Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sante

gestion de la souffrance...

10 Août 2014, 06:30am

Publié par pam

RÉFLEXIONS D’UN MÉDECIN BOUDDHISTE À L’USAGE DES SOIGNANTS ET DES SOIGNÉS.

Dr. Daniel Chevassut. notes de lecture, chapitre 3.

Souffrance : mal-être qui touche à la fois le corps, la psyché et l’esprit : douleur physique, morale et spirituelle. On peut y ajouter souffrances sociales, difficultés de communication au sein de la famille, de l’entreprise, compétition, rythme de vie épuisant... Aujourd’hui, les gens sont très destructurés et vulnérables. Beaucoup ne présentent pas de dysfonctionnements mentaux avérés, mais ont de grandes difficultés à s’adapter à leur situation et à la crise qu’ils traversent. Solitude, maladie, difficultés financières, indifférence générale sont le lot de beaucoup de gens. Souvent en fond apparaissent agressivité, manque d’amour et de tendresse, besoin de fraternité.

Syndrome du mal-être et nouvelle pathologie : celle d’une incapacité croissante des êtres humains à s’adapter au monde qu’ils ont eux-mêmes créé.

“Les gens, aujourd’hui, sont atteints d’une maladie particulière, qui est celle du syndrome de manque de force intérieure.” Maître tibétain.

Spinoza : concept de potentia, puissance d’agir (d’essence divine) propre à tout être vivant. Tant que la potentia d’un sujet n’est pas corrompue, abîmée ou détruite, ce dernier est toujours à même de surmonter les difficultés de son existence.

Boris Cyrulnik : la notion de résilience, capacité de certaines personnes à sortir renforcées de l’adversité et à rebondir, s’enracine dans cette dimension, notion de potentiel humain.

Nietzsche : “Ce qui ne me détruit pas me rend plus fort.”

Certaines épreuves peuvent être des blessures qui guérissent, à condition que la puissance d’agir soit intacte ou restaurée. Sinon la souffrance peut emprisonner pendant une longue période celui ou celle qu’elle afflige dans une sorte d’entre-deux douloureux, sans l’anéantir pour autant.

Tout cela abouti parfois à une perte du goût de vivre. Le développement du coaching est aussi un reflet de cette fragilité ambiante.

Coaching : accompagnement personnalisé d’une personne dans le cadre personnel ou professionnel, dans le but de développer son potentiel et son savoir-faire avec l’aide d’une autre personne. Plusieurs étapes : au début trois points : comment se manifeste le problème et quelle est sa cause ? Qu’est-ce que je souhaite à la place (objectif) ? Lorsque mon objectif sera atteint, quelles en seront les conséquences ? Coacher un individu, c’est le mobiliser en stimulant ses ressources psychologiques.... Dans un environnement fait de turbulences, d’accélération et de dépression, le coach est capable de connecter chacun à sa motivation profonde.” B. Stenier.

Beaucoup aujourd’hui, survivent plus qu’ils ne vivent. Certains flottent dans le passé ou un hypothétique futur. Indices de ce mal-être : anxiolytiques, drogues, alcool, augmentation des consultations en pédopsychiatrie : que des enfants soient touchés confirme une extension de la souffrance collective et sociale en surface et en profondeur. Syndrome d’Harry Potter : ils aimeraient tant échapper à cette condition par des pouvoirs magiques ; comme lui, ils ont le sentiment d’avoir peu de chances de s’en sortir sur un plan purement humain ou en faisant confiance seulement aux adultes.

Du fait de notre manière erronée de fonctionner et de voir les choses, nous avons fini par créer un monde inhumain ou inadapté, dans un environnement (France) qui est pourtant très favorable à l’homme.

XIV° Dalaï Lama : “Atteindre le bonheur authentique exige de transformer à la fois le regard que l’on porte sur le monde et sa manière de penser.”

Gandhi : “La multiplication des hôpitaux n’est pas un critère de santé, au contraire... La civilisation moderne n’a de civilisation que le nom. En elle, les nations d’Europe se dégradent et se ruinent davantage chaque jour.... Cette civilisation est telle qu’il suffit d’être patient et on la verra s’autodétruire.”

Râmarthirthâ : “Le monde civilisé se traîne avec les béquilles de la respectabilité en gaspillant son temps et son matériel de façon évidente et fatigante. Et que le monde européen et yankee soit en train de réussir dans sa dévotion complète à la futilité, personne ne peut le nier.”

