Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

societe

Les jeux vidéo bénéfiques

26 Octobre 2013, 08:26am

Publié par pam

Matthieu Ricard. 21 octobre 2013.

L’humoriste américain Demetri Martin disait : « J’aime les jeux vidéo, mais ils sont vraiment violents. J’aimerais jouer à un jeu vidéo où l’on aiderait les gens qui ont été blessés dans tous les autres jeux. Je l’appellerais « l’hôpital hyperoccupé. »

Jusqu’à récemment, on avait accordé peu d’attention à la création de jeux vidéo prosociaux, non violents, dans lesquels les personnages coopèrent et s’entraident, au lieu de s’entre-tuer. Les choses sont sur le point de changer.

Depuis deux ans, sous l’inspiration du conseiller scientifique du président Obama, un groupe de chercheurs comprenant des psychologues, des éducateurs et des neuroscientifiques s’est réuni à plusieurs reprises à Washington en vue de considérer la meilleure manière d’utiliser l’engouement des jeunes pour les jeux vidéo à des fins constructives.

Lors de l’une de ces rencontres, Richard Davidson, directeur des Laboratoires d’imagerie mentale et de sciences affectives à l’université du Wisconsin, lança un défi aux fabricants : concevoir des jeux vidéo qui permettent de cultiver la compassion et la gentillesse, plutôt que l’agressivité et la violence.

Davidson s’est associé à Kurt Squire, professeur à UW-Madison et directeur de la Games Learning Society Initiative (la société des jeux d’apprentissage), et leur projet s’est vu octroyer une subvention de 1,4 million de dollars par la Fondation Bill et Melinda Gates, avec pour mission de concevoir et de tester rigoureusement deux jeux éducatifs destinés à aider les élèves de classes secondaires à cultiver leurs compétences sociales et émotionnelles.*

Le premier jeu aidera à cultiver l’attention et à calmer l’esprit. Selon Davidson, « si vous pouvez apprendre à concentrer votre attention, cette faculté aura des effets sur tous les types d’apprentissage ». Le deuxième mettra l’accent sur l’empathie, l’altruisme, la compassion et la coopération prosociale. « L’empathie, a déclaré Davidson, est une composante essentielle de l’intelligence émotionnelle et s’avère être dans la vie un meilleur indice de réussite de l’intelligence cognitive. »

Il y a de bonnes raisons de penser que si ces jeux sont conçus de manière attrayante, propre à utiliser de façon constructive l’attirance générale que les jeunes éprouvent pour ce passe-temps, ils auront des effets positifs sur les joueurs. Saleem et Greitemeyer, parmi d’autres, ont montré clairement que les jeux vidéo prosociaux réduisent le niveau général d’hostilité et les sentiments malveillants, tout en augmentant simultanément les émotions positives, par rapport aux jeux violents ou simplement neutres, et cela, à court et à long terme.**

Pour plus de détails, voir Plaidoyer pour l’altruisme , chapitre 28 « L’origine de la violence : la dévalorisation de l’autre »

Les jeux vidéo bénéfiques

Voir les commentaires

Frustration...

20 Octobre 2013, 07:35am

Publié par pam

Incroyable !! jusqu'à quand les médias vont-ils nous gonfler avec des histoires anecdotiques pour nous empêcher d'avoir accès aux informations importantes, intelligentes, utiles, dénonciatrices de vrais problèmes, de vrais scandales...

Qui manipule qui ? reste-t'il encore des journalistes, des politiciens, des économistes, des sociologues honnêtes et propres ? existe-t'il encore des hommes et des femmes capables de se lever, de se grouper, pour s'entraider, pour une vie plus juste, plus digne, pour sauver une planète et une humanité qui finalement donne elle-même la réponse : les hommes valent-ils vraiment d'être sauvés ? leur disparition ne serait-elle pas un soulagement pour ce qui restera derrière eux encore à sauver ?

Voir les commentaires

pétitions...

