Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sante

medecine tibétaine

12 Juillet 2013, 06:31am

Publié par pam

“Notre médecine part du principe que les matières absorbées par l’homme sous forme de nourriture et de médicament et celles qui constituent son corps sont fondamentalement de même nature et interdépendantes. La viabilité de l’organisme humain dépend de la qualité de son environnement et de son alimentation.” Dr Tendzin Tcheudrak, médecin tibétain.

La médecine tibétaine est une science indépendante, sans rapport avec la magie, mais tenant bien plus de l’expérience et du savoir. Cette science holistique, que sous-tend la philosophie bouddhiste, appréhende l’homme comme un être faisant partie intégrante d’un univers cosmique et considère cette conscience comme le fondement de la santé spirituelle dont découle la santé physique.

Les préceptes fondamentaux sont inscrits dans le traité magistral, rédigé au XII° siècle et intitulé Gyushi ou art de guérir. Sa conception de la santé et de la maladie, si éloignée de notre théorie occidentale comprend des méthodes de diagnostics subtiles, la fabrication de remèdes et la compréhension des interactions complexes entre les forces spirituelles et physiques.

À la fin des années 50 et au cours des années 60, les Chinois détruisirent presque tout ce qui avait rapport avec la médecine tibétaine traditionnelle et tuèrent presque tous les médecins. Cependant, les réfugiés emportèrent avec eux, dans leur exil, leur expérience et de nombreux écrits inestimables.

Au cours de l’histoire, la médecine tibétaine se répandit d’abord en Mongolie, puis, il y a 3 siècles, en Bouriatie située au nord de la Mongolie, où elle est encore pratiquée.

En Europe et en Israël, des laboratoires testent les remèdes tibétains et démontrent leur efficacité à travers des études cliniques. Enfin, l’Institut de recherche atomique de Vienne montre clairement combien le mode de pensée occidental se rapproche peu à peu de la vision holistique tibétaine. La progression de cette médecine tient au désir des Occidentaux de se tourner vers une médecine holistique et naturelle qui va bien au-delà de la simple lutte contre les symptômes, telle que la pratique encore souvent la médecine occidentale.

Franz Reichle. “L’ART DE GUÉRIR. MÉDECINE TIBÉTAINE”.

medecine tibétaine

Voir les commentaires

se vermifuger, une bonne habitude...

11 Juillet 2013, 06:36am

Publié par pam

Pour une fois je recopie un article qui me semble intéressant, à vous de juger....

En changement d'alimentation et d'habitudes alimentaires, m'orientant vers plus de cru et de jus, beaucoup moins de gluten et de produits laitiers, mais sans excès ni extrémisme, pour le moment je me régale (c'était la bonne saison pour opérer ce changement) et tout se passe bien !

Parents, quand un enfant est agité, énervé, avant de vous inquiétez (ce qui comme toujours est totalement contre productif..) commencez par le vermifuger !

Et si vous avez des animaux domestiques, vermifuger toute la famille au moins une fois par an au printemps... est incontournable !

Crudités et parasites

La chaleur de l'été nous invite à consommer une nourriture de nature beaucoup plus froide, ce qui est tout à fait normal.

Fruits, crudités, vont très souvent entrer dans nos préparations culinaires. Qui plus est, nous allons essayer de nous rapprocher de la terre en mangeant« bio ».

Mais vous allez voir que par méconnaissance ou oubli de certaines règles communes à toutes les civilisations traditionnelles, cela peut devenir un facteur de déséquilibre pour notre organisme.

Le « tout crudité »

Il faut se rappeler qu'une digestion commence à 38°, et trop manger de fruits ou de crudités risque d'être une des grandes causes de ralentissement de la digestion, mais aussi une cause de stagnations d'aliments dans l'estomac.

Ce n'est pas pour rien que les règles traditionnelles de diététiques ne vont pas dans le sens du « tout crudité ».

Elles préconisent plutôt de blanchir ou de faire revenir très rapidement les légumes ou les graines germées dans une poêle ou dans un wok. Non seulement cela permet de tuer les germes dont peut être porteur ce type d'aliment, mais aussi cela permet de couper la nature froide des crudités.