Philosophe russe : “J’ai entendu dire qu’en Occident vous aviez tout... et rien d’autre.”

Seule l’expérience spirituelle peut permettre l’émergence d’une autre échelle de valeurs favorisant un comportement juste. Aujourd’hui, la raison ne suffit plus, l’absence de sacré dans nos vies produit l’avoir et la société de consommation actuelle. Au lieu de trouver l’esprit de l’univers en nous-mêmes, nous passons notre temps à étreindre la poussière.

Mais comme dit Hölderlin : “là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve.”

“La conscience n’est dans le chaos du monde qu’une petite lumière, précieuse mais fragile.” Céline.

gestion de la souffrance...

Voir les commentaires

"Réflexions d'un médecin bouddhiste" fiche de lecture suite...

8 Août 2014, 07:45am

Publié par pam

RÉFLEXIONS D’UN MÉDECIN BOUDDHISTE À L’USAGE DES SOIGNANTS ET DES SOIGNÉS.

Dr. Daniel Chevassut. Éditions Sully. 2007.

CHAPITRE 1.

“Nous sommes ce que nous expérimentons et nous expérimentons ce que nous sommes.”

Lama Denys Teundroup.

Les événements et circonstances que nous rencontrons dans notre existence exercent une influence indéniable, sur notre constitution, et sur la manière dont nous appréhendons le monde.

On ne devient pas médecin par hasard. Se poser la question de la souffrance et s’engager sérieusement sur une voie spirituelle sont le fruit d’un cheminement, et d’une sensibilité, assez mûre pour prendre le risque d’être blessée. Car à moins d’être vraiment touché, on ne se pose pas véritablement de questions, ou pas les vraies questions.

- L’INFLUENCE DE LA TERRE MÈRE.

On peut se demander dans quelle mesure le lieu où l’on naît exerce ou non une influence sur notre vie : nourritures matérielles et spirituelles, terre, air qu’on respire, saveurs, parfums, sons, couleurs, êtres qui y vivent. Quelque chose au départ est déjà scellé.

Mon apprentissage de la solitude et cette aptitude à ressentir plus qu’à analyser me sont utiles comme médecin, et aussi comme aspirant spirituel. Dans ma vision d’enfant, j’avais déjà perçu le jeu de l’égocentrisme, la puissance de l’aveuglement et leurs conséquences dramatiques sur les êtres, avant-goût de l’équanimité bouddhiste.

Le sous-développement le plus grave n’est pas tant celui du matériel et de l’avoir que celui de l’être. Le délabrement progressif de la planète et la souffrance qui en résulte nous amèneront peut-être à le réaliser plus tôt que prévu.

Parler à ses parents avant leur mort : la fin de l’existence n’est plus le moment des conflits, mais celui de la réconciliation et de la paix.

“La nature nous aide à être nous-mêmes, à traverser les changements majeurs et les situations où notre vie est en jeu. Elle apporte la magie et le rire.” Sobonfu Somé.

L’être humain ne réalise pas à quel point sa propre survie dépend de l’amour et du respect qu’il porte à la planète. Tout le monde le ressent plus ou moins, mais peu le réalisent vraiment. La nature et les éléments ont ce pouvoir extraordinaire de procurer des expériences de ravissement, où l’on s’oublie, où ce qui est superficiel en nous disparaît pour laisser place à notre vraie nature, la plus profonde.

Mircea Eliade : “Je crois que l’élément essentiel de la condition humaine est le sens du sacré.”

Si nous voulons que s’installe l’harmonie entre l’homme et son environnement, et aussi simplement survivre sur cette terre, nous devons retrouver, par un important travail sur nous-mêmes cette réalité sacrée qui vit en chacun de nous.

Nous devons préserver à tout prix un système de vie interdépendant qui doit rester intact si chacun veut continuer à exister. Seule solution pour sortir de l’impasse.

“Quand les êtres humains perdent le contact avec la nature, avec le ciel et la terre, ils ne sont plus capables de nourrir leur environnement, ni - ce qui revient au même - de gouverner leur monde ; ils détruisent leur écologie en même temps qu’ils se détruisent entre eux. Dans cette optique, la guérison de notre société doit s’effectuer de concert avec la guérison de notre lien personnel et élémentaire avec le monde phénoménal.” Chögyam Trungpa in “Shambhala, la voie sacrée du guerrier”.

