Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

creativite

deux soeurs, deux mondes.

25 Février 2013, 08:11am

Publié par pam

Allongée sur le ventre, Sarah pianotait sur son portable à une vitesse qui laissait présager que le flot de ses idées n’était endigué que par les limites que la morphologie digitale et sa position peu orthodoxe lui fixaient. 

Du haut de son refuge, Milly observait, dubitative, les orteils de sa sœur qui étaient pour le moment la partie la plus haute de son individu, orteils qui semblaient remuer au même rythme que les doigts en dessous d’eux sur le clavier.  

Dans l’esprit hautement imaginatif de la cadette, et néanmoins infiniment moins productive que l’aînée, une musique était née, surimposée au rythme des doigts et des orteils de sa sœur. Plutôt deux groupes d’elfes, l’un au sol, l’autre en l’air, totalement autonomes du reste de l’individu Sarah, imprimant chacun leur rythme, semblable et pourtant différent, et l’imagination de Milly inventait une musique qui coulait de et sur ces mouvements. 

Hier soir, son grand-père lui avait dit qu’il y avait autant d’idées que d’êtres vivants sur cette planète. Une idée pour chaque homme ? Pleins d’hommes sans idées, quelques hommes fourmillant d’idées ? Ou bien des milliards d’amibes, et même d’insectes et d’animaux sans idées, uniquement guidés par leur atavisme, et de nombreuses idées pour chaque humain ? Il lui avait suggéré d’attendre d’avoir atteint le fatidique “âge de raison” avant de chercher à philosopher, et qu’à son âge sa mère jouait normalement à la poupée et ne cherchait pas à rationaliser l’imagination humaine. Un temps pour tout et chacun à sa place ma jolie ! Elle adorait quand son grand-père l’appelait sa jolie, elle seule avait droit à cet épithète désuet. Elle avait souri en pensant qu’il était bien dommage qu’elle n’eut pas de poupée sous la main, elle aurait aimé jouer avec juste pour faire plaisir à ce vieux bonhomme bougon qu’elle aimait tant. 

Est-ce qu’elle avait trop d’idées ? Est-ce qu’elle risquait de dépenser tout son capital imaginatif trop vite, et que se passerait-il ensuite, quand il serait épuisé ? Devrait-elle finir ses jours la tête vide comme un navet ? Mais comment ralentir le flot d’idées qui se bousculait dans sa tête ? On ne pouvait pas fermer le robinet, il n’y avait aucun robinet, et s’apercevant qu’elle triturait le lobe de son oreille jusqu'à se faire mal, elle eu un début de fou rire silencieux et reporta son attention sur sa sœur. Elle au moins, semblait avoir trouvé un moyen de faire quelque chose de son imagination. En la regardant écrire si vite, Milly ne doutait pas que sa sœur aussi débordait et n’avait pas trouvé le robinet ! 

Mais tout à l’heure, quand leur mère viendrait les embrasser et leur souhaiter bonne nuit, l’une aurait écrit des pages et des pages pendant que l’autre paraîtrait avoir baillé au corneilles toute la soirée. Milly n’aimait pas l’idée que l’on puisse quantifier son intelligence, son imagination, sa vie, au volume produit de quoique ce soit.

Je suis une tomate qui mûrît au soleil des jours qui me restent à vivre jusqu’à l’”âge de raison”. 

Elle se glissa sous la couette de son lit en mezzanine et en suçant son pouce elle se repassa dans la tête la musique de tout à l’heure pour voir si ça fonctionnait sans le rythme des petits lutins.

Pam.

deux soeurs, deux mondes.

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

17 Février 2013, 09:28am

Publié par pam

Voir les commentaires

Chomo. Art brut.

15 Février 2013, 09:28am

Publié par pam

Voir les commentaires

au sujet de la créativité...

16 Janvier 2013, 11:41am

Publié par pam

La maison, les objets, mon corps, se remettent en place en vue de nouveaux projets pour un nouvel hiver, le changement de rythme s’opère. Et de façon tangible, comme si les années que je viens de passer ici dans cette maison s’accumulaient en positif, expériences enfin aboutissant. Et que la voie à suivre était de ce fait plus limpide, le but plus proche, le moment de créer enfin à portée de la main. Je n’ai rien fait de mes mains et de mes yeux depuis des mois. J’imagine mal que les feux d'artifices puissent en permanence occuper ma vie. Je veux d’autres moyens de m’exprimer. Je veux tout.

Je veux la foule et la solitude.