On peut cependant obtenir le même résultat par la mastication prolongée qui permet de cuire les aliments dans la bouche.

Parasites et compagnie

Il existe un autre problème autrement dérangeant, quant à la prise excessive de crudités.

Dans la nature, quand on se trouve devant une terre chaude et humide, on entre dans un cycle de décomposition, de formation de compost, de multiplications de petites bêtes qui vont aider à cette décomposition, à cette fermentation.

Dans notre organisme c'est la même chose.

Au cours de son enseignement, notre maître, le prof. Leung Kok Yuen nous a fait pendant plusieurs mois tout un cours sur la parasitologie. Nous avons donc étudié avec lui tous ces bêtes, des plus grosses jusqu'aux plus petites.

À tel point qu'à un certain moment nous lui avions demandé le pourquoi d'un tel enseignement, alors que nous sommes dans un climat tempéré et non pas dans des zones chaudes et humides. « Détrompez-vous », nous avait-il dit « car du fait de vos habitudes diététiques, cela va devenir un des gros problèmes de santé publique du troisième millénaire ».

Il faut savoir que nous sommes habités par toute une population de petites bêtes dont certaines sont indispensables pour une bonne digestion du bol alimentaire. On parle de façon poétique de « flore intestinale », mais ce vocable recouvre une réalité qui peut devenir pour certains très vite ragoûtante.

On trouve dans cette flore des petits vers aussi fins qu’un cheveu, de quelques millimètres que l'on appelle oxyures. Le principe est que cette population ne doit pas dépasser un certain quota sous peine alors de devenir pathologique.

Quand vous présentez un état de fatigue inexpliqué, que vous êtes anormalement tendu et nerveux surtout le soir, que vous vous « grattez » souvent le nez et surtout que vous présentez des démangeaisons anales en particulier le soir, il est grand temps de vous vermifuger. On le fait bien pour nos enfants, mais pour les adultes cela devient tabou. Cependant le terrain est exactement le même.

On trouve très facilement des vermifuges dans le commerce, parlez en à votre pharmacien ou médecin. À titre préventif, pour cantonner cette population, les Chinois ont l'habitude de consommer des graines de courges séchées non salées, que l'on trouve facilement dans les magasins bio. Une dizaine de graines que vous mastiquerez lentement pendant quelques jours de façon cyclique : ces petits animaux détestent cela. Les Arabes eux prennent plutôt de la noix d'arec séchée.

En cantonnant cette population vous allez voir alors, de façon spectaculaire, disparaître tous ces symptômes signaux d'alarme.

Il s'agit là d'une cause interne. Mais peut se rajouter à cela un apport non négligeable de ces bestioles par notre excès de crudités, de salades et autres. Et plus nous mangeons « bio » plus le risque est grand.

Quoi faire en prévention ?

Il convient donc de ne pas oublier de laver longuement nos légumes si nous voulons les consommer, et plus ils sont naturels (Bio) plus il faut les laver, car la ponte des insectes et les vers microscopiques présents sur les feuilles ne sont pas tués par les pesticides.

Le nettoyage à l'eau vinaigrée ou citronnée s'impose donc. La salive qui est légèrement acide peut aider aussi, grâce à la mastication à tuer ces larves.

Ces quelques règles très simples à comprendre et évidemment à mettre en œuvre font partie des méthodes Yang Sheng en chinois, de préservation de la vie.

Article de Mr Jean Pelissier.

www.jeanpelissier.com

se vermifuger, une bonne habitude...

Au sujet des parasites :

Les parasites sont des vers qui parasitent le tube digestif, normalement expulsés par un organisme sain. Les personnes sujettes aux vers souffrent habituellement d’insuffisance hépatique et de constipation. Heureusement différents symptômes permettent d’en dépister la présence : langue blanche, salive épaisse et plus abondante que d’ordinaire, haleine fétide, ballonnements, maux de ventre, gargouillements, selles glaireuses et/ou vert-jaunes, nausées, vomissements, coliques, nombreux troubles nerveux (asthénie, irritabilité, spasmes, insomnie, cauchemars).

