Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

art

des pierres....

9 Octobre 2015, 07:53am

Publié par pam

Le sculpteur syrien Nizar Ali Badr est un homme discret. Les mots ne sont pas son truc. Lui c’est les pierres.

Je ne sais rien de lui, ni d’où il vient exactement, ni où il est juste maintenant. Je trouve sa trace sur deux, trois sites turcs. Emus par ses compositions sur les réfugiés syriens, ils présentent Nizar Ali comme “migrant”.

Sur son Facebook je vois qu’il habite à Lattaquié en Syrie. Y est-il encore ? Sinon, où il a atterri ? J’aurais voulu tellement en savoir plus. Je ne parle pas l’arabe. J’essaye alors désespérément de déchiffrer ses rares mots en traduisant avec des outils médiocres. Malgré l’approximation des traductions, je ressens la sagesse, la simplicité, une immense amour pour l’humanité, et l’espoir. Ces mots rejoignent totalement la poésie qui découle de singulières pierres, touchées par les mains d’artiste.

Je finis enfin par trouver quelques photos de lui, fondues au milieu d’une inimaginable collection de compositions de galets et de pierres sculptées.

Nizar Ali, raconte la vie.

Nizar Ali raconte la vie avec des pierres.

Je suis sûre que vous avez quelques cailloux chez vous. Nous en avons toutes et tous. Quelques unes de ces pierres que nous avons ramassées à toutes les époques de notre vie, souvent sans savoir pourquoi. Celles qui ont rempli nos paumes d’enfant, celles qui ont titillé nos yeux d’adulte, celles que nous avons oubliées au fond d’une poche au retour à la maison. Et celle que nous voulons absolument garder, qui est posée sur un meuble. Notre préférée.

Mais pourquoi donc ramasse-t-on des pierres ? Pourquoi on ne peut pas s’empêcher ? On la voit, sur le sol, sur le sable, parmi d’autres. On la voit, elle. C’est un réel rencontre. Quelque chose en elle nous parle. Sa forme, sa couleur, ses dessins, sa texture, la façon dont elle brille ou non d’ailleurs. On tend la main et on la prend. Le toucher… Comme dans une histoire d’amour. Ce n’est pas pour rien que les manchots offrent des galets à leur partenaire avant de s’accoupler.

Nos pierres collectées nous racontent des histoires intimes que seuls nous connaissons et parfois sans pouvoir les exprimer avec des mots.

Celles de Nizar Ali, racontent la Vie.

Tout ce qui fait partie de la Vie est là… Les gens, l’amour, les enfants, la joie… La tristesse, le malheur, la guerre, la mort, et l’exil aussi…

Je vous invite à survoler cette collection que je configure soigneusement en mode “aléatoire”, pour mêler le bonheur au chagrin, autant que la Vie le fait.

et pour en voir plus : Les pierres de l'artiste syrien Nizar Ali Badr | KEDISTAN
et pour en voir plus : Les pierres de l'artiste syrien Nizar Ali Badr | KEDISTAN
et pour en voir plus : Les pierres de l'artiste syrien Nizar Ali Badr | KEDISTAN

et pour en voir plus : Les pierres de l'artiste syrien Nizar Ali Badr | KEDISTAN

Voir les commentaires

Niki de Saint Phalle

21 Septembre 2014, 08:37am

Publié par pam

Voir les commentaires

Captivé par le flot du temps...

6 Juillet 2014, 06:59am

Publié par pam

Extraits (ou résumé ou fiche de lecture !) de

"Plaidoyer pour le bonheur" de Matthieu Ricard.

Chapitre XIX - CAPTIVÉ PAR LE FLOT DU TEMPS.

“Une bonne vie est caractérisée par une absorption totale dans ce que l’on fait.”

