Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

medecine quantique

Médecine quantique

1 Avril 2015, 07:24am

Publié par pam

extraits de "Le corps quantique" de Deepak Chopra :

LA FIN DE LA GUERRE.

La guérison quantique est la capacité d’un mode de conscience (l’esprit) de corriger spontanément les erreurs commises dans un autre mode de conscience (le corps). Processus complètement fermé sur lui-même. La guérison quantique fait la paix.

Lorsque la conscience est fragmentée, elle déclenche une guerre dans le système corps-esprit. Cette guerre est à l’origine de nombreuses maladies et fait intervenir ce que la médecine moderne nomme leur composante psychosomatique. Les rishis diraient la peur née de la dualité et ils la considéreraient, non comme une composante, mais comme la cause principale de toute maladie.

Le corps envoie de nombreux signaux pour faire savoir qu’un conflit est en cours... le corps de cette femme appelait la guérison et le lui disait à chaque crise. Elle ne pouvait même pas fermer les yeux pour méditer sans que son corps recherche désespérément quelque soulagement en sombrant dans le sommeil. “Il est inutile d’essayer de combattre cette maladie car vous êtes votre propre ennemi.” Elle n’avait pas besoin de technique mentale, elle avait besoin de laisser faire son corps qui souhaitait guérir. Le meilleur moyen de coopérer était de lui donner le repos qu’il exigeait, de continuer la méditation, de changer d’alimentation et de prendre conscience qu’aucune satisfaction professionnelle ne pourrait compenser le risque qu’elle encourait. La nature essayait de lui dire quelque chose de très important et dès qu’elle y prêterait attention, ses problèmes se résoudraient d’eux-mêmes.

L’erreur de l’intellect est insidieuse. Celui-ci refuse de croire que tout arrive à l’intérieur d’une même réalité corps-esprit ; il fait croire que l’organisme malade est une autre réalité, n’importe quelle autre sauf la sienne.

La maladie est évidemment le signe d’un conflit, qui se déroule à l’intérieur.

Pour chaque maladie, il y a des dizaines, des centaines de fois où notre organisme l’a neutralisée avant qu’elle ne se déclare. Ce n’est que lorsque nous souffrons d’un conflit intérieur que le système immunitaire perd ses capacités de défense, de guérison et de mémoire silencieuses.

Nous avons tendance à oublier que la paix est la norme.

Aujourd’hui, les gens sont profondément convaincus qu’un certain degré de conflit interne est normal. Le rythme trépidant du travail, de la vie, nous a accoutumé au tumulte. C’est nous qui avons déclenché la guerre. Vivre avec une peur constante, même sans avoir le cancer, n’est pas le signe d’une bonne santé. La guerre n’est pas finie, l’ennemi a simplement pris le maquis.

La philosophie qui sous-tend le traitement du cancer est que l’esprit doit rester passif tandis que le corps est mis à sac. Un conflit ouvert est en réalité encouragé dans le système corps-esprit. Le tout n’est pas de savoir comment gagner la guerre, mais comment préserver la paix.

L’Ayurveda nous permet d’atteindre le niveau de conscience qui exorcise ce démon de la mémoire.

Il nous dit de chercher la cause de la maladie à un niveau plus profond de la conscience, qui nous mènerait vers la voie de la guérison.

Il est absolument normal d’être trop occupé pour être malade. C’est juste ce qui permet au système immunitaire de vivre en bonne intelligence avec son environnement. Lorsqu’on est simplement soi-même et non pas un “cancéreux”, la réaction en chaîne de la réponse immunitaire, avec ses centaines d’opérations, se déclenche alors, fermement décidée à l’emporter.

Mais si l’on se laisse envahir par un sentiment d’impuissance et de peur, cette chaîne se brise. Les neuropeptides associés aux émotions négatives se propagent, se fixent aux cellules immunitaires dont la réponse perd de son efficacité. On n’en connaît pas l’explication, mais le déficit immunitaire de malades dépressifs est bien connu. C’est là que naît le paradoxe : si l’on ne faisait pas toute une histoire du cancer, mais que l’on y réagissait comme à quelque chose de banal, on aurait les meilleures chances de se rétablir. Mais le diagnostic du cancer fait que le patient se sent complètement anormal.

