Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

chamanisme

chamanisme et guérison

5 Juin 2013, 06:24am

Publié par pam

“La chamane blanche” Olga Kharitidi :

“Le terme chamane était très péjoratif dans notre société, il était le symbole malsain de croyances culturelles et spirituelles primitives.”

“ Mes mains se déplacent d’elles-mêmes, au rythme d’un rite antique, et je n’ignore pas que ces gestes, d’autres les ont faits il y a des milliers d’années. Les mouvements restaurent et rééquilibrent son énergie et, quand tout paraît accompli, je la lâche. Et la voici qui, toute seule, revient lentement à elle, traversant petit à petit des couches d’inconscience et de conscience, son corps parvenant à la guérison sur une voie qu’une force inconnue a dégagée par mon intermédiaire.”

"... Je voudrais mieux comprendre comment nous nous créons. Je commence à mieux saisir ce qu’est créer sa réalité, mais je n’ai pas bien compris ce que tu disais quand tu parlais de créer l’être qui habite cette réalité.

- Regarde-toi et ceux qui t’entourent. La seule et unique occupation de chacun à tout instant est de se faire un moi. Ils ne cessent de s’adresser à cet être qui change et se développe en essayant de lui donner forme.

Les hommes s’y prennent en gros de trois façons. Ils évoquent mentalement le passé et le refont en modifiant ou supprimant ce qui ne correspond pas à l’être qu’ils souhaitent créer et en grossissant ce qui les aide à vivre. Ils pensent aussi à l’avenir, imaginent ce qu’ils vont faire, l’aspect qu’ils auront, les biens qu’ils auront acquis, comment autrui les accueillera.

Le troisième, c’est le lien avec le présent. Les hommes reflètent immédiatement l’image qu’autrui se fait de leur personne et de leurs actes. Certaines des réactions d’autrui renforcent leur ego, d’autres le détruisent. Ils constatent qu’ils attirent certaines personnes et pas d’autres. Généralement, quand ils se trouvent en compagnie de gens qui ne renforcent pas leur ego, ils éprouvent un sentiment que l’on pourrait qualifier d’aversion pour ces personnes. Inversement, quand ils s’estiment soutenus par ceux qui les entourent, ils suscitent en eux un sentiment d’amitié pour ces personnes-là. C’est ainsi que les hommes combinent le passé, le présent et l’avenir pour se créer. Si tu es attentive, tu le constateras chez n’importe qui, dans n’importe quelle situation."

chamanisme et guérison

Kenneth Meadows. “L’envol de l’aigle”.

Le moi du corps travaille à des niveaux inconscients à contrôler, entretenir, réparer et régénérer le corps physique. Il accomplit toute guérison. C’est pourquoi le chaman ne se revendique pas guérisseur car il sait que la guérison véritable a lieu à l’intérieur de celui qui est soigné. Tout ce qu’une autre personne peut faire, c’est assister à ce processus interne, être un catalyseur à travers lequel peut intervenir un changement régénérateur qui rétablisse un état de plénitude intérieure. La guérison chamanique se pratique en coopération avec le moi du corps du patient.

Du point de vue chamanique, il existe deux principales causes de maladie : soit quelque chose est en nous qui ne devrait pas y être - intrusion -, soit quelque chose qui devrait y être en est absent - dissipation, perte d’énergie vitale.

L’intrusion est produite par le stress, la peur, l’anxiété et des habitudes de vie qui déséquilibrent et affaiblissent le système énergétique, ou des agressions psychiques. L’opération chamanique employée pour y remédier est appelée abstraction. La dissipation est corrigée par la récupération.

Une des causes premières de la maladie est le sentiment de séparation, de solitude, d’inachèvement. La guérison chamanique consiste essentiellement à raviver le sentiment d’appartenance. Souvent les chamans opèrent avec la participation active des amis, de la famille. Elle nécessite aussi la capacité de se mettre en contact avec l’intelligence du moi du corps de celui qui a besoin d'aide, puisque le moi du corps prend soin de notre corps et sait quelle nourriture est bénéfique ou néfaste pour lui. Mais le moi de l’ego choisit en fonction de ce qui vous attire et satisfait votre esprit, plutôt qu’en fonction de ce qui nourrit votre corps.

chamanisme et guérison

Kenneth Meadows. “L’envol de l’aigle”.

En comprenant qui vous êtes, vous comprendrez comment l’univers fonctionne.

