Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

autotraitements

Soins préventifs et curatifs du cancer.

14 Novembre 2013, 08:27am

Publié par pam

Très bon article dans le blog Yog La Vie (http://yog-lavie.eklablog.com/) le 10 novembre sur la façon dont le cancer s'alimente. En réponse, en complément :

SOINS PRÉVENTIFS ET CURATIFS DU CANCER.

Pour certains chercheurs, le cancer est une maladie de l’âme avant d’en être une du corps... ou un symptôme du mal de civilisation.

Loi d’airain du cancer (Ryke Geerd Hamer) :

1- Le cancer est déclenché par un choc psychique brutal, un conflit aigu et dramatique vécu dans une situation de solitude qui ne permet pas d’exprimer son mal à d’autres personnes et qui hante le patient, nuit et jour, de manière durable. C’est le “Syndrome Dirk Hamer” ou DHS . Dirk est le prénom du fils de Hamer, mort accidentellement et responsable du cancer de Hamer et des découvertes qui lui ont permis de le traiter.

2- la teneur subjective du conflit, autrement dit la manière dont le sujet le ressent au moment du DHS, l’ambiance dans laquelle il se présente à lui au moment où il reçoit le “grand choc” détermine à la fois la localisation du cancer et la localisation de l’aire cérébrale qui, sous l’empire du choc, subit une rupture de champ. C’est cette aire cérébrale très localisée qui s’appelle le “foyer de Hamer”.

3- Il y a corrélation exacte entre l’évolution du conflit, celle du cancer dans l’organe, et celle du foyer de Hamer dans le cerveau, car la triade psychisme cerveau-organe est constamment synchronisée. “Tous les processus et phénomènes physiques sont reliés et coordonnés par le cerveau, qui est en quelque sorte le grand ordinateur de notre organisme. Le psychisme en est le programmeur, tandis que le cerveau et le corps constituent ensemble l’organe-cible.”

Quand le conflit est résolu, le foyer de Hamer se régénère par formation d’un œdème péri focal, tandis que les cellules, dont la prolifération anarchique était due à une erreur de codage du cerveau-ordinateur, cessent d’être envahies par des codes erronés et le cancer est stoppé.

La thérapeutique préconisée par le Dr Hamer consiste donc essentiellement à aider le malade à résoudre son conflit, qui est à l’origine de ce court-circuit au cerveau et responsable de la bio communication erronée à destination de l’organe correspondant au foyer de Hamer. “ Il est de plus en plus fréquent qu’un médecin diagnostique un cancer là où il s’agit de petites tumeurs désactivées depuis longtemps, certes visibles au scanner ou aux rayons X mais qui ne causent plus de malaise”. Ce docteur s’est bien entendu fait de nombreux ennemis économico-scientifiques... Mais la médecine quantique a démontré que “le niveau des pensées destructrices de l’homme est directement proportionnel au niveau de destruction de sa propre vie.”(“Médecine quantique” du Dr. Nadine Schuster. Ed. Guy Trédaniel). "Tout ce que l’homme crée mentalement et tout ce qu’il imagine est transféré par résonance. La notion de transmission cellulaire étant méprisée en médecine…" idem.

Ne sont pas en cause que les seules résonances environnementales (pollutions chimiques, électromagnétique, radioactive). Il faut prendre en compte les résonances culturelles, notamment la manipulation mentale. “La peur, le doute, l’angoisse, manipulent son état d’esprit : il cogite sans cesse et tourne en rond dans sa tête. La méfiance et la peur auto-alimentent d’autres peurs et menaces. Il s’agit d’une résonance négative”. “Évacuer la cause ou plutôt les différents mécanismes d’autodestruction de l’être humain, c’est d’abord prendre conscience que l’homme se sent seul, abandonné, inconsciemment, dans l’immensité de l’univers”. Idem. Cette sensation diffuse a un énorme impact psychique et moral sur toutes les parties communicantes de l’organisme, y compris les globules blancs qui circulent dans toutes les zones irriguées par le sang.

Le Dr Chopra, endocrinologue américain, signale la présence de “récepteurs cérébraux” sur les globules blancs, ce qui signifie que l’intelligence n’est pas l’apanage du seul système nerveux central. “ Si le fait d’être triste, heureux, pensif ou excité nécessite la production de neuropeptides et de neurotransmetteurs dans les cellules cérébrales, les cellules immunitaires doivent alors présenter la même aptitude à être heureuses, tristes....” Un choc psychique pourrait donc déclencher un immense stress psychosomatique à tout l’organisme, quasi instantanément. Il est fort probable que l'auto-guérison se produit aussi rapidement, quand l’origine psychique du problème est désactivée dans le mental et l’affectif du sujet. “ L’homme est en interaction avec son environnement global. Il est donc important de le soigner au sein même de cet environnement au sein même des véhicules réels de l’information de la vie (ADN, enzymes, acides aminés, bactéries...). Tout être vivant échange de la matière et de l’énergie avec son environnement : il s’agit de créer un nouveau mode d’investigation biologique et clinique en rapport avec cet échange d’énergie.”.... notre environnement actuel est trop éloigné de la nature, celle-ci étant remplacé par la pollution de l’environnement urbain et industriel.

D’autre part on peut supposer que la dénaturation des sucres que nous consommons pourrait être responsable d’une dégénérescence chimique et vibratoire du terrain... La solution est entre les mains des chercheurs et la correction dans le choix d’aliments bio.

Selon le WCRF (World Cancer Research Fund) , en France, près de la moitié des 200 000 cas annuels de cancer pourrait être évitée par la consommation de 5 fruits et légumes par jour minimum. Donc le retour à une alimentation naturelle, car il va de soi que les différents traitements chimiques infligés à notre alimentation font perdre aux aliments leurs valeurs nutritives et thérapeutiques.