Le diagnostic lui-même engendre le cercle vicieux.

Médecine quantique

Voir les commentaires

La révolution de l'esprit.

24 Mars 2015, 08:55am

Publié par pam

D’où vient la maladie ? Quelle est l’influence de nos pensées sur notre corps ?Que peut-on espérer des guérisseurs et énergéticiens pour vaincre la maladie ? Quel est le regard de la communauté scientifique sur ce type de guérisons ? Face à ces nombreuses interrogations, nous sommes aller à la rencontre de médecin, de guérisseurs et d’énergéticiens reconnus, afin de recueillir leur témoignages et de les suivre avec leur patients : - Luc Bodin, docteur en médecine et diplômé en cancérologie clinique - Lila Rhiyourhi, médium / guérisseuse - Elan Sarro, artiste, spécialiste de la méditation - Tal Schaller, médecin holistique - Didier Traullé, guérisseur, magnétiseur, et rebouteux Un documentaire d’Anthony Chene

La maladie nous demande de changer quelque chose...

La société nous fait croire que la maladie est fruit du hasard, mais c'est nous créons nos maladies...

La maladie est un avertissement, la guérison n'a rien à voir avec les traitements, c'est permettre au corps physique de se régénérer mais en s'occupant du corps émotionnel...

Moule occidental : stress, contraintes, obligations, mauvaises habitudes, stimuli disharmonieux, pollutions...
En arrêtant le mental, en étant dans l'ici, maintenant, en arrêtant de ruminer, ressasser, par la méditation, on retrouve l'équilibre, on remet les choses dans l'ordre d'importance...

Voir les commentaires

Bonheur et méditation...

5 Juin 2014, 07:40am

Publié par pam

Matthieu Ricard, "Plaidoyer pour le bonheur" extraits :

XXI - LE BONHEUR AU LABORATOIRE.

Adage bouddhiste : “ Il n’y a pas de grande tâche difficile qui ne puisse être décomposée en petites tâches faciles.”

On doit s’interroger sur les rapports entre le bonheur et le fonctionnement du cerveau.

Notre monde émotionnel peut être considérablement bouleversé par des anomalies cérébrales. Est-il possible de modifier durablement les configurations cérébrales en pratiquant certaines activités physiques et en cultivant divers états mentaux par un entraînement de l’esprit ?

On parle actuellement de neuroplasticité : le cerveau évolue continuellement en fonction de nos expériences (établissement de nouvelles connexions entre neurones, renforcement de connexions existantes, fabrication de nouveaux neurones). Exemple typique : la pratique musicale.

Pas de centre des émotions, mais interaction de plusieurs régions du cerveau.

À l’inverse, le cortex préfrontal gauche est plus actif chez les gens joyeux, altruistes, enthousiastes, vifs d’esprit ; et le cortex préfrontal droit est plus actif chez les dépressifs, anxieux, pessimistes. Ce serait présent dès l’enfance.

Le rapport personnel droite-gauche serait le point d’équilibre émotionnel.

Daniel Goleman : “Dans quelle mesure peut-on former le cerveau à fonctionner de façon constructive, à remplacer l’avidité par le contentement, l’agitation par le calme, la haine par la compassion ? Les médicaments sont la principale réponse de l’Occident aux émotions perturbatrices, pour le meilleur et pour le pire. Mais peut-on, par nos propres efforts, obtenir des changements positifs et durables du fonctionnement de son cerveau ?”

Des recherches ont envisagé la méditation comme un entraînement de l’esprit, comme une réponse pratique à l’éternel casse-tête que constitue la gestion des émotions perturbatrices. Les résultats sont prometteurs.

Contrairement à la plupart des sujets inexpérimentés, un moine peut volontairement réguler son activité cérébrale. Des méditations différentes entraînent des changements notables et distincts, autant que l’éveil et le sommeil. Corroborant aussi le fait que les altruistes manifestent la plus grande satisfaction de vivre.

