Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

reves

rêves, questions, injustice et solitude....

22 Février 2015, 08:59am

Publié par pam

Je me suis rendue compte à force d'années passées, que je ne savais pas poser des questions, impression d'arracher les vers du nez à l'interlocuteur, pas envie de faire aux autres ce que je déteste qu'on me fasse, ce qui à moi fait mal…

Poser une question… indiscrétion ? pieds dans le plat ?

Cherchant des réponses, je me rends compte qu'enfant j'avais tant de questions, que je devais en être pénible.

Mon père au travail, ma mère au travail mais à domicile, débordée, excédée, peu patiente, pousse toi de là, toujours dans mes jambes, j'ordonne tu obéis, les adultes savent les enfants écoutent et obéissent…

rêves, questions, injustice et solitude....

Et des questions j'en avais tant et tant… l'immensité de l'infini, juste le mot, infiniment grand et infiniment petit, jusqu'où ? à l'infini. Maman, je ne peux pas dormir : c'est facile, ferme les yeux et ne penses à rien. Et moi, au fond de mon petit lit, je tentais de ne penser à RIEN et je pensais à RIEN pendant des heures. Le mot, les lettres, c'est quoi rien, il y a toujours quelque chose, R I E N rien, compte les moutons. Jusqu'à l'infini ? 

Si la terre tourne pourquoi est-ce que je ne le vois pas ? 

S'il ne faut pas mettre des choses dans les prises électriques dis-moi pourquoi ? parce que. Péremptoire, excédée, lassée, Pousse toi, vas dans ta chambre. Une épingle à chignon qui traine, expérience, oui l'électricité ça fait mal, un peu comme une brulure qui pique. Je sais maintenant, inutile de renouveler l'expérience. Enfin si, dans un champ, une clôture électrique : pas cap de la toucher ! moi cap bien entendu, non mais il m'a regardé celui-là avec ses certitudes anti-féministes ? Je touche, ça picote, quasi rien. Et là le couillon m'attrape l'autre bras, et j'apprends ce qu'est la conductibilité. Là ça secoue… Ne jamais approcher une clôture électrique tout en étant à proximité d'un garçon. Se méfier des garçons. Ils sont tout mielleux, protecteurs, grands frères dans l'âme. Et quand une fille veut les imiter ou pire rivaliser : je vais plus vite que toi, je saute plus haut, j'ose plus que toi. Alors là ça devient méchant et ça sort les muscles et les crocs. Inutile d'aller pleurer dans les jupes de ma mère : c'est bien fait, tu n'as qu'à jouer avec les filles, regarde tes cousines, toutes propres, toutes sages, toutes douces, toutes calmes et bien coiffées. Mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça, regarde l'état de tes chaussettes, de ton  pull, va te coiffer, va te débarbouiller. Et ce n'est pas la peine de soupirer, privée de dessert, et je t'interdis d'aller jouer dehors, et arrête de poser des questions, va mettre la table.

À 4 ou 5 ans, un dimanche après-midi chez mon grand-père, les femmes dans la cuisine font la vaisselle, les hommes sont sortis essayer la dernière bagnole, mon grand-père apprend à mon grand cousin à jouer aux échecs. Je m'ennuie, pas envie de jouer à la poupée avec les cousines. Grand-papa je veux apprendre moi aussi. Ce n'est pas un jeu pour les filles.

Silence.

Pas de questions, pas la peine. Juste un petit vélo qui se déclenche dans la tête : ah bon, il y a des trucs réservés aux garçons ? déjà que je n'ai pas le droit de crier, de sauter, de jouer aux cow boys et aux indiens, pas le droit de me salir, pas le droit d'avoir un train électrique à Noël, alors en plus étant fille je ne serai pas capable de jouer aux échecs ? Est-ce qu'il veut dire que les garçons sont plus intelligents que les filles, parce qu'alors là… il avait l'air tellement formidable ce grand-père, et d'un coup je m'aperçois qu'il est con comme ses pieds, comment peut-on penser un truc pareil ?

Rien à foutre, ça à l'air con ce jeu. 

Qu'est-ce que tu fais là à bouder, regarde tes cousines, va jouer à la dinette avec elles. Non, elles sont connes. Tiens ! celle là tu ne l'as pas volé, et privée de dessert.