Jean-Marie Pelt : "Il est surprenant de constater que dans l’évaluation de la qualité des légumes, ne sont jamais pris en compte leurs constituant minoritaires, or ces principes jouent un rôle essentiel dans les propriétés thérapeutiques des plantes. Pourquoi l’homme détruit-il ses propres “médicaments” ? Pour vendre ceux que fabrique l’industrie pharmaceutique…"

Produits à éviter : les polluants (fertilisants, anti parasitaires, peintures, colles, édulcorants, agents de texture, de couleur, de saveur), les médicaments lourds (benzodiazépines), ou susceptibles d’affaiblir ou de dénaturer le terrain (antibiotiques, œstrogènes)...le tabac.

Produits dont il faut réduire la consommation : alcool, sucreries, produits raffinés.

Principaux aliments préventifs : fruits et légumes riches en fibres et/ou en vitamines et oligo-éléments, notamment carottes, agrumes, kiwis, argousier, thé vert, eaux à haute résistivité (Mont-Roucous), sels électrolytiques (sels de l’Hymalaya). Métaux et métalloïdes.

Préventifs et curatifs naturels :

- Cartilage de requin : réduit la nutrition des cellules cancéreuses en diminuant leur vascularisation.

- DHEA (déhydroépandiostérone) : hormone anti-dégénérescence qui serait capable de ralentir l’évolution de certains cancers.

Propriétés : Optimisation de la qualité du sommeil et de la réponse au stress, de la mémoire et des fonctions cognitives.

Réduction des pathologies cardio-vasculaires (- 48 % chez les sujets traités).

Amélioration de l’espérance de vie (- 36 % de mortalité).

Diminution de l’agrégation plaquettaire (- 50 %).

Action inhibant le développement des cellules cancéreuses.

Accélération de la fonte graisseuse (lipides convertis en énergie et non stockés).

Action constante sur l’équilibre de la femme ménopausée et amélioration de l’ostéoporose.

Immunostimulation générale (lutte anti-infectieuse).

Dosages : 25 mg/jour chez les femmes et 50 mg/jour chez les hommes.

Pas avant 35 ans, ni pendant une grossesse.

Molécule naturelle donc non brevetable, elle n’est pas autorisée en France....

Le yam serait son précurseur et cofacteur.

- Glutathion : tripeptide constitué de trois acides aminés. Une complémentation en vit A,C,E, et sélénium nous aide à le synthétiser.

- Pao Pereira ou poirier du Brésil : propriétés anticancéreuses établies (pas assez de Pao pour tout le monde !! d'où nécessité de synthétiser la molécule active).

- Vit B17 : ou laetrile, est présente dans l’amande du noyau d’abricot. En association avec la vit C, elle ne s’attaquerait qu’aux cellules cancéreuses, car elle a besoin de l’enzyme glucosidase qu’elles contiennent pour libérer son cyanure.

- Autres : Indium, maïta, mélatonine, shiitake, sélénium, vit C.

Soins préventifs et curatifs du cancer.

Voir les commentaires

Roue de la médecine et spirale jardinière...

9 Novembre 2013, 09:00am

Publié par pam

“Le principe de base de la médecine cherokee, c’est que chaque personne est unique. Son traitement doit donc être unique lui aussi et étroitement adapté à son tempérament. Chaque personne a des esprits auxquels elle peut faire appel, une herbe qui lui convient tout particulièrement. De plus, c’est une médecine globale. Nous soignons l’homme total en évitant de séparer le physique, le mental et le spirituel. La médecine devient ainsi une philosophie. Nous insistons beaucoup sur le fait que chacun doit se sentir responsable de sa propre santé, et que, pour cela, il doit se connaître, apprendre à savoir ce qui est bon pour lui. C’est vraiment une médecine équilibrée et extrêmement puissante.

Nous commençons toujours une réunion en saluant les quatre directions dans le sens des aiguilles d’une montre. Cela constitue ce que nous appelons la roue de la médecine.

Nous commençons par l’est qui représente le chemin du soleil, la voie spirituelle et, en même temps, le respect pour tout ce qui vit, qu’il s’agisse des animaux, des oiseaux, des fleurs, des minéraux, et bien entendu de nos frères et sœurs les humains. La couleur de l’est est généralement le jaune et quelquefois le rouge.

Nous nous tournons ensuite vers le sud qui représente le chemin de la jeunesse et de l’innocence. Le cercle de la famille est à l’image du cercle de la vie. Cette direction donne de l’énergie aux forces vitales. Le sud est aussi le chemin de la paix qui consiste à apprendre à connaître les autres, à les respecter, à connaître les plantes et à les utiliser, à connaître les jeunes et à savoir les éduquer. La couleur du sud est le vert de la vie nouvelle ou le blanc de la pureté et de l’innocence des jeunes enfants.

L’ouest est la direction de la médecine physique, de la guérison par les mains, de la relaxation, de la méditation, de la conscience de soi-même, de l’entretien du corps. Tournés vers cette direction, les Anciens apprennent aux enfants à s’estimer eux-mêmes, à se contrôler et à établir de bonnes relations avec les autres. La couleur de l’ouest est le noir. Elle symbolise l’aspect sacré de la vie.

Le nord est la direction du calme, de la tranquillité et du partage. Il s’agit d’élever la conscience à son plus haut niveau de réceptivité. Et aussi d’aider les autres à prendre conscience de leurs responsabilités. L’image qui revient le plus souvent lorsqu’on pense au nord est celle de deux personnes qui se tiennent par la main sur un sentier de montagne. La couleur du nord est le blanc. Elle symbolise le calme et la pureté de l’esprit.

