Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

besoin d'aide !.....

28 Février 2013, 08:50am

Publié par pam

je sais qu'après tous les beaux textes que je viens de partager avec vous, ma démarche va vous paraitre bien futile... mais j'ai besoin ce matin qu'on m'envoie plein de bonne énergie positive !

Pour ceux qui ne connaissent pas mon lieu de vie, sachez juste que je vis dans un endroit magique, très isolé avec jusqu'à présent comme voisins des vaches, des moutons et tous les chevreuils, lapins, écureuils, hérissons, oiseaux nombreux et divers qui me font l'honneur de le partager avec moi.

Et puis comme souvent à la campagne, suite à des magouilles, ce bout de parc régional inconstructible a été autorisé à la construction d'une maison et malheureusement à des gens qui bétonnent, coupent les arbres, ébranlent les dalles de pierre qui forment le sol... sans guère de souci apparent de leur environnement.

Bref ce matin un poteau EDF va être planté juste sous mes fenêtres... et ça me fait mal, je sature un peu de cette invasion, alors si vous m'envoyez un peu de bonnes ondes, peut être arriverai-je à lâcher prise ! merci.....

Accepter même l'inacceptable si on ne peut le changer.... et relativiser au vu de toutes les horreurs que tant de gens subissent sur cette planète... et devant quoi mon futur voisin le poteau et toutes les mauvaises ondes qui iront avec restent anecdotiques...

Impression néanmoins que même si volontairement on essaye de prendre le moins de place possible, de ne pas déranger, il y aura toujours quelqu'un pour vous signifier : pousse toi de là que je m'y mette.

« La sensation d’être heureux ou malheureux dépend rarement de notre état dans l’absolu, mais de notre perception de la situation, de notre capacité à nous satisfaire de ce que nous avons. »

Le Dalaï Lama

besoin d'aide !.....

Voir les commentaires

intelligence...

28 Février 2013, 07:46am

Publié par pam

“On peut diviser les gens en trois catégories : la première, ceux qui voient et devinent eux-mêmes ; la seconde, ceux qui voient quand on leur montre ; la dernière, ceux qui ne voient et ne comprennent pas ce qu’on leur montre.... je sais combien peu de gens intelligents il y a de par le monde.” in “Le roman de Léonard de Vinci” de Dimitri Merejkovski.

“Pendant les périodes de relation faisant suite à une activité intellectuelle concentrée, l’esprit intuitif semble prendre le dessus et peut produire soudainement des “insights” de clarté, ce qui donne tant de joie et de plaisir.” Fritjof Capra, physicien.

L’anthropologue Clifford Geertz explique : “La science nomme la structure des situations de telle façon que l’attitude qu’elles inspirent soit le désinterressement... Mais l’idéologie nomme la structure des situations de telle manière que l’attitude qu’elles inspirent soit l’engagement.”

Voir les commentaires

collectif Roosevelt

28 Février 2013, 07:28am

Publié par Pierre Larrouturou Roosevelt2012.fr

Stéphane est décédé cette nuit. C’était un homme lumineux.

Ce fut un homme lumineux jusqu’au bout. Il y a trois semaines, il m’a appelé pour que je vienne le voir. Il était dans son lit. Son corps était usé mais son visage était toujours aussi souriant. Il savait que la mort pouvait advenir d’un jour à l’autre (cela fait plusieurs mois qu’il nous parlait de sa mort possible) mais comme Václav Havel qu’il aimait beaucoup, il voulait jusqu’au bout « contempler le miracle de l’être. »

Jusqu’au bout, agir pour la dignité de l’Homme et de la Femme. Un de ses plus grands regrets était de ne pas être parvenu à construire la Paix entre Israël et la Palestine. Juste avant Noël, lors d’un dîner amical, Christiane et Stéphane se demandaient encore quelle initiative on pouvait prendre pour ouvrir les yeux de ceux qui ne comprennent pas ce qui se passe en Palestine.