 

 

 

rêves, questions, injustice et solitude....

Quand je serai grande, je serai féministe.

Quand je serai grande, je ferai un métier de mec, "dit de mec".

Je serai moi, je lirai autant qu'il le faudra pour répondre à mes questions, je prendrai la route aussi loin qu'il le faudra pour tout comprendre, tout expérimenter.

.

rêves, questions, injustice et solitude....

Je ne poserai plus de questions, sauf à moi-même, de toutes façons la plupart des gens répondent l'inverse de ce qu'on les voit vivre, faire. Inutile.

Quand je serai grande, je serai autonome pour ne plus rien avoir à demander à personne.

Du coup il me faudra apprendre l'autonomie, apprendre à bricoler, coudre, cuisiner, jardiner, réparer ma bagnole, trouver les réponses à toutes les questions qui toujours et encore se bousculent au portillon de la curiosité, de l'inassouvi désir de compréhension.

J'ai appris à faire le pain, démonter un moteur, à construire une maison, à créer un potager, j'ai tondu un mouton, cardé la laine, filé au rouet, trouvé des plantes pour teindre mes écheveaux, construit un métier à tisser, tissé ma laine et me suis fait un manteau très beau, plein de couleurs.

J'ai appris à me passer des choses que je ne pouvais pas m'offrir ou pas me fabriquer.

J'ai appris à vivre ma vie sans perdre mon temps à la gagner.

Je suis passée, comme un cabri fait des bonds, d'un apprentissage à l'autre, laissant tomber quand la technique ne me posait plus de problèmes, plus de questions.

Je me suis faite traitée de dilettante, ça m'a toujours fait marrer. Je répondais que j'avais tant de rêves à réaliser et si peu de temps. On me répondait, c'est bien beau de rêver mais tu ferais bien de mettre les pieds sur terre… juste parce que rêver, expérimenter, tester, essayer, ça ce n'est pas un métier, ça ne nourrit pas son homme. Je m'en fous je suis une femme.

J'ai compris que la plupart des gens n'avaient qu'un ou deux rêves, alors pour eux c'était réalisable.

Et aussi que certains rêves sont encore meilleurs si on ne cherche pas à les réaliser.

rêves, questions, injustice et solitude....

J'ai appris à me consoler toute seule de la tristesse extrême qu'engendre parfois la solitude.

J'ai appris à éviter les poseurs de questions, les machos (hommes ou femmes) et les cons (enfin j'essaye ! c'est pas toujousr facile...). 

Je suis devenue grande et solitaire, et je refuse toujours de jouer aux échecs !

Mais j'essaye toujours et encore de répondre aux questions des enfants, toutes les questions !

Notre monde est violent, les humains sont pour la plupart violents. Je suis violente même si je travaille en permanence à ne pas l'être.

J'ai honte de risquer de l'être...

En pensées, en actes ou en paroles, dans l'action ou dans l'omission, physiquement ou intellectuellement, contre les autres ou contre moi.

La non-violence est pour moi le plus bel emblème de notre humanité. Difficile et magnifique. Essentiel.

 

Pour trouver la paix, pour faire la paix, il faut comprendre l'autre, les choses, le monde. 

Pour faire la paix avec soi-même, il faut se comprendre et s'accepter.

Pour être en paix, il faut travailler, se poser les questions et y répondre du mieux que l'on peut.

Pour peut être un jour, mourir en paix.

rêves, questions, injustice et solitude....

Voir les commentaires

Intime et politique...

5 Février 2015, 08:17am

Publié par pam

Bonjour à tous !

Je m'adresse rarement à vous ainsi, je préfère partager des textes, des articles...

Mais je vous dois quelques excuses pour m'être laissée aller à ma passion de la politique. La barbarie chez Charlie a fait office de catalyseur chez moi comme chez beaucoup. Les conséquences qui vont jour après jour en découler risquent de bouleverser de nombreuses "habitudes" de nos petites vies privilégiées d'occidentaux.

Le monde qu'on voudrait nous faire gober est de plus en plus ridicule et suicidaire.