Je veux un ami et plein de copains.

Je veux des couleurs partout.

Je veux jouer avec tout : le feu, le verre, les liquides, les couleurs dans le ciel et celles sur ma table, des matériaux à l’infini.

Et j’ai tellement envie de jouer avec tout ça que je n’ai jamais le temps, alors ça me rend dingue, j’ai envie de tout casser et j’en veux à la terre entière d’avoir un corps qui souffre et qui perd son temps à dormir, qui meurt si vite, insidieusement un peu plus chaque jour. Je ne veux pas ça. Je veux vivre moins longtemps mais mieux, complètement. 

3 octobre 87.

Étonnant comme on peut se retrouver dans un écrit datant de 25 ans... à part la rage et la colère latentes !!!.... et la neige qui ce matin recouvrant tout et l'horizon a supprimé les couleurs... reste un peu de jaune sur le jasmin d'hiver en fleurs et les mésanges qui se régalent de graines de tournesol...

Il suffisait de lire la suite :

18 octobre 87.

Faut arrêter de se perturber avec ces problèmes de temps qui passe. Faut agir pas réfléchir. Il faut entreprendre sans relâche. Profiter à fond de chaque heure de la journée.

J’ai passé ma vie à laisser tomber des trucs ou des gens.

Il y a des erreurs que j’ai faites, des trucs que je n’ai pas faits à fond, pas accomplis jusqu’au bout.

Et puis certaines fois ça m’a enrichi, et de passer de techniques en techniques, de vie en vie, ça m’a permis d’élargir mon horizon, mon champ de vision, mes moyens d’action.

Si j’accumule mon “savoir”, si j’arrive à ce que ce soit concis, si je dis stop à la dispersion pour chercher l’important de chaque chose, alors je m’enrichirai.

Mais il faut que je “crée” et vite.

Du concret vitesse grand V s’il vous plaît...

J’ai construit ma maison

J’ai réparé mon corps

Maintenant au boulot à l’intérieur de tout ça.

1° décembre 87.

Mais mon corps, il n’est pas réparé pour de vrai et ça comme problème ça se pose là.

8 novembre 87.

Rien ne pourra se faire, ni avancer si je continue à fuser dans toutes les directions.

Ça zonera tant que je ne ferai pas des choix déterminés, au moins dans un avenir proche.

Mais pour cela, il faudrait cesser de fixer sur le temps qui passe, la peur de perdre du temps, la peur de ne pas occuper assez tout le temps possible, le flip de ne pas assurer 24 heures sur 24, de savoir que c’est impossible mais qu’en plus mon corps me limite tellement.

Ça c’est vraiment dur, encore plus que la douleur.

Et rien ne dure.

Même pas les histoires d’amour.

Est-ce que c’est seulement fait pour durer ?

C’est pas que ça finit mal, comme dirait l’autre,

C’est que ça ne peut pas continuer toujours !

au sujet de la créativité...

Voir les commentaires

50 peintures de rue époustouflantes et renversantes

13 Janvier 2013, 08:53am

La peinture de rue est présente en Europe depuis le 16e siècle. À l’époque, ces peintres (aussi appelés « artistes de la craie ») créaient et décoraient de grandes murailles sur des murs intérieurs de luxueuses villas.

De nos jours, l’art de rue en 3d est devenu très populaire notamment par l’arrivée du web 2.0 qui permet de partager facilement et rapidement plusieurs oeuvres partout à travers le monde. Certaines entreprises paient également ces artistes de la craie pour produire des publicités afin de promouvoir leurs produits.

Cet art de la rue est devenu très populaire partout dans le monde puisque les artistes peintres qui produisent ces oeuvres offrent des designs tout simplement à couper le souffle

pour en savoir plus : Mosaique-Art: 50 peintures de rue époustouflantes.

50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes
50 peintures de rue époustouflantes et renversantes

Voir les commentaires

Liberté

30 Décembre 2012, 09:27am

Publié par Chopra

“Nous faisons partie d’une génération connue pour son enthousiasme contestataire dans sa remise en cause des idées reçues et nous refusons de considérer la seconde partie de notre vie comme une période de dégradation progressive du corps et de l’esprit. Nous préférons envisager l’âge mûr comme une époque de la vie où l’on peut accroître sagesse, amour, créativité et joie, où l’on peut mieux cerner le sens de la vie et améliorer nos facultés physiques et mentales.” 

Deepak Chopra in “Vivre en rajeunissant”.

Voir les commentaires

<< < 1 2