Tout traitement anti-vers impose drainage et revitalisation des intestins et de la sphère hépato-biliaire, en insistant sur les cures d’argile, d’ail, oignon, citron avec sa peau, et ail, carotte, citrouille, cresson, fenouil, persil, poireau, pois chiche, pomme de terre, rhubarbe, thym, amande, fraise, noix, pêche, prune... au choix...

H.E. de bergamote, chénopode, anthelminthique, oignon, santoline, thym.

Éviter tout aliment mort : conserves, sodas, surgelés...

- Ascaris : provient d’oeufs contenus dans légumes et fruits mal lavés. Provoque coliques, vomissements, occlusion intestinale, jaunisse... ail, chou, courge, grenade.

Tisanes : absinthe, ansérine, chénopode, églantier, santoline, tanaisie.

- Oxyures : apparence de petits vermicelles, se transmettent facilement d’un individu à l’autre, peuvent infester diverses régions du corps et provoquer de démangeaisons anales. Ail, chou.

Tisanes : absinthe, ansérine, chénopode, églantier, santoline, tanaisie.

Beaucoup d'espèces contiennent de la santonine, vermifuge puissant efficace contre les oxyures (Artemisia cina, Tanacetum vulgare).

- Ténia : plat, peut mesurer plusieurs mètres. Ténia inerme provient de la viande de bœuf crue, Ténia armé (ver solitaire) contenu dans la viande de porc. Provoque fatigue, anémie, maux de ventre, dérègle le transit intestinal et l’appétence.

Aliments à privilégier : ail, carotte, citrouille, grenade, noisette, noix.

Tisanes : églantier, fougère mâle.

se vermifuger, une bonne habitude...

Quelques pistes de vermifuges naturels :

Phytothérapie : absinthe, ail, armoise, nigelle, oignon, serpolet, thym. Décoctions de feuilles et de racines de chicorée sauvage, de racines de joubarbe, de lichen d’Islande.

L’ail les fait fuir : infusion avec une gousse écrasée dans une tasse de lait bouillant. Ou infuser des écorces d’orange amères dans du vin, en alternance avec de l’huile de noix et du jus de pruneau. Ou racines de raifort râpée dans du miel, ou du jus de cerfeuil.

Beaucoup d'espèces contiennent de la santonine, vermifuge puissant efficace contre les oxyures (Artemisia cina, Tanacetum vulgare).

se vermifuger, une bonne habitude...

et... bon appétit !!!!

Voir les commentaires

nature de la maladie et de la guérison...

17 Mai 2013, 08:17am

Publié par pam

Dans l'état de santé, la force vitale, qui anime dynamiquement la partie matérielle du corps, exerce un pouvoir illimité... L'organisme matériel supposé sans force vitale ne peut ni sentir, ni agir, ni rien faire pour sa propre conservation... C'est à l'être immatériel seul, qui l'anime dans l'état de santé et de maladie, qu'il doit le sentiment et l'accomplissement de ses fonctions vitales...

Il n'y a que la force vitale désaccordée qui produise les maladies. Les phénomènes morbides accessibles à nos sens expriment donc en même temps tout changement interne, c'est-à-dire la totalité du désaccord de la puissance intérieure. En un mot, ils mettent la maladie tout entière en évidence. Par conséquent, la guérison, c'est-à-dire la cessation de toute manifestation maladive, la disparition de tous les changements appréciables qui sont compatibles avec l'état normal de la vie, a pour condition et suppose nécessairement que la force vitale soit rétablie dans son intégrité et l'organisme entier ramené à la santé.

Samuel Hahnemann in "Organon de l'art de guérir".

Voir les commentaires

santé et politique...

14 Mai 2013, 08:09am

Publié par pam

suite à l'article où je vous parlais entre autres de l'interdiction prochaine du millepertuis en T.M.

Quand les autorités sanitaires vous nuisent

Au-delà de tous les scandales médicaux dont la presse a parlé, le pire méfait des autorités sanitaires ces dernières années est, pour moi, l’offensive qu’elles mènent contre les produits naturels de santé, dans le cadre de l’affaire dite des « allégations thérapeutiques ».

Cette affaire vous concerne directement, vous nuit directement. Mais comme il est difficile d’en parler en 30 secondes dans un flash-info, les journalistes ont occulté le problème dans les grands médias et la plupart d’entre nous ne sommes ni conscients, ni inquiets de ce qui se passe.