Le cercle de la vie entoure les quatre directions qui représentent l’équilibre et l’harmonie. Nous sommes tous reliés et nous avançons tous sur le chemin de la renaissance et du renouvellement. Équilibre, harmonie, n’est-ce pas ce dont notre monde a le plus besoin ?

Le chaman a le pouvoir de guérir mais aussi, trop souvent, de jeter de mauvais sorts. Une personne spirituelle ne fait pas cela.

Lorsque nous prononçons le mot “spirituel”, nous ne faisons pas référence à une religion. Sur la roue de la médecine, la direction de l’est nous aide à prendre conscience que nous sommes spirituels tout comme nous somme physiques. Il se trouve que je suis en ce moment dans un corps physique mais je suis aussi relié aux esprits de tous ceux qui sont venus avant moi sur la terre. Tous ces messages se trouvent dans l’ADN que je porte en moi. Nous comprenons la spirale de l’ADN : les Anciens parlent depuis toujours de la spirale de la vie et de tous les messages que nos transmettent ceux qui sont venus avant nous.

Nous ne parlons pas de réincarnation mais de transfert de l’esprit.”

Roue de la médecine et spirale jardinière...

“Chaque geste que nous faisons a une résonance spirituelle. Quand les gens veulent m’aider à arracher les “mauvaises herbes”, je les invite à se demander ce qu’ils doivent arracher à l’intérieur d'eux-mêmes. Quand ils sèment, ce qu’ils voudraient semer à l’intérieur d’eux-mêmes.

Nous avons perdu, nous, cette capacité à remercier pour tout ce qui nous est donné. Nous ne savons qu’abuser des cadeaux reçus. Pour moi, faire le jardin à la manière indienne, c’est remercier sans cesse pour l’abondance et la beauté, c’est faire de cette terre un lieu d’harmonie en même temps qu’un lieu de production.

Faire un jardin, cela n’a l’air de rien mais je suis persuadée, comme la plupart des Anciens, que les temps sont en train de venir où il nous faudra être capables de cultiver nous-mêmes notre propre nourriture.

Nous plantons en spirale car pour nous elle est très importante. C’est la spirale d’énergie qui monte de la terre et qui descend du ciel. Et aussi la spirale du cœur. En nous, l’ADN est une spirale. Ma vision de ce jardin a donc été celle d’une spirale qui monte de la terre. Elle monte en beauté à partir du centre et tourne autour des légumes et des fruits pour arriver jusqu’à nous. Je fais d’autres jardins sans spirale car c’est long et compliqué, l’essentiel est de comprendre qu’il s’agit toujours d’un espace sacré. J’invite les gens à entre par l’est pour amener l’énergie avec eux, à tourner dans le jardin dans le sens des aiguilles d’une montre.

Roue de la médecine et spirale jardinière...

Pour faire un jardin il faut savoir prendre son temps, il ne faut rien brusquer, rien bousculer, car tout ce qui vit à une âme, même le plus humble brin d’herbe.

Réaliser cela et le vivre dans la profondeur de mon être a été pour moi une extraordinaire révélation et une révolution dans ma vie.”

D'après Cartier “Les gardiens de la terre”.

Roue de la médecine et spirale jardinière...

Voir les commentaires

Votre meilleur thérapeute, c’est vous.

6 Novembre 2013, 08:39am

Publié par pam

“Votre meilleur thérapeute, c’est vous.”

Recourez à vos propres énergies afin de résoudre un problème plutôt que de masquer les symptômes en prenant des médicaments et préoccupez-vous de leurs effets secondaires. Certaines personnes recourent à des médecines naturelles en attendant une opération et se rendent compte que la chirurgie n’est plus nécessaire.

On attend davantage de la médecine que d’être pris en charge passivement par une autorité supérieure. Nous voulons être considérés comme un tout (corps, esprit, âme), nous cherchons un thérapeute qui nous écoute parler de notre problème de santé, nous voulons être traités, pas que les symptômes soient masqués et les causes ignorées, nous voulons être impliqués activement dans notre guérison, nous cherchons des soins moins agressifs, nous savons que le coût élevé de certains médicaments n’est pas forcément proportionnel à son efficacité, nous savons que les médecines naturelles sont douces, sûres et efficaces."

Helena Bridge.

Votre meilleur thérapeute, c’est vous.

Voir les commentaires

vivre ou souffrir, souffrir et vivre...

30 Octobre 2013, 07:11am

Publié par pam

ce matin, en petit déjeunant, par hasard... mais y a t'il hasard.... je vais visiter le site de Mathieu Ricard et je lis cela :

Témoignage d’Eve -1

Ce témoignage fut offert par ma sœur, Eve Ricard, lors des journées Émergences 2013, à Bruxelles, consacrées à la « joie dans l’adversité ».

Il y a 23 ans mon corps a commencé à perdre de sa souplesse, mes gestes à devenir plus lents. J’avais du mal à tenir mon stylo. J’ai attendu deux ans pour consulter. Quand on m’a appris que j’avais la maladie de Parkinson il y a eu en moi comme une déflagration. Tout a volé en éclats : mes habitudes, mes préjugés, mes peurs. On me dit que cette maladie est évolutive et qu’on ne sait pas la guérir. Cela ébranla mon être dans son entier cela m’obligea à réagir très vite, à savoir ce que je voulais et ce que je ne voulais pas.

Comment continuer à vivre ? Comment continuer à être avec les autres ?
Aujourd’hui je sais que j’ai une maladie et pourtant je ne suis pas cette maladie et je ne le serai pas.