Les influences cosmiques sont une des puissances de l’univers. Elles existent tout autour de nous et en nous-mêmes. Nous brancher sur les forces cosmiques et les énergies naturelles, atteindre un équilibre avec la nature, nous aide à acquérir la connaissance de soi en harmonie avec les énergies naturelles qui régissent notre vie et notre environnement.

Dans la Chine ancienne, le Feng Chui était la mise en harmonie avec les forces cosmiques de maintient de l’environnement. le Feng Chui ne vise pas à contrôler l’environnement en le soumettant, mais à vivre en son sein dans le respect et l’harmonie, en accord avec ses effets positifs et dans la conscience de ses influences négatives. Comme le chamanisme dont il est issu, le Feng Chui est une approche concrète de la réalité de l’univers.

Si nous nous harmonisons avec les forces de la nature et coopérons avec elles, l’environnement nous soutiendra.

Si nous essayons de forcer la nature ou que seul l’égoïsme, source de dysharmonie et de chaos, nous motive, son équilibre serra rompu et les conséquences en seront parfois désastreuses.

L’origine de tout mouvement, comme de la vie elle-même, est exprimée dans l’ancien symbole chinois du Tai Chi (l’ultime) qui associe l’essence de la terre à celle du ciel, le physique au spirituel : le Yin et le Yang. Il illustre le rapport entre forces opposées complémentaires inhérent à toute chose manifestée.

chamanisme et guérison

Kenneth Meadows. “L’envol de l’aigle”.

La chamanique est le processus de développement personnel qui incorpore l’essence du chamanisme universel - l’ancienne sagesse des visionnaires et sages de nombreuses traditions et cultures - en une science de la vie adaptée aux temps modernes qui constitue le plus naturel et le plus pratique de tous les systèmes métaphysiques. Elle offre un ensemble de connaissances basées à la fois sur l’expérience et la révélation, et motivées par l’Esprit.

Elle permet aux individus de se relier à la Nature et de se mettre en harmonie avec la totalité de leur être, trouvant ainsi un sens, un but et un accomplissement à leur vie.

Parce qu’il vole le plus haut, qu’il s’approche le plus du soleil, l’aigle est le symbole de la pénétration spirituelle et de l’illumination mentale. Pour certains peuples premiers, l’aigle symbolise la faculté de percevoir des réalités autres que matérielles, de comprendre la vraie nature des choses. Les Grecs et les Romains le considéraient comme le seul oiseau capable de dépasser le monde temporel pour atteindre la source de lumière et de vie.

Chaque expérience de la vie est une occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et de changer pour notre bénéfice suprême.

La chamanique traite de l’expérience de l’extraordinaire dans la vie ordinaire, c’est le moyen d’ouvrir la conscience à de nouveaux degrés de perception, et ainsi, d’enrichir sa vie. L’application de ses principes permet d’accroître la vitalité, d’équilibrer les émotions, de libérer les potentiels cachés de l’individu et de stimuler la créativité. Il s’agit d’un processus intérieur, d’une mise en harmonie avec les énergies bénéfiques de la Nature et les forces cosmiques de l’Univers.

C'est une méthode pour atteindre un équilibre avec la Nature et établir l’harmonie en soi. Ni religion, ni philosophie, elle dépasse les frontières de la croyance : acquérir un savoir par l’expérience, découvrir notre être le plus secret, trouver un sens à sa vie, unir le mental au cœur et à l’Esprit pour une relation harmonieuse.

Pour progresser, il ne vaut pas vivre dans le passé mais apprendre du passé. Les hommes croient dominer toutes les autres créatures car ils sont des êtres pensants. Le véritable pouvoir réside dans la faculté de faire des choix, de tirer une leçon du résultat de ses propres choix et de ceux des autres.

Tout vrai changement vient de l’intérieur. Tendre vers l’harmonie c'est exprimer son énergie d’une manière naturelle qui engendre la beauté.

Le changement n’est pas douloureux, c’est la résistance au changement qui est cause de douleur.

Notre mission consiste à trouver quel est le but de notre existence et à découvrir notre identité, notre nature et notre finalité.

Par nos choix, nous déterminons notre propre destinée.

Le corps est une miraculeuse machine vivante qu’il suffit d’alimenter en carburant et de maintenir en bon état. Elle se répare d’elle-même, se régénérant continuellement.

Voir les commentaires

les maitres du désordre

21 Mai 2013, 08:53am

Publié par pam

il est si difficile de faire le tri entre la vérité (ou les vérités) et les affabulations.

si étroit l'écart entre le besoin de pouvoir de certains et le désir généreux d'aider l'autre

que peut inventer le besoin de se rassurer de la plupart d'entre nous ?

est-ce justement la faiblesse et la maladie qui rapproche l'être humain de l'essentiel ?

la maitrise du désordre

entre acceptation et déni….