Lorsqu’il exécute une œuvre, l’artiste absorbé par son œuvre, et en poursuivant le travail jusqu’à son terme, oublie fatigue, faim, inconfort. Le fait d'être immergé dans ce que l’on fait compte plus que le résultat de l’action. Le plaisir de l’acte constitue la motivation principale. C’est l’expérience du flux, une résonance s’établit entre l’action, le milieu extérieur et la pensée. Cette expérience peut toucher au ravissement. C’est l’opposé de l’ennui et de la dépression, mais aussi de la fébrilité et de la distraction. La conscience de soi s’estompe, ne reste que la vigilance du sujet qui se confond avec l’action et ne s’observe pas lui-même. L’esprit est à la fois focalisé et détendu.

Si une tâche est trop difficile, la tension s’installe, puis l’anxiété, si elle est trop facile, on va se relâcher et vite s’ennuyer.

Tout dépend de la façon dont on vit l’expérience du temps qui passe.

Les personnes qui entrent le plus facilement dans cette expérience du flux sont généralement intéressées et curieuses des choses de la vie, persévérantes et douées d’un faible égocentrisme, dispositions qui permettent d’être motivé par des gratifications intérieures.

La prise en considération de l’expérience du flux a permis des améliorations de conditions de travail, d’agencement de musées, et surtout de pédagogie scolaire.

À l’opposé du flux, l’un des symptômes majeurs de la dépression est l’égocentrisme. Nombreux sont ceux qui colportent le sentiment de l’importance de soi, produisant une génération de narcissiques dont la principale préoccupation est de savoir comment ils se sentent. N’avoir de cesse d’exaucer ses moindres désirs, voilà la recette assurée du mécontentement.

L’expérience du flux n’est pas à confondre avec le plaisir : le plaisir est facile, n’exige aucune aptitude particulière, c’est une puissante source de motivation mais il n’engendre pas le changement. Le sentiment de gratification n’est pas toujours plaisant, peut même être stressant. Ce qui est gratifiant produit l’expérience du flux mais demande une certaine aptitude, des efforts et comporte des risques d’échec. Croire qu’on peut prendre des raccourcis pour atteindre à une satisfaction profonde et se dispenser de développer ses qualités et ses vertus est une folie. Ce genre d’attitude produit des légions de dépressifs qui, plantés au milieu de grandes richesses, meurent de faim spirituellement. Mais l’expérience du flux n’est qu’un instrument, pour qu’elle puisse engendrer à long terme une meilleure qualité de vie, elle doit être imprégnée de qualités humaines : altruisme, sagesse... La valeur du flux dépend de la motivation qui colore l’esprit. Elle se révèle précieuse quand il s’agit d’apprécier chaque instant de l’expérience, de le mettre à profit de façon constructive.

Thich Nhat Hanh propose un exercice de marche attentive.

La contemplation de la nature de l’esprit est une expérience profonde et fertile qui combine la relaxation (calme intérieur) et le flux (présence d’esprit claire et éveillée, attentive mais sans tension). Mais elle exige une lucidité d’esprit ou l’effacement du moi est total. On pourrait dire que l’être “éveillé” demeure constamment dans un état de fluidité altruiste et sereine.

Captivé par le flot du temps...

Essayons de passer la journée avec ça en tête et donnons-nous rendez-vous à nous-mêmes ce soir.... Bonne journée à tous.

Voir les commentaires

Niki de Saint Phalle et son jardin...

13 Septembre 2013, 08:10am

Publié par pam

Voir les commentaires

Nerida de Jong

6 Septembre 2013, 08:43am

Publié par pam

Belle découverte hier à Saint Cirq Lapopie...

allez voir son site si sa galerie est trop loin de chez vous : Nerida de Jong Artist.

Nerida de Jong
Nerida de Jong
Nerida de Jong
Nerida de Jong

Voir les commentaires

infos...

1 Mai 2013, 07:03am

Publié par pam

une video pour faire le tour d'horizon des choses qui fâchent ...

et pour se changer les idées, tout plein de belles images qui font rêver... et oublier tout ce qui fâche !

et un site pour découvrir des artistes magnifiques...

bonne ballade, bonne journée !

Entre deux averses, une petite promenade

Ressortons les moonboots, on s'occupera du soleil un autre jour !

Voir les commentaires