Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ecologie

ecologie, métamorphose et bilan...

12 Juin 2013, 06:06am

Publié par pam

“- On mesure la qualité d’une forêt, sa dynamique, à la multiplicité de ses essences, sa richesse à sa diversité. Lorsqu’on pratique les coupes rases et le reboisement extensif, non seulement on appauvrit la forêt, mais on modifie radicalement le sol et le sous-sol, et à terme, on prépare une érosion catastrophique. Il en est de même pour l’humanité. L’intelligence naît de la complexité. L’émergence des grandes religions monothéistes, le déferlement de la pensée unique et dogmatique, ont brisé les liens sacrés qui nous reliaient à la nature. L’uniformisation des valeurs du grand commerce libéral ne peut, à terme, que provoquer une érosion en profondeur de l’intelligence humaine, au sens physique, relationnel, et spirituel.

- Vous êtes plutôt pessimiste, non ?

- Non, pas du tout. Aujourd’hui de plus en plus d’individus, hommes et femmes, ont la volonté de faire évoluer les choses, les moyens d’échanger leurs connaissances, et l’envie de renouer ces attaches invisibles avec leur environnement. Les recherches les plus poussées en physique sub-quantique confirment qu’on ne peut dissocier la matière du vibratoire, la particule de l’onde. Par conséquent ces études trouvent des résonances dans certaines croyances chamaniques, ou d’anciennes traditions, qui vénèrent l’unicité de l’homme et de l’univers, et respectent les liens entre la réalité perçue et l’invisible. Non, je ne suis pas pessimiste, je crois cependant qu’il est grand temps que l’humanité entreprenne sa métamorphose.”

J.M. Pasquet in Le don de Qâ.

ecologie, métamorphose et bilan...

“ C’est une guerre qui commence. Contre l’hydre tentaculaire et dévastatrice de l’anthropocentrisme aveugle qui dévore le monde, où tu voudrais que demain tes filles puissent vivre en paix, au sein d’une forêt végétale plutôt que synthétique... Contre le postulat de la pensée judéo-chrétienne et des modèles qui en découlent, qui depuis des siècles dictent aux hommes une conduite irresponsable, en prétextant que les dieux les ont créés à leurs images, donc supérieurs aux autres créatures, et que le monde entier leur est asservi. Contre les dogmes éculés que des grabataires auront beau faire reluire, dont jamais ils n’effaceront les taches et les miasmes du sang des millions de victimes dont ils sont maculés. Contre les ravages d’une économie aveugle qui considère croissance et prolifération comme des qualités, alors qu’elles sont les signes tangibles des déséquilibres qu’elle a provoqués. Regarde la nature, si tu soumets une plante à un stress intense, son réflexe va être de tout faire pour se reproduire avant de mourir, afin d’assurer la pérennité de l’espèce. Il en est de même pour l’humanité. La surpopulation, l’urbanisation effrénée, l’extension incontrôlable des hyper-mégapoles, toutes marques découlant d’un prétendu “progrès” inexorable, sont en fait les preuves manifestes que l’homme, en, tant qu’animal civilisé, se sent condamné. En proliférant, il répond à un instinct naturel qu’il ne sait plus comprendre, et en multipliant ses chances de survie, il œuvre à sa propre perte. Notre guerre va consister à redonner aux hommes la conscience de leurs instincts profonds, de l’humilité de leur appartenance au monde et à l’univers, la conscience de l’artificialité des normes qui régissent leurs sociétés, et surtout celle de leur indissociabilité et de leur responsabilité envers une planète qui les porte, les chauffe, les nourrit, sans qu’ils lui montrent aucune gratitude.”

J.M. Pasquet in Le don de Qâ.

ecologie, métamorphose et bilan...

Il y a 40 ans, j'étais au Larzac... il faisait beau, l'espoir nous portait à remettre en question tous nos acquis philosophiques, politiques, familiaux... les filles ne supportaient plus le sexisme et les inégalités qui en découlent, les garçons refusaient le service militaire, tous critiquaient les modèles établis, le nucléaire, les multinationales, le béton, la marchandisation.. en fait tout était bon à être remis en cause.