Pourtant les initiatives, les alternatives ne manquent pas. Partout des gens se bougent, se démarquent, cherchent, testent de nouvelles solutions ou d'anciennes remises au gout du jour. La décroissance, la sortie de la société de consommation et de ses excès, la fraternité, l'entraide, d'autres conceptions de vie, de méthodes de soins, d'autres façons d'envisager le temps que nous avons à passer sur cette terre, le respect de celle-ci, voilà de quoi nous occuper les mains et l'esprit !

Si nous ne voulons pas laisser la société nous endormir, profiter de nous puis nous jeter, faire de nous des esclaves consentants "métro-boulot-dodo-télé-crédits-consommation", si les choix qui nous sont proposés ne nous donne que du dégout... il est peut être temps de refuser !

La vie que nous menons est celle que nous avons choisi, ou accepter de subir. À nous d'en changer et de nous donner les moyens d'un autrement plus conforme à nos aspirations profondes. Chacun de nos actes, de nos pensées, de nos paroles entraine une conséquence, il ne suffit pas de manger bio, de recycler et de marcher à pied pour sauver la planète et ses habitants. Il faudra plus ! plus de changements, plus de prises de conscience, plus de renoncements pour plus de libertés, plus de bonheur, plus de partages, plus de générosité et surtout, surtout, plus de conformité entre nos pensées et nos actes.

J'aimerai beaucoup vous connaitre, vous êtes de plus en plus nombreux à venir vous promener ici mais j'ignore quels sont vos centres d'intérêt, qui vous êtes, ce que vous faites de votre vie, j'ai le sentiment d'envoyer chaque jour une bouteille à la mer ! en espérant que celle de ce matin chatoie de couleurs sous le soleil.... et que vous laisserez quelques commentaires....

Intime et politique...

Voir les commentaires

Rêves...

1 Février 2014, 07:55am

Publié par pam

“Nous savons que c’est à travers le rêve que notre âme nous souffle les désirs qu’elle cherche à satisfaire et qui sont indispensables à sa plénitude. La maladie, la mort, le désespoir, la solitude sont tous causés par les désirs non satisfaits de l’âme. Celui qui n’écoute pas ses rêves n’écoute pas son âme. Et c’est terrible. Car l’âme devient triste, si triste qu’un jour elle décide de nous quitter. C’est pour cette raison que l’on meurt. On meurt d’une âme devenue trop triste. Alors, si tu veux engranger un peu d’immortalité, écoute tes rêves.”

Gilbert Sinoué in “Des jours et des nuits”.

Rêves...

“Des jours et des nuits” est une invitation à se souvenir de cette évidence : c’est par les rêves qu’autrefois les dieux s’adressaient à ceux qu’ils avaient choisis, c’est par les rêves que nos souvenirs nous donnent la force de regarder plus avant, c’est dans les rêves que se trouve la clé de notre destin.”

François Busnel.

Rêves...

Voir les commentaires

au sujet des rêves...

8 Octobre 2013, 05:54am

Publié par pam

“Il est plus facile de rêver quelque chose que de le réaliser. Voilà pourquoi certains se soumettent aux certitudes confortables de leur vie quotidienne, sans tenir compte de la frustration qui les ronge.”

Vana Verouti in “Les soupirs des dieux”.

"Allez en toute confiance dans la direction de vos rêves ! Vivez la vie que vous avez imaginée. En simplifiant votre vie, les lois de l’univers seront plus simples."

Henry David Thoreau.

"J’ignore si je ne rêve pas quand je vis, ni si je ne vis pas quand je rêve... Je ne sais plus si j’existe, je sens que je pourrais être le rêve de quelqu’un d’autre."

Fernando Pessoa

“Un rêve est un télégramme envoyé du monde invisible. Seuls les imbéciles ou ceux qui ne savent pas les déchiffrer, ne lui prêtent pas attention.”

Divakaruni in “La reine des rêves”.

“La vie éveillée nous ensevelit puisqu’elle nous disperse et nous socialise ; seul le rêve éveille ce que nous sommes.”

E.E.Schmitt in “Ulysse from Bagdad”.

