Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deepak Chopra. Vivre en rajeunissant. 9.

17 Avril 2013, 08:25am

Publié par pam

PRÉCEPTE N°8 : je diminue mon âge biologique en cultivant la souplesse et la créativité de ma conscience.

Pour améliorer ma souplesse :

1- J’apprends à lâcher prise quand les choses ne se passent pas comme je veux.

2- Je pratique la sagesse de l’incertitude, je ne m’attache pas au résultat et je n’essaie pas de tout contrôler.

3- J’apprends à pardonner en éliminant griefs, rancœurs et regrets.

Pour améliorer ma créativité :

1- J’apprends à réagir de manière créative.

2- J’applique ce mode de réaction à tous les défis et les problèmes que je rencontre dans la vie.

3- J’aide les autres à résoudre leurs difficultés en leur apprenant à réagir de manière créative.

Vieillir c’est se rigidifier et s’atrophier, alors que la jeunesse implique souplesse et créativité. Elles peuvent s’apprendre, les cultiver dans votre conscience vous régénère continuellement et inverse le processus de vieillissement.

Il faut apprendre deux comportements fondamentaux : la souplesse qui provient du lâcher-prise, et la créativité qui implique intention, incubation et incarnation. Et ainsi vous pourrez accomplir quotidiennement ce que la plupart des gens ne peuvent faire qu’en mourant : créer un nouveau système corps-esprit. La souplesse face aux défis de l’existence, affronter l’adversité, s’adapter aux épreuves et y survivre sans s’y accrocher est associée à la puissance digestive, agni. Bien digérer c’est être capable d’extraire de toute expérience la partie nutritive en éliminant ce qui ne sert à rien. Ainsi vous vivrez longtemps sans tourments. Apprendre à lâcher-prise est une nécessité, car la vie est un processus de transformation continuelle. L’usure provoquée par la résistance au changement accélère le vieillissement, il faut l’accepter. Être souple, ce n’est pas renoncer à toute intention, projet, désirs, mais éliminer tout attachement pour un résultat particulier.

“Quand les choses ne semblent pas se passer comme je veux, je lâche prise et je ne m’attache pas à mon objectif initial, en comprenant que je ne vois pas l’ensemble de la situation. Si j’avais cette vision globale, je saurais pourquoi elles se passent ainsi et je réaliserais que le cosmos a pour moi un projet bien plus intéressant que tout ce que je peux imaginer.”

L’attachement au connu, c’est l’attachement au passé, qui engendre stabilité, inertie, entropie, stagnation et accélère le vieillissement. La plupart des gens consacrent leur vie à rechercher la sécurité que leur procure statut social et possessions. Ce sont des symboles de sécurité qui ne remplacent pas la véritable sécurité qui est intérieure. Pour bien évoluer, il faut cultiver la curiosité et accepter le cours des choses et l’inconnu. Bouddhistes : “rien n’existe qui soit moi ou mien”. Vous êtes une parcelle d’un réseau cosmique infini d’énergie, de transformation et d’intelligence. Dès que vous vous cramponnez à quelque chose (objet, position sociale, relation) vous rigidifiez votre conscience et vous accélérez votre vieillissement. Tout attachement s’accompagne de peur (de la perte, de l’inconnu, de la désapprobation) qui déclenche des réactions de stress.

Généralement, l’être humain recherche ce qui lui procure du plaisir et fuit ce qui risque de le faire souffrir, et cette tendance l’empêche de vivre l’instant présent. Acceptez la réalité, revenez au présent, ne vous fermez pas aux infinies possibilités qu’il vous offre. Ce que vous observez se modifie d’instant en instant, si vous vous y identifiez, votre identité n’a pas de permanence, vous sacrifiez votre vrai moi à l’image que vous vous en faites. Votre sentiment d’identité dépend d’une source extérieure. Et quand l’attachement prend fin, votre pouvoir et votre sentiment d’identité disparaissent eux aussi. Pratiquer l’attention vigilante, c’est ne plus se focaliser sur le but, mais sur le processus. Vous devenez alors complètement flexible. Quand l’Esprit est votre point de référence intérieur, vous n’anticipez pas, vous ne résistez pas, vous laissez simplement les choses se faire.

Vivez le moment présent.

L’incapacité de voir en face le spectacle parfois douloureux de la vie provient de l’impossibilité de pardonner, aux autres et à soi-même. Le pardon est le fondement du lâcher-prise. Il neutralise l’attachement au passé. Vous ne pourrez rajeunir sans vous en libérer.

Devant chaque difficulté, je peux choisir de voir le miracle ou l’injustice.

Choisissez le pardon et l’oubli plutôt que l’hostilité, le ressentiment, les griefs et les regrets.

Il est très facile de se laisser piéger par des habitudes qui favorisent la rigidité. La souplesse, le changement assouplit votre système nerveux en incitant les neurones de votre cerveau à faire de nouvelles connexions. Bousculez vos habitudes :

- Modifier l’alimentation.

- Changer le programme d’exercice.

- Modifier l’heure du coucher.

- Méditer plus longtemps.

- S’habiller autrement, porter d’autres couleurs.