Un autre test fait suivre très rapidement des expressions faciales traduisant des émotions. La capacité de reconnaître des expressions fugaces indique une disposition inusuelle à l’empathie et à la perspicacité. L’étude montrait que les plus doués sont aussi les plus ouverts, curieux des choses en général, consciencieux, fiables et efficaces. Les méditants pulvérisèrent les records de reconnaissance des signes émotionnels. Le Dalaï-lama avança que ce pouvait impliquer deux formes d’aptitude : un accroissement de la vitesse de cognition, qui faciliterait la perception de stimuli rapides, et une plus grande réceptivité aux émotions des autres.

Du point de vue des sciences cognitives, on pourrait décrire la méditation comme un effort systématique de focalisation de l’attention et des facultés mentales et émotionnelles qui l’accompagnent.

La méditation peut donc induire de profondes transformations du cerveau.

Si les méditants entraînent leur esprit de façon à maîtriser leurs émotions destructrices, pourrait-on intégrer certains aspects pratiques, non religieux, d’un tel entraînement dans l’éducation des enfants ? Pourrait-on inciter les gens à mieux gère leurs émotions destructrices en s’essayant à certaines de ces méthodes d’exercices de l’esprit ?

Le Dalaï-lama : “Je ne cherche pas à promouvoir le bouddhisme, mais plutôt la façon dont la tradition bouddhiste peut contribuer au bien de la société. “

 Bonheur et méditation...

Voir les commentaires

Dr. Lipton : L'impact de notre environnement et de notre état d'esprit sur notre santé

25 Avril 2014, 06:23am

Publié par pam

Voir les commentaires

Guerison spirituelle, guérison quantique, méditation.

1 Mars 2014, 07:39am

Publié par pam

Extraits de "Santé parfaite" du Docteur Deepak Chopra :

La liberté par rapport à la maladie existe : il faut amener la conscience à prendre en charge la maladie. Ainsi la conscience des cellules va se développer et le processus de guérison s’accélérer.

Si l’on maintient les forces à l’intérieur de nous en harmonie et en équilibre avec notre environnement, nous pouvons être à l’abri de toute maladie. Principe ayurvédique : tout trouble peut être prévenu tant que l’équilibre est maintenu, non seulement dans le corps mais aussi dans l’esprit et la psyché. Les sages enseignent qu’en chacun de nous existe une impulsion à croître et progresser. Cette impulsion régit notre équilibre général automatiquement et est à l’oeuvre dans chaque cellule, plus particulièrement dans le cerveau qui maintient simultanément l’équilibre de la température, du taux métabolique, de la croissance, de la faim, de la soif, du sommeil, de la chimie sanguine, de la respiration, etc. C’est l’hypothalamus, zone minuscule qui coordonne tout cela. Mais la source réelle de l’équilibre demeure, plus profondément encore, au niveau quantique. Là, l’impulsion fondamentale de notre croissance peut être captée. Il s’agit d’un domaine vital et pourtant méconnu de la plupart, ce qui explique pourquoi les gens se trouvent si souvent démunis devant maladies et vieillissement. Quand les forces agissant contre la vie ont le dessus, le corps se détériore sans autre choix.

Il faut remonter jusqu’à la source de l’intelligence, permettre à l’esprit de s’élargir et d’explorer les réalités supérieures, et le corps suivra. On peut amener sa conscience à un niveau subtil de soi, ce que nous appelons pensées et émotions ne sont rien d’autre que les expressions des fluctuations quantiques. L’esprit conscient a la capacité de guérir, et semble avoir été l’agent de guérisons soudaines même dans les cas les plus avancés de maladies incurables. Ces “rémissions spontanées” sont très rares mais peuvent apparemment conduire à des guérisons totales et durables. Si une personne le peut alors nous savons que c’est possible. Le processus de guérison est déclenché par une découverte nouvelle qu’il faut faire à l’intérieur de nous-mêmes. Nous avons donc autant de chance qu’un autre de guérir.

Il convient de s’aider des techniques de l’Ayurveda pour stimuler ses défenses naturelles, se soumettre à des traitements de purification visant à éliminer les impuretés de son corps.