À un mot près tout change. Le choix des mots entre avoir et être : « j’ai » la maladie de Parkinson et non « je suis » parkinsonienne.

Mes gestes se bagarrent avec une squatteuse cependant mon être reste intègre, mon esprit n’est pas malade. J’aménage ma vie, ma pensée, mon regard, mes liens, avec cette maladie dégénérative.

Que faire quand on est privé du geste ? Peut-on vivre autrement ? Peut-on créer autrement ? Que signifie cette différence ? Où commence la différence ? Quelles victoires possibles ? Si on se bat, c’est pour une guérison. La victoire ne sera pas celle du corps mais celle intime et spirituelle de l’esprit.

Face à cette maladie je ne vais plus penser à ce qui me fait défaut mais à la chance de vivre au quotidien ; sans attente, c’est l’arrêt des peurs. Ce qui a été s’efface et l’avenir ne viendra que plus tard.

Aujourd’hui, j’aide ma vie car il n’y a sans doute étrangement pas d’autre sens à la vie que d’aider la vie. Je marche mal… et alors ! Je souffre la nuit… Qu’importe ! Chaque matin s’ouvre sur un jour où je vais aimer, partager, désirer, rêver. Je bénis doublement l’instant, ce présent sans cesse renouvelé qui fait du temps une profondeur, non une durée.

À l’avant du bateau je navigue à vue attentive aux bancs de sable et aux rochers. Cela me demande de la vigilance à la fatigue par exemple.

Vingt-trois ans que je suis sur cette embarcation à la navigation très personnelle. J’ai connu des jours de gros temps sans me dire que je passais un cap sans retour. Je cherche seulement d’autres façons de naviguer. Des voies nouvelles m’ouvrent le passage.

Je danse, la musique épouse le corps, le prend dans son rythme, le geste devient spontané.

Autrement il faut penser mon geste, surveiller ma gestuelle pour garder les automatismes en mémoire ; je me dis que le cerveau peut être sollicité de mille façons qui sont propres à chacun.

La croyance commune est que la maladie a prise sur nous et non pas nous sur elle. L’esprit serait-il alors soumis au corps souverain.

En nous, hors de nous, autour et partout : une seule et même énergie. Ni bonne ni mauvaise : bonne et mauvaise. Offrir ou prendre reviennent comme la lumière du jour. Avoir l’avantage, c’est connaître sans voile son adversaire. Face à la peur vient l’abandon de la peur.

Notre esprit perçoit et interprète le monde et nous permet de transformer la qualité de chaque instant de notre existence.

(à suivre)

À lire: Ricard, E. (2012). La Dame des mots. Editions Nil.

Ce matin, c'est mon premier jour de cure, hier 4 heures de voiture ont permis à mon dos de reprendre le dessus, m'empêchant de dormir, de vivre me semblait-il...

vivre ou souffrir, souffrir et vivre...

Du coup, me voici vous parlant de cette cure que je pensais garder pour moi ! non non pas cure de désintox !!! je ne bois pas et je ne suis pas tout à fait prête pour l'arrêt du tabac !!! non, non cure thermale...

je n'aurai jamais pensé faire ça un jour, me retrouver curiste chez les curistes dans une "ville d'eaux". Je voyais ça comme un truc de vieux (qui a dit : tu n'as plus 17 ans ?? que j'l'éclate) un truc de bourge (pas de commentaires ??) un moyen de creuser le trou de la secu...

Et puis l'an dernier, en désespoir de causes, j'écoute mon amie toubib et je pars trois semaines, dubitative, désespérée, douloureuse, résignée...

En arrivant, impossible de ne pas immédiatement relativiser : fauteuils roulants sur les trottoirs, sur la route, aides, accompagnants, on regarde ces deux jambes qui portent, fonctionnent, on monte quelques marches, seule, on reprend conscience de ce qui reste efficient, on se rappelle qu'à trente ans on ne pensait pas dépasser les cinquante... en tout cas debout... et on marche encore, toujours autonome, même limitée on peut continuer de vivre et fonctionner seule.

Ca fait du bien d'autoriser les autres à vous aider, à s'occuper de vous, à vous masser.

Ca fait du bien de s'offrir du temps pour soi, pour aller mieux.

Et dès les premiers jours on peut reprendre des activités physiques auxquelles on avait renoncé : gym, stretching ou autre pendant une heure au milieu d'un groupe, marche à pied... et de retour à la maison, à condition de se tenir à une vie saine, reviennent les activités abandonnées à grand coup de chutes de moral : bricolage, jardinage...

En bref, je suis revenue cette année, et si je ne lâche pas mon clavier dans l'instant, je commencerai en retard ce qui me réjouis après que je m'en soies moquée...

aucun rapport... tant pis !!!

Voir les commentaires

avocats et antioxydants...

17 Octobre 2013, 07:42am

Publié par pam

Il existe un moyen simple d’augmenter considérablement votre taux d’absorption des antioxydants : manger vos fruits et légumes avec un corps gras. Pas nécessairement du beurre ou de la charcuterie : de nombreux aliments contiennent de bonnes graisses et vous pouvez facilement les manger avec vos fruits ou ajouter à vos plats de légumes : il s’agit des fruits à coque (noix, amandes, noisettes…), de l’avocat (ou l’huile d’avocat), des olives, ainsi que toutes les graines (courge, graines de lin broyées, graines de tournesol).

