Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

au sujet de rien... du rien !

6 Mars 2013, 08:05am

Publié par pam

“Les humeurs humaines et les réactions à la rencontre avec le Rien varient considérablement d’une personne à l’autre, d’une culture à l’autre.

Les taoïstes chinois ont trouvé le Grand Vide tranquillisant, paisible, et même joyeux.

Pour les bouddhistes de l’Inde, l’idée du Rien évoquait une atmosphère de compassion universelle prise dans les outils d’une existence qui est ultimement sans sol.

Dans la culture japonaise, l’idée de Rien permet des modes exquis d’un sentiment esthétique se retrouvant dans la peinture, l’architecture, et même dans les rituels du quotidien.

Mais l’Occidental, lui, est embourbé de possessions jusqu’au cou, d’objets et du business de les entretenir, faisant front à l’anxiété de la rencontre possible avec le Rien.”

William Barret (1913-1992) in “Propos sur le Rien”.

au sujet de rien... du rien !

“Je jouissais d’une rente sûre et garantie qui, malgré son montant peu élevé, suffisait à me fournir la nourriture, le logement et tout ce dont j’avais besoin pour travailler. Je suppose que j’aurais aimé qu’elle fût plus forte car... j’aurais volontiers dépensé davantage d’argent en livres et pour faire ces œuvres de charité qui illuminent la vie d’un homme quand elles sont accomplies comme il se doit.

Ce n’était là, cependant, qu’un souci mineur, en effet, je n’ai jamais fait partie de ces hommes envieux et amers qui souhaitent être aussi riches que leurs amis et pour qui leurs biens sont, par définition, insuffisants. Tous mes amis d’alors sont aujourd’hui beaucoup plus riches que moi... Mais je n’échangerais pas ma vie contre la leur, car ils doivent constamment s’occuper de ce genre de choses. Ils vivent dans un monde où, si l’on ne monte pas perpétuellement, on tombe inévitablement. La gloire et la fortune sont extrêmement évanescentes ; ne possédant ni l’une ni l’autre, je ne risque pas de les perdre.

De surcroît, aucun de ces trois hommes n’est satisfait, je le sais ; ils sont trop conscients du prix que leur a coûté leur argent. Ils regrettent leur jeunesse, époque où ils pensaient pouvoir faire ce qu’ils souhaitaient et rêvaient d’un plus noble destin.”

Iain Pears in “Le cercle de la croix”.

au sujet de rien... du rien !

“L’oasis s’instaure au sens réel et symbolique, contre l’aridité et la sécheresse d’un monde dominé par l’avidité”.

Pierre Rahbi

Commenter cet article