L’esprit du patient doit inviter son corps à accepter une nouvelle réalité, en se gardant de porter attention au fait que ce qui se passe semble impossible. Tous les patients qui guérissent, même s’ils sont très différents, ont en commun qu’ils ont soudain pris conscience et su, avec une totale certitude, qu’ils allaient se porter mieux. Comme si la maladie n’était plus qu’un mirage, du jour au lendemain, chacun d’eux a pu passer au-delà, dans un espace où nulle peur, nul désespoir, nulle maladie n’existe.

Ils étaient entré dans le lieu qui s’appelle santé parfaite.

Guerison spirituelle, guérison quantique, méditation.

LA VISUALISATION : METTRE À PROFIT L’ATTENTION ET L’INTENTION.

Diriger son attention vers une zone du corps qui a besoin d’être soignée en y mettant une intention particulière est une technique thérapeutique efficace.

“Tout ce vers quoi nous dirigeons notre attention dans notre vie devient plus fort.”

Ainsi il est possible d’activer dans l’organisme des processus de guérison, délibérément.

“L’intention possède un pouvoir illimité.”

Il est capital de se faire une idée claire du but que l’on se propose. (Pas des détails, sinon nous ne pourrions jamais agir)

Ces principes permettent de stimuler les défenses naturelles du corps.

TECHNIQUE DE VISUALISATION :

Assis, yeux fermés, dirigez l’attention vers le cœur et pensez à tout ce envers quoi vous ressentez de la gratitude. Tentez ensuite de vous libérer de tout motif de reproche, regrets, hostilité, oubliez-les le temps de la méditation. En pensant à une conscience universelle, répétez “que ta volonté soit faite”. Tentez d’apaiser le dialogue intérieur, laissez l’attention se reporter sur votre corps, détendez les zones de tension. Reportez l’attention sur la respiration, conscient, puis tentez de la ralentir. Idem sur les autres parties du corps. Tentez de percevoir pulsations et chaleur dans ces zones, puis dans la zone que vous désirez renforcer ou soigner, et répétez plusieurs minutes : “guérison et transformation”. Tentez de rester attentif au rythme cardiaque, dirigez l’attention vers la poitrine, ensuite ouvrez les yeux pour conclure la méditation.

Cet exercice a d’abord pour effet d’augmenter la chaleur du corps et de faire affluer le sang aux endroits qui nécessitent des soins, puis il permet d’y introduire l’intention de guérir. Il faut commencer par se purger de toutes les mauvaises pensées.

À pratiquer aussi souvent que possible.

Guerison spirituelle, guérison quantique, méditation.

Les habitudes rigides de pensées et de sentiments vont commencer à s’évanouir de leur plein gré. Quand cela se produit, l’esprit est en fait en train d’apprendre à se guérir lui-même.

La méditation vous conduira de plus en plus profondément à l’intérieur de vous-même, jusqu’à ce que vous puissiez atteindre une zone non affectée par la maladie.

En pratiquant régulièrement, ces moments de clarté vont s’étendre et devenir la norme, au début, vous êtes encore tributaire de certains schémas dans votre conscience, et votre corps le sait. Mais vous pouvez lâcher prise. La médiation est une sorte de lâcher-prise qui vous permet simplement d’être.

Le soi est la demeure profonde de l’esprit. Par le simple fait d’y retourner, vous allez imprégner votre esprit de cette même paix et de ce même silence.

Au lieu d’apparaître sous forme de fragments morcelés, les choses émergent comme un tout, au lieu d’être confronté à des conflits troublants, il n’y a plus de conflit. Le soi est comme un décor neuf auquel l’esprit doit s’intégrer.

Ce que la méditation vous enseigne c’est que la réalité, au sens d’une totalité, exerce une puissante attraction. Elle essaie de vous rappeler chez vous. Trouver son soi véritable est un processus très profond, une exploration qui ne cesse jamais. Votre corps sera à l’écoute de signaux plus sains aussi longtemps que vous continuerez à ramener l’esprit à sa source, ces signaux irradieront de plus en plus de santé. Le rétablissement complet est proche.

Guerison spirituelle, guérison quantique, méditation.

Voir les commentaires

Santé parfaite.

