Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

au sujet des rêves...

28 Avril 2013, 07:17am

Publié par pam

“Un rêve est un télégramme envoyé du monde invisible. Seuls les imbéciles ou ceux qui ne savent pas les déchiffrer, ne lui prêtent pas attention.”

Divakaruni in “La reine des rêves”.

“La vie éveillée nous ensevelit puisqu’elle nous disperse et nous socialise ; seul le rêve éveille ce que nous sommes.” E.E.Schmitt in “Ulysse from Bagdad”.

“Le cerveau gauche tyrannise le cerveau droit. Le cerveau droit rêve, le cerveau gauche explique. Le droit pense en images, le gauche pense en mots. Le droit est dans les sentiments, les sensations. Le gauche est dans les stratégies et la logique. On pense que les autistes gardent intactes les capacités de leur cerveau droit. C’est pour cela que ces enfants que l’on prétend handicapés mentaux sont capables de prouesses extraordinaires que les gens dits normaux ne peuvent accomplir. Ils savent mémoriser des listes interminables car leur cerveau droit garde tout sous forme de fresques et non d’éléments séparés... Quand vous rêvez, c’est votre cerveau droit qui s’exprime, mais le matin, quand vous tentez de vous souvenir de votre rêve, c’est le gauche qui réinvente l’histoire pour lui donner un sens logique, rationnel, avec un récit comprenant un début, un milieu et une fin. Dans votre vrai rêve vos personnages changeaient de tête par exemple, cela le cerveau gauche ne peut pas l’admettre. Alors il déforme, il réinvente, il donne à tout un sens logique car le cerveau gauche veut tout expliquer, analyser, mettre en ordre. Il adore l’ordre ancien, et il a peur de la liberté et de la nouveauté. C’est le dictateur de votre esprit. L’école, les parents, le milieu dans lequel vous vivez ne font que renforcer cette emprise du cerveau gauche sur le droit. On vous demande de tout expliquer, de tout légitimer, on fait taire votre part de rêve et créativité illogique... Les autistes sont des gens qui n’ont pas accepté la tyrannie du cerveau gauche et donc qui se taisent et se coupent du monde pour ne pas être obligés de justifier leur liberté de pensée. Albert Einstein n’a pratiquement pas parlé jusqu’à l’âge de 7 ans. Ce n’est pas qu’il ne parlait pas, c’est qu’il savait comme moi qu’il faut économiser ses mots et que les mots empêchent les êtres et les choses d’exister. Il avait son monde intérieur à construire tranquillement, sans conditionnement extérieur. ”

Bernard Werber in” Le miroir de Cassandre”.

au sujet des rêves...

“Dans les deux traditions, amérindienne et tibétaine, les rêves ont une grande importance. Si l’on veut avoir des rêves significatifs, encore faut-il s’endormir comme il faut. Vous devez clarifier votre esprit et en faire disparaître toutes les pensées qui peuvent être mauvaises pour vous et pour les autres. Vous pouvez purifier votre chambre en y faisant brûler dans les quatre directions, du cèdre et du genièvre. Une fois au lit, il est bon de passer en revue les paroles et les actes de la journée. Si vous avez vécu des moments de plénitude, rappelez-les à vous. Si vous avez eu de mauvaises relations avec une personne, rétablissez l’harmonie dans votre cœur ; si vous avez parlé avec colère, faites appel à la compassion.

Lorsque vous sentez que vous allez vous endormir, dans ce moment précieux entre veille et sommeil, vous pouvez faire une méditation, puis compter doucement de un à dix en affirmant que vous vous souviendrez de vos rêves, vous pouvez aussi vous visualiser en train d’élever les mains vers le ciel pour obtenir une vie pleine. Si vous voulez vous souvenir de vos rêves, vous devez simplifier votre nourriture ; l’idéal serait de manger peu, toutes les deux heures, et de ne pas mélanger viande, légumes verts et fruits. Dans la mesure du possible, abstenez-vous de pain levé. Choisissez des céréales complètes et buvez beaucoup d’eau. Et chaque jour priez en demandant la clarté de l’esprit, alors vous commencerez à vous souvenir de vos rêves.

Les clés pour l’interprétation des rêves sont nombreuses. Les animaux sont très importants, ainsi que la direction d’où viennent les choses, la direction dans laquelle on marche et le temps qu’il fait. Ce sont de précieux indicateurs. Encore faut-il savoir que tout ce qui est bon peut aussi avoir un côté qui ne l’est pas.

Le feu a de nombreuses significations, il peut être le signe que nous sommes en train de consumer notre ignorance. C’est le feu qui purifie, encore faut-il voir ce qui brûle dans le feu. Le feu peut être dangereux pour ceux qui se sont éloignés de la loi. Pour ceux aussi qui avaient pour mission de s’occuper du feu sacré et qui l’ont négligé. Alors le feu, qui est énergie spirituelle, peut devenir un châtiment. Le feu accélère l’intuition.”

“J’ai rêvé qu’un aigle se posait sur mes pieds. Il me désigne mes pieds parce qu’ils sont les racines qui m’ont toujours manqué. Ces racines représentent la force qui doit me permettre d’ouvrir mon cœur et mes bras.”

Cartier in “Les gardiens de la terre”.

au sujet des rêves...

Fernando Pessoa :

“J’ignore si je ne rêve pas quand je vis, ni si je ne vis pas quand je rêve... Je ne sais plus si j’existe, je sens que je pourrais être le rêve de quelqu’un d’autre.

au sujet des rêves...

“Un être est moins le résultat d’une volonté rationnelle et d’une conscience claire sur ses choix, libre, capable de s’autodéterminer, que le produit du puissant déterminisme de l’inconscient (Freud). L’inconscient est psychique, donc pas physique, nulle part localisé, certes, mais partout dans le corps et le système nerveux. Comme le vent, on constate son existence par ses effets : par le rêve, les actes manqués, les lapsus, oublis de noms propres et tout ce qui relève de la psychopathologie de la vie quotidienne (petits accidents et incidents qui émaillent notre vie).

Le rêve permet de réaliser dans le sommeil ce qu’il n’a pas été possible de concrétiser à l’état de veille à cause des convenances sociales, interdits, lois, tabous, religion : il est la voie royale qui mène à l’inconscient. L’inconscient force parfois le barrage de la censure et parvient sous forme de messages endommagés à la conscience.”

Michel Onfray in “Automanuel de philosophie”.

Commenter cet article