J'ai caillassé Mitterand venu parader avec ses gardes du corps et sa belle voiture de sport rouge alors que les paysans du Larzac refusaient toute tentative de récupération politique de leur mouvement, j'ai acheté une montre LIP fabriquée en autogestion par les ouvriers, j'ai cru qu'on pouvait dire non et faire plier le pouvoir en place, j'ai cru qu'en étant nombreux à être honnêtes, intègres et libres et en criant suffisamment fort, on ferait changer les choses....

On m'a traité d'idéaliste, de baba cool, de rêveuse, de pacifiste irresponsable, d'anarchiste, d'écolo, d'irréaliste et de tant de noms d'oiseaux qu'au fil des ans j'ai du apprendre l'humilité....

Jamais en 40 ans, je n'ai entendu quelqu'un dire : finalement vous aviez raison, vous dénonciez ce qui aujourd'hui fait notre quotidien, celui de nos enfants, de nos petits-enfants, qui nous rend tous malades... Pardonnez nos critiques et nos moqueries, aujourd'hui la planète est polluée, les réserves naturelles pillées, les libertés individuelles bafouées chaque jour un peu plus, les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus nombreux, le chômage devenu épée de Damoclès permet de remettre en cause tous les acquis sociaux , foulant aux pieds la dignité humaine, la nourriture est dangereuse, les médicaments sont dangereux, les maladies liées aux pollutions de toutes sortes se sont multipliées, les médias en grande majorité sont devenus des experts en manipulation à la botte du pouvoir politico-économique et seuls quelques illuminés échappent au cocktail abrutissant télé-malbouffe-médoc-surconsomation.

Autruches ! remettons la tête dans le sable ! je vais faire un tour de jardin, et je trouverai peut être comment pardonner à ceux qui ne demandent pas à l'être... et à moi d'avoir envie de baisser les bras !

ecologie, métamorphose et bilan...

Voir les commentaires

conscience personnelle, conscience collective...

3 Juin 2013, 06:54am

Publié par pam

Deepak Chopra in "Le livre des coïncidences".

Le monde extérieur est, à n’importe quel point spécifique de l’espace-temps, un miroir de qui vous êtes : si vous voulez connaître l’état de votre conscience personnelle, regardez autour de vous et voyez ce qui arrive. Si vous voulez connaître l’état de la conscience collective, regardez ce qui se passe dans le monde.

À tout point donné du temps, votre réalité personnelle est orchestrée, au niveau des coïncidences, par votre conscience de soi. Si celle-ci est contractée, elle le manifestera par un corps tendu, crispé, attitude craintive et environnement incertain. Si votre conscience de soi s’élargit, corps détendu, environnement amical et ouvert, où vos intentions se réalisent dans la synchronicité. Votre soi, lorsqu’il est vaste, éprouve toujours un sentiment de valeur, de paix, de liberté et d’absence d’entraves, plein de respect devant le mystère de l’existence. La conscience de soi détermine aussi notre attitude : cupidité, arrogance, agressivité, insatisfaction, résultent d’une conscience de soi contractée. Disposition à partager, soutenir, aider, l’humilité, un caractère aimable et conciliant proviennent du soi vaste et élargi.

Plus largement, il en est de même sur le plan général, au niveau des cultures, civilisations.

Si nous observons le monde d’aujourd’hui, nous observons une hiérarchie confuse d'évènements interdépendants et co-émergents. Les spécialistes affirment que notre comportement collectif génère un environnement non viable (pollution, diminution des ressources naturelles, effet de serre, modifications climatiques... Même si en surface ces événements ne paraissent pas liés ils le sont, et sont le résultat de notre conscience collective contractée. Conflits religieux, pollution, terrorisme, crimes, extinction des espèces, toxicomanies, inondations, famines, installations nucléaires et augmentation des armements, des produits chimiques dangereux, épuisement de la terre arable... tous sont en relation causale.

Si chacun pouvait aspirer à exprimer le soi élargi, si nous pouvions en partager la connaissance et l’expérience, nous pourrions créer un environnement basé sur le respect de la vie et de la nature, retrouver l’équilibre. Sur cette planète idéale, nous trouverions la paix de l’esprit et une véritable conscience de notre inséparabilité, et l’amour comme force ultime à l’oeuvre au cœur de l’univers.

conscience personnelle, conscience collective...

Voir les commentaires

la minicat de Tata

23 Mai 2013, 07:06am

Publié par pam

La voiture à air comprimé, développée par l’ex-ingénieur de formule 1 Guy Nègre de MDI basée au Luxembourg, utilise l’air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.