Quand je réponds aux demandes d'aide de personnes malades, brûlées ou désespérées, je sens parfois de telles évidences qu'il ne m'est plus possible de douter. Je ne peux pas toujours les aider car certains ne veulent pas guérir, la plupart du temps sans en être conscients. D'autres sont tellement impatients qu'ils passent à côté de toute solution. D'autres ont besoin de poudres de perlimpinpin, veulent me voir, ou être touchés physiquement, aimeraient des grigris ou des potions magiques - j'essaie bien entendu d'éviter tout cela mais j'ai quelquefois des évidences qui s'imposent à moi (plantes, traitement ou routine à instaurer) et je donne les pistes qui m'apparaissent sans forcer sans obliger -.

Mais quand ma volonté de les aider et leur volonté de guérir sont concordantes, ça marche… l'expression semble triviale mais elle résume ce qui se passe alors, pas besoin de grands mots, d'explications oiseuses, de formulations ampoulées, leur énergie vitale s'est remise à couler correctement, elle ne s'échappe plus, elle n'est plus bloquée dans un coin de leur corps ou dans un organe, elle circule.

Et ça me remplit de joie !

les maitres du désordre

Voir les commentaires

mythologie...

16 Mai 2013, 07:47am

Publié par pam

“La grande erreur de notre culture est de croire que la mythologie est un ramassis de contes de cultures passées et dépassées. Le propre d’un mythe, à la différence d’une histoire, c’est qu’il continue à être vrai dans le temps : il décrit littéralement la réalité d’une autre dimension, d’un univers parallèle. Toutes les cultures ont des mythes de création, des mythes concernant la nature. Nous ne pourrions vivre sans eux. Ils continuent à faire vivre notre psyché, à animer notre inconscient, à susciter nos désirs. Nous avons créer le mythe de la toute-puissance de la technologie. Les problèmes environnementaux actuels semblent montrer que la technologie ne peut pas les résoudre et continue au contraire à en créer sans cesse de nouveaux.

Rendre à la Terre ce qu’elle nous donne, rendre grâces, remercier.

Ancien Hopi : “Notre religion s’occupe de remercier le Créateur pour le monde, et chaque animal et chaque plante qu’il contient. Nous le remercions pour tout ce qui existe. Nous ne considérerons pas comme acquis le fait qu’il y ait un arbre à cet endroit. Nous remercions pour cet arbre. Si nous ne le faisons pas, le créateur pourrait l’enlever. C’est pour cela que nos cérémonies sont importantes. Nous prions pour l’harmonie du monde. Nous croyons que si nous ne faisions pas nos cérémonies, le monde s’arrêterait, ce sont elles qui le maintiennent. On peut ne pas le croire, on peut en rire, mais c’est vrai. Le Créateur veut être remercié.”

Maud Séjournant in “Le cercle de vie”.

mythologie...

Voir les commentaires

harmonie...

10 Mai 2013, 06:08am

Publié par pam

Gaulcovang est la potentialité primordiale, la pensée, la mémoire, la mère en gestation. Sé est le principe spirituel de la vie, il en organise tous les éléments. Les lois originelles, tous les principes fondamentaux, sont en Sé.

Le Dieu des Blancs est à leur image, il exige, menace, vitupère, promet le paradis aux uns, l’enfer aux autres, châtie ou récompense, selon des critères purement humains. Les petits frères affirment qu’il leur a confié la terre en héritage pour qu’ils en usent à leur guise... Et regardez ce que ça a donné !

Sé n’accorde de privilège à personne. Sé est un concept, et un concept ne peut exprimer de préférence. Végétaux, minéraux, animaux, hommes, tout est vivant et tous sont égaux selon nous.

À chaque espèce, Sé a assigné une fonction spécifique, et à nos ancêtres qui sont nés sur la sierra Nevada, le soin de veiller, de génération en génération, à ce qu’aucune de ces espèces ne soit menacée, afin de conserver l’équilibre vital.

Nous ne vénérons pas Sé, nous vénérons Gaulcovang, et pour bien les servir, pour être fidèle à la Madre Tierra, nous nous efforçons de respecter la loi de Sé.

