Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

autotraitements

angine

17 Janvier 2013, 11:03am

Publié par pam

Avec une pensée chaleureuse pour Marie-Claude et tous ceux qui comme elle sont au fond de leur lit, quelques pistes de soins :

ANGINE : infection virale ou bactérienne du pharynx.  

Souvent liée (surtout à répétition) à une intoxication intestinale chronique.

Phytothérapie : ronce, guimauve, saponaire, réglisse, aune, bardane,brunelle, bugle, bugrane, carline, dryade, églantier, genièvre, livèche, ménianthe, noyer, prèle, sanicle, sureau. saule blanc, propolis. 

Oligoélments : Manganèse-Cuivre, Cuivre-Or-Argent, Magnésium, Bismuth.

Bains de pieds, badigeons de teinture d’iode, cataplasmes de farine de seigle et d’oignons de lys trempés dans du lait. 

Appliquer sur la gorge un cataplasme d’argile pendant deux heures. Faire des gargarismes d’eau argileuse avec infusion d’aigremoine, de feuilles de ronces et de persicaire. Gargarisme de jus de citron réchauffé d’eau tiède.

Tisanes : guimauve, mûrier, plantain , thym. 3 fois par jour.

Angines récidivantes : renforcer les défenses de l’organisme : eleutherocoque, propolis, échinacée.

GANGLIONS : signes d’un mauvais état général, d’une attaque infectieuse mal gérée par le corps en baisse de défenses immunitaires.

Supprimer les sucreries, l’alimentation industrielle sucrée, la charcuterie.

Cuivre et Cuivre-Manganèse. 

Extrait de pépins de pamplemousse (30 gouttes dans de l’eau 4 fois par jour).

Pyrogénium 9 CH 1 dose tous les 3 jours, 5 fois.

Je sais que mes listes pourtant non exhaustives d'autotraitements gagneraient en concision et présentation...!! mais le but est, si vous êtes concernés, de vous laisser guider par votre instinct. Vous, corps et esprit, savez ce qui est le mieux pour vous.

De plus, cela vous permettra de trouver dans vos placards ou votre jardin un remède sans avoir besoin de courir acheter quoi que ce soit... si vous êtes sous la couette cela peut être plus qu'utile !

Et vous pouvez bien sûr me contacter pour que je vous fasse un soin : pamquin46@gmail.com

angine

Voir les commentaires

quiétude...

15 Janvier 2013, 10:40am

Publié par Alessandro Baricco

“Mais guérir est un mot trop petit pour ce qui se passe ici. Et trop simple. C’est un endroit, ici, où tu prends congé de toi-même. Ce que tu es se détache doucement de toi, peu à peu. Et à chaque pas, tu le laisses derrière toi, sur ce rivage qui ne connaît pas le temps et ne vit qu’un seul jour, toujours le même. Le présent disparaît et tu deviens mémoire. Tu te défais de tout, tes peurs, tes sentiments, tes désirs : tu les conserves, comme des habits qu’on ne met plus, dans l’armoire d’une sagesse que tu ne connaissais pas, et d’une tranquillité que tu n’espérais pas. Est-ce que tu peux comprendre ? Est-ce que tu peux comprendre combien tout cela est beau ? Crois-moi, ce n’est pas une autre manière, juste un peu plus légère, de mourir. Je ne me suis jamais sentie plus vivante qu’aujourd’hui. Mais c’est différent. Ce que je suis, désormais, est advenu : et cela vit en moi, ici, maintenant, comme un pas dans une trace, comme un son dans un écho, et comme une énigme dans sa réponse. Cela ne meurt pas, non. Cela glisse de l’autre côté de la vie. Si légèrement que c’est comme une danse.

C’est une manière de tout perdre, pour tout trouver. Si tu peux comprendre tout cela, tu me croiras aussi quand je te dirai qu’il m’est impossible de penser à l’avenir. L’avenir est une idée qui s’est détachée de moi. Cela n’a pas d’importance. Cela ne signifie plus rien. Je n’ai plus d’yeux pour le voir... Mon avenir est déjà tout entier ici et maintenant. Mon avenir sera la quiétude d’un monde immobile, qui collectionnera des instants à poser les uns sur les autres, comme s’ils étaient un seul et unique instant. D’aujourd’hui jusqu’à ma mort, il y aura cet instant, rien d’autre.