28 Février 2014, 07:43am

Publié par pam

La plupart des gens sont intimement convaincus que leur corps a un début et une fin bien définis, que la vie humaine commence comme cellule dans le sein de la mère et finie poussière retournant à la poussière. Croyances culturelles mais pas faits absolus. Le corps humain se crée et se recrée lui-même sans cesse, jour après jour. Chaque minute se produit en nous genèse et mort. Il n’est donc jamais trop tard pour commencer à se créer le corps qu’on souhaite au lieu de celui dont nous croyons faussement être affublés pour la vie.

Chaque inspiration est un acte créateur, l’air inspiré se transforme en un instant en “vous”.

Il aura traversé la frontière invisible séparant l’inanimé du vivant. En soixante secondes, ce même atome d’oxygène aura fait un tour complet de votre corps (15 secondes pendant un sport vigoureux). Notre responsabilité envers nous-mêmes est elle aussi créatrice. Nous avons été placé en ce monde pour mener à bien un projet qui équivaut à la construction d’un nouvel univers chaque jour. À chaque inspiration, nous répartissons dans tout notre corps une quantité astronomique d’atomes nouveaux. La raison pour laquelle nous ne sommes pas tous en parfaite santé, c’est que nous replaçons toujours aux mêmes endroits les nouveaux atomes. C’est une question de conscience, de la manière dont nous nous percevons nous-mêmes. Nous envoyons à notre corps des signaux qui renforcent les mêmes croyances anciennes, les mêmes peurs et souhaits qu’autrefois, les mêmes vieilles habitudes que celles d’hier et de la veille. C’est pourquoi nous sommes contraints de garder la même vieille dépouille.

SANTÉ PARFAITE. Dr Deepak CHOPRA. 1991. 2005 Presses du Châtelet.

Guérir, rajeunir et vivre heureux avec la médecine indienne.

Santé parfaite.

Voir les commentaires

espoir quand tu nous tiens !

6 Juin 2013, 10:50am

Publié par pam

Voir les commentaires

au sujet du vieillissement...

23 Mai 2013, 08:05am

Publié par pam

“Malgré le peu de progrès fait par la gérontologie, elle a démontrée que de nombreux symptômes de sénilité qu’on pensait définitifs sont réversibles. Ils ne sont pas les signes d’une dégénérescence du cerveau mais viennent d’une mauvaise alimentation, de la solitude, de la déshydratation, de facteurs liés à l’environnement de la personne. Le vieillissement comporte un facteur choix important. Il est contrôlé par la conscience. Quand, grâce à la transcendance, l’activité mentale cesse, avec elle cesse l’activité cellulaire, retardant le vieillissement. Il suffit de ne pas se programmer à dégénérer avec l’âge. Il suffit donc d'élargir sa conscience pour vivre plus longtemps.

Ce qui rend la vie insupportable, c’est de se sentir prisonnier de son corps."

Deepak Chopra in “Le corps quantique”.

au sujet du vieillissement...

Voir les commentaires

Médecine quantique...

23 Mai 2013, 08:00am

Publié par pam

Dès la connaissance du corps quantique, bien des choses inexpliquées se comprennent . Exemple relatif aux crises cardiaques :

- c’est le lundi matin à 9 heures que se produisent la grande majorité des crises cardiaques.

- ceux qui ont le moins de risque d’en avoir sont ceux qui disent ressentir un fort degré de satisfaction au travail.

On peut soupçonner qu’un aspect de choix est bien à l’oeuvre, même si les crise cardiaques sont censées frapper au hasard. Pour l’Ayurveda, contrairement à la médecine occidentale, le cœur porte l’empreinte des impulsions qui emplissent l’esprit, y compris déceptions, peurs et frustrations qui l’assaillent. Au niveau quantique, esprit et corps ne font qu’un, donc il est normal qu’une insatisfaction profonde, refoulée, en vienne à se manifester sous forme de son équivalent physique : crise cardiaque.

Toute insatisfaction devra s’exprimer physiquement, car toutes nos pensées se transforment en substances chimiques. Lorsqu’on est heureux, les cellules reçoivent le message, fonctionnent avec plus d’efficacité, et inversement. Tout ce que nous faisons et pensons prend sa source à l’intérieur du corps quantique pour émerger ensuite à la surface de la vie.

