Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

philosophie

au sujet de l'énergie....

17 Mars 2013, 10:06am

Publié par pam

“Il ne faut pas garder la fatigue dans ton cœur. Il se peut que la fatigue domine le corps, mais le cœur doit continuer à t’appartenir.” Haruki Murakami in “La fin des temps”.

“Chaque être qui a reçu l’inestimable cadeau d’un corps humain se doit d’entretenir ce temple et de l’embellir s’il veut que son potentiel énergétique puisse prendre racine.”

“ Quelles que soient nos pensées, elles sont comme des chansons qui partent à travers le monde et qui nous reviennent. Si vous vous dites que les hommes ne sont pas bons et que vous ne pouvez pas leur faire confiance, vous ne rencontrerez que des gens mauvais auxquels vous ne pourrez pas faire confiance. Il y a tant d’êtres qui ne se font même pas confiance à eux-mêmes. Tant d’êtres qui ne se sentent pas reliés à la Création. Qui inspirent sans se rendre compte qu’ils sont de ce fait en relation avec l’univers entier et avec le cycle de l’existence.

La plupart des hommes n’ont pas idée de l’énergie qu’ils gaspillent en se laissant prendre par le cercle vicieux de l’action et de la réaction. En voulant ou ne voulant pas telle ou telle chose. Cela les vieillit et les fait souffrir."

“Ma grand-mère me disait : tes actions ont plus de signification que tes promesses. Elles doivent être faites maintenant. Elle me montrait que lorsqu’on visualise la chose déjà faite, il devient plus facile de la faire. Ta pensée est juste aussi importante que ton action parce que toutes tes actions commencent dans ta pensée. Ce que l’on pense, c’est comme si on l’avait déjà fait. Même ce que nous pensons ou disons des autres a sur eux une influence. Si nous décrivons quelqu’un comme brutal ou ignorant, nous ne reconnaissons pas la pierre précieuse de la pensée qui se trouve en lui comme en nous. Nous exprimons une idée négative et statique, diminuant ainsi l’énergie disponible pour tout changement et toute transformation.

Lorsque vous parlez de façon positive, les canaux de la colonne vertébrale s’ouvrent. En être conscient, les fait devenir plus clairs. Nos mots, en tant qu’expressions de la pensée et vibrations, ont le pouvoir de former et déterminer la réalité future.

Ce que nous faisons aujourd’hui, ce que nous pensons de nous-mêmes en ce moment a un effet sur tout le cycle de la vie. Notre pensée a un pouvoir... Dans la tradition cherokee, le péché, c’est de s’éloigner des possibilités qui sont en nous.”

“Normalement, le corps humain devrait pouvoir vivre deux cents ans et peut-être plus mais, par le jeu du mental, nous n’arrêtons pas de gaspiller son énergie, en étant sans cesse tiraillés entre l’acceptation et le rejet. Parce que tout simplement, nous ne voulons pas que ce qui est soit. Parce que nous voudrions que ce qui est ne soit pas. Cela nous fait souffrir et nous vieillit.

Nous avons tendance à blâmer le Créateur pour nos maladies et nos troubles mais c’est nous, en réalité, qui sommes responsables de ce qui nous arrive. Car les Cherokees ne cessent de l’affirmer, la santé est notre état naturel.”

Cartier in “Les gardiens de la terre”.

“La plupart de ton énergie te sert à conforter ta propre importance... Si nous étions capables de perdre un peu de cette importance, deux choses extraordinaires nous arriveraient. Nous libérerions cette énergie de la tâche de maintenir l’idée illusoire de notre grandeur, et nous pourrions l’utiliser pour jeter un coup d’oeil sur la magnificence de l’univers.”

Castaneda.

“La nature est construite par l’énergie de l’amour. Quand vos actions sont motivées par l’amour, elles ouvrent le chemin du moindre effort. Si vous cherchez le pouvoir et le contrôle sur autrui, vous gâchez l’énergie, vous empêchez le flux de l’énergie de venir vers vous et vous interférez avec l’expression de l’intelligence de la nature. Motivé par l’amour, votre énergie se multiplie et s’accumule et le surplus peut être utilisé, canalisé pour créer tout ce que vous souhaitez. “

Deepak Chopra in “Les sept lois spirituelles du succès”.

au sujet de l'énergie....