Je ne te suivrai pas André. Je ne reconstruirai aucune vie, parce que je viens d’apprendre à être la demeure de celle qui fut la mienne. Je ne veux pas autre chose.”

Alessandro Baricco in “Océan mer”.

Voir les commentaires

Guérison, encore...

15 Janvier 2013, 10:25am

Publié par pam

R. Dextreit : “ Sans l’élimination des causes, il n’est pas de guérison possible. De vraie guérison, s’entend.”

William James : “Les êtres humains ont trop tendance à vivre à l’intérieur de limites qu’ils s’imposent à eux-mêmes.”

Montaigne : “La maladie la plus grave est le mépris de notre corps.”

Dr Schweitzer : “Le succès du sorcier est dû à la même raison que notre succès à nous. Tout malade porte son propre médecin à l’intérieur de lui-même. Il vient chez nous parce qu’il ignore cette vérité. Ce que nous pouvons faire de mieux, c’est donner une chance d’agir au médecin qui réside à l’intérieur de chacun.”

Dr Schaller et Kinou in “Le rire, une thérapie merveilleuse”. 

“ Garder trop longtemps les mêmes idées dans son cerveau mène à l’intoxication mentale, à la déprime, à la maladie. Il faut faire le ménage de ses pensées, jeter celles qui ne servent plus à rien, en choisir de nouvelles, chaleureuses et naturelles, et les laisser couler dans tous les recoins de soi-même.

Dans les maladies modernes, on constate que les thérapies chimiques suppriment des symptômes mais sans déboucher sur une guérison véritable et durable. Ces traitements ignorent les facteurs psychiques et le mode de vie des malades. Les médicaments peuvent soulager des douleurs ou permettre des améliorations passagères, mais la guérison est autre chose. Elle correspond à une dynamique d’apprentissage de l’autogestion sur tous les plans. Être véritablement guéri, n’est pas seulement se retrouver sans symptômes, c’est savoir gérer sa santé... Le rire et la gestion des émotions sont parmi les facteurs indispensables à la guérison et au maintien de la santé.”

... “ J’ai découvert, au fil de mes recherches, que l’expression intense des émotions, appelée “catharsis”, était l’une des médecines les plus anciennes du monde.”

“ Mentionnons encore les vertus thérapeutiques du chant, du psychodrame et de toutes les techniques qui font s’extérioriser les émotions.”

“ Dans cette lutte contre les effets de la maladie, les médecins ont souvent tendance à négliger d’aller plus en profondeur, au niveau des causes même de celle-ci. Pourtant les médecines traditionnelles de tous les pays affirment depuis des millénaires qu’à l’origine de toutes les maladies il y a une intoxication physique et psychique et que la maladie correspond à un effort du corps pour se dépolluer. Quand l’organisme est sans arrêt sur le qui-vive, en alerte, l’élimination des toxines ne se fait plus correctement. C’est la raison pour laquelle il n’est pas suffisant, pour dépolluer son organisme, d’adopter une alimentation saine ou d’utiliser les ressources des thérapies naturelles. Il faut aussi apprendre à se délivrer du stress, de cette tension psychique permanente qui mine notre santé." 

Guérison, encore...

Voir les commentaires

“Message des hommes vrais au monde mutant”. Marlo Morgan.

15 Janvier 2013, 09:49am

Publié par pam

“ Le Vrai Peuple pense que nous ne sommes pas des victimes de la maladie par hasard et que notre corps physique est le seul moyen que possède la conscience éternelle, en nous, de communiquer avec notre personnalité consciente. Quand l’activité du corps ralentit, nous devenons capables de nous observer, d’analyser les blessures vraiment importantes qu’il nous faut réparer : relations détériorées, brèches dans nos systèmes de croyance, noyau de peur... endurcissement excessif et incapacité à pardonner, etc.” 

“ Quand la pensée devient souple, les articulations deviennent souples. Plus de douleurs.”

“ Notre moi réel et parfait, la partie éternelle qui est en chacun de nous, celle que nous pouvons mobiliser quand nous avons besoin de savoir si l’action que nous envisageons est bonne pour nous. “ 

“ Je suis convaincue qu’un médecin n’a jamais guéri personne, nulle part. Le guérisseur est en chacun de nous. Au mieux, le médecin est celui qui s’est reconnu un talent, l‘a développé et a le privilège de servir la communauté en faisant ce qu’il sait et aime le mieux faire.“

“ Le monde est un lieu d’abondance. Il est rempli de gens prêts à nous aider, à partager notre vie si nous les laissons faire. 