“Le cerveau gauche tyrannise le cerveau droit. Le cerveau droit rêve, le cerveau gauche explique. Le droit pense en images, le gauche pense en mots. Le droit est dans les sentiments, les sensations. Le gauche est dans les stratégies et la logique. On pense que les autistes gardent intactes les capacités de leur cerveau droit. C’est pour cela que ces enfants que l’on prétend handicapés mentaux sont capables de prouesses extraordinaires que les gens dits normaux ne peuvent accomplir. Ils savent mémoriser des listes interminables car leur cerveau droit garde tout sous forme de fresques et non d’éléments séparés... Quand vous rêvez, c’est votre cerveau droit qui s’exprime, mais le matin, quand vous tentez de vous souvenir de votre rêve, c’est le gauche qui réinvente l’histoire pour lui donner un sens logique, rationnel, avec un récit comprenant un début, un milieu et une fin. Dans votre vrai rêve vos personnages changeaient de tête par exemple, cela le cerveau gauche ne peut pas l’admettre. Alors il déforme, il réinvente, il donne à tout un sens logique car le cerveau gauche veut tout expliquer, analyser, mettre en ordre. Il adore l’ordre ancien, et il a peur de la liberté et de la nouveauté. C’est le dictateur de votre esprit. L’école, les parents, le milieu dans lequel vous vivez ne font que renforcer cette emprise du cerveau gauche sur le droit. On vous demande de tout expliquer, de tout légitimer, on fait taire votre part de rêve et créativité illogique... Les autistes sont des gens qui n’ont pas accepté la tyrannie du cerveau gauche et donc qui se taisent et se coupent du monde pour ne pas être obligés de justifier leur liberté de pensée. Albert Einstein n’a pratiquement pas parlé jusqu’à l’âge de 7 ans.

Ce n’est pas qu’il ne parlait pas, c’est qu’il savait comme moi qu’il faut économiser ses mots et que les mots empêchent les êtres et les choses d’exister. Il avait son monde intérieur à construire tranquillement, sans conditionnement extérieur. ”

Bernard Werber in” Le miroir de Cassandre”.

Voir les commentaires

au sujet des rêves...

7 Octobre 2013, 07:42am

Publié par pam

"Né pour rêver, je suis celui qui cherche les esprits ! Les rêves m’accompagnent toujours. Tel le cristal des étoiles qui scintillent par les nuits d’obsidienne lustrée, ils me guident vers des buts que je dois atteindre, plongent en tourbillonnant jusqu’aux tréfonds de mon être ou prennent leur essor vers de puissants esprits vivants. Les rêves sont mon pouvoir, l’essence invisible de mon âme rendue tangible et dotée de substance. Par eux la guérison est possible et les âmes entravées sur la terre peuvent s’élever ! Ce sont des voix qui chantent à l’unisson, célébrant la danse de la vie à l’intérieur de chaque être jusqu’aux confins de la galaxie."

Anna Lee Walkers in "L’esprit des indiens".

“Nous savons que c’est à travers le rêve que notre âme nous souffle les désirs qu’elle cherche à satisfaire et qui sont indispensables à sa plénitude. La maladie, la mort, le désespoir, la solitude sont tous causés par les désirs non satisfaits de l’âme. Celui qui n’écoute pas ses rêves n’écoute pas son âme. Et c’est terrible. Car l’âme devient triste, si triste qu’un jour elle décide de nous quitter. C’est pour cette raison que l’on meurt. On meurt d’une âme devenue trop triste. Alors, si tu veux engranger un peu d’immortalité, écoute tes rêves.”

Gilbert Sinoué in “Des jours et des nuits”.

au sujet des rêves...

“Il est plus facile de rêver quelque chose que de le réaliser. Voilà pourquoi certains se soumettent aux certitudes confortables de leur vie quotidienne, sans tenir compte de la frustration qui les ronge.”

Vana Verouti in “Les soupirs des dieux”.

“Incapables de mettre fin par des choix décisifs aux rêves qui ont si longtemps peuplé leur enfance, certains remettent à plus tard la concrétisation d’un bonheur impossible. Ils sont encore trop imprégnés d’une notion d’absolu pour renoncer à ce qu’ils imaginaient être une relation idéale et ils refusent ainsi des compromis qu’ils jugent inacceptables. Mais s’il est vrai que tout choix est un sacrifice, et que toute décision peut être à l’origine d’un regret potentiel, ce refus de vivre en deçà de notre idéal risque, s’il laisse intacts nos rêves, de nous rendre à jamais incapables de leur donner vie.”

Catherine Bensaid.