Aujourd'hui est un jour particulier pour moi... j'aimerai en profiter pour remercier toutes celles et ceux qu'en cette année j'ai découvert ou redécouvert, avec qui j'ai partagé, et qui m'ont aidée à avancer sur mon chemin.

Ce matin j'ai redécouvert un mot :

Syntonie, nom féminin.

Sens 1 : Etat d'une personne en parfaite harmonie avec son environnement et ses sentiments. (anglais : harmony)

Sens 2 : Action d'ajuster deux circuits électroniques qui ont la même fréquence.

Comme d'hab, il n'y a pas de hasard !!!

Ce me semble une bonne façon de commencer cette journée, je crois que je vais aller traduire en peinture ou en mosaïque ce que m'évoque ce mot... et chercher à comprendre comment cette nouvelle année pourrait m'aider à en approcher le concept.

Alors bonne journée à vous !

Voir les commentaires

bonheur...

12 Mars 2013, 08:48am

Publié par pam

Bokar Rimpotché :

“La vraie raison et le véritable but de la méditation sont d’éliminer notre ignorance (qui conçoit à tort l’existence d’un soi réel) et les émotions perturbatrices... Le point de vue de la méditation considère que les bonheurs et les souffrances ne dépendent pas fondamentalement des circonstances extérieures, mais de l’esprit lui-même.

Une attitude d’esprit positive engendre le bonheur, une attitude négative produit la souffrance.

Comment comprendre cette méprise qui nous fait chercher au-dehors ce que nous ne pouvons trouver qu’au-dedans ?

La nature positive ou négative de notre esprit se reflète dans les apparences extérieures qui nous renvoient notre propre image. La manifestation extérieure est ainsi une réponse à la qualité de notre monde intérieur.

Le bonheur que nous désirons ne viendra pas de la déstructuration du monde qui nous entoure, mais de la réforme de notre monde intérieur.”

bonheur...

Syndrome du mal-être et nouvelle pathologie : celle d’une incapacité croissante des êtres humains à s’adapter au monde qu’ils ont eux-mêmes créé.

“Les gens, aujourd’hui, sont atteints d’une maladie particulière, qui est celle du syndrome de manque de force intérieure.” Maître tibétain.

Spinoza : concept de potentia, puissance d’agir (d’essence divine) propre à tout être vivant. Tant que la potentia d’un sujet n’est pas corrompue, abîmée ou détruite, ce dernier est toujours à même de surmonter les difficultés de son existence.

Boris Cyrulnik : la notion de résilience, capacité de certaines personnes à sortir renforcées de l’adversité et à rebondir, s’enracine dans cette dimension, notion de potentiel humain.

Nietzsche : “Ce qui ne me détruit pas me rend plus fort.”

Certaines épreuves peuvent être des blessures qui guérissent, à condition que la puissance d’agir soit intacte ou restaurée. Sinon la souffrance peut emprisonner pendant une longue période celui ou celle qu’elle afflige dans une sorte d’entre-deux douloureux, sans l’anéantir pour autant.

Tout cela abouti parfois à une perte du goût de vivre. Le développement du coaching est aussi un reflet de cette fragilité ambiante.

Coaching : accompagnement personnalisé d’une personne dans le cadre personnel ou professionnel, dans le but de développer son potentiel et son savoir-faire avec l’aide d’une autre personne. Plusieurs étapes : au début trois points : comment se manifeste le problème et quelle est sa cause ? Qu’est-ce que je souhaite à la place (objectif) ? Lorsque mon objectif sera atteint, quelles en seront les conséquences ? Coacher un individu, c’est le mobiliser en stimulant ses ressources psychologiques.... Dans un environnement fait de turbulences, d’accélération et de dépression, le coach est capable de connecter chacun à sa motivation profonde.” B. Stenier.