Être assez ouvert pour recevoir et pour donner.”

“Message des hommes vrais au monde mutant”. Marlo Morgan.

Voir les commentaires

guérison...

14 Janvier 2013, 09:56am

Publié par pam

“ Peut-être apprendrons-nous à décoder le langage du corps, à ne plus voir la maladie comme le fait du hasard ou de la fatalité, mais comme un message de notre conscience, de notre être intérieur. Peut-être serons-nous capable de découvrir derrière telle souffrance une “maladie créatrice” au sens d’un moyen de progression dans notre évolution. “ Dr T. Médynski.

“Le vrai problème n’est pas de savoir si je peux vous aider, c’est de savoir si vous pouvez vous aider vous-même.” 

Certains malades ne sont pas conscients d’avoir une maladie, ils sont la maladie.” Dr Deepak Chopra.

"Notre but est de permettre à chaque patient d’atteindre le niveau d’équilibre parfait qui demeure en lui indépendamment de la gravité de son état. Le fait même d’expérimenter ce niveau conduit à la guérison, en permettant au corps d’avoir recours à ses propres ressources."

Dr Deepak Chopra  in “Le corps quantique”.

“Pour guérir, il faut d’abord un diagnostic auquel consentir.”

Michel Onfray in “La  puissance d’exister”.

“En matière de thérapie, on ne peut soigner une personne, on ne peut que lui apprendre à se soigner elle-même.”  Jodorowsky

“Qu’est-ce qu’une rémission spontanée, sinon un miracle sans intercesseur ? La science répugne à se pencher sur le mystère de la rémission spontanée de crainte d’y découvrir un reflet cruel de sa propre inutilité.” Pierre Bordage in “L’évangile du Serpent”.

“On a administré à des malades un placebo présenté comme de la chimiothérapie et 33 % d’entre eux ont intégralement perdu leurs cheveux... pouvoir des croyances... Si on révélait ces chiffres au public, aux médias, cela ouvrirait des débats qui finiraient par amener la science à se pencher sur la question. Si des phénomènes psychologiques permettent d’avoir à ce point un impact sur le corps et les maladies, pourquoi concentrer la recherche sur la production de coûteux médicaments jamais exempts d’effets secondaires ? Pour quoi ne pas s’intéresser davantage au moyen de guérir les malades par la voie psychologique ?” Laurent Gounelle in “L’homme qui voulait être heureux”.

“Quelquefois la santé se dégrade et c’est un message de votre corps pour vous signaler que vous agissiez en contradiction avec vos valeurs de respect de l’autre, de confiance et d’honnêteté.”  Laurent Gounelle in “L’homme qui voulait être heureux”.

“Enflammé par la concupiscence, embrasé par la haine, embrouillé par l’illusion, un homme choisit sa propre affliction, l’affliction des autres et l’affliction des dieux, il connaît la souffrance et la peine.”  Bouddha

Voir les commentaires

Pourquoi souhaitez-vous guérir ?

14 Janvier 2013, 09:50am

Publié par Jean-Marc Dupuis

"Mon ami le Docteur T., qui est un des médecins que j'admire le plus, ne commence jamais de consultation sans poser à son patient la question terrible : « Pourquoi souhaitez-vous guérir ? »

Autrement dit : « Que comptez-vous faire de votre vie, une fois que vous serez guéri ? Êtes-vous sûr que cela en vaut la peine ? »

Le Docteur T. veut que son patient ait un but : « Je dois guérir parce que je dois absolument réaliser tel projet qui est si important pour moi ou pour une personne que j'aime », par exemple.

De cette façon, dit-il, les chances de guérison du malade augmentent fortement, surtout s'il est affligé d'une maladie chronique au long cours. Sa guérison prend un sens, et bien souvent, sa maladie aussi. Sa vie est alors transformée, et ce n'est pas seulement son corps qui peut guérir, mais son esprit également, « son âme » diront les croyants.

Une fois que le malade a répondu à cette question, la guérison peut être rapide. Dans certains cas extrêmes, elle peut même être immédiate, et c'est une nouvelle personne qui semble revenir à la vie.

Mais il n'est pas nécessaire d'attendre de tomber gravement malade pour connaître cette transformation. Au contraire. "

Jean-Marc Dupuis. www.santenatureinnovation.fr

Voir les commentaires

Guérison ?