24 Septembre 2013, 06:52am

Publié par pam

une fois n'est pas coutume, aujourd'hui je vous suggère de signer cette pétition :

http://www.avaaz.org/fr/petition/Sauvons_la_lavande_et_les_plantes_a_parfum_aromatiques_et_medicinales/?cwMToab

Nous, citoyens du monde, vous demandons de ne pas considérer la lavande et les autres plantes à parfum aromatiques et médicinales ainsi que leurs extraits traditionnels comme des produits chimiques. Nous disons NON aux règlementations européennes inadaptées et destructrices des produits naturels. Nous vous demandons, pour ces produits, un statut adapté à leur spécificité.

Pourquoi c'est important

Je pense sincèrement que nous pouvons faire avancer les choses, empêcher des incohérences, défendre nos droits de nous soigner avec les plantes qui nous entourent et ce sans permis, autorisation, lois... je vous ai déjà parler ici du millepertuis et des problèmes que pose aux laboratoires sa trop grande efficacité sans qu'aucune piécette ne tombe dans leurs escarcelles... merci d'aider... à vous défendre !

pétitions...

et pendant que j'envoyai cet article, une autre pétition arrivait dans ma boite mail :

Vandana Shiva vous appelle à agir pour la Liberté des Semences et de la Nourriture, du 2 au 16 octobre 2013: http://wp.me/p3TnGP-1J

Join the Fortnight of Action for Seed & Food Freedom, 2-16 October 2013:http://bit.ly/ACT2-16Oct13

Si quelque chose mérite vraiment notre mobilisation, c'est bien cela, prenez le temps de lire le texte en cliqnat sur les http. Merci !

pétitions...

Jamais deux sans trois ! voilà encore un sujet à méditer et sur lequel il faut agir... et vite !

Arrêtons l’Ecocide en Europe

Démantèlement des normes sociales et environnementales en vue... Bientôt ce seront les multinationales qui poursuivront les États quand ils refuseront de leur ouvrir des marchés, et non l'inverse ... UN MONDE A L'ENVERS !!!!!!

Demandez à l'Europe de protéger les ressources et le bien-être des générations futures sur www.endecocide.eu

Voir les commentaires

Collectif Roosevelt

30 Août 2013, 07:24am

Publié par pam

Aucune excuse, ils n’ont aucune excuse.

55.000 chômeurs de plus (catégories A, B et C) en juillet malgré 53.000 radiations administratives et le gouvernement trouve que "la tendance à l'amélioration sur le front du chômage se confirme". Pourtant, juillet 2013 a été le 4e pire mois sur le front du chômage depuis 2009.

En matière de logement aussi, les chiffres sont très inquiétants : en un an, entre août 2012 et juillet 2013, à peine 301 626 nouveaux logements ont été mis en construction, c’est 13% de moins que par rapport à l’année précédente ! On est très loin des 500 000 nouveaux logements promis par François Hollande et des 466 000 mis en route en 2007. Déjà, 2013 s’annonce comme la pire année pour le secteur du bâtiment depuis très longtemps et les experts ou les associations comme la fondation Abbé Pierre sont unanimes pour dire que rien dans la loi en préparation ne devrait nous sortir de la pénurie de logements dont souffrent des millions de nos concitoyens.

Discrètement, pendant l’été, le gouvernement a également décidé que les 30 milliards d’euros récoltés suite notamment au relèvement du plafond du livret A seraient reversés aux banques alors que cette mesure était prévue pour financer la construction de nouveaux logements sociaux. Un cadeau de plus fait aux banques après le fiasco de la loi de séparation des activités bancaires.

Face à ces renoncements, le collectif Roosevelt a décidé de passer à la vitesse supérieure et de peser davantage dans le débat public en se concentrant sur la formation de ses militants et en s’alliant avec d’autres réseaux.

NOS PROCHAINS RENDEZ-VOUS

Le samedi 28 septembre, nous organisons ainsi une journée de formation à l’Ecole des Mines, 60 boulevard Saint-Michel à Paris, de 10h30 à 18h. Cette formation est gratuite mais réservez au plus vite vos billets pour Paris et inscrivez-vous pour vous aussi devenir un porte-parole du collectif.

Le 6 octobre, nous serons présents à Bayonne pour Alternatiba, le village des alternatives au changement climatique. 10 000 personnes sont attendues dans le petit Bayonne qui sera pour l’occasion entièrement rendu aux piétons. Venez nous rencontrer et découvrir d’autres façons de consommer, de produire, de se déplacer et de vivre tout simplement !