Jusqu’au bout, agir pour la dignité : même allongé dans son lit, il réfléchissait à ce que nous pouvions faire ensemble pour obliger les dirigeants de notre pays à mettre en œuvre les solutions de Roosevelt 2012. Nous pensions publier bientôt un petit livre (Répondez-nous !) et dans sa dernière interview au Nouvel Observateur, la semaine dernière, à deux reprises, il met en avant Roosevelt 2012 comme un des moyens de répondre à la crise du politique. Jusqu’au bout, alors que ses forces le quittaient, il aura porté cette volonté d’agir ensemble pour la justice, pour la dignité de l’homme et de la femme dans ce qu’elle a de très concret et de très matériel.

Mais jusqu’au bout, il aura porté aussi ce qu’il y a d’immatériel, de léger, d’inaliénable en chacune et chacun de nous : jamais un dîner ne se finissait sans que Stéphane ne récite un poème. Puis, dans le taxi, il me parlait du plaisir qu’il avait à retrouver Christiane : « J’ai beaucoup de chance d’avoir une femme aussi jeune - elle a dix ans de moins que moi - et aussi délicieuse que Christiane. »

Je ne sais comment nous pourrons consoler Christiane mais je pense que c’est nous qui avons eu beaucoup de chance de rencontrer Stéphane. Il avait dix ans de moins que nous. Il gardait au cœur une incroyable jeunesse. Lui qui avait connu tant de moments difficiles gardait une incroyable énergie et une Joie contagieuse.

A nous maintenant de reprendre le flambeau. En gardant la même intransigeance sur le fond et la même humanité dans le dialogue.

Pierre Larrouturou

Roosevelt2012.fr

http://videos.arte.tv/fr/videos/stephane-hessel-en-2008--7354364.html

http://videos.arte.tv/fr/videos/stephane-hessel-en-2008--7354364.html

http://www.un.org/fr/documents/udhr/

Déclaration universelle des droits de l'homme

Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris au Palais de Chaillot (résolution 217 A (III)).

Ce document fondateur continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration, et pour promouvoir l'exercice universel des droits de l'homme.

Déclaration universelle des droits de l'homme

Préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression.

Considérant qu'il est essentiel d'encourager le développement de relations amicales entre nations.

Considérant que dans la Charte les peuples des Nations Unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité des droits des hommes et des femmes, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

Considérant que les Etats Membres se sont engagés à assurer, en coopération avec l'Organisation des Nations Unies, le respect universel et effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales.

Considérant qu'une conception commune de ces droits et libertés est de la plus haute importance pour remplir pleinement cet engagement.

L'Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des Etats Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

Article premier

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2

1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.

2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3

Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

Article 5

Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 6

Chacun a le droit à la reconnaissance en tous lieux de sa personnalité juridique.

Article 7

Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.

Article 8

Toute personne a droit à un recours effectif devant les juridictions nationales compétentes contre les actes violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus par la constitution ou par la loi.

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

Article 10

Toute personne a droit, en pleine égalité, à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal indépendant et impartial, qui décidera, soit de ses droits et obligations, soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle.

Article 11

1. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.

2. Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.

Article 12

Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.

Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.

2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l'asile en d'autres pays.

2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 15

1. Tout individu a droit à une nationalité.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa nationalité, ni du droit de changer de nationalité.

Article 16

1. A partir de l'âge nubile, l'homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution.

2. Le mariage ne peut être conclu qu'avec le libre et plein consentement des futurs époux.

3. La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'Etat.

Article 17

1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété.

2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 18

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites.

Article 19

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Article 20

1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques.

2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association.

Article 21

1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.

2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.

3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Article 22

Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l'effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l'organisation et des ressources de chaque pays.

Article 23

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal.

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.

4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

Article 25

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.

2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

Article 26

1. Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. L'enseignement technique et professionnel doit être généralisé ; l'accès aux études supérieures doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite.

2. L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations Unies pour le maintien de la paix.

3. Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants.

Article 27

1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.

2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l'auteur.

Article 28

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

Article 29

1. L'individu a des devoirs envers la communauté dans laquelle seule le libre et plein développement de sa personnalité est possible.

2. Dans l'exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n'est soumis qu'aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d'assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d'autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l'ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.