2 Janvier 2013, 11:13am

La guérison quantique est la capacité d’un mode de conscience (l’esprit) de corriger spontanément les erreurs commises dans un autre mode de conscience (le corps). Processus complètement fermé sur lui-même. La guérison quantique fait la paix. 

Lorsque la conscience est fragmentée, elle déclenche une guerre dans le système corps-esprit. Cette guerre est à l’origine de nombreuses maladies et fait intervenir ce que la médecine moderne nomme leur composante psychosomatique. Les rishis diraient la peur née de la dualité et ils la considéreraient, non comme une composante, mais comme la cause principale de toute maladie.

Le corps envoie de nombreux signaux pour faire savoir qu’un conflit est en cours... le corps de cette femme appelait la guérison et le lui disait à chaque crise. Elle ne pouvait même pas fermer les yeux pour méditer sans que son corps recherche désespérément quelque soulagement en sombrant dans le sommeil. “Il est inutile d’essayer de combattre cette maladie car vous êtes votre propre ennemi.” Elle n’avait pas besoin de technique mentale, elle avait besoin de laisser faire son corps qui souhaitait guérir. Le meilleur moyen de coopérer était de lui donner le repos qu’il exigeait, de continuer la méditation, de changer d’alimentation et de prendre conscience qu’aucune satisfaction professionnelle ne pourrait compenser le risque qu’elle encourait. La nature essayait de lui dire quelque chose de très important et dès qu’elle y prêterait attention, ses problèmes se résoudraient d’eux-mêmes.

L’erreur de l’intellect est insidieuse. Celui-ci refuse de croire que tout arrive à l’intérieur d’une même réalité corps-esprit ; il fait croire que l’organisme malade est une autre réalité, n’importe quelle autre sauf la sienne. 

La maladie est évidemment le signe d’un conflit, qui se déroule à l’intérieur. 

Pour chaque maladie, il y a des dizaines, des centaines de fois où notre organisme l’a neutralisée avant qu’elle ne se déclare. Ce n’est que lorsque nous souffrons d’un conflit intérieur que le système immunitaire perd ses capacités de défense, de guérison et de mémoire silencieuses. 

Nous avons tendance à oublier que la paix est la norme.

Aujourd’hui, les gens sont profondément convaincus qu’un certain degré de conflit interne est normal. Le rythme trépidant du travail, de la vie, nous a accoutumé au tumulte. C’est nous qui avons déclenché la guerre. Vivre avec une peur constante, même sans avoir le cancer, n’est pas le signe d’une bonne santé. La guerre n’est pas finie, l’ennemi a simplement pris le maquis. 

La philosophie qui sous-tend le traitement du cancer est que l’esprit doit rester passif tandis que le corps est mis à sac. Un conflit ouvert est en réalité encouragé dans le système corps-esprit. Le tout n’est pas de savoir comment gagner la guerre, mais comment préserver la paix.

L’Ayurveda nous permet d’atteindre le niveau de conscience qui exorcise ce démon de la mémoire.

Il nous dit de chercher la cause de la maladie à un niveau plus profond de la conscience, qui nous mènerait vers la voie de la guérison.

Il est absolument normal d’être trop occupé pour être malade. C’est juste ce qui permet au système immunitaire de vivre en bonne intelligence avec son environnement. Lorsqu’on est simplement soi-même et non pas un “cancéreux”, la réaction en chaîne de la réponse immunitaire, avec ses centaines d’opérations, se déclenche alors, fermement décidée à l’emporter.

Mais si l’on se laisse envahir par un sentiment d’impuissance et de peur, cette chaîne se brise. Les neuropeptides associés aux émotions négatives se propagent, se fixent aux cellules immunitaires dont la réponse perd de son efficacité. (On n’en connaît pas l’explication, mais le déficit immunitaire de malades dépressifs est bien connu.) C’est là que naît le paradoxe : si l’on ne faisait pas toute une histoire du cancer, mais que l’on y réagissait comme à quelque chose de banal, on aurait les meilleures chances de se rétablir.  Mais le diagnostic du cancer fait que le patient se sent complètement anormal. Le diagnostic lui-même engendre le cercle vicieux.