Beaucoup aujourd’hui, survivent plus qu’ils ne vivent. Certains flottent dans le passé ou un hypothétique futur. Indices de ce mal-être : anxiolytiques, drogues, alcool, augmentation des consultations en pédopsychiatrie : que des enfants soient touchés confirme une extension de la souffrance collective et sociale en surface et en profondeur. Syndrome d’Harry Potter : ils aimeraient tant échapper à cette condition par des pouvoirs magiques ; comme lui, ils ont le sentiment d’avoir peu de chances de s’en sortir sur un plan purement humain ou en faisant confiance seulement aux adultes.

Du fait de notre manière erronée de fonctionner et de voir les choses, nous avons fini par créer un monde inhumain ou inadapté, dans un environnement (France) qui est pourtant très favorable à l’homme.

XIV° Dalaï Lama : “Atteindre le bonheur authentique exige de transformer à la fois le regard que l’on porte sur le monde et sa manière de penser.”

D’après Dr. D. Chevassut in “Réflexions d’un médecin bouddhiste”.

bonheur...

Voir les commentaires

bonheur...

11 Mars 2013, 08:54am

Publié par pam

Créez les conditions du bonheur, par Osho

"Première chose au réveil, imaginez-vous immensément heureux. Sortez du lit dans une humeur très heureuse-radiant, pétillant, en expectative -comme si quelque chose de parfait, d'une valeur infinie allait se produire aujourd'hui. Sortez du lit dans une humeur très positive et pleine d'espoir, avec le sentiment que ce jour ne va pas être un jour ordinaire, que quelque chose d'exceptionnel, d'extraordinaire, vous attend, quelque chose est très près, et souvenez-vous-en à plusieurs reprises durant toute la journée. En sept jours, vous verrez que votre comportement entier, votre style tout entier, votre vibration entière ont changé.

Lorsque vous allez dormir la nuit, imaginez simplement que vous tombez dans des mains divines... comme si l'existence vous soutenait...que vous êtes dans son giron et vous vous endormez.

Visualisez seulement cela et endormez-vous. L'une chose à maintenir est que vous devez continuer à imaginer et laissez le sommeil venir, de sorte que l'imagination entre dans le sommeil, ils se superposent.

N'imaginez aucune chose négative, parce que si les gens qui ont une capacité imaginative, elles commencent à se produire. Si vous pensez que vous allez tomber malade, vous tomberez malade. Si vous pensez que quelqu'un va être grossier avec vous, il le sera. Votre imagination même créera la situation.

Ainsi, si une idée négative vient, changez-la immédiatement en pensée positive. Dites-lui non. Lâchez-la immédiatement, jetez-la.

En une semaine, vous commencerez à sentir que vous devenez très heureux, sans aucune raison du tout."

Osho.

http://www.corps-esprit.net/

bonheur...

Voir les commentaires

au sujet des ressentiments...

7 Mars 2013, 08:43am

Publié par pam

“ J’ai inspiré à fond, puis expiré. Je ne pouvais me permettre d’ajouter le poids de vieux ressentiments à tout ce que je transportais déjà vers ma nouvelle vie. ...

“ Laisse tomber, ai-je dit. Ça n’a pas d’importance.” Je ne le pensais pas vraiment, pas encore. Mais de le dire m’a procuré une sensation de bien-être, comme si après avoir passé des heures à grimper dans une cage d’escalier sombre et méphitique, je venais de recevoir une bouffée d’air nocturne. Cela m’a donné l’espoir qu’avec le temps, mes paroles se vérifieraient.”

Divakaruni.

au sujet des ressentiments...

Les agressions sont les cadeaux les plus profonds de la vie.

Une situation vous touche parce que vous avez cette capacité d'être affecté. Si ce n'était pas cette personne ou situation, ce serait une autre.
Intellectuellement, vous devez vous rendre compte que si une personne vous reproche quelque chose et que vous ne le supportez pas, cela signifie que, sur un certain plan, cette personne n'a pas totalement tort.