Remplace le mot Sé par le mot destinée, la destinée de chacun relève en partie de son comportement. Si tu fais des excès, tu as beaucoup plus de risques d’attraper des maladies et d’abréger ton existence que si tu es sobre. Il en est de même pour la biosphère : si l’on détruit sans compter sa faune et sa flore, si l’on corrompt son air et son eau, on la met en péril et nous avec. En revanche, si on lui laisse le temps de se régénérer à chaque fois qu’on effectue des prélèvements pour assurer sa propre existence, si on évite au maximum d’empoisonner les éléments essentiels à la vie, on respecte l’harmonie. C’est la loi de Sé.

La religion de ce peuple depuis l’aube des temps était l’écologie au sens spirituel du terme, qu’une minorité de petits frères venaient de découvrir dans une version profane très réductrice, après que leurs semblables eurent souillé toute la surface de la planète.

Il serait plus raisonnable d’essayer de réparer les dégâts commis sur notre planète que de songer à trouver ailleurs, dans le cosmos, un refuge éventuel pour l’espèce qui est déjà, sans qu’elle en ait pris conscience en voie de disparition.

Les petits frères sont incapables de concevoir d’autre culture que la leur, pourtant il faut bien leur ouvrir les yeux, si l’on veut éviter le pire.

Il y a 2 500 ans, Confucius déjà, comme vos Mamus, affirmait que lorsque le milieu et l’harmonie étaient portés au point de perfection, le ciel et la terre se trouvant dans un état de tranquillité, tous les êtres connaissaient un épanouissement idéal.

N’était-ce pas l’écriture qui avait contribué à la disparition, sur presque toute la surface de la terre, de cette connaissance occulte encore si présente ici. Les chiffres et les lettres avaient séparé les hommes de la nature. Leur nouvel essor intellectuel, aux possibilités illimités, tout en les ancrant dans des certitudes fondées sur le raisonnement, les avait privés des perceptions extrasensorielles qui les reliaient jadis à toutes les autres formes d’existence et nourrissaient leur âme.

Jean Bertolino in "Fura-Tena" 2004.

harmonie...

L’homme ne renaîtra pas forcément de ses cendres, l’intelligence si. Nous étions le produit achevé d’un environnement donné. Celui-ci a changé à cause de nos souillures. Le miracle teilhardien de l’homme épicentre de l’univers était une idée alléchante. J’y ai cru parce que, comme lui, je pensais que la sagesse finirait par triompher. Les sédentaires ont façonné la surface du globe selon leurs besoins qui se sont révélés sans limite. Ils en tirent le maximum, obèrent ses possibilités de recyclage. Si l’homo sapiens disparaît un jour de notre planète, celle-ci retrouvera, j’en suis convaincu, sa créativité première. Sur les ruines qu’il aura laissées, la vie rejaillira, et au bout de la chaîne, la pensée refleurira comme la première fois. La Grande Mère échaudée ne commettra peut-être pas la même erreur, et limitera les capacités de nuisance de ceux qui en seront les dépositaires.

Un jour viendra où l’idée de créer des musées de la biodiversité, des réserves de biotope, ne fera plus sourire.

La fin de la guerre du Vietnam était prémonitoire. Elle annonçait, au pire de la crispation idéologique mondiale, la disparition de ce type de conflit et la prééminence prochaine du pouvoir financier sur le politique, un pouvoir qui ne s’embarrasse, lui, d’aucun principe moral et exploite sans l’ombre d’un discernement toutes les ressources terrestres et humaines.

Jean Bertolino in “Chaman”. 2002.

harmonie...

Voir les commentaires

chamanisme...

9 Mai 2013, 07:07am

Publié par pam

Maud Sejournant : "Le cercle de vie".

“Le monde est ce que nous croyons qu’il est.” C’est le postulat du chamanisme polynésien Huna. Si l’on vit avec l’idée permanente que le monde est hostile, il y a des chances pour que l’on perçoive en permanence des agressions venant de partout et que l’on en devienne la victime. Si l’on a par contre l’idée qu’il y a toujours une solution à tout, les idées viendront toujours à bout des problèmes quels qu’ils soient.

Il semble que les différentes cultures et traditions spirituelles évoquent toutes les mêmes formes, les mêmes modalités, les mêmes principes, qui sont donc universels. C’est pourquoi il est bon de savoir jeter des passerelles entre ancien et nouveau, monde de la science et monde du rêve, univers subatomique et univers des esprits.

Nous avons tous des expériences personnelles de “faux hasards”, de prémonitions... il est important de savoir reconnaître ces phénomènes, de comprendre leur dynamique, le mouvement que nous avons su créer dans l’univers afin de pouvoir les reproduire encore, et de mieux en mieux. Nous sommes déjà des magiciens, le fait de le savoir aide à le devenir davantage.

chamanisme...

Voir les commentaires

<< < 1 2