3. Ces droits et libertés ne pourront, en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies.

Article 30

Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à une activité ou d'accomplir un acte visant à la destruction des droits et libertés qui y sont énoncés.

Voir les commentaires

faire de l'alimentation notre première médecine.

27 Février 2013, 08:39am

Publié par pam

Cet article provient du site du mouvement colibris : http://www.colibris-lemouvement.org/

que je vous engage à visiter...

FAIRE DE L'ALIMENTATION NOTRE PREMIÈRE MÉDECINE.

Au quotidien, comment allier alimentation et santé ?

Comment identifier les comportements alimentaires qui nuisent à notre santé, à notre vitalité et à notre équilibre ?

Quels choix concrets effectuer dans nos achats, notre cuisine ? Comment prendre soin de nous et de nos proches ?

En résumé, faire de l'alimentation notre première médecine c'est :

•faire le choix de trouver une alimentation adaptée aux spécificités de notre organisme,

à notre mode de vie, à notre éthique ;

•réconcilier alimentation saine, plaisir et partage ;

•se faire conseiller par des professionnels et aider si besoin.

faire de l'alimentation notre première médecine.

Quel lien entre alimentation et santé ?

Hippocrate, médecin grec de l'Antiquité (5e siècle av. J.-C.), avait affirmé la primauté de l'alimentation dans la santé : « Que ton alimentation soit ta première médecine ». Les rythmes de vie accélérés de nos sociétés modernes incitent aujourd'hui à la consommation d'une nourriture rapide, réchauffée au micro-ondes, déjà préparée et prête à l'emploi.

Graisses, sucres, adjuvants et colorants, pesticides, sont plus présents que jamais dans les alimentations et les pathologies se multiplient : obésités, diabètes, anorexies, boulimies, cancers, dépressions, maladies d'Alzheimer et Parkinson, troubles cardio-vasculaires, troubles gastriques...

Le choix d'une prise de conscience personnelle et réfléchie

Seule une véritable prise de conscience réfléchie peut permettre la transition et le passage définitif à une alimentation convenant à nos envies, notre éthique, notre organisme et notre mode de vie. Le premier choix est avant tout de se donner un temps pour s'informer et se faire conseiller par des professionnels.

La frustration et le sentiment de devoir, pour être en bonne santé, se priver de ce que l'on aime sont des obstacles majeurs. Or les goûts et les saveurs sont infinies, et un changement de nos habitudes, une réduction des graisses et des sucres, peuvent aussi nous entraîner vers un autre réel plaisir de manger au quotidien, une sensation physique de bien-être nouvelle et insoupçonnée.

La qualité du sommeil, l'équilibre psychique et physique et l'énergie retrouvée qui découlent d'une bonne alimentation, seront aussi de précieux alliés dans ce changement.

De la quantité... à la qualité !

Le changement d'alimentation vers l'équilibre et les produits sains peut nous faire découvrir de nouvelles céréales et légumineuses, de nouvelles saveurs, de nouvelles odeurs et de nouvelles compositions de nos mets.

En réduisant notre quantité de viande et de produits laitiers, dont la surconsommation a un coût tant pour notre santé, que pour notre budget et pour la planète, nous pouvons également trouver les moyens matériels d'assumer de nouveaux choix d'alimentation biologique et locale. Il y a là l'occasion de retrouver le goût authentique et sain des légumes et des fruits issus de l'agroécologie, d’être surpris par de nouveaux goûts, pour évoluer dans une cuisine créative, savoureuse et énergisante.

Alimentations... émotions... et relations...

L'alimentation est étroitement liée à nos émotions. Les pathologies compulsives d'anorexie et de boulimie témoignent de l'angoisse et du stress de nos sociétés modernes, d'habitudes et de modes de comportements inadaptés aux besoins des individus ; les jeunes gens sont encore plus fragiles.

Le changement d'alimentation est trop souvent envisagé comme synonyme de frustration, manque, de perte de temps, de coût excessif.

Comment changer de logique ?

Se faire conseiller, accompagner et aider

Ce chemin est souvent difficile à parcourir seul dans un premier temps.