Les constructeurs français à la botte des lobbys pétrolier ont, bien sûr, refusé de la produire, laissant aux Indiens cette opportunité. On ne se refait pas…

La voiture à air comprimé , appelée « Mini CAT » pourrait coûter autour de 365 757 roupies en Inde soit 8177 $, c’est-à-dire 5 225 € !!

La Mini CAT est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l’air comprimé.

Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture : qui ne sont pas nombreux.

La température de l’air pur expulsé par le tuyau d’échappement se situe entre 0 -15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation pour le système de climatisation intérieur sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.

Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies (1€ = 69 roupies) par 100 km, c’est à peu près un dixième du coût d’une voiture fonctionnant au gaz.

Son kilométrage est d’environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km /heure (c’est parfait puisqu’il ne faut pas dépasser le 90 voire le 70 Km/h et 50 en ville) ou 60 Mph et aurait une autonomie d’environ 300 km ou 185 miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations-service adaptées avec des compresseurs d’air spécifique. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ100 roupies (1€= 69 roupies) et la voiture pourra faire encore 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison, il faudra alors 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais cela peut se faire pendant que vous dormez.

(Le réservoir se recharge sur une simple prise électrique en 4h pour un coût de 1,50 € et permet une autonomie de 150 km. On se penche actuellement sur une pompe à air comprimé, ce qui permettrait de faire un plein du réservoir en 3 minutes chrono pour un coût d’environ 2,50 euros.).

Parce qu’il n’y a pas de moteur à combustion, le changement d’huile (1 litre d’huile végétale) n’est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d’entretien à faire sur cette voiture. Cette voiture à air semble presque trop belle pour être vraie !!!

Les groupes de pression et les hommes de pouvoir auront-ils encore le dernier mot ?

Sans compter que nous respirerions enfin un air sain dans les villes !! …

(enfin... disons que ça aiderait à améliorer le problème...)

Néanmoins : prévue pour début 2013, la voiture à air comprimé de TATA serait commercialisée à partie du mois d'août en Inde pour un prix largement supérieur à celui annoncé (plus de 5000 euros). Quand aux européens, ils devront patienter longtemps avant que ce véhicule ne soit autorisé à circuler sur les routes de leurs pays.

Donc... ce n'est pas gagné, mais il y a des solutions, à nous de faire circuler les infos

la minicat de Tata
la minicat de Tata

Voir les commentaires

vers tous les possibles

17 Mai 2013, 09:11am

Publié par pam

Système financier, crise économique, chômage, santé, éducation, pollution, énergie, guerres, fascisme, réchauffement climatique, manipulation des média, impuissance politique... Si on s'attaque à de simples conséquences sans s'occuper non pas de leurs causes, mais de la cause de toute ces causes, alors on brasse du vent.

Voir les commentaires

mythologie...

16 Mai 2013, 07:47am

Publié par pam

“La grande erreur de notre culture est de croire que la mythologie est un ramassis de contes de cultures passées et dépassées. Le propre d’un mythe, à la différence d’une histoire, c’est qu’il continue à être vrai dans le temps : il décrit littéralement la réalité d’une autre dimension, d’un univers parallèle. Toutes les cultures ont des mythes de création, des mythes concernant la nature. Nous ne pourrions vivre sans eux. Ils continuent à faire vivre notre psyché, à animer notre inconscient, à susciter nos désirs. Nous avons créer le mythe de la toute-puissance de la technologie. Les problèmes environnementaux actuels semblent montrer que la technologie ne peut pas les résoudre et continue au contraire à en créer sans cesse de nouveaux.

Rendre à la Terre ce qu’elle nous donne, rendre grâces, remercier.

Ancien Hopi : “Notre religion s’occupe de remercier le Créateur pour le monde, et chaque animal et chaque plante qu’il contient. Nous le remercions pour tout ce qui existe. Nous ne considérerons pas comme acquis le fait qu’il y ait un arbre à cet endroit. Nous remercions pour cet arbre. Si nous ne le faisons pas, le créateur pourrait l’enlever. C’est pour cela que nos cérémonies sont importantes. Nous prions pour l’harmonie du monde. Nous croyons que si nous ne faisions pas nos cérémonies, le monde s’arrêterait, ce sont elles qui le maintiennent. On peut ne pas le croire, on peut en rire, mais c’est vrai. Le Créateur veut être remercié.”