Pour en savoir plus, cliquez ici : http://www.santenatureinnovation.com/quels-problemes-de-sante/autres/autorites-sanitaires-allegations-therapeutiques/#ixzz2TFU6bYGL

Voir les commentaires

Alzheimer.

13 Janvier 2013, 07:31am

Publié par pam

Dans la plupart des traditions spirituelles, c’est la conscience qui fait de nous des êtres humains.

La maladie d’Alzheimer, en privant de la mémoire, prive-t-elle de la conscience ?

Que reste-t-il de l’être aimé quand, jour après jour, des pans entiers de son histoire d’homme disparaissent dans l’oubli ?

Autrefois, on disait “il retombe en enfance” pour qualifier un parent qui semblait s’échapper de la vie réelle pour se réfugier dans une vie simple et végétative, avec de moins en moins de communication avec l’extérieur, avec les autres, avec ceux et celles qu’il avait aimé.

Autrefois, celui qui perdait ainsi la mémoire et son rôle dans la famille, la société, trouvait sa place naturelle au coin de la cheminée, dans la pièce commune, et restait ainsi au bord de sa vie d’avant, là sans être là, un peu abandonné dans son coin, mais au centre de la vie, des bruits et des odeurs de sa maison, de sa famille. Mais la société change, les familles se dispersent, les générations ne cohabitent plus, et il n’y a plus guère de place pour la différence.

Aujourd’hui on se rassure en mettant un nom sur ce problème ingérable, on entoure la personne de tous les soins et attentions pour chercher à minimiser les conséquences de la maladie.

Hormis les rares moments où la peur et l’incompréhension de ce qui lui arrive rende le malade agressif ou différent de ce qu’il est vraiment en tant qu’homme ou femme, il retombe effectivement en enfance. Est-ce un mal ? L’enfance est le lieu de l’amour, de l’innocence et de la vérité. On s’y satisfait de choses simples, on n’a ni remords ni regrets ; un rayon de soleil, une bonne odeur de soupe, la tendresse d’un regard ou d’une caresse amènent le sourire et la joie. 

Les questionnements sont pour les autres, ceux qui vous aiment et cherchent désespérément un signe de reconnaissance, de compréhension, inquiets en permanence du bien-être d’un être cher qui n’exprime plus ses envies ni ses besoins, qui de chef de famille est devenu le plus faible d’entre tous. Le plus dur pour les proches c’est bien sûr cette absence-présence, cette présence-absence. On dit de cette maladie que c’est la maladie de la famille et c’est vrai. Comment accepter une nouvelle place dans une famille qui n’a perdu aucun de ses membres mais dont l’un n’est plus vraiment là en étant là de plus en plus.

Nous avons tous eu avec Papa de merveilleux moments ces derniers mois, ces dernières années, des regards magiques, des rires, notre nom retrouvé, notre appartenance à sa vie réappropriée le temps d’un instant. Absolument là avec nous, mais sans la conscience de ce qui arrivait à son cerveau. 

De nombreuses personnes, amis, personnel soignant dévoué et attentif, étrangers rencontrés en promenade, nous ont aidé et soutenu, voyant en Papa ce qu’il a toujours été, un homme doux et courtois, gentil et gai. 

Il m’a tellement apporté, tellement aidé à me construire, tellement manqué ces dernières années, j’espère comme vous tous qu’il n’a pas trop souffert de ce qui lui arrivait car il ne le méritait pas. 

12 janvier 2011.

J'ai écrit un livre sur mon père et sa maladie... je ne sais qu'en faire... si quelqu'un ou quelqu'une a une idée... elle sera la bienvenue. Pour l'avoir vécu de très près, je sais à quel point les aidants ont besoin d'aide à leur tour, et peut être qu'un témoignage....

J'ai écrit un livre sur mon père et sa maladie... je ne sais qu'en faire... si quelqu'un ou quelqu'une a une idée... elle sera la bienvenue. Pour l'avoir vécu de très près, je sais à quel point les aidants ont besoin d'aide à leur tour, et peut être qu'un témoignage....

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7