Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chopra et la guérison quantique...

5 Mai 2013, 06:25am

Publié par pam

“Eddington a affirmé qu’il existait deux réalités : la secondaire est la réalité mécanistique étudiée par la science, l’autre est la réalité humaine faite d’expériences quotidiennes. Dans la première, la Terre est un grain de matière tournant autour d’une étoile, jetée à la dérive parmi des milliards d’objets stellaires. Dans la réalité humaine, la Terre est le centre de l’Univers, la vie qu’elle abrite est la seule chose importante qui existe.

Il est possible que nous choisissions nos maladies. Nous n’en sommes pas conscients car le choix se situe au-dessous du niveau de nos pensées conscientes, mais s’il existe, nous devrions être capables de le modifier. Chacun de nous peut modifier la biologie de son organisme d’un extrême à l’autre : on n’est pas le même, physiologiquement parlant, quand on est heureux ou déprimé. Les cas de personnalités multiples prouvent que cette capacité de changer de l’intérieur est contrôlée de manière très précise.

On peut considérer le vide sidéral comme morne, froid, sans vie mais aux yeux du physicien il est rempli d’une énergie invisible attendant de fusionner pour créer des atomes.

Upanishad indien : “La puissance qui pénètre l’Univers est bien supérieure à celle qui transparaît”.

Nos sens ne sont pas prêts à considérer le vide comme la matrice de la réalité car ils ne perçoivent la nature qu’à un niveau plus grossier. Chaque gradation quantique est minime mais elle implique une réalité totalement nouvelle au niveau plus large des molécules et des organismes vivants.

Ainsi, le vide n’est pas un vide mais le point de départ de tout ce qui existe. Et ce point de départ est en contact permanent avec tous les autres points, il n’y a aucune rupture dans cette continuité.

L’équation d’Einstein, E = mc2, a montré que l’énergie pouvait se transformer en matière, ce constat a permis à la physique de franchir la limite de ce qui est “plus petit que petit”. Les pères fondateurs de la physique quantique étaient tous des disciples de Platon, ils pensaient que le monde des choses n’est que l’ombre projetée d’une réalité plus vaste, invisible et immatérielle. Certains, comme Einstein restèrent perplexes devant la perfection de la nature, sans pour autant lui attribuer une intelligence, contrairement à Eddington pour qui notre vision du monde est à la base un ensemble de fonctions cérébrales.

Où que l’on regarde, l’Univers visible est fondamentalement un réseau de signaux, mais tous ces signaux fonctionnent en harmonie, transformant des vibrations sans signification en expériences qui ont une signification humaine. L’amour qui lie un homme à une femme peut être décomposée en données brutes mais ce faisant, il perd de sa réalité. D’après Eddington, tous ces codes doivent correspondre à quelque chose de plus réel qui se situe au-delà de nos sens. En même temps, ce quelque chose nous est très familier car nous sommes tous capables de déchiffrer le code pour transformer des vibrations quantiques chaotiques en une réalité bien ordonnée. La réalité de la musique se trouve dans la forme éclatante et invisible qui hante notre mémoire sans jamais avoir été présente dans le monde physique.

Contrairement à ce que pensent les médecins aujourd’hui, le pancréas anormal d’un diabétique n’est pas aussi réel que la mémoire déformée qui s’est infiltrée à l’intérieur des cellules pancréatiques. Cette prise de conscience ouvre la voie de la guérison quantique. Les techniques mentales de l’Ayurveda impliquent le contrôle des structures invisibles qui régissent l’organisme. Cela permet de maîtriser la relation corps-esprit. La technique ayurvédique n’est pas magique, elle s’inspire de la nature.

Quand notre cerveau nous montre le monde, c’est en réalité nous-mêmes qu’il montre. Tout ce qui existe se trouve donc enfermé dans notre subjectivité.

Deepak Chopra in “Le corps quantique”.

Commenter cet article