Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecologie, métamorphose et bilan...

12 Juin 2013, 06:06am

Publié par pam

“- On mesure la qualité d’une forêt, sa dynamique, à la multiplicité de ses essences, sa richesse à sa diversité. Lorsqu’on pratique les coupes rases et le reboisement extensif, non seulement on appauvrit la forêt, mais on modifie radicalement le sol et le sous-sol, et à terme, on prépare une érosion catastrophique. Il en est de même pour l’humanité. L’intelligence naît de la complexité. L’émergence des grandes religions monothéistes, le déferlement de la pensée unique et dogmatique, ont brisé les liens sacrés qui nous reliaient à la nature. L’uniformisation des valeurs du grand commerce libéral ne peut, à terme, que provoquer une érosion en profondeur de l’intelligence humaine, au sens physique, relationnel, et spirituel.

- Vous êtes plutôt pessimiste, non ?

- Non, pas du tout. Aujourd’hui de plus en plus d’individus, hommes et femmes, ont la volonté de faire évoluer les choses, les moyens d’échanger leurs connaissances, et l’envie de renouer ces attaches invisibles avec leur environnement. Les recherches les plus poussées en physique sub-quantique confirment qu’on ne peut dissocier la matière du vibratoire, la particule de l’onde. Par conséquent ces études trouvent des résonances dans certaines croyances chamaniques, ou d’anciennes traditions, qui vénèrent l’unicité de l’homme et de l’univers, et respectent les liens entre la réalité perçue et l’invisible. Non, je ne suis pas pessimiste, je crois cependant qu’il est grand temps que l’humanité entreprenne sa métamorphose.”

J.M. Pasquet in Le don de Qâ.

ecologie, métamorphose et bilan...

“ C’est une guerre qui commence. Contre l’hydre tentaculaire et dévastatrice de l’anthropocentrisme aveugle qui dévore le monde, où tu voudrais que demain tes filles puissent vivre en paix, au sein d’une forêt végétale plutôt que synthétique... Contre le postulat de la pensée judéo-chrétienne et des modèles qui en découlent, qui depuis des siècles dictent aux hommes une conduite irresponsable, en prétextant que les dieux les ont créés à leurs images, donc supérieurs aux autres créatures, et que le monde entier leur est asservi. Contre les dogmes éculés que des grabataires auront beau faire reluire, dont jamais ils n’effaceront les taches et les miasmes du sang des millions de victimes dont ils sont maculés. Contre les ravages d’une économie aveugle qui considère croissance et prolifération comme des qualités, alors qu’elles sont les signes tangibles des déséquilibres qu’elle a provoqués. Regarde la nature, si tu soumets une plante à un stress intense, son réflexe va être de tout faire pour se reproduire avant de mourir, afin d’assurer la pérennité de l’espèce. Il en est de même pour l’humanité. La surpopulation, l’urbanisation effrénée, l’extension incontrôlable des hyper-mégapoles, toutes marques découlant d’un prétendu “progrès” inexorable, sont en fait les preuves manifestes que l’homme, en, tant qu’animal civilisé, se sent condamné. En proliférant, il répond à un instinct naturel qu’il ne sait plus comprendre, et en multipliant ses chances de survie, il œuvre à sa propre perte. Notre guerre va consister à redonner aux hommes la conscience de leurs instincts profonds, de l’humilité de leur appartenance au monde et à l’univers, la conscience de l’artificialité des normes qui régissent leurs sociétés, et surtout celle de leur indissociabilité et de leur responsabilité envers une planète qui les porte, les chauffe, les nourrit, sans qu’ils lui montrent aucune gratitude.”

J.M. Pasquet in Le don de Qâ.

ecologie, métamorphose et bilan...

Il y a 40 ans, j'étais au Larzac... il faisait beau, l'espoir nous portait à remettre en question tous nos acquis philosophiques, politiques, familiaux... les filles ne supportaient plus le sexisme et les inégalités qui en découlent, les garçons refusaient le service militaire, tous critiquaient les modèles établis, le nucléaire, les multinationales, le béton, la marchandisation.. en fait tout était bon à être remis en cause.

J'ai caillassé Mitterand venu parader avec ses gardes du corps et sa belle voiture de sport rouge alors que les paysans du Larzac refusaient toute tentative de récupération politique de leur mouvement, j'ai acheté une montre LIP fabriquée en autogestion par les ouvriers, j'ai cru qu'on pouvait dire non et faire plier le pouvoir en place, j'ai cru qu'en étant nombreux à être honnêtes, intègres et libres et en criant suffisamment fort, on ferait changer les choses....

On m'a traité d'idéaliste, de baba cool, de rêveuse, de pacifiste irresponsable, d'anarchiste, d'écolo, d'irréaliste et de tant de noms d'oiseaux qu'au fil des ans j'ai du apprendre l'humilité....

Jamais en 40 ans, je n'ai entendu quelqu'un dire : finalement vous aviez raison, vous dénonciez ce qui aujourd'hui fait notre quotidien, celui de nos enfants, de nos petits-enfants, qui nous rend tous malades... Pardonnez nos critiques et nos moqueries, aujourd'hui la planète est polluée, les réserves naturelles pillées, les libertés individuelles bafouées chaque jour un peu plus, les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus nombreux, le chômage devenu épée de Damoclès permet de remettre en cause tous les acquis sociaux , foulant aux pieds la dignité humaine, la nourriture est dangereuse, les médicaments sont dangereux, les maladies liées aux pollutions de toutes sortes se sont multipliées, les médias en grande majorité sont devenus des experts en manipulation à la botte du pouvoir politico-économique et seuls quelques illuminés échappent au cocktail abrutissant télé-malbouffe-médoc-surconsomation.

Autruches ! remettons la tête dans le sable ! je vais faire un tour de jardin, et je trouverai peut être comment pardonner à ceux qui ne demandent pas à l'être... et à moi d'avoir envie de baisser les bras !

ecologie, métamorphose et bilan...
Commenter cet article