Voir les réactions sous hypnose.

Positivement, cela veut dire que nous disposons tous de pouvoirs énormes, qui demeurent inexploités, de créer inconsciemment la maladie mais aussi la santé.

Notre but est de permettre à chaque patient d’atteindre le niveau d’équilibre parfait qui demeure en lui indépendamment de la gravité de son état. Le fait même d’expérimenter ce niveau conduit à la guérison, en permettant au corps d’avoir recours à ses propres ressources.

Quelqu’un qui apprend qu’il a un cancer envoie des signaux de terreur et de panique, de détresse accablante, à son système immunitaire, c’est le pire qu’il puisse lui faire.

Il faudrait mieux l’aider à trouver le lieu où sa maladie n’existe pas.

En cas de maladie grave, bien des couches de déséquilibre peuvent empêcher l’accès à ces profondeurs où existe la guérison. On pourrait passer sa vie entière sans jamais soupçonner l’existence du corps quantique.

À ce niveau plus profond, la santé parfaite est une réalité qui attend d’être portée à la surface de la vie. Le début de la perfection consiste à se défaire des imperfections, l’Ayurveda nous y aide par ses nombreuses techniques, physiques et mentales.

Si vous parvenez à percer le masque de la maladie et à contacter votre soi intérieur, ne serait-ce que quelques minutes par jour, vous accomplirez de grand pas vers la guérison.

L’angoisse et la culpabilité ne servent qu’à empirer les choses : avoir ou non mérité la maladie, avoir suivi un mauvais régime, un mode de vie peu sain... Toute personne atteinte d’une grave maladie va être dominée par la peur, qui n’évite pas la maladie mais installe le décor d’une réalité maladive. Un bel endroit naturel est important pour guérir contrairement à l’hôpital qui en permanence va rappeler la maladie au malade. Il est important aussi de nettoyer l’ama, tous ces débris accumulés dans notre corps et nos cellules, déchets qui nuisent à la fonction cellulaire et entraîne un vieillissement plus rapide. Le panchakarma, les bains, les massages, envoient des signaux de guérison à nos cellules qu’on est en train de nettoyer, réparer. Ils aident le patient à retrouver l’équilibre.

La fatigue est comme l’ombre de vieux stress accumulés dans le système nerveux. Les cellules conservent l’empreinte du stress et finissent par perdre leur capacité à fonctionner parfaitement.

LA PUISSANCE DE LA CONSCIENCE.

Le secret du rétablissement d’un malade est lié à un changement dans sa conscience, il apprend que la maîtrise de soi s’acquiert plus grâce à un lâcher prise que par des tentatives cherchant à contrôler le corps de force. Il lui faut reconnaître que son état de santé dépend de son état de conscience, l’esprit affecte profondément le corps. Il faut créer une nouvelle réalité. Se sentir bien fait partie de la guérison. Si votre conscience profonde change, vos réactions, votre humeur changeront avec, comme le corps. Les émotions négatives perturbent le système immunitaire. Domination de l’esprit sur la matière dans le processus de la guérison.

Laisser simplement s’en aller les imperfections, et la perfection jaillira d’elle-même.

OUVRIR LES CANAUX DE GUÉRISON.

Retrouver le contact avec le corps quantique est le but le plus important de l’Ayurveda.

Les facultés de guérison du corps sont très grandes mais celles de la guérison quantique sont infinies. Le flux d’intelligence qui émerge du corps quantique peut être canalisé d’innombrables manières en vue de tel ou tel résultat dans le corps physique, y compris la guérison de maladies graves et le renversement du processus de vieillissement.

Les techniques de guérison s’adressent à tous ceux qui désirent s’approcher de la santé parfaite, pas seulement à ceux qui sont malades.

Deepak Chopra in "La santé parfaite". Guérir, rajeunir et vivre heureux avec la médecine indienne. 1991.