Dans une étude réalisée avec de l’avocat, les chercheurs ont constaté qu’en consommer en même temps que des crudités dans une salade multiplie :

  • le taux d’absorption du lycopène par 4 (le lycopène est un antioxydant que l’on trouve dans les tomates) ;
  • le taux de bêta-carotène par 2,6 (le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A que l’on trouve en abondance dans les carottes et dans une moindre mesure dans les légumes verts à feuille).

L’avocat est très riche en acides gras, mais ce sont de bons acides gras, nécessaires à votre santé.

Lorsque c’est de l’huile d’avocat qui a été ajoutée aux crudités, ils ont constaté une multiplication :

  • du taux d’alpha-carotène par 7,2 ;
  • du taux de bêta-carotène par 15,3 ;
  • du taux de lutéine par 5,1 (la lutéine est un antioxydant rouge-orangé que l’on trouve dans le jaune d’œuf, le maïs, les carottes, les épinard et l’oseille, et qui protège en particulier la rétine).
  • Truc pour que vos avocats soient toujours bons

    Les avocats sont aussi une puissante source d’acides gras mono-insaturés qui contribuent à :

    • contrôler la glycémie (sucre sanguin) ; (2)
    • entretenir la paroi des artères ; (3)
    • réduire l’hypertension artérielle. (4)

    A noter que les avocats sont pleins de vitamines très importantes :

  • la vitamine K est importante pour la coagulation du sang. Elle contribue aussi à la solidité de vos os ;
  • Les folates, ou vitamine B9, sont importantes pour une bonne reproduction cellulaire et le développement de vos tissus ;(Lire la suite:http://www.santenatureinnovation.fr/
    Source:Jean-Marc Dupuis

Voir les commentaires

vieillir n'est pas une maladie !

4 Octobre 2013, 08:28am

Publié par pam

On peut limiter les effets du vieillissement.

Le processus est tributaire de la production des radicaux libres (trop de soleil , de médicaments, mauvaise alimentation...) et de la diminution physiologique en antioxydants des cellules plus âgée qui se défendent moins bien (faiblesse immunitaire).

Il faut diminuer les premiers (agir sur le mode de vie) et augmenter les seconds : par l’alimentation et une supplémentation si nécessaire. 100 % des personnes âgées sont carencées en vit E, pourtant le meilleur protecteur contre les radicaux libres. importance d’une alimentation riche et variée, d’exercice physique et intellectuel, d’un apport accru en calcium et protéines.

Baisse de tonus : vit C, B et magnésium.

Troubles de la mémoire : vit B.

Déprime : vit B9 et B12.

Fonte musculaire : protéines.

Diminution des réactions de défense : vit C, magnésium et zinc.

Peau sèche : acides gras essentiels et zinc.

Chute des cheveux, ongles cassants : acides aminés soufrés, vit B6 et zinc.

Chez les personnes plus âgées, comme les problèmes de santé sont plus anciens, il faut plus de temps pour les ramener à un stade où la guérison est possible.

Les “vieux qui ont l’air jeunes”, ventre plat et dos droit, sont rarement malades. L’optimisme, la gaieté, l’ouverture d’esprit sont essentiels à la fois à la santé et au retardement du vieillissement. Avec l’âge, les troubles du comportement alimentaire augmentent, soyez vigilants à l’apport d’antioxydants, bougez au maximum de vos possibilités pour retrouver l’appétit.

Mangez sain, ni trop ni trop peu et pensez à boire même si vous n’avez pas soif.

Les mauvaises habitudes posturales que nous acquérons en vieillissant peuvent influer sur la santé, mais elles peuvent être corrigées par le biais d’une rééducation physique. Il faut cependant être prêts à modifier radicalement sa façon de se mouvoir et de penser. Au début il faut libérer la tension accumulée dans les endroits crispés, puis atteindre un équilibre en déployant le minimum d’efforts.

“Malgré le peu de progrès fait par la gérontologie, elle a démontrée que de nombreux symptômes de sénilité qu’on pensait définitifs sont réversibles. Ils ne sont pas les signes d’une dégénérescence du cerveau mais viennent d’une mauvaise alimentation, de la solitude, de la déshydratation, de facteurs liés à l’environnement de la personne. Le vieillissement comporte un facteur choix important. Il est contrôlé par la conscience. Quand, grâce à la transcendance, l’activité mentale cesse, avec elle cesse l’activité cellulaire, retardant le vieillissement. Il suffit de ne pas se programmer à dégénérer avec l’âge. Il suffit donc d'élargir sa conscience pour vivre plus longtemps.

Ce qui rend la vie insupportable, c’est de se sentir prisonnier de son corps."

Deepak Chopra in “Le corps quantique”.

vieillir n'est pas une maladie !

Pour améliorer le vieillissement de la peau :

Vitamines E et A, huile de bourrache, antioxydant, sélénium.

Voir les commentaires

Crudivorisme...

26 Septembre 2013, 08:23am

Publié par pam

Changement d'alimentation depuis plusieurs mois : j'ai fortement diminué viande, laitages (sauf fromages de brebis), gluten. Je me suis offert un extracteur de jus et je me régale de jus de fruits et de légumes (+ herbes du jardin). Tout cela sans excès, sans exagération, ce qui veut dire que je suis cela à environ 80 %. Je sais que pour certains le gluten et les laitages même en très petites quantités peuvent déclencher ou faire redémarrer un problème de santé... mais à part de gros problèmes de vertèbres et d'os en général, je vais bien, ce sont plutôt une curiosité, une envie par goût et le souhait de comprendre le choix de certaines amies qui m'ont incitée à tester ce "régime".

Quelques remarques :

- c'est plus simple à faire quand on vit seul... !