Maud Séjournant in “Le cercle de vie”.

mythologie...

Voir les commentaires

harmonie...

10 Mai 2013, 06:08am

Publié par pam

Gaulcovang est la potentialité primordiale, la pensée, la mémoire, la mère en gestation. Sé est le principe spirituel de la vie, il en organise tous les éléments. Les lois originelles, tous les principes fondamentaux, sont en Sé.

Le Dieu des Blancs est à leur image, il exige, menace, vitupère, promet le paradis aux uns, l’enfer aux autres, châtie ou récompense, selon des critères purement humains. Les petits frères affirment qu’il leur a confié la terre en héritage pour qu’ils en usent à leur guise... Et regardez ce que ça a donné !

Sé n’accorde de privilège à personne. Sé est un concept, et un concept ne peut exprimer de préférence. Végétaux, minéraux, animaux, hommes, tout est vivant et tous sont égaux selon nous.

À chaque espèce, Sé a assigné une fonction spécifique, et à nos ancêtres qui sont nés sur la sierra Nevada, le soin de veiller, de génération en génération, à ce qu’aucune de ces espèces ne soit menacée, afin de conserver l’équilibre vital.

Nous ne vénérons pas Sé, nous vénérons Gaulcovang, et pour bien les servir, pour être fidèle à la Madre Tierra, nous nous efforçons de respecter la loi de Sé.

Remplace le mot Sé par le mot destinée, la destinée de chacun relève en partie de son comportement. Si tu fais des excès, tu as beaucoup plus de risques d’attraper des maladies et d’abréger ton existence que si tu es sobre. Il en est de même pour la biosphère : si l’on détruit sans compter sa faune et sa flore, si l’on corrompt son air et son eau, on la met en péril et nous avec. En revanche, si on lui laisse le temps de se régénérer à chaque fois qu’on effectue des prélèvements pour assurer sa propre existence, si on évite au maximum d’empoisonner les éléments essentiels à la vie, on respecte l’harmonie. C’est la loi de Sé.

La religion de ce peuple depuis l’aube des temps était l’écologie au sens spirituel du terme, qu’une minorité de petits frères venaient de découvrir dans une version profane très réductrice, après que leurs semblables eurent souillé toute la surface de la planète.

Il serait plus raisonnable d’essayer de réparer les dégâts commis sur notre planète que de songer à trouver ailleurs, dans le cosmos, un refuge éventuel pour l’espèce qui est déjà, sans qu’elle en ait pris conscience en voie de disparition.

Les petits frères sont incapables de concevoir d’autre culture que la leur, pourtant il faut bien leur ouvrir les yeux, si l’on veut éviter le pire.

Il y a 2 500 ans, Confucius déjà, comme vos Mamus, affirmait que lorsque le milieu et l’harmonie étaient portés au point de perfection, le ciel et la terre se trouvant dans un état de tranquillité, tous les êtres connaissaient un épanouissement idéal.

N’était-ce pas l’écriture qui avait contribué à la disparition, sur presque toute la surface de la terre, de cette connaissance occulte encore si présente ici. Les chiffres et les lettres avaient séparé les hommes de la nature. Leur nouvel essor intellectuel, aux possibilités illimités, tout en les ancrant dans des certitudes fondées sur le raisonnement, les avait privés des perceptions extrasensorielles qui les reliaient jadis à toutes les autres formes d’existence et nourrissaient leur âme.

Jean Bertolino in "Fura-Tena" 2004.

harmonie...

L’homme ne renaîtra pas forcément de ses cendres, l’intelligence si. Nous étions le produit achevé d’un environnement donné. Celui-ci a changé à cause de nos souillures. Le miracle teilhardien de l’homme épicentre de l’univers était une idée alléchante. J’y ai cru parce que, comme lui, je pensais que la sagesse finirait par triompher. Les sédentaires ont façonné la surface du globe selon leurs besoins qui se sont révélés sans limite. Ils en tirent le maximum, obèrent ses possibilités de recyclage. Si l’homo sapiens disparaît un jour de notre planète, celle-ci retrouvera, j’en suis convaincu, sa créativité première. Sur les ruines qu’il aura laissées, la vie rejaillira, et au bout de la chaîne, la pensée refleurira comme la première fois. La Grande Mère échaudée ne commettra peut-être pas la même erreur, et limitera les capacités de nuisance de ceux qui en seront les dépositaires.