- Écouter d’autres musiques, d’autres radios, d’autres émissions de télé.

- Changer d’opinion sur quelque chose ou quelqu’un.

- Lire un livre qui normalement n’intéresse pas.

Formulez consciemment votre intention de penser et d’agir souplement, et lâchez prise chaque fois que persévérer et s’accrocher ne sert plus à rien.

Ensuite, aborder la créativité car elle ne peut exister sans souplesse. La créativité est un saut quantique discontinu, d’un schéma de pensée à un autre, toutes les grandes avancées de l’art, de la science, ont été des bonds d’imagination impossibles à prédire à partir des conditions existantes. Une fois le saut créatif accompli, le monde en a été définitivement transformé (la relativité, les Beatles, le cubisme...). Enfant, vous aviez cette imagination débordante qui est la source de toute créativité. Vous viviez dans le moment présent, et votre souplesse vous permettait d’avoir sans cesse de nouvelles perceptions et de nouvelles interprétations. Aujourd’hui, le simple fait d’être vivant démontre votre créativité. Apprenez à réveiller la créativité de vos réactions et vous retrouverez l’énergie et l’enthousiasme de la jeunesse. Ce processus créatif peut être appliqué à tous les niveaux : médecine, art, affaires, plan relationnel.

La créativité est le processus qui consiste à prendre l’énergie, l’information et les matériaux de l’univers pour les transformer en quelque chose d’entièrement nouveau, n’ayant jamais été créé auparavant. Contrairement à l’innovation qui améliore ce qui existe déjà, la créativité fait surgir quelque chose qui ne s’était jamais encore concrétisé.

La démarche créative comporte neuf étapes fondamentales. Suivez cette méthode chaque fois que vous affrontez une difficulté ou relevez un défi dans votre vie. Vous avez un potentiel créatif illimité que vous pouvez utiliser pour résoudre tous les problèmes que vous rencontrez.

- Viser un résultat : vous devez avoir une vision précise de ce que vous voulez réaliser, sinon vous aurez du mal à satisfaire vos besoins. Formulez le résultat visé en langage clair et positif. Transcrivez par écrit vos intentions et relisez-les régulièrement pour vous assurer qu’elles reflètent bien vos aspirations du moment. Même si la souplesse implique de ne pas s’attacher à un résultat particulier, vos intentions ne doivent pas être ambiguës.

- Rassembler l’information : devenez expert de la question, recueillez toutes les données sans les juger ni les filtrer. Observez vos réactions en distinguant les approches qui vous plaisent de celles qui vous mettent mal à l’aise.

- Réagencement et analyse de l’information : peu à peu, votre esprit va digérer l’information en la formatant de manière à ce qu’elle vous soit utile. Ce processus de réagencement s’effectue aux niveaux conscient et inconscient. Vous trouverez des constantes et des indices vous permettant de mieux comprendre votre problème.

- Incubation : c’est l’expansion de conscience induite par la méditation. L’incubation implique une sorte d’abandon. Vous devez dépasser le mental rationnel pour accéder au plan de conscience plus profond qui va orchestrer la réalisation de votre intention. Utilisez la méditation so hum pour pacifier votre mental et élargir votre conscience. Repensez à votre intention pendant quelques instants, méditez, puis lâchez prise. Cela va faire surgir dans votre conscience une idée qui ne vous était jamais venue à l’esprit auparavant.

- Révélation : elle résulte d’un réordonnancement des anciennes associations et significations dans un autre contexte qui va susciter une nouvelle interprétation. La révélation est ce saut créatif au cours duquel votre perception et votre compréhension du problème change du tout au tout. Cette nouvelle vision est l’essence de la démarche créative. Elle émerge d’un plan de conscience très profond que la méditation vous permet d’atteindre, un plan qui existe de toute éternité dans les intervalles entre vos pensées. Vous vous libérez de vos schémas habituels et la révélation apparaît.

- Inspiration : la révélation génère spontanément l’inspiration. L’enthousiasme qui jaillit face à la révélation indique qu’elle est un vrai bond créatif. Votre esprit sait que votre intuition est juste et votre corps sent qu’elle est juste.

- Exécution, intégration, incarnation : il faut maintenant concrétiser votre intention puisque vous savez quoi faire. Opérez le changement, exécutez l’action pour actualiser la démarche créative. Intégrez ces modifications dans votre vie, dans votre corps. Cela fera désormais partie de vous et vous serez un être différent.

La faculté de trouver des solutions neuves à de vieux problèmes est un signe de souplesse et une composante essentielle de l’inversion du processus de vieillissement.

Adoptez la démarche créative chaque fois que vous rencontrez un problème. Si chaque difficulté devient pour vous une occasion de la pratiquer, vous affronterez avec enthousiasme tous les défis. Aidez les autres à résoudre leurs difficultés en leur apprenant cette méthode. Montrez à vos enfants comment surmonter les obstacles qui gênent leur progression. La souplesse et la créativité sont les clés de l’évolution. Ne peuvent survivre que ceux qui s’adaptent (Darwin), et l’adaptation exige souplesse et créativité.

Commenter cet article