- remplacer la centrifugeuse par l'extracteur de jus est vraiment un bon investissement : les goûts sont plus subtils, l'extraction plus complète et on peut aussi faire des purées de noisettes, amandes... délicieuses (et moins chères qu'en magasin bio), des pâtes...

- trouver des protéines n'est pas un problème : soja, graines, fromages de brebis, poissons gras.... le choix reste vaste !

- ma toubib, inquiète, m'a prescrit une analyse de sang : résultats positifs, aucun changement par rapport à l'an dernier, je manque toujours de vitamine D comme la plupart des gens d'ailleurs, à moi de compenser (huile de foies de poissons, poissons gras, champignons...). Voilà pour rassurer le inquiets et faire taire les critiques !!

- Brune (10 ans) et Marius (7 ans) sont venus passer 24 heures, ils ont adoré composer leurs jus de fruits, découvrir le pain aux fleurs à la châtaigne, et ils sont habitués à manger des légumes et herbes du jardin, c'est devenu un jeu depuis qu'ils sont tout petits et hier ils ont encore pu trouver des mûres, leurs jus étaient si colorés qu'on a joué à "je bois du vin"! Où est l'image ancienne des végétariens coincés, tristes et austères....?

- plus sérieusement et c'est l'essentiel : en quelques jours j'ai senti une amélioration physique très nette, beaucoup moins de douleurs, beaucoup plus d'énergie vitale, de sérénité même. Et même si j'ai la chance de n'avoir jamais eu de problèmes de poids, j'ai perdu les deux kilos de mauvaises graisses accumulées au fil des ans. Je pense sincèrement que même si vous n'en voyez pas l'intérêt, si ça vous semble compliqué ou limitatif, chacun gagnerait à au moins faire l'essai, quelques jours, pour voir...

Crudivorisme...

Pour conclure, je suis ravie de cet essai qui va perdurer j'en suis sûre. Mes disgressions se font de plus en plus rares (un passage à la pâtisserie, à la coop d'agriculteurs bio du coin pour une tranche de viande ou de charcuterie) mais peut être que d'avoir dès le début choisi de ne pas faire un changement radical et extrémiste m'a permis non seulement de "tenir" mais surtout sans manques, sans regrets, sans contraintes.

Je sens quand je parle à ceux qui me demande des soins et à qui maintenant je suggère de tester l'arrêt du gluten ou des laitages ou de la viande au moins 10 jours, au moins l'un des trois à tour de rôle par exemple pour commencer, que cela fait écho. Non par mode mais pour vivre plus en conformité avec ses idées.

L'an dernier, à force de scandales alimentaires, d'émissions trop bien structurées et informatives sur Arte ou la 5, d'articles dans les journaux ou sur le net, je me retrouvais régulièrement à ne plus savoir quoi acheter, quoi consommer, tout me dégoûtait, aujourd'hui quand j'ouvre mon frigo, la profusion de fruits et de légumes, de couleurs, de fraicheur me ravit, je me fais plaisir avec une tartine (sans gluten) de pâte d'anchois maison, d'olives, de purée d'amandes au miel ! Chaque jus est une découverte car les mélanges sont infinis, aucun risque de lassitude donc.

Et, cerise sur le gâteau (sans gluten ni laitages !), je ne cautionne plus (ou encore moins) l'industrie agro-alimentaire, les faiseurs de profits financiers sur le dos de notre santé, je ne participe plus à l'horreur des pratiques des producteurs de viande.

En bref, la vie est belle et j'ai la pêche !

À vous de tester si ce n'est déjà fait et vous m'en direz des nouvelles !

Voir les commentaires

au sujet de la douleur physique...

25 Septembre 2013, 07:48am

Publié par pam

Comment faire face à une douleur physique qui nous accule aux limites du tolérable?

1° distinguer douleur physiologique et souffrance mentale et émotionnelle que la première engendre. Du point de vue neurologique, on sait que la réaction émotionnelle à la douleur varie de façon importante d’un individu à l’autre, et qu’une part considérable de la sensation douloureuse est associée au désir anxieux de la supprimer. Si nous laissons cette anxiété submerger notre esprit, la plus bénigne des douleurs devient vite insupportable. Notre appréciation de la douleur dépend donc aussi de notre esprit : c’est lui qui réagit à la douleur par la peur, la révolte, le découragement, l’incompréhension ou le sentiment d’impuissance, de sorte qu’au lieu de subir un seul tourment, nous les cumulons. Comment, dès lors, prendre en main la douleur au lieu d’en être la victime ? Que l’on sombre dans le découragement le plus total ou que l’on conserve sa force d’âme et son désir de vivre, dans les deux cas la douleur subsiste, mais, dans le second, on sera capable de préserver sa dignité et sa confiance en soi, ce qui fait une grande différence.

À cette fin, le bouddhisme a élaboré différentes méthodes : l’une fait appel à l’imagerie mentale en vue de modifier la perception de la douleur, une autre permet de transformer la douleur en s’éveillant à l’amour et à la compassion, une 3° consiste à examiner la nature de la souffrance et, par extension, celle de l’esprit qui souffre.

Les scientifiques ont montré que dans 85 % des cas, le recours aux méthodes mentales augmente la capacité à supporter la douleur, l’imagerie mentale étant la plus efficace, variant selon les supports visuels. Autres méthodes : concentration sur un objet extérieur, pratique d’un exercice répétitif, acceptation consciente de la douleur. L’imagerie mentale mobilise davantage l’attention et est ainsi plus apte à distraire le malade de sa douleur.