“C’est pourquoi les rêves peuvent être si pernicieux : ils couvent, comme un feu, et parfois ils vous consument totalement.”

Arthur Golden in “Geisha”.

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

26 Mai 2013, 06:14am

Publié par pam

Si comme on le dit l’univers est courbe, alors l’imaginaire est le meilleur moyen de rejoindre la vérité.

Voir les commentaires

au sujet des rêves...

28 Avril 2013, 07:17am

Publié par pam

“Un rêve est un télégramme envoyé du monde invisible. Seuls les imbéciles ou ceux qui ne savent pas les déchiffrer, ne lui prêtent pas attention.”

Divakaruni in “La reine des rêves”.

“La vie éveillée nous ensevelit puisqu’elle nous disperse et nous socialise ; seul le rêve éveille ce que nous sommes.” E.E.Schmitt in “Ulysse from Bagdad”.

“Le cerveau gauche tyrannise le cerveau droit. Le cerveau droit rêve, le cerveau gauche explique. Le droit pense en images, le gauche pense en mots. Le droit est dans les sentiments, les sensations. Le gauche est dans les stratégies et la logique. On pense que les autistes gardent intactes les capacités de leur cerveau droit. C’est pour cela que ces enfants que l’on prétend handicapés mentaux sont capables de prouesses extraordinaires que les gens dits normaux ne peuvent accomplir. Ils savent mémoriser des listes interminables car leur cerveau droit garde tout sous forme de fresques et non d’éléments séparés... Quand vous rêvez, c’est votre cerveau droit qui s’exprime, mais le matin, quand vous tentez de vous souvenir de votre rêve, c’est le gauche qui réinvente l’histoire pour lui donner un sens logique, rationnel, avec un récit comprenant un début, un milieu et une fin. Dans votre vrai rêve vos personnages changeaient de tête par exemple, cela le cerveau gauche ne peut pas l’admettre. Alors il déforme, il réinvente, il donne à tout un sens logique car le cerveau gauche veut tout expliquer, analyser, mettre en ordre. Il adore l’ordre ancien, et il a peur de la liberté et de la nouveauté. C’est le dictateur de votre esprit. L’école, les parents, le milieu dans lequel vous vivez ne font que renforcer cette emprise du cerveau gauche sur le droit. On vous demande de tout expliquer, de tout légitimer, on fait taire votre part de rêve et créativité illogique... Les autistes sont des gens qui n’ont pas accepté la tyrannie du cerveau gauche et donc qui se taisent et se coupent du monde pour ne pas être obligés de justifier leur liberté de pensée. Albert Einstein n’a pratiquement pas parlé jusqu’à l’âge de 7 ans. Ce n’est pas qu’il ne parlait pas, c’est qu’il savait comme moi qu’il faut économiser ses mots et que les mots empêchent les êtres et les choses d’exister. Il avait son monde intérieur à construire tranquillement, sans conditionnement extérieur. ”

Bernard Werber in” Le miroir de Cassandre”.

au sujet des rêves...

“Dans les deux traditions, amérindienne et tibétaine, les rêves ont une grande importance. Si l’on veut avoir des rêves significatifs, encore faut-il s’endormir comme il faut. Vous devez clarifier votre esprit et en faire disparaître toutes les pensées qui peuvent être mauvaises pour vous et pour les autres. Vous pouvez purifier votre chambre en y faisant brûler dans les quatre directions, du cèdre et du genièvre. Une fois au lit, il est bon de passer en revue les paroles et les actes de la journée. Si vous avez vécu des moments de plénitude, rappelez-les à vous. Si vous avez eu de mauvaises relations avec une personne, rétablissez l’harmonie dans votre cœur ; si vous avez parlé avec colère, faites appel à la compassion.

Lorsque vous sentez que vous allez vous endormir, dans ce moment précieux entre veille et sommeil, vous pouvez faire une méditation, puis compter doucement de un à dix en affirmant que vous vous souviendrez de vos rêves, vous pouvez aussi vous visualiser en train d’élever les mains vers le ciel pour obtenir une vie pleine. Si vous voulez vous souvenir de vos rêves, vous devez simplifier votre nourriture ; l’idéal serait de manger peu, toutes les deux heures, et de ne pas mélanger viande, légumes verts et fruits. Dans la mesure du possible, abstenez-vous de pain levé. Choisissez des céréales complètes et buvez beaucoup d’eau. Et chaque jour priez en demandant la clarté de l’esprit, alors vous commencerez à vous souvenir de vos rêves.