Après l'information et les conseils préalables par les professionnels, un accompagnement dans ces temps de transition est souvent utile pour un vrai changement, heureux et dans la durée, de nos habitudes, à trouver selon la personnalité de chacun : suivi avec un naturopathe, un homéopathe, un acupuncteur...

Quelques livres

L'Alimentation ou la 3e médecine, du Dr Jean Seignalet, Editions de l'Oeil, collection Ecologie Humaine, 5e édition jan. 2004. ISBN 978-2868398871.

Le Rapport Campbell, de T. Colin Campbell, Ariane Editions, juin 2008. ISBN : 978-2896260386.

Un lien

Guerir.fr : tout faire pour mieux guérir le cancer, et le prévenir

faire de l'alimentation notre première médecine.

Voir les commentaires

humour et loi de l'attraction

27 Février 2013, 07:54am

Publié par pam

merci à Emmanuel Farran pour cette video, et si vous voulez lire ses commentaires : http://emmanuelferran.com/loi-attraction-lilou-mace/

Voir les commentaires

remettre les pendules à l'heure...aujourd'hui les intermittents...

26 Février 2013, 11:56am

Publié par pam

Voir les commentaires

au sujet de la douleur...

26 Février 2013, 08:04am

Publié par pam

Matthieu Ricard in “Plaidoyer pour le bonheur”.

“Comment faire face à une douleur physique qui nous accule aux limites du tolérable?

1° distinguer douleur physiologique et souffrance mentale et émotionnelle que la première engendre. Du point de vue neurologique, on sait que la réaction émotionnelle à la douleur varie de façon importante d’un individu à l’autre, et qu’une part considérable de la sensation douloureuse est associée au désir anxieux de la supprimer. Si nous laissons cette anxiété submerger notre esprit, la plus bénigne des douleurs devient vite insupportable. Notre appréciation de la douleur dépend donc aussi de notre esprit : c’est lui qui réagit à la douleur par la peur, la révolte, le découragement, l’incompréhension ou le sentiment d’impuissance, de sorte qu’au lieu de subir un seul tourment, nous les cumulons. Comment, dès lors, prendre en main la douleur au lieu d’en être la victime ? Que l’on sombre dans le découragement le plus total ou que l’on conserve sa force d’âme et son désir de vivre, dans les deux cas la douleur subsiste, mais, dans le second, on sera capable de préserver sa dignité et sa confiance en soi, ce qui fait une grande différence. 

À cette fin, le bouddhisme a élaboré différentes méthodes : l’une fait appel à l’imagerie mentale en vue de modifier la perception de la douleur, une autre permet de transformer la douleur en s’éveillant à l’amour et à la compassion, une 3° consiste à examiner la nature de la souffrance et, par extension, celle de l’esprit qui souffre.

Les scientifiques ont montré que dans 85 % des cas, le recours aux méthodes mentales augmente la capacité à supporter la douleur, l’imagerie mentale étant la plus efficace, variant selon les supports visuels. Autres méthodes : concentration sur un objet extérieur, pratique d’un exercice répétitif, acceptation consciente de la douleur. L’imagerie mentale mobilise davantage l’attention et est ainsi plus apte à distraire le malade de sa douleur.

La seconde méthode permettant de gérer la souffrance physique mais aussi morale, est liée à la pratique de la compassion. C’est un état d’esprit fondé sur le souhait que les êtres soient délivrés de leurs souffrances et des causes de leurs souffrances. Il en résulte un sentiment d’amour, de responsabilité et de respect à l’égard de tous. Imprégné d’altruisme, nous cessons de nous demander avec amertume : “Pourquoi moi ?”. Lorsque nous sommes totalement absorbé par nous-même, nous sommes vulnérable et devenons facilement la proie du désarroi, de l’impuissance et de l’angoisse. Mais lorsque, par compassion, nous éprouvons un puissant sentiment d’empathie face aux souffrances des autres, la résignation impuissante fait place au courage, la dépression à l’amour, l’étroitesse d’esprit à une ouverture envers tous ceux qui nous entourent.