La seconde méthode permettant de gérer la souffrance physique mais aussi morale, est liée à la pratique de la compassion. C’est un état d’esprit fondé sur le souhait que les êtres soient délivrés de leurs souffrances et des causes de leurs souffrances. Il en résulte un sentiment d’amour, de responsabilité et de respect à l’égard de tous. Imprégné d’altruisme, nous cessons de nous demander avec amertume : “Pourquoi moi ?”. Lorsque nous sommes totalement absorbés par nous-même, nous sommes vulnérables et devenons facilement la proie du désarroi, de l’impuissance et de l’angoisse. Mais lorsque, par compassion, nous éprouvons un puissant sentiment d’empathie face aux souffrances des autres, la résignation impuissante fait place au courage, la dépression à l’amour, l’étroitesse d’esprit à une ouverture envers tous ceux qui nous entourent.

La 3° méthode est celle des contemplatifs : moins évidente, nous pouvons nous en inspirer pour réduire nos souffrances physiques et mentales. Elle consiste à contempler la nature de l’esprit qui souffre. Il faut simplement regarder la douleur, chercher sa couleur, forme, caractéristique. On s’aperçoit alors que les contours de la douleur s’estompent à mesure qu’on tente de les cerner. La nature fondamentale de l’esprit est cette pure faculté de connaissance. Détendons notre esprit et essayons de laisser la douleur reposer dans cette nature claire et inaltérable. Cela nous permettra de ne plus être la victime passive de la douleur, mais, peu à peu, de faire face et de remédier à la dévastation qu’elle engendre dans notre esprit. Lorsque l’esprit s’examine lui-même, que peut-il apprendre sur sa propre nature ? I° chose, les courants de pensées qui ne cessent de surgir presque à notre insu, innombrables, entretenus par nos sensations, nos souvenirs et notre imagination. Mais quelque soit le contenu des pensées, une qualité de l’esprit reste toujours présente, c’est la conscience première qui sous-tend toute pensée et demeure tandis que, pendant quelques instants, l’esprit reste tranquille. Cette faculté, présence éveillée, est la conscience pure, qui peut exister en l’absence de constructions mentales.

On dit que l’esprit est vide d’existence propre, cette notion de vacuité des pensées est très étrangère à la psychologie occidentale. Utilité : lorsque qu’une puissante émotion ou pensée surgit, colère par ex., nous sommes très facilement submergé par elle, elle s’amplifie et se multiplie en nombreuses autres pensées qui nous perturbent, nous aveuglent et nous incitent à prononcer des paroles, commettre des actes qui font souffrir les autres et seront bientôt pour nous source de regret. Au lieu de laisser se déclencher ce cataclysme, on peut examiner cette pensée au départ pour s’apercevoir que ce n’est que du vent, et ainsi s’affranchir de l’emprise des émotions perturbatrices. Autre avantage à mieux appréhender la nature fondamentale de l’esprit : si l’on comprend que les pensées surgissent de la conscience pure, puis s’y résorbent, comme les vagues de l’océan, on a fait un grand pas vers la paix intérieure. Les pensées auront perdu une bonne part de leur pouvoir de nous troubler. Lorsqu’une pensée surgit, essayons d’observer sa source, quand elle disparaît, demandons-nous où elle s’est évanouie. Dans le laps de temps où notre esprit n‘est pas encombré de pensées discursives, ne perçoit-on pas une conscience pure et lumineuse qui n’est pas modifiée par nos fabrications conceptuelles ? Procédant ainsi, par expérience directe, nous apprendrons à mieux comprendre ce que le bouddhisme entend par nature de l’esprit.

En restant dans cet état de présence éveillée, la douleur physique semble alors très lointaine, et n’empêche pas de conserver sa paix intérieure. Des tibétains emprisonnés, torturés, revenaient toujours à la méditation sur la paix intérieure et la compassion, et c’est elle qui avait préservé leur désir de vivre et les avait finalement sauvés.

Quand on a trouvé le bonheur en soi, rien ne peut nous l’enlever, ni la vie ni la mort.

d'après Matthieu Ricard in "Plaidoyer pour le bonheur".

au sujet de la douleur physique...

Voir les commentaires

souplesse et douleurs...

17 Septembre 2013, 07:34am

Publié par pam

“S’occuper de son corps, c’est le libérer. S’occuper de son corps et de son apparence, se masser et assouplir ses articulations reste peu pratiqué chez beaucoup d’Occidentaux encore victimes de l’influence judéo-chrétienne selon laquelle le corps n’est que tabou et salissure.

Vivre dans un corps qui fait souffrir et rend les mouvements pénibles, ce n’est pas vivre dans le repos et la liberté, ni dans la dignité et l’indépendance. C’est être esclave de soi, mais un esclavage que personne ne vous a imposé. Il faut donc apprendre (réapprendre) à se modérer, s’assouplir, se nettoyer, se purifier et se discipliner. Le corps ne doit pas encombrer l’âme. Il doit rester disponible pour l’activité intellectuelle et le domaine spirituel.”

D. Loreau in “L’art de la simplicité”.

souplesse et douleurs...

et n'oubliez pas l'harpagophytum (en teinture mère par exemple), commencez la journée par une séance de do-in shiatsu, concoctez-vous un enchainement de mouvements de gym douce, mangez sainement et pensez à vous faire chaque jour un cadeau !

souplesse et douleurs...

Voir les commentaires

se soigner par l'alimentation

14 Septembre 2013, 08:53am

Publié par pam

Daniel Kieffer : “Encyclopédie de revitalisation naturelle” :

Substances antioxydantes diverses :

- INDOLES : brocoli, moutarde, choux de Bruxelles, radis, navets, choux...

- BETAÎNE : betterave.

- LÉCITHINE : soja, jaune d’oeuf.