Dr Deepak Chopra in “Le corps quantique”.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“RESTER EN BONNE SANTÉ : en général, cela dépend de chacun de nous. Un patient est autant responsable des causes de sa maladie que de sa guérison. Une alimentation immodérée et un mauvais comportement provoquent des maladies. Le mot comportement fait référence au comportement physique, mental et verbal. L’art et la manière d’agir, de penser et de parler jouent un rôle important pour la santé. La mission du médecin est d’éliminer les troubles dont souffre le patient, mais celui-ci doit prendre conscience des causes de sa maladie, à savoir son alimentation et son comportement. 

Il faut ensuite prendre en compte les facteurs écologiques. Préserver la pureté de l’environnement est un objectif essentiel. Les aliments que nous mangeons poussent dans la terre. Nous devons manger des aliments avec différentes saveurs : sucré, acide, amer, piquant, salé et astringent. Lorsque l’environnement est pollué, le blé, les fruits, les légumes le sont aussi. L’environnement est comme nos parents : comme des parents en bonne santé mettent au monde une descendance en bonne santé, notre mère Nature doit être en bon état pour nous approvisionner en produits sains.

Mais il est rare de vivre sans aucune maladie. Notre état de santé évolue en permanence et les maladies, auxquelles les individus sont plus ou moins prédisposés, apparaissent en fonction de la prédominance des humeurs - vent, bile phlegme - ou de leurs combinaisons. Les troubles restent donc latents jusqu’à ce qu’ils soient activés par des facteurs causals.”

D’après le Dr Tenzin Choedrak, médecin de S.S. le Dalaï-Lama.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je fais même partie de ceux qui pensent que c’est grâce à leur connaissance des plantes, de certains extraits d’animaux, et des vertus des minéraux, que les hommes ont pu survivre jusqu’à présent.

La médecine scientifique moderne veut nous faire croire qu’avant elle, les médecins étaient tous des charlatans, juste bons à poser des sangsues sur leurs malades et à leur administrer d’inutiles lavements : rien de valable n’aurait existé avant Pasteur et les antibiotiques. Au mieux, elle accepte de remonter à Ambroise Paré, médecin des rois de France à la Renaissance, désigné comme le père de la chirurgie moderne, ou encore d’inclure Hippocrate, médecin grec du Ve Siècle avant Jésus-Christ, il y a 2500 ans.

Mais l’homo sapiens a au moins 200 000 ans. Il a vécu 197 500 avant Hippocrate, et les anthropologues font remonter le genre « homo » à 3 millions d’années.

Alors de deux choses l’une :

1. soit les maladies qui nous affligent ne sont pas graves, peuvent guérir toutes seules pour la plupart. Sans aucun médicament, un nombre suffisant d’entre nous parviendraient, vaille que vaille, à l’âge adulte et à mettre au monde assez d’enfants pour assurer la survie de l’espèce. Toute la médecine moderne n’est au fond qu’une médecine de confort, plus ou moins superflue ;

2. soit l’humanité doit précisément son succès, et sa longévité, à sa capacité à se servir des plantes et des autres substances naturelles qu’elle a découvertes pour se soigner. C’est grâce à elles qu’elle est parvenue à échapper à une disparition certaine causée par les multiples infections, virus, cancers et autres maladies invalidantes en tout genre, qui compromettent toute chance de survie dans un environnement hostile (du type de ceux qu’habitaient les hommes primitifs).

La seconde possibilité est la seule cohérente avec les observations des paléo-anthropologues (qui étudient les hommes préhistoriques) et des ethnologues (qui étudient les tribus ayant conservé leur mode de vie traditionnel) : l’usage de poisons, potions, parties d’animaux et plantes médicinales (ou supposées telles), y est quotidien et généralisé.

Jean-Marc Dupuis.

Guérison ?

Voir les commentaires

malades ?

2 Janvier 2013, 10:48am

“Si vous êtes malades, c’est que vous entretenez un désordre en vous : vous avez nourri certaines pensées, certains sentiments, certaines attitudes et cela a fini par se refléter sur votre santé.

La meilleure arme contre la maladie, c’est l’harmonie : jour et nuit, pensez à vous synchroniser, à vous mettre en accord, en consonance avec la Vie tout entière, la Vie illimitée, la Vie cosmique. C’est cela la vraie harmonie.

S’harmoniser avec quelques personnes, sa femme ou son mari, ses enfants, ses parents, ses voisins, ses amis, c’est encore insuffisant : c’est avec la Vie universelle qu’on doit s’accorder.”

Omraam Mikhaël Aïvanhov.

malades ?

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14