"Réflexions d'un médecin bouddhiste" fiche de lecture suite...

- L’INFLUENCE DES ANCÊTRES.

Retenir de la transmission et de l’apport de nos parents et grands-parents ce qui a été positif en ressentant pour eux une vraie gratitude, même si les relations n’ont pas toujours été ce qu’elles auraient dû être. Devoir de gratitude ?

Capacité à être moi-même, en accord avec mon ressenti et mes idées, même si ceux-ci s’avéraient être en décalage, ou en désaccord avec l’entourage.

Aujourd’hui, plus que jamais, l’importance de l’énergie féminine dans le monde doit être considérée à sa juste valeur : c’est une énergie cachée, terriblement puissante, dont la femme elle-même n’est pas toujours consciente. C’est l’énergie de la Vie qui est présente et c’est parfois la fonction de certains hommes de la leur révéler. C’est probablement le pressentiment de cette puissance qui peut aussi inconsciemment faire peur au sexe masculin. André Breton appelait cette puissance mystérieuse le noyau de nuit.

Dans les temps anciens et dans certains pays, la femme qui portait un enfant était sacralisée. Elle était porteuse de vie et consciente de l’importance de ses états d’âmes sur la vie future de son bébé.

La mort étant l’opposé de la naissance, les connaissances issues de la pratique des soins palliatifs doivent venir compléter celles de la gynécologie-obstétrique. Et réciproquement.

"Réflexions d'un médecin bouddhiste" fiche de lecture suite...

- LA MALADIE COMME MAÎTRE.

Mourir est une succession de deuils à vivre : on fait le deuil de sa santé, puis de sa vitalité et de son indépendance, ce qui amène à réfléchir à la question de la vulnérabilité. Puis deuil de ses identifications (sociale, familiale) ; dans la vie, c’est l’autre qui vous confère votre statut, l’autre qui vous indique le rôle qu’il convient de jouer au bon moment. L’image de soi change, la maladie transforme. Tout cela abouti progressivement à une dépression réactionnelle avec une douleur morale profonde.

Puis quelque chose en soi cède, on accepte de mourir. Pas résignation mais acceptation du corps et de l’esprit. Cet état s’accompagne d’une paix indescriptible, à l’origine pour moi de ma quête spirituelle.

Changements psychologiques : comment expérimenter une douleur physique intense et en même temps être intérieurement en paix ? Et aussi changement de notre relation au monde et à l’environnement. Plus grande transparence et plus grande acuité de perception. Plus grande aptitude à communiquer avec la nature, plantes, animaux. Plus le degré de connaissance spirituelle s’affine, plus le rapport avec le monde naturel s’élabore.

Poème persan : “La Vie est dormante dans le minéral, rêve dans la plante, se réveille dans l’animal et devient consciente d’elle-même dans l’homme.”

Graf Dürckheim, philosophe : “À condition que l’homme comprenne à quoi il a affaire, la grande expérience est un tournant et un bouleversement. Elle induit une transformation de l’attitude globale envers la vie.”

Cette maladie fut un élément déterminant dans ma quête spirituelle. Elle m’aide à mieux ressentir ce que l’autre peut éprouver et à ne jamais oublier la compassion ni l’enfer psychologique que l’on peut parfois expérimenter quand on s’apprête à quitter ce monde ou lorsqu’on est atteint d’une maladie sévère, longue et invalidante.

"Réflexions d'un médecin bouddhiste" fiche de lecture suite...

Voir les commentaires

Rester en bonne santé...

6 Août 2014, 07:15am

Publié par pam

“Rester en bonne santé : en général, cela dépend de chacun de nous. Un patient est autant responsable des causes de sa maladie que de sa guérison. Une alimentation immodérée et un mauvais comportement provoquent des maladies. Le mot comportement fait référence au comportement physique, mental et verbal. L’art et la manière d’agir, de penser et de parler jouent un rôle important pour la santé. La mission du médecin est d’éliminer les troubles dont souffre le patient, mais celui-ci doit prendre conscience des causes de sa maladie, à savoir son alimentation et son comportement.