La troisième méthode est celle des contemplatifs, moins évidente, nous pouvons nous en inspirer pour réduire nos souffrances physiques et mentales. Elle consiste à contempler la nature de l’esprit qui souffre. Il faut simplement regarder la douleur, chercher sa couleur, forme, caractéristique. On s’aperçoit alors que les contours de la douleur s’estompent à mesure qu’on tente de les cerner. La nature fondamentale de l’esprit est cette pure faculté de connaissance. Détendons notre esprit et essayons de laisser la douleur reposer dans cette nature claire et inaltérable. Cela nous permettra de ne plus être la victime passive de la douleur, mais, peu à peu, de faire face et de remédier à la dévastation qu’elle engendre dans notre esprit.”

“La façon dont nous vivons ces vagues de souffrance dépend considérablement de notre propre attitude. Ainsi il vaut mieux se familiariser et se préparer aux souffrances que l’on est susceptible de rencontrer et dont certaines sont inévitables, plutôt que d’être pris au dépourvu et de sombrer dans la détresse. 

Une souffrance physique ou morale peut être intense sans pour autant détruire notre vision positive de l’existence.

La paix est un trésor de l’esprit qui ne s’acquiert pas sans efforts. Si nous nous laissons submerger par nos problèmes personnels, si tragiques soient-ils, nous ne faisons qu’accroître nos difficultés et devenons également un fardeau pour ceux qui nous entourent. Il est essentiel d’acquérir une certaine paix intérieure, de sorte que, sans diminuer en aucune façon notre sensibilité, notre amour et  notre altruisme, nous sachions nous relier aux profondeurs de notre être.

Il est commun en Occident de considérer la souffrance comme une anomalie, une injustice ou un échec. En Orient, celle-ci est moins dramatisée et on l’envisage avec plus de courage et de tolérance. Aux yeux d’un occidental, beaucoup plus individualiste, tout ce qui perturbe, menace et finalement détruit l’individu est ressenti comme un drame absolu car l’individu constitue un monde à lui seul.”

“Une profonde souffrance peut nous ouvrir l’esprit et le cœur, et nous ouvrir aux autres.” Le Dalaï-Lama.

"La souffrance peut être un extraordinaire enseignement, à même de nous faire prendre conscience du caractère superficiel de nombre de nos préoccupations habituelles, du passage irréversible du temps, de notre propre fragilité et surtout de ce qui compte vraiment au plus profond de nous-même." 

“À long terme, la souffrance favorise la découverte d’un monde où il n’y a pas de séparation réelle entre l’extérieur et l’intérieur, entre le corps et l’esprit, entre moi et les autres.” Guy Corneau.

"Il serait absurde de nier que la souffrance peut avoir des qualités pédagogiques si l’on sait l’utiliser à bon escient. Par contre, s’y résigner en pensant simplement “c’est la vie !” équivaut à renoncer d’avance à cette possibilité de transformation intérieure qui s’offre à chacun et permettrait d’éviter que la souffrance ne soit systématiquement convertie en malheur. Ne plus être submergé par des obstacles comme la maladie, l’inimitié, la trahison, la critique ou les revers de fortune ne signifie en rien que les événements ne nous affectent pas, ni que nous les ayons éliminés à jamais, mais qu’ils n’entravent plus notre progression vers la liberté intérieure. Il est important de ne pas laisser l’anxiété et le découragement envahir l’esprit." 

Shantideva : “S’il y a un remède, à quoi bon le mécontentement ? S’il n’y a pas de remède, à quoi bon le mécontentement ?”

Matthieu Ricard “Plaidoyer pour le bonheur”.

Voir les commentaires

deux soeurs, deux mondes.

25 Février 2013, 08:11am

Publié par pam

Allongée sur le ventre, Sarah pianotait sur son portable à une vitesse qui laissait présager que le flot de ses idées n’était endigué que par les limites que la morphologie digitale et sa position peu orthodoxe lui fixaient. 

Du haut de son refuge, Milly observait, dubitative, les orteils de sa sœur qui étaient pour le moment la partie la plus haute de son individu, orteils qui semblaient remuer au même rythme que les doigts en dessous d’eux sur le clavier.  