- ACIDES AMINÉS SOUFRÉS : jaune d’oeuf, légumineuses, levures et aussi poissons, fruits de mer, viandes, oléagineux.

- SULFORAFANE : brocoli, artichaut.

- TAURINE : cœur, cervelle, moules, huîtres et aussi viandes, autres fruits de mer, escargots.

- BIOFLAVONOÏDES : thé vert, propolis et aussi tous les fruits et légumes colorés.

- POLYPHÉNOLS : vin rouge, thé vert et aussi jus de raisin rouge, baies de sureau et d’aubépine, grenade.

- QUERCÉTINE : oignons jaunes et rouges et aussi échalote, courgette, brocoli, sardine, arachide, pistache, raisin rouge.

- Q 10 / UBIQUINONES : noix, sésame, soja, maquereau, sardine, bœuf, porc, algues et aussi avocat, asperges, brocoli, arachides, pistache.

- GLUTATHION : melon d’eau, pastèque, brocoli, tomate crue, pèche, avocat et aussi pomme de terre, courge, choux-fleurs, pamplemousse rose.

- ACIDE ELLAGIQUE : fraises, framboises, mûres, cassis.

- ACIDE CHLOROGÉNIQUE : artichaut.

- ACIDE GALLIQUE : céréales complètes.

- PROBIOTIQUES ET PRÉBIOTIQUES : K-philus, lait de jument et aussi moût de pain, kéfir, tous produits lacto-fermentés, pollen frais, fruits.

Des repas antistress correctement élaborés pour une santé responsable au quotidien : régime crétois, french paradox, régime hypotoxique, régime biologique humain.... une alimentation saine devient une authentique ordonnance dans l’assiette, préventive et auto curative, pharmacodynamique.

Apports quotidiens :

- Fruits : au moins deux fois par jour.

- légumes crus variés : au moins 1 / jour.

- Légumes cuits.

- Oléagineux : en entrée, en-cas, dessert : 1 cuillère à soupe à mâcher soigneusement.

- Protéines : poissons ou coquillages (surtout huîtres), ou œuf, ou fromage, ou viande blanche de temps en temps.

- Quelques fromages frais ou spécialité K-Philus.

- Fruits séchés.

- Céréales complètes ou semi-complètes.

- Légumineuses : soit germées, soit en salade pour remplacer une protéine animale mais dans ce cas toujours en association avec une céréale (2/3 ou 3/4 céréales).

- Aromates frais si possible.

- Condiments.

- Huile vierge 1° pression à froid : alterner ou associer olive, colza, noix, soja, carthame, tournesol... au moins 3 cuill à soupe par jour crue (sauf olive).

- Très peu de beurre frais.

- Eau pure 1 L 1/2 par jour : tisanes, thé...

- Vin rouge bio 1 à 3 verres.

- Super aliments : graines germées, pollen frais, K-Philus, germes de blé, algues, eau de mer, jus de légumes lacto-fermentés.

- Compléments nutritionnels : huile d’onagre, complexes antioxydants, probiotiques....

- Le moins possible de grignotage entre les repas, d’alcool, de tabac, de café, produits fumés, cuits au barbecue, charcuteries, sucres ordinaires, sucreries, sodas, sirop...

PROTÉINES VÉGÉTALES.

- Algues bleu-vert (spirulines, AFA du lac Klamath) : contiennent tous les acides aminés, protéine parfaite, favorisent la régénération cellulaire, inversent le mécanisme du vieillissement, protègent les reins des sous-produits médicamenteux, antifongique et antibactérienne.

- Algues marines (dulse, nori = 35% de protéines, kombu = 8% de protéines) : digestes, biodisponibles, alcalinisantes par leur teneur en minéraux, chélatent les métaux lourds.

- Champignon shiitake : = 35% protéines, augmente vigueur et vitalité, renforce le système immunitaire, sels minéraux, vit B. Élixir de vie pour les Chinois.

- Tempeh = soja fermenté : = 20% protéines, protéine complète (8 acides aminés et lysine), vit B12, accroît la résistance à l’infection en protégeant les intestins, aliment vivant si consommé cru, abaisse le taux de cholestérol.

- Dérivés fermentés du soja : tamari, shoyu, miso (aliments vivants) protéines en abondance (18 acides aminés), enzymes, sel végétalisé par le procédé de fabrication, digeste, alcalin, protègent la muqueuse intestinale en la purifiant des micro-organismes, aident à éliminer la radioactivité.

- Tofu : contient tous les acides aminés essentiels, source parfaite de protéine, abaisse le cholestérol, puissant phyto-oestrogène, contribue à prévenir le cancer des seins et ovaires et favorise l’équilibre hormonal féminin.

- Lait de soja : contient des protéines anti-fatigue et des phyto-oestrogènes qui compensent en partie les carences hormonales.

- Seïtan ou steak de blé : protéine sans purine, grande digestibilité, texture se rapprochant de la viande, aliment reconstituant.

- Riz complet, rouge, sauvage : 7 à 8% protéines, sels minéraux, vitamines B, sans gluten, calme le système nerveux.

- Pignes ou pignons : remplacent la viande par leur forte teneur en protéines et huiles essentielles.

- Graines de courge, potiron, citrouille : éliminent les parasites intestinaux, excellents pour la prostate. Leurs acides gras oméga-3 abaissent la tendance à la coagulation du sang.

- Quinoa : 14% protéines, sels minéraux, plus de calcium que le lait, sans gluten, digeste, stimule la lactation.

- Noix et oléagineuses.

- Avoine : 14% protéines, sels minéraux, idéale pour le sport, associée à la banane et aux amandes, stimule la digestion par sa teneur en fibres.

se soigner par l'alimentation

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>