Il faut ensuite prendre en compte les facteurs écologiques. Préserver la pureté de l’environnement est un objectif essentiel. Les aliments que nous mangeons poussent dans la terre. Nous devons manger des aliments avec différentes saveurs : sucré, acide, amer, piquant, salé et astringent. Lorsque l’environnement est pollué, le blé, les fruits, les légumes le sont aussi. L’environnement est comme nos parents : comme des parents en bonne santé mettent au monde une descendance en bonne santé, notre mère Nature doit être en bon état pour nous approvisionner en produits sains.

Mais il est rare de vivre sans aucune maladie. Notre état de santé évolue en permanence et les maladies, auxquelles les individus sont plus ou moins prédisposés, apparaissent en fonction de la prédominance des humeurs - vent, bile phlegme - ou de leurs combinaisons. Les troubles restent donc latents jusqu’à ce qu’ils soient activés par des facteurs causals.”

D’après le Dr Tenzin Choedrak, médecin de S.S. le Dalaï-Lama.

Rester en bonne santé...

Voir les commentaires

THÉRAPIES NATURELLES

11 Juillet 2014, 06:00am

Publié par pam

Certaines semblent évidentes, d’autres empreintes de mystère. Certaines sont familières en Occident, d’autres reposent sur des préceptes orientaux auxquels la science occidentale ne prête pas foi. Certains pensent que c’est un amalgame de styles et de techniques n’ayant rien en commun. Erreur, elles reposent toutes sur les principes suivants :

- Le corps humain est naturellement en mesure de se guérir et de se réguler.

- L’être humain n’est pas la somme de ses éléments, mais l’association subtile de son corps, de son esprit, de ses émotions, chacun peut influer sur la santé.

- Les conditions sociales et environnementales ont autant d’importance sur la santé que l’individu.

- Il importe plus de traiter la source du problème que ses symptômes évidents. Traiter les symptômes peut masquer le problème, voire l’aggraver et amener la récidive.

- Les médecines naturelles traitent un patient, pas des symptômes ou des affections.

- La guérison se fait mieux et plus rapidement si l’individu assume la responsabilité de sa santé. Ce qui ne veut pas dire le blâmer de son état ou l’estimer puni de sa négligence. La santé ne tient pas à une guérison rapide, les ennuis de santé ne surviennent pas sans raison et s’intéresser aux causes enrichit l’individu.

Pour choisir un thérapeute, le bouche à oreille est la meilleure méthode, en l’absence d’acceptation par l’Etat de certaines techniques, elles ne sont pas toutes encadrées et donc il faut éviter les gens de pouvoir et âpres au gain. Fiez-vous à votre première impression, on ne peut pas être soigné par quelqu’un avec qui on ne se sent aucune affinité, on doit être “en confiance”. Le magasin bio près de chez vous, une librairie, les groupes de soutien aux malades, peuvent être de bons endroits pour chercher l’information. Soyez septique quand quelqu’un vous promet la guérison, même un médecin ne le peut pas. Ne payez pas à l’avance, refusez les rendez-vous multiples à prendre dès le premier contact, n’interrompez pas un traitement chimique sans en parler avec un médecin, demandez l’avis d’un tiers (médecin) si le votre se braque à la moindre allusion aux thérapies naturelles... ou changez-en ! L’ouverture d’esprit est bonne pour tous, médecins compris, et certains d’entre eux sont très ouverts même s’ils n’approuvent pas. Encore une fois, la discussion doit être ouverte et libre. Le médecin sait, connaît son métier, mais vous connaissez votre corps même si vous avez des lacunes scientifiques !

Un patient qui comprend peut s’aider bien mieux, si le médecin monopolise le savoir il n’est pas loin d’imposer et donc cherche le pouvoir, qui n’est pas synonyme du savoir. Méfiez-vous des thérapeutes naturels qui refusent que vous soyez accompagné et ils doivent toujours expliquer les raisons d’un toucher sur les parties intimes. Certaines thérapies demandent de la patience pour agir, mais le thérapeute doit justifier sa technique si elle nécessite de nombreuses séances.

Il n’y a pas d’offense s’il s’avère incapable de vous soulager ou de vous guérir, il y en a une s’il n’use pas de précautions ou s’il vous manque de respect. Dans ce cas la mauvaise publicité est une bonne arme contre lui (hormis le procès) : il doit avoir une conduite irréprochable et il le sait.

Peu de thérapeutes ont choisi leur voie pour l’argent. Certains ont entrepris leur démarche comme vous, parce qu’ils étaient à la recherche d’une solution à leur problème, pour lequel la médecine conventionnelle s’était révélée impuissante.