Un jour viendra où l’idée de créer des musées de la biodiversité, des réserves de biotope, ne fera plus sourire.

La fin de la guerre du Vietnam était prémonitoire. Elle annonçait, au pire de la crispation idéologique mondiale, la disparition de ce type de conflit et la prééminence prochaine du pouvoir financier sur le politique, un pouvoir qui ne s’embarrasse, lui, d’aucun principe moral et exploite sans l’ombre d’un discernement toutes les ressources terrestres et humaines.

Jean Bertolino in “Chaman”. 2002.

harmonie...

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

28 Avril 2013, 07:56am

Publié par pam

mieux que le film.. la fin du film

allez aussi voir le documentaire d'Arte sur New-York et ses transformations vers plus de nature pour lutter contre la pollution... sans être dupe on peut au moins se remettre à espérer des jours meilleurs pour notre planète...

ne pas être dupe... et pas d'angélisme non plus :

Les médias ont le don de mettre le focus sur des sujets anodins, puérils, sans jamais (ou presque) suivre jusqu'au bout les informations importantes.

Je me fiche d'avoir les détails du procès du Mediator, je veux savoir jusqu'à quand on supportera que des laboratoires pharmaceutiques mettent nos vies en danger pour faire plus de profit. Qui a des solutions, quel parlementaire cherche à lever le voile sur leurs agissements, par quels moyens peut-on s'informer des risques, quelles sont les pressions subies par les médecins, pharmaciens, hôpitaux, parlementaires et autres, quels pourraient être nos moyens d'action ?

Que faire contre les décisions de déremboursement de médicaments efficaces est souvent peu onéreux (mais qui ne rapportent rien aux labos) ? Combien de petites entreprises liées à la préparation et à la commercialisation des plantes médicinales vont mettre la clef sous la porte (et les employés au chômage), incapables de lutter contre les grosses multinationales, les labos richissimes qui ont eux les moyens de faire passer des lois (comment ? pourquoi ? grâce auxquels des élus par nous, le peuple) ? Ces petites entreprises ne peuvent financièrement mettre en oeuvre les tests et analyses longs et couteux permettant de mettre chaque préparation sur le marché, ils sont dans l'incapacité de lutter, si nous n'agissons pas ils vont disparaitre les uns après les autres, l'emprise des grands labos se renforçant d'autant à chaque fois.

Prenons l'exemple du millepertuis, tellement efficace qu'il provoque l'ire de toute cette clique : on a d'abord entendu dire qu'il était dangereux car provoquant des interactions avec nombre d'autres médicaments (sans jamais que la liste en soit clairement énoncée).

Il existait malgré tout une préparation peu chère et encore remboursée par la sécurité sociale : la teinture mère d'Hypericum Perforatum. Très efficace, sans effets secondaires... Il a été décidé de la supprimer : pas de dérembourser, d'arrêter la fabrication ! Alors, si vous êtes concernés, faites des stocks, pour le moment c'est le seul moyen...

Un petit résumé de son action :

Hypericum perforatum ou Chasse-diable ou Herbe de la Saint-Jean, car Saint Jean est le patron des chevaux et que le millepertuis était réputé soigner leurs douleurs. Utilisé depuis l’antiquité, plante magique chez les Celtes. Autrefois utilisé pour soigner les troubles nerveux et chasser les mauvais esprits. Principe actif : hypéricine.

Efficacité indiscutable contre les douleurs.

Il est aussi efficace que les antidépresseurs (Tofranil, imipramil, Prozac...) pour lutter contre les dépressions qui s’accompagnent d’une douleur morale intense qui dure du matin au soir, d’inhibitions, de perte du désir, d’une incapacité à se projeter dans l’avenir.

Le millepertuis est l’antidépresseur naturel le plus efficace bien que son action perturbante vis à vis d’autres médicaments et les recherches trop récentes donc pas assez significatives l’ont récemment faites interdire.

Outre que c’est une substance naturelle, il n’a pas d’effets secondaire.

4 millions de prescriptions par an en Allemagne ! et décriée en France... surtout pour des raisons d’argent!!. Sous contrôle médical, il peut même soigner les dépressions des enfants.