Voir les commentaires

guérison quantique

10 Janvier 2013, 07:43am

REALITE

“Eddington a affirmé qu’il existait deux réalités : la secondaire est la réalité mécanistique étudiée par la science, l’autre est la réalité humaine faite d’expériences quotidiennes. Dans la 1° la Terre est un grain de matière tournant autour d’une étoile, jetée à la dérive parmi des milliards d’objets stellaires. Dans la réalité humaine, la Terre est le centre de l’Univers, la vie qu’elle abrite est la seule chose importante qui existe. De nombreuses personnes connaissent des contacts mystiques avec la Terre, se sentant être la Lune ou la Mer.” 

“Il est possible que nous choisissions nos maladies. Nous n’en sommes pas conscients car le choix se situe au-dessous du niveau de nos pensées conscientes, mais s’il existe, nous devrions être capables de le modifier. Chacun de nous peut modifier la biologie de son organisme d’un extrême à l’autre : on n’est pas le même, physiologiquement parlant, quand on est heureux ou déprimé. Les cas de personnalités multiples prouvent que cette capacité de changer de l’intérieur est contrôlée de manière très précise. 

On peut considérer le vide sidéral comme morne, froid, sans vie mais aux yeux du physicien il est rempli d’une énergie invisible attendant de fusionner pour créer des atomes. 

Upanishad indien : “La puissance qui pénètre l’Univers est bien supérieure à celle qui transparaît”.

Nos sens ne sont pas prêts à considérer le vide comme la matrice de la réalité car ils ne perçoivent la nature qu’à un niveau plus grossier. Chaque gradation quantique est minime mais elle implique une réalité totalement nouvelle au niveau plus large des molécules et des organismes vivants. 

Ainsi, le vide n’est pas un vide mais le point de départ de tout ce qui existe. Et ce point de départ est en contact permanent avec tous les autres points, il n’y a aucune rupture dans cette continuité. 

L’équation d’Einstein, E = mc2, a montré que l’énergie pouvait se transformer en matière, ce constat a permis à la physique de franchir la limite de ce qui est  “plus petit que petit”. Les pères fondateurs de la physique quantique étaient tous des disciples de Platon, ils pensaient que le monde des choses n’est que l’ombre projetée d’une réalité plus vaste, invisible et immatérielle. Certains, comme Einstein restèrent perplexes devant la perfection de la nature, sans pour autant lui attribuer une intelligence, contrairement à Eddington pour qui notre vision du monde est à la base un ensemble de fonctions cérébrales. Où que l’on regarde, l’Univers visible est fondamentalement un réseau de signaux, mais tous ces signaux fonctionnent en harmonie, transformant des vibrations sans signification en expériences qui ont une signification humaine. L’amour qui lie un homme à une femme peut être décomposée en données brutes mais ce faisant, il perd de sa réalité. D’après Eddington, tous ces codes doivent correspondre à quelque chose de plus réel qui se situe au-delà de nos sens. En même temps, ce quelque chose nous est très familier car nous sommes tous capables de déchiffrer le code pour transformer des vibrations quantiques chaotiques en une réalité bien ordonnée. La réalité de la musique se trouve dans la forme éclatante et invisible qui hante notre mémoire sans jamais avoir été présente dans le monde physique. 

Contrairement à ce que pensent les médecins aujourd’hui, le pancréas anormal d’un diabétique n’est pas aussi réel que la mémoire déformée qui s’est infiltrée à l’intérieur des cellules pancréatiques. Cette prise de conscience ouvre la voie de la guérison quantique. Les techniques mentales de l’Ayurveda impliquent le contrôle des structures invisibles qui régissent l’organisme. Cela permet de maîtriser la relation corps-esprit. La technique ayurvédique n’est pas magique, elle s’inspire de la nature.”

“ Quand notre cerveau nous montre le monde, c’est en réalité nous-mêmes qu’il montre. Tout ce qui existe se trouve donc enfermé dans notre subjectivité.”

Deepak Chopra in “Le corps quantique”.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

REALITE ENCORE...