THÉRAPIES NATURELLES

Voir les commentaires

Pesticides. Fruits et légumes les plus et moins pollués

22 Juin 2014, 15:50pm

Publié par pam

trouvé sur le site : Consoglobe.

05/2014


Des pesticides dans nos assiettesManger des fruits et légumes non pollués par des pesticides devient difficile ! L’Environmental Working Group (EWG), une ONG environnementale basée à Washington, publie chaque année une étude sur la contenance en résidus de pesticides de 47 fruits et légumes, basée sur 87.000 tests réalisés entre 2000 et 2009 puis en 2013 et 2014 (1). A la suite de ces analyses, un classement des fruits et légumes les plus contaminés a été dressé. Plus ou moins alarmant !

De nombreux polluants se retrouvent dans notre alimentation: outre les pesticides dont il est ici question, le PCB, le chlordecone, le mercure, l’aluminium, les mycotoxines, de l’acrylamide, du cadmium, bref…peuvent se trouver dans certains aliments.

La conclusion tirée par l’étude sur les fruits et légumes permet de mieux cerner ce phénomène (voir tableau ci-dessous) et les risques d’exposition :

  • Une personne qui consomme les 12 fruits et légumes les plus contaminés ingurgiterait en moyenne 10 pesticides par jour !
  • Alors que manger les 15 fruits et légumes les moins contaminés exposerait une personne à moins de 2 pesticides par jour en moyenne.
Le classement des fruits et légumes contaminés

Le classement suivant est basé sur un score global établi à partir de 6 mesures de contamination différentes. Il permet au consommateur de savoir quels fruits et légumes privilégier pour réduire le nombre de pesticides dans son alimentation.

Le palmarès 2014 du groupe de recherche sur l’environnement Environmental Working Group ne bouleverse pas celui des années précédentes :

Les fruits et légumes les plus traités – palmarès 2014

Dans la liste des “Dirty Dozen”, certains fruits ou légumes ont jusqu’à 15 résidus de pesticides différents (raisin), ou 13 (pommes).

  • Pommes – Fraises – Céleri - Épinards – Nectarines – Concombres - Myrtilles – Laitue - Pèches – Petits pois – Pommes de terre – Piments - Poivrons - Raisin - Tomates cerises -

Les “Clean fifteen” sont les fruits ou légumes présentant de moindres doses de pesticides Selon l’EWG, la plupart de ces végétaux ne présentaient pas de traces de pesticides, ou alors très peu.

  • Ananas – Asperges - Aubergines – Avocat – Champignons – Chou – Chou-fleur – Maïs doux – Oignons – Mangue - Papaye – Kiwi – Pamplemousse – Melon – Patates douces -
Fruits et légumes : avec ou sans la peau ?

Le rinçage réduit, mais n’élimine pas les pesticides, alors que l’épluchage réduit également les risques d’exposition mais retire aux aliments bon nombre de leurs vertus nutritionnelles, vitamines et minéraux étant principalement contenus dans la peau.

Pour plus d’efficacité, vous pouvez ajouter du bicarbonate de soude à votre eau de rinçage et nettoyer la peau de vos fruits et légumes avec une brosse à légumes écolo.

Selon l’EWG, la meilleure solution reste de varier son alimentation, de rincer tous les aliments et d’acheter bio dans la mesure du possible.

Pesticides et alimentation, quels risques ?

De récentes études réalisées cette fois-ci en France avaient déjà souligné que la moitié de nos fruits et légumes contenaient des résidus de pesticides, et même 10% dans des proportions supérieures aux normes légales. Le céleri, le poivron ou encore les pêches figuraient également parmi les aliments les plus pollués.

Les pesticides en 2010

En 2010, une étude sur les pesticides dans les aliments en Europe a un peu rassuré. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un rapport sur les résidus de pesticides dans l’alimentation observés dans l’Union européenne. 96,5 % des échantillons analysés étaient conformes aux limites maximales de résidus de pesticides autorisés dans les produits alimentaires dans l’UE…

Encore trop utilisés en France (75000 tonnes / an), les pesticides sont non seulement toxiques pour l’environnement mais auraient également des répercussions sur notre santé, et ce, à des doses pourtant jugées « sans risque » par les industriels.