Le 12 octobre à la Bourse du Travail à Paris, nous donnerons, avec le Pacte civique, ATTAC, les Colibris, le Collectif pour la transition, France Libertés, le Labo de l’ESS et bien d’autres réseaux le coup d’envoi d’un travail de plusieurs mois afin de mettre "en chaîne et en scène", pour reprendre l’expression de Patrick VIVERET, toutes les initiatives citoyennes et locales qui renforcent le vivre-ensemble. L’objectif de ce rassemblement est clair : unir les forces de la société civile, faire émerger la véritable "insurrection des consciences" chère à Edgar MORIN et Stéphane HESSEL et peser sur le sommet social de juin 2014 et le sommet climat qui se tiendra à Paris fin 2015.


Cette année plus encore que l’année dernière, nous aurons besoin de tout le monde pour combattre la morosité ambiante, le découragement et la résignation qui s’installent dans notre société. A nous de montrer que les citoyens n’ont pas renoncé à une nouvelle donne en matière économique, sociale, environnementale et démocratique. Pour le collectif, cela signifie être de plus en plus visible et imprévisible. Comme a l'habitude de dire Bruno GACCIO, "il faut les mordre au mollet."

Depuis un an, nous avons multiplié les rencontres à l’Elysée et à Matignon. A chaque fois, nous sommes très bien accueillis mais, concrètement, aucune de nos propositions n’a été mise en œuvre. Or vu la gravité de la crise (en un an, plus de 900.000 femmes et hommes sont tombés au chômage ou, pire, sous le seuil de pauvreté), il faut que le gouvernement, les Parlementaires et les partenaires sociaux comprennent qu’il est grand temps de regarder la vérité en face et que nous ne les lâcherons pas.

Collectif Roosevelt

Voir les commentaires

une armée d'humour et d'amour...

8 Juillet 2013, 06:47am

Publié par pam

SDF philosophe.

j'ai trouvé ce texte avec comme signature : Aldous Huxley 1932...impossible vu l'absence de télé en 32... si quelqu'un connait se texte et sa provenance...??? et son auteur...?? :

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente, il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l'idée même de révolte ne viendra même plus à l'esprit des hommes. L'idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l'éducation pour la ramener une forme d'insertion professionnelle. Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l'accès au savoir devienne plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l'information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l'émotionnel ou l'instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d'empêcher l'esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social il n'y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l'existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d'entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l'euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Paul Virilio, philosophe de la

vitesse, premier analyste de « l’accident

intégral » qui frappe les sociétés

technologiques et polluantes, est

notamment l’auteur de "L’Université du

désastre" (2008). Dernier ouvrage : Le futurisme

de l’instant (Galilée, 2009).

Voici l'entretien qu'il a donné à la revue RAVAGES :

LA GRANDE REGRESSION

"Nous assistons depuis la fin du xxe siècle à

une régression vers l’origine. Si nous prenons

le xixe siècle, le début du xxe, nous nous apercevons

que la maturité domine, produit les

valeurs. C’est le paternalisme de la maturité ou,

pour aller plus vite, l’écoute du patriarche, de

l’Ancien, de l’expérience. Nous sommes passés

à la domination culturelle des valeurs et des

idées des ados aux alentours des années 1960,

à la mi-temps du xxe. 68 marque le tournant. La parole contestataire

des étudiants, la révolte contre le patriarche met à bas le

régime des Anciens. Depuis, on régresse. On érige en modèle

le djeune, son corps mince, ses musiques speed, l’entertainment.

Plus rien ne se fait sans entertainment : il y a des clowns dans

les restaurants, des animations dans les magasins, du people

djeune dans tous les médias. Nous sommes passés au culte du

teen puis à celui de l’enfant. Toutes les valeurs tournent autour

de lui. Interdit de lui coller une claque, de lui faire un baiser,

il faut le respecter comme une idole – et ce faisant on régresse

tous vers le baby.

Les limbes de l’origine.

C’est une sorte de remontée à l’origine. La volonté

de rentrer dans le ventre de sa mère, qui pourrait peut-être expliquer

l’incroyable succès de L’origine du monde, cette mauvaise toile de

Courbet. Le succès du jeunisme mène à l’infantilisme des origines.

