am

Publié par pam

Pour tous ceux qui doivent quitter leur maison, leur champ, leur pays, à cause de la guerre, de l'intolérance, des changements climatiques, de la pauvreté, de l'incohérence des pouvoirs en place sur cette planète, et peu importe les raisons,

Pour répondre à tous ceux qui se taisent face aux violences qui leur sont faites, s'amalgamant ainsi à ceux qui cautionnent ces violences ou les pratiquent,

Pour aider tous ceux qui ont oublié que le partage rend heureux et que l'égoïsme et la haine rendent laid,

Pour ne pas oublier l'injustice qui se répand partout,

J'envoie ce matin mon bonheur à tous les réfugiés, partout...

amour et respect...

Voir les commentaires

1 2 > >>