A un moment donné, vous n'allez plus vous sentir agressé par quiconque, y compris par ceux qui vous agresse. Plus quelqu'un va vous agresser, plus vous allez vous laisser envahir par une forme d'affection pour lui. Vous verrez son manque, sa tristesse, sa problématique.
C'est facile de se croire tranquille, de faire du yoga, d'être sage. Mais soudainement on vous agresse, on vous déteste, on vous hait. Cela vous permet de vous éveiller à votre résonance. Cela déclenche-t-il en vous l'amour? la haine?... Vous découvrez votre propre fonctionnement. C'est cela le yoga. Ce n'est pas de rester assis comme un piquet, mais d'observer comment on fait face à l'instant. Vous découvrez que les agressions sont les cadeaux les plus profonds de la vie, car plus on vous agresse plus votre maturité se développe. Les vies sans agression sont des vies misérables - et heureusement cela n'existe pas.

Soyez disponible, n'essayez pas d'arranger les choses, de moins réagir, d'être plus sage. Ressentez votre folie lorsque vous êtes mis en question. Prenez votre émotion comme objet de contemplation, d'étude avec affection et patience.
Ne rien attendre, ne rien demander, tout se fait.

Eric Baret

merci yog' !

au sujet des ressentiments...

Voir les commentaires

au sujet de rien... du rien !

6 Mars 2013, 08:05am

Publié par pam

“Les humeurs humaines et les réactions à la rencontre avec le Rien varient considérablement d’une personne à l’autre, d’une culture à l’autre.

Les taoïstes chinois ont trouvé le Grand Vide tranquillisant, paisible, et même joyeux.

Pour les bouddhistes de l’Inde, l’idée du Rien évoquait une atmosphère de compassion universelle prise dans les outils d’une existence qui est ultimement sans sol.

Dans la culture japonaise, l’idée de Rien permet des modes exquis d’un sentiment esthétique se retrouvant dans la peinture, l’architecture, et même dans les rituels du quotidien.

Mais l’Occidental, lui, est embourbé de possessions jusqu’au cou, d’objets et du business de les entretenir, faisant front à l’anxiété de la rencontre possible avec le Rien.”

William Barret (1913-1992) in “Propos sur le Rien”.

au sujet de rien... du rien !

“Je jouissais d’une rente sûre et garantie qui, malgré son montant peu élevé, suffisait à me fournir la nourriture, le logement et tout ce dont j’avais besoin pour travailler. Je suppose que j’aurais aimé qu’elle fût plus forte car... j’aurais volontiers dépensé davantage d’argent en livres et pour faire ces œuvres de charité qui illuminent la vie d’un homme quand elles sont accomplies comme il se doit.

Ce n’était là, cependant, qu’un souci mineur, en effet, je n’ai jamais fait partie de ces hommes envieux et amers qui souhaitent être aussi riches que leurs amis et pour qui leurs biens sont, par définition, insuffisants. Tous mes amis d’alors sont aujourd’hui beaucoup plus riches que moi... Mais je n’échangerais pas ma vie contre la leur, car ils doivent constamment s’occuper de ce genre de choses. Ils vivent dans un monde où, si l’on ne monte pas perpétuellement, on tombe inévitablement. La gloire et la fortune sont extrêmement évanescentes ; ne possédant ni l’une ni l’autre, je ne risque pas de les perdre.

De surcroît, aucun de ces trois hommes n’est satisfait, je le sais ; ils sont trop conscients du prix que leur a coûté leur argent. Ils regrettent leur jeunesse, époque où ils pensaient pouvoir faire ce qu’ils souhaitaient et rêvaient d’un plus noble destin.”

Iain Pears in “Le cercle de la croix”.

au sujet de rien... du rien !

“L’oasis s’instaure au sens réel et symbolique, contre l’aridité et la sécheresse d’un monde dominé par l’avidité”.

Pierre Rahbi

Voir les commentaires

au sujet de la nature...

5 Mars 2013, 08:28am

Publié par pam

“Par son égoïsme trop peu clairvoyant, par son penchant à jouir de tout, par son insouciance pour l’avenir et pour ses semblables, l’homme semble travailler à l’anéantissement de ses moyens de conservation et à la destruction même de sa propre espèce. Comme s’il était destiné à s’exterminer lui-même après avoir rendu le globe inhabitable.” Lamark.

au sujet de la nature...