En macération huileuse des sommités fleuries fraîches, il favorise la régénération des tissus, il hâte la cicatrisation des plaies, des contusions, des brûlures.

On le conseille aussi pour soigner rhumatismes, foulures, luxations.

Infusion de plantes séchées : contre les affections pulmonaires et urinaires.

On utilise, de juin à août, les feuilles et les fleurs fraîches en décoction et en compresse comme cicatrisant.

On utilise les sommités fleuries contre les états dépressifs, le mal-être, le sentiment d’inutilité et la perte d’intérêt.

Antiviral puissant, possible action anti tumorale, psychotrope, anxio-dépresseur.

Idéal pour passer un cap ou s’adapter à une nouvelle situation.

“Elle lui appris à presser l’huile de millepertuis et à en verser de minces filets dans le courant, pour que le Diable panse ses brûlures et laisse venir le beau temps.” Catherine Dufour.

Je fabrique moi-même l'huile de millepertuis : il suffit de cueillir les sommités fleuries de tasser dans un bocal en verre, de compléter par de l'huile bio et de laisser au soleil. Quand l'huile est rouge il faut filtrer et conserver dans des flacons en verre coloré, à l'abri de la lumière et de la chaleur.

En application externe cette huile soulage les brûlures, les inflammations articulaires et musculaires, les névralgies, la sciatique. Anti-inflammatoire, elle peut calmer l’épiderme brûlé par le soleil et accélère la régénération de la peau, lutte contre ses imperfections.

Brûlures, blessures, insectes, psoriasis, eczema.

Si vous avez des idées pour remplacer la teinture mère, partagez-les !

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

27 Avril 2013, 07:14am

Publié par pam

Un regard sur l'état de l'environnement et des solutions pour tenter de restaurer l'écosystème planétaire, à travers des rencontres avec une cinquantaine de scientifiques, intellectuels et leaders politiques.

Voir les commentaires

ne pas accepter l'inacceptable...

22 Avril 2013, 07:50am

Publié par pam

Une immense multinationale fait progressivement main basse sur nos réserves alimentaires mondiales. Elle empoisonne la vie politique et met en danger notre avenir nutritionnel à tous. Pour l’arrêter, nous devons révéler la vraie nature de Monsanto et mettre fin à sa mainmise sur la planète.

Monsanto, le géant de la chimie qui a offert au monde des poisons tels que l’agent orange et le DDT, possède un business plan très perfectionné. Première étape: développer des pesticides et des semences génétiquement modifiées pour leur résister, les breveter, interdire aux agriculteurs de les replanter d’une année sur l’autre et traîner en justice ceux qui bravent l’interdiction. Seconde étape: dépenser des millions de dollars en lobbying politique, financer des campagnes électorales, placer d’anciens gros bonnets de Monsanto à des postes de la haute fonction publique et, grâce à eux, assouplir les réglementations pour distribuer les produits Monsanto sur tous les marchés.

Tant que la législation américaine autorisera les grandes sociétés à flamber des sommes infinies pour influencer les décisions politiques, celles-ci pourront s’offrir toutes les lois qu’elles souhaitent. L’an dernier, Monsanto et d’autres géants des biotechnologies ont dépensé la somme monstre de 45 millions de dollars pour enterrer une loi prévoyant de labelliser les produits génétiquement modifiés en Californie, et ce malgré le fait que 82 % des Américains souhaitent savoir s’ils achètent des OGM. Et ce mois-ci, l’entreprise a imposé le «Monsanto Protection Act», une loi qui empêche les tribunaux de prononcer une interdiction de culture, même s’ils sont soutenus par le gouvernement. Le pouvoir de Monsanto aux États-Unis représente un tremplin pour sa domination sur le monde. Mais de nombreux militants et des agriculteurs européens, brésiliens, indiens et canadiens résistent et pourraient gagner leur combat.

Dans ce combat, nous sommes à un tournant. Faites une promesse de don maintenant pour mettre fin à la mainmise de Monsanto et des autres grandes entreprises sur la politique et l’alimentation. Avaaz ne fera appel à ces fonds que si nous obtenons assez pour faire la différence:

https://secure.avaaz.org/fr/stop_monsanto_frnd5/?buEundb&v=24334&a=35&c=EUR&p=1

Monsanto constitue le moteur de l’industrialisation galopante de l’agriculture. Il piétine les petits exploitants au moment même où les vastes fermes en monoculture épuisent les sols, diminuent la diversité génétique et créent une dépendance aux engrais, pesticides et autres produits chimiques. Ironie du sort, nous ne savons même pas si la destruction d’une agriculture naturelle et durable a permis une augmentation des rendements alimentaires. Une seule chose est sûre: les grandes entreprises d’agrochimie ont prospéré. Nos responsables politiques devraient s’interposer, mais ils doivent affronter le lobbying effréné de Monsanto.