Dans l’esprit hautement imaginatif de la cadette, et néanmoins infiniment moins productive que l’aînée, une musique était née, surimposée au rythme des doigts et des orteils de sa sœur. Plutôt deux groupes d’elfes, l’un au sol, l’autre en l’air, totalement autonomes du reste de l’individu Sarah, imprimant chacun leur rythme, semblable et pourtant différent, et l’imagination de Milly inventait une musique qui coulait de et sur ces mouvements. 

Hier soir, son grand-père lui avait dit qu’il y avait autant d’idées que d’êtres vivants sur cette planète. Une idée pour chaque homme ? Pleins d’hommes sans idées, quelques hommes fourmillant d’idées ? Ou bien des milliards d’amibes, et même d’insectes et d’animaux sans idées, uniquement guidés par leur atavisme, et de nombreuses idées pour chaque humain ? Il lui avait suggéré d’attendre d’avoir atteint le fatidique “âge de raison” avant de chercher à philosopher, et qu’à son âge sa mère jouait normalement à la poupée et ne cherchait pas à rationaliser l’imagination humaine. Un temps pour tout et chacun à sa place ma jolie ! Elle adorait quand son grand-père l’appelait sa jolie, elle seule avait droit à cet épithète désuet. Elle avait souri en pensant qu’il était bien dommage qu’elle n’eut pas de poupée sous la main, elle aurait aimé jouer avec juste pour faire plaisir à ce vieux bonhomme bougon qu’elle aimait tant. 

Est-ce qu’elle avait trop d’idées ? Est-ce qu’elle risquait de dépenser tout son capital imaginatif trop vite, et que se passerait-il ensuite, quand il serait épuisé ? Devrait-elle finir ses jours la tête vide comme un navet ? Mais comment ralentir le flot d’idées qui se bousculait dans sa tête ? On ne pouvait pas fermer le robinet, il n’y avait aucun robinet, et s’apercevant qu’elle triturait le lobe de son oreille jusqu'à se faire mal, elle eu un début de fou rire silencieux et reporta son attention sur sa sœur. Elle au moins, semblait avoir trouvé un moyen de faire quelque chose de son imagination. En la regardant écrire si vite, Milly ne doutait pas que sa sœur aussi débordait et n’avait pas trouvé le robinet ! 

Mais tout à l’heure, quand leur mère viendrait les embrasser et leur souhaiter bonne nuit, l’une aurait écrit des pages et des pages pendant que l’autre paraîtrait avoir baillé au corneilles toute la soirée. Milly n’aimait pas l’idée que l’on puisse quantifier son intelligence, son imagination, sa vie, au volume produit de quoique ce soit.

Je suis une tomate qui mûrît au soleil des jours qui me restent à vivre jusqu’à l’”âge de raison”. 

Elle se glissa sous la couette de son lit en mezzanine et en suçant son pouce elle se repassa dans la tête la musique de tout à l’heure pour voir si ça fonctionnait sans le rythme des petits lutins.

Pam.

deux soeurs, deux mondes.

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

24 Février 2013, 10:39am

Publié par pam

allez aussi visiter ce site : http://www.le-carnet-de-jimidi.com/categorie-11532684.html

Voir les commentaires

méditation d'un matin neigeux ...

24 Février 2013, 08:51am

Publié par pam

Christiane Singer:

"Ne laisse aucune trace de ta souffrance sur cette terre si tu veux vraiment faire quelque chose pour ce monde "

"Ce qui veut dire que nous devons faire le deuil de toutes nos souffrances passées, c'est à dire que là où la rancoeur, la rancune ou encore la jalousie du passé a causé de grandes douleurs, y mettre maintenant le pardon, la paix, l'amour, car toutes ces douleurs sont souvent la conséquence d'un trop grand orgueil et empoisonnent notre vie au présent. Ne laissons rien derrière nous si nous voulons oeuvrer à améliorer le monde. Cela est simplement une décision."

merci yog'....

méditation d'un matin neigeux ...

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>