“Si vous aimiez vos enfants, si vous aviez un projet pour les générations futures, est-ce que vous souilleriez aussi facilement l’air et l’eau ? Pour qu’un jour il puisse y avoir un futur meilleur, il faut l’imaginer aujourd’hui.” Bernard Werber in “Le papillon des étoiles”.

“Notre bonheur, c’est de ne rien désirer d’autre que ce que la nature nous offre à chaque saison. Cette nature ne peut ni se tromper, ni nous tromper.”

Un chasseur inuit par Daniel Pouget in “L’esprit de l’ours”.

au sujet de la nature...

“Les hommes qui leur ont vendu ces terres ont pensé qu’ils les trompaient, car la terre n’était pas bonne. Mais les Indiens empilent des broussailles, des mauvaises herbes et des détritus sur des petits lopins de terre, et ils les laissent pourrir, parfois pendant des années. Puis ils sèment avec des petits bâtons, au lieu d’utiliser des charrues. Et ces parcelles de terre se révèlent extrêmement fertiles.” Noah Gordon in “Shaman”.

Voir les commentaires

au sujet du bonheur...

22 Février 2013, 09:46am

Publié par pam

Je peux affirmer sans ostentation que je suis un homme heureux, parce que c’est un simple fait, comme de dire que je sais lire. Enfant et adolescent, je n’aurais jamais eu l’idée de déclarer que j’étais heureux. J’étais conscient d’un potentiel que je pensais être présent en moi, comme un trésor caché, et je l’imaginais chez les autres. Le bonheur que je ressens maintenant à chaque instant de l’existence, pour ainsi dire quelles que soient les circonstances, s’est construit avec le temps dans des conditions favorables à la compréhension des causes du bonheur et de la souffrance. La rencontre avec des êtres à la fois sages et bienheureux a été déterminante, par la force de l’exemple. Elle me montrait ce qu’il est possible d’accomplir et me prouvait que l’on peut devenir libre et heureux de façon durable pourvu que l’on sache s’y prendre. Je suis heureux de partager la vie de mes amis, et je suis heureux seul. Je m’efforce de contribuer de mon mieux à servir ceux qui sont dans la difficulté. Lorsque j’entreprend un projet dans la vie active, s’il est couronné de succès je m’en réjouis ; si après avoir fait de mon mieux, pour une quelconque raison il n’aboutit pas, je ne vois pas pourquoi je me ferais du souci. J’ai eu la chance, jusqu’à ce jour de manger à ma faim et d’avoir un abri ; je considère mes possessions comme des outils et il n’y en a aucune que je regarde comme indispensable. L’essentiel est pour moi l’immense fortune d’avoir rencontré mes maîtres spirituels et d’avoir reçu leurs enseignements. J’ai ainsi largement de quoi méditer jusqu’à la fin de mes jours ! Quand je lis que le bonheur et la sagesse sont inaccessibles, je trouve simplement dommage que l’on puisse ainsi se priver et priver autrui de qualités qui ont maintes fois été vérifiées par l’expérience vécue.”

"Le bonheur ne se résume pas à l’absence de malheur.”

Matthieu Ricard in “Plaidoyer pour le bonheur”.

au sujet du bonheur...

“Le bonheur n’arrive pas automatiquement, ce n’est pas une grâce qu’un sort heureux peut répandre sur nous et qu’un revers de fortune peut nous enlever ; il dépend de nous seuls. On ne devient pas heureux en une nuit, mais au prix d’un travail patient, poursuivi de jour en jour. Le bonheur se construit, ce qui exige de la peine et du temps. Pour devenir heureux, c’est soi-même qu’il faut savoir changer.” 

Luca et Francesco Cavalli-Sforza in “La science du bonheur”.

au sujet du bonheur...

Voir les commentaires

Athéologie

20 Janvier 2013, 09:54am

Publié par pam

TRAITÉ D’ATHÉOLOGIE. MICHEL ONFRAY. 

Éditions Grasset. 2005.