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Il s’était trompé en créant une structure hermétique comme le Feu de Dieu. Les chances de survie ne résidaient pas dans l’isolement, dans la fermeture, mais dans l’ouverture et le partage. Le repli sur soi rapprochait l’être humain de la nature reptilienne. Or il ne croyait pas que l’homme descendît de l’animal, même s’il en avait parfois le comportement. L’homme était un pont entre le ciel et la terre, dont le regard restait trop souvent rivé à la matière, comme leurré par la gravité. Deux mois avant le cataclysme, Franx avait lu un essai passionnant sur la théorie de la perception subjective de l’Univers. De l’article, il avait retenu que, même si l’auteur ne le formulait pas dans ces termes, la réalité n’était qu’une illusion, une construction mentale, qu’il n’existait donc pas de réalité objective, que les hommes la fabriquaient et l’entretenaient en permanence par la pensée; la théorie rétablissait la légitimité du couple esprit/matière et la liaison entre les deux, le Verbe, une autre illustration de la trinité chrétienne ou de la Trimurti hindoue, Brahmâ le créateur, Vishnou, le conservateur et Shiva le destructeur. En créant le Feu de Dieu, il avait commis la même erreur que Josy et Milou, qui, parce que la peur avait rétréci leur espace mental, avaient sauté de plusieurs dizaines de milliers d’années en arrière.” 

Pierre Bordage in “Le feu de Dieu”.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“”Regarder”, interpréter ce que le monde nous offre détermine en grande partie le cours de notre existence. La perception est la source de tout. Chacun de nous choisit la manière dont il ou elle veut considérer la réalité. Cette  perception se transforme avec l’âge, certainement, mais nous restons toujours conscients qu’il y a au moins “treize façons de regarder un merle”, comme Stevens le dit si pertinemment. Comme tant d’aspects de la vie qui se situent au-delà du constat empirique, il n’existe pas d’unicité de point de vue. là encore, la subjectivité domine.” 

Douglas Kennedy in “Quitter le monde”.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

”Quand un chien voit l’homme lui donner à manger, il se dit que l’homme est son dieu. Quand un chat voit l’homme le nourrir, il se dit que l’homme est son serviteur.” 

Bernard Werber in” Le miroir de Cassandre”.

“C’est ton imaginaire onirique qui me donne consistance. La réalité, c’est ce que tu crois.” idem.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“C’est notre esprit qui crée le monde dans lequel nous vivons.”

Dalaï-Lama.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tout Ce Que Nous Ne Sommes Pas

Je peux facilement m'identifier à l'excès, aux émotions et aux rôles, et devenir ce que je ressens: je suis en colère....je suis divorcé...Je suis déprimé....je suis une nullité....je ne suis que confusion et tristesse.

Peu importe comment nous nous sentons à quelque moment que ce soit, nous ne sommes pas alors seulement nos émotions, nos rôles, nos traumatismes, nos valeurs, nos obligations ou nos ambitions. Il est facile de nous définir par le combat qui nous absorbe dans l'instant! Et il est tout à fait humain d'être consumé par ce qui nous meut intérieurement. En contrepartie, j'ai souvent pensé à la manière de sculpter de Michel-Ange, à sa façon de voir sa sculpture déjà finie dans la pierre brute.

Il disait souvent que son travail consistait à éliminer le surplus et à libérer de la pierre la beauté qui attendait à l'intérieur.

J'aime beaucoup penser au discernement spirituel de cette façon. En nous faisant face et en découvrant le sens de nos rudes expériences, tout le travail de la conscience s'effectue en éliminant l'excès, ce que nous ne sommes pas. Ainsi nous trouvons et libérons le geste de l'âme qui attend depuis longtemps en nous, entier. Les diverses souffrances intérieures et extérieures sont les coups de ciseaux divins qui dégagent la beauté présente en nous depuis notre naissance.

Mark Nepo

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“La science rejoint enfin la Tradition. Le monde d'espace-temps dans lequel nous vivons au quotidien n'a aucune réalité. Il est une construction mentale que certaines propriétés de notre cerveau rendent réelle tant que nous y croyons, une sorte de rêve-cauchemar dont nous sommes prisonniers et dans lequel nous souffrons. La Physique Quantique nous apporte les éléments de réflexion qui nous permettent de sortir de nos illusions”.

Jacqueline Bousquet.

Voir les commentaires