Les clés pour l’interprétation des rêves sont nombreuses. Les animaux sont très importants, ainsi que la direction d’où viennent les choses, la direction dans laquelle on marche et le temps qu’il fait. Ce sont de précieux indicateurs. Encore faut-il savoir que tout ce qui est bon peut aussi avoir un côté qui ne l’est pas.

Le feu a de nombreuses significations, il peut être le signe que nous sommes en train de consumer notre ignorance. C’est le feu qui purifie, encore faut-il voir ce qui brûle dans le feu. Le feu peut être dangereux pour ceux qui se sont éloignés de la loi. Pour ceux aussi qui avaient pour mission de s’occuper du feu sacré et qui l’ont négligé. Alors le feu, qui est énergie spirituelle, peut devenir un châtiment. Le feu accélère l’intuition.”

“J’ai rêvé qu’un aigle se posait sur mes pieds. Il me désigne mes pieds parce qu’ils sont les racines qui m’ont toujours manqué. Ces racines représentent la force qui doit me permettre d’ouvrir mon cœur et mes bras.”

Cartier in “Les gardiens de la terre”.

au sujet des rêves...

Fernando Pessoa :

“J’ignore si je ne rêve pas quand je vis, ni si je ne vis pas quand je rêve... Je ne sais plus si j’existe, je sens que je pourrais être le rêve de quelqu’un d’autre.

au sujet des rêves...

“Un être est moins le résultat d’une volonté rationnelle et d’une conscience claire sur ses choix, libre, capable de s’autodéterminer, que le produit du puissant déterminisme de l’inconscient (Freud). L’inconscient est psychique, donc pas physique, nulle part localisé, certes, mais partout dans le corps et le système nerveux. Comme le vent, on constate son existence par ses effets : par le rêve, les actes manqués, les lapsus, oublis de noms propres et tout ce qui relève de la psychopathologie de la vie quotidienne (petits accidents et incidents qui émaillent notre vie).

Le rêve permet de réaliser dans le sommeil ce qu’il n’a pas été possible de concrétiser à l’état de veille à cause des convenances sociales, interdits, lois, tabous, religion : il est la voie royale qui mène à l’inconscient. L’inconscient force parfois le barrage de la censure et parvient sous forme de messages endommagés à la conscience.”

Michel Onfray in “Automanuel de philosophie”.

Voir les commentaires

envies de rêver ce matin...

26 Avril 2013, 10:53am

Publié par pam

la prochaine fois, promis, je fais des photos pour montrer les réalisations... c'est bien les rêves, ce n'est pas mal non plus de concrétiser de temps en temps !!!
la prochaine fois, promis, je fais des photos pour montrer les réalisations... c'est bien les rêves, ce n'est pas mal non plus de concrétiser de temps en temps !!!
la prochaine fois, promis, je fais des photos pour montrer les réalisations... c'est bien les rêves, ce n'est pas mal non plus de concrétiser de temps en temps !!!
la prochaine fois, promis, je fais des photos pour montrer les réalisations... c'est bien les rêves, ce n'est pas mal non plus de concrétiser de temps en temps !!!
la prochaine fois, promis, je fais des photos pour montrer les réalisations... c'est bien les rêves, ce n'est pas mal non plus de concrétiser de temps en temps !!!

la prochaine fois, promis, je fais des photos pour montrer les réalisations... c'est bien les rêves, ce n'est pas mal non plus de concrétiser de temps en temps !!!

Voir les commentaires

Rêves, rêvons, rêvez....

26 Avril 2013, 10:49am

Publié par pam

pour ceux qui connaissent mon lieu de vie... vous imaginez ça dans mon hangar ?!!!....

Rêves, rêvons, rêvez....

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

24 Avril 2013, 07:01am

Publié par pam

Henry David Thoreau :

“Allez en toute confiance dans la direction de vos rêves ! Vivez la vie que vous avez imaginée. En simplifiant votre vie, les lois de l’univers seront plus simples.”

Voir les commentaires

1 2 > >>