On lance des télés pour les enfants de 6 mois à 3 ans. Des journaux

de mode pour les 4 ans. Le ministre de l’éducation en Angleterre

veut lancer l’éducation sexuelle à 5 ans. Le modèle humain devient

le baby. La mère porteuse fait événement. C’est comme un retour au

foetus, à un état infra-historique, infra-politique. Plutôt que de penser

l’imminence du désastre, le regarder en face, l’étudier avec sang

froid, on remonte à l’acte de naissance, on veut demeurer absolument

en dehors de la maturité, en dehors de la jeunesse, ou la révolte de

l’adolescence. On retourne dans les limbes de l’origine. On a si peur

qu’on préfère vivre dans l’inconscience de notre inhumanité.

Synchronisation des affects.

Avec cette régression au stade du naissant,

nous entrons dans une situation plus mystique, plus générique,

génésique même. Aujourd’hui la mondialisation et l’universalisation

des écrans favorisent la synchronisation des émotions à

l’échelle de millions de gens. Nous passons de la standardisation

des opinions, qui correspondait à la communauté d’intérêts des

classes sociales, à la synchronisation générale des affects. C’est à-

dire à une communauté d’émotions qui débouche sur un communisme

mondial des passions. Cette synchronisation favorise

en temps réel la fabrication d’une communauté mondiale qui

n’est plus une addition de communautés d’intérêts

– celles des pauvres, des riches, des bourgeois, etc – mais un

véritable phénomène hallucinatoire. La synchronisation

actuelle provoque ainsi des tsunamis d’émotions,

de compassion, de paniques, de violences.

Halluciner tous ensemble.

L’avènement d’un « communisme des affects » s’arrange très bien avec le turbo-capitalisme, sa culture et sa régression vers le baby. Car pour halluciner ainsi tous ensemble, dans l’ubiquité permanente des écrans, sans distance critique, il faut

avoir été infantilisés, réunis, collectivisés en une même génération

de babies enthousiastes. Derrière la crise mondiale actuelle

se joue la nouvelle synthèse entre communisme et capitalisme :

communisme des émotions plus capitalisme mondialisé. La Chine

est aujourd’hui le terrain d’expérience de la confrontation des

deux systèmes, avec l’impact économique que l’on sait.

Mono-athéisme mystique. La régression à une communion des affects

est un phénomène purement religieux. Nous avons la religion

de l’interconnexion en temps réel, de la communion globale des

âmes, autrement dit de la synchronisation des affects pour des

millions de gens. World Trade Center, mort de Jean-Paul II, le

tsunami, Barack Obama, nous communions tous. C’est la véritable

parousie, la victoire des forces du bien, la communion des saints.

Notre société athée et laïque met ainsi en oeuvre les attributs du

divin, la présence de l’esprit chez tous, l’ubiquité, l’instantanéité,

la simultanéité, le clonage. C’est un mono athéisme d’une puissance

colossale que les divers fondamentalistes du monothéisme

ont d’ailleurs signalé.

Individualisme de masse.

La régression nous a mené à l’individualisme de

masse. C’est-à-dire que nous sommes une société de consommation

de masse, nous achetons tous les mêmes produits, communions aux

mêmes événements, vivons en plein collectivisme et en même temps

nous valorisons farouchement notre individualisme. « Moi, moi,

moi, c’est à moi ! » dit le baby. Dans l’individualisme de masse, un

gouvernement bien équipé technologiquement, peut contrôler tête

par tête, vérifier la traçabilité au travers des systèmes de scanneurs,

de codage, de fichage, etc. La traçabilité permet de contrôler les

masses tête par tête, point par point, pixel par pixel. Alors que les

sociétés anciennes géraient des grands groupes, elles n’arrivaient

pas à contrôler tête par tête, il y avait encore des échappées, des

révoltés, de l’underground, des dissidents. Aujourd’hui, les technologies

de la synchronisation favorisent un contrôle instantané

et permanent. Nous sommes au-delà d’Orwell.

(Entretien réalisé par Frédéric Joignot, La Rochelle, 22 mars 2009).

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6