“La notion de “Dieu” a été inventée comme antithèse de la vie - en elle se résume, en une unité épouvantable, tout ce qui est nuisible, vénéneux, calomniateur, toute haine de la vie. La notion d’”au-delà”, de “monde-vrai” n’a été inventée que pour déprécier le SEUL monde qu’il y ait - pour ne plus conserver à notre réalité terrestre aucun but, aucune raison, aucune tâche ! ... La notion de “péché” a été inventée en même temps que l’instrument de torture qui la complète, la notion de “libre arbitre”, pour brouiller les instincts, pour faire de la méfiance à l’égard des instincts une seconde nature.” Nietzsche in “Ecce homo”.

Partout j’ai constaté combien les hommes fabulent pour éviter de regarder le réel en face. La création d’arrières-mondes ne serait pas bien grave si elle ne se payait du prix fort : l’oubli du réel, donc la coupable négligence du seul monde qui soit. Quand la croyance fâche avec l’immanence, donc soi, l’athéisme, réconcilie avec la terre, l’autre nom de la vie.

L’athéologie se propose trois tâches : d’abord la déconstruction des trois monothéismes, démonstration que malgré leurs diversités historiques et géographiques, la haine qui animent les protagonistes des 3 religions depuis des siècles, l’apparente irréductibilité de surface, le fond demeure le même : variation de degrés, pas de nature. Le fond : une série de haines violemment imposées dans l’histoire par des hommes qui se prétendent dépositaires et interprètes de la parole de Dieu, les clergés : haine de l’intelligence, de la vie et passion de la mort, haine de l’ici-bas, haine du corps, haine des femme. Regarder comment la religion se constitue, s’installe et s’enracine, sur des principes qui supposent toujours la falsification, l’hystérie collective, le mensonge, la fiction et les mythes. La réitération d’une somme d’erreurs par le plus grand nombre finit par devenir un corpus de vérités auquel il est interdit de toucher. Pour tâcher de voir comme se fabrique une mythologie, on peut proposer une déconstruction du christianisme, elle suppose certes un démontage de la fabrication de la fiction, mais aussi une analyse du devenir planétaire de cette névrose.  

Dès Constantin, mise en place d’un Empire totalitaire qui édicte des lois violentes à l’endroit des non-chrétiens et pratique une politique systématique d’éradication de la différence culturelle. Avec les pleins pouvoirs pendant des siècles, le spirituel se confond avec le temporel. 

D’où déconstruction des théocraties qui supposent la revendication pratique et politique du pouvoir prétendument issu de Dieu qui ne parle pas et pour cause, mais que fait parler le clergé. Au nom de Dieu, le Ciel commande à ce qui doit être fait, pensé, vécu et pratiqué sur Terre pour Lui être agréable. Et les mêmes qui prétendent porter Sa parole affirment leur compétence dans l’interprétation de ce qu’Il pense des actions effectuées en Son nom...

Au nom de Dieu, l’Histoire témoigne, les trois monothéismes font couler pendant des siècles d’incroyables fleuves de sang : guerres, expéditions punitives, massacres, assassinats, colonialisme, ethnocides, génocides, Croisades, Inquisitions, aujourd'hui hyper-terrorisme planétaire...

Déconstruire les monothéismes, démystifier le judéo-christianisme et l’islam, puis démonter la théocratie, voilà trois chantiers inauguraux pour l’athéologie. De quoi travailler ensuite à une nouvelle donne éthique et produire en Occident les conditions d’une véritable morale post-chrétienne où le corps cesse d’être une punition, la terre une vallée de larmes, la vie une catastrophe, le plaisir un péché, la femme une malédiction, l’intelligence une présomption, la volupté une damnation.

Voir les commentaires

Au sujet du don...

16 Janvier 2013, 10:17am

Publié par pam

“Un don n’est un don que lorsque vous donnez à quelqu’un ce qu’il désire. Ce n’en est pas un quand vous lui donnez ce que vous voulez qu’il ait. Un don est sans attache. Il est sans condition, et celui qui le reçoit a le droit d’en faire ce qu’il veut, l’utiliser, le détruire, le jeter. Il lui appartient inconditionnellement et le donateur n’attend rien en échange. Si le don ne correspond pas à ces critères, ce n’en est pas un.”

Marlo Morgan

Voir les commentaires

Coline Serreau

12 Janvier 2013, 06:34am

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>