Le quasi-monopole de Monsanto est sidérant: l’entreprise possède aujourd’hui les brevets de 96% des semences génétiquement modifiées plantées aux États-Unis. Et malgré les sérieuses inquiétudes en matière de santé publique et de sécurité environnementale, ces mêmes brevets interdisent aux scientifiques et agriculteurs de tester les semences! Néanmoins, quelques pays ont banni ou restreignent les produits Monsanto.

Monsanto affirme que ses produits restent les moins chers, mais les agriculteurs se retrouvent souvent à signer des contrats de plusieurs années; par la suite, le prix des semences, qu’ils doivent racheter chaque saison, augmente et ils doivent utiliser plus d’herbicides pour se protéger des mauvaises herbes devenues ultrarésistantes. En Inde, la situation est si grave qu’une zone de culture du coton a même gagné le triste surnom de « région du suicide »; là-bas, des dizaines de milliers de fermiers pauvres se sont suicidés pour échapper à leurs dettes.

Mais agriculteurs et scientifiques se rebellent, et ils sont sur la voie de la victoire. En Inde, un groupe a gagné trois procès sur les brevets contre de grandes entreprises. Au Brésil, cinq millions d’agriculteurs ont accusé Monsanto de ponctionner des redevances injustifiées. Ils ont obtenu des réparations d’un montant de 2 milliards de dollars! La communauté scientifique fait campagne pour un modèle agricole plus durable et la semaine dernière, 1,5 million de membres ont rejoint le combat contre le brevetage des semences conventionnelles à l’échelle de l’Union européenne.

Seul un mouvement massif, mondial et uni pourra s’opposer à Monsanto et à la mainmise des entreprises sur les décisions politiques. Révélons au grand jour cette emprise sur nos démocraties, aidons les agriculteurs à protester, remettons en question les lois injustes et les brevets et affrontons face à face les lobbies des grandes multinationales. Faites une promesse de don pour soutenir notre action dès maintenant :

https://secure.avaaz.org/fr/stop_monsanto_frnd5/?buEundb&v=24334&a=35&c=EUR&p=1

Le temps nous est compté. Alors que nous devons faire face à des crises environnementales, climatiques et alimentaires, nous avons besoin de l’agriculture et de l’innovation. Mais pour cela, la diversité des agriculteurs et les scientifiques qui savent ce qui fonctionne le mieux selon les écosystèmes sont plus efficaces qu’un immense bloc monolithique attiré par le profit et le contrôle de l’avenir alimentaire de notre planète.

Ce Goliath devient chaque jour un peu plus puissant. Mais si notre communauté forte de 21 millions de membres reste unie, nous avons une chance de le vaincre. Les membres d’Avaaz s’opposent depuis longtemps aux intimidations des grandes entreprises. Aujourd’hui, il est temps pour nous de passer à la vitesse supérieure pour préserver les décisions politiques des intérêts particuliers, protéger notre alimentation et obtenir la justice pour les agriculteurs.

Avec espoir et détermination,

Alice, Oli, Joseph, Ricken, Pascal, Chris, Michelle, Emily et toute l’équipe d’Avaaz


POUR EN SAVOIR PLUS :

OGM : suicide « collectif » de 1500 fermiers indiens (Blogs Médiapart)
http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-therese-ferrisi/071211/ogm-suicide-collectif-de-1500-fermiers-indiens

La menace des « super mauvaises herbes » s’amplifie (Futura-sciences)
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/botanique-1/d/ogm-la-menace-des-super-mauvaises-herbes-samplifie_19036/

Le « Monsanto Act » met les OGM au-dessus de la loi aux États-Unis (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/05/comment-monsanto-a-mis-les-ogm-au-dessus-de-la-loi-aux-etats-unis_3154615_3244.html

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

16 Avril 2013, 08:02am

Publié par pam

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 > >>