Différents pesticides ont été reconnus comme ayant des effets toxiques sur l’homme, tels que :

  • des effets sur le système nerveux,
  • des effets cancérigènes,
  • des effets sur le système hormonal,
  • irritations de la la peau, des yeux et des poumons.
La teneur en pesticides des fruits et légumes
  • Salades : jusqu’à 4.3 mg d’insecticides (acéphate) (limite de 0.02 mg/kg)
  • Persil : 12.8 mg (fongicides) (limite de 5mg/kg)
  • Mandarine : 0.17 mg d’insecticides (du fenthion)
  • Fraises : elles contiennent parfois des fongicides (cyprodinil, 3.1 mg vs limite de 2 mg / bénomyl, 0,25 mg vs une limite de 0.1 mg/kg )
  • Pomme : une pomme est traitée en moyenne avec 35 pesticides différents (2)
Pesticides. Fruits et légumes les plus et moins pollués
On reste dans les bonnes résolutions :

30 minutes d’activité physique par jour : comment faire ?

Jeudi 6 Mars 2014

Tags:

bien-bouger

Vous êtes toujours fatigué par votre rythme de vie intensif et vous ne voyez pas comment insérer 30 minutes d’activité par jour dans votre agenda ?

Ou alors, vous ne faite aucune activité physique depuis de nombreuses années et vous n’avez aucun entraînement, vous ne savez pas par quoi commencer…?

Il y a toujours des solutions !

Toute activité physique, même modérée, est bonne pour la santé. Si vous n’arrivez pas à faire 30 minutes par jour ou si vous ne vous en sentez pas capable, ne vous découragez pas. Faire un peu, c’est déjà mieux que rien du tout !

Commencez doucement, 5 à 10 minutes par jour par exemple et augmentez progressivement la durée pour atteindre les 30 minutes recommandées.

Commencez par ce qui vous paraît le plus simple : vous n’êtes pas obligé de monter du jour au lendemain 5 étages à pied ! Commencez par un, puis deux.

Marchez avec des amis motivés, vous vous soutiendrez mutuellement.

Il n’y a pas que la marche !

Quand on parle de 30 minutes d’activité physique par jour, ce n’est pas obligatoirement de la marche ! L’avantage, c’est que tout compte ! Le jardinage, le bricolage, le ménage… toutes ces activités entrent dans le décompte des "30 minutes par jour".

Alors, si votre loisir est de bricoler ou de faire du jardinage en plein air, n’hésitez plus ! C’est tout aussi positif pour la santé que 30 minutes de marche. A condition tout de même de ne pas faire ces activités assis sur une chaise…

Faites des activités qui vous plaisent vraiment. Ainsi, elles feront partie de votre quotidien et vous aurez envie de les faire régulièrement !

Voir les commentaires

Nature et causes des maladies...

18 Juin 2014, 07:21am

Publié par pam

Le poumon nous relie les uns aux autres, puisque nous respirons tous le même air.

Les conséquences de cette nouvelle approche sont incalculables. Elles débouchent sur une vision du monde dans laquelle l’homme n’aurait pas du tout le rôle qu’il s’est attribué (destruction, domination, prédation, exploitation, etc.). Sa responsabilité dans la gestion de la Terre et de ses habitants est écrasante, ce que nous pouvons constater aujourd’hui n’étant que la conséquence du principe d’action réaction qui régit le monde.

Tout est vivant, puisque tout est porteur de mémoire, donc de conscience. Nous avons, en chacun de nos atomes, la mémoire des particules du début de l’univers...

Lorsqu’une structure se défait, par déformation ou disparition totale, l’information reste disponible dans un champ de forme immatériel magnétique. Le mort se retrouve avec la mémoire de sa vie dans une forme immatérielle.

Ces champs de mémoire sont néguentropiques, c’est-à-dire qu’ils accroissent sans arrêt leur information. Ceci est à l’origine du temps, dont la perception est en effet variable en fonction de l’âge et de ce que le langage populaire appelle “le poids des ans”.

Parmi les sources d’information, nous trouvons :

- les pensées, les sentiments qui s’y rattachent.

- la respiration, qui nous fait partager l’information “des autres”.

- l’alimentation.

La tradition nous enseigne que nous devenons ce que nous mangeons et que manger est un acte d’amour.... Les repas devraient être pris dans le recueillement et le silence.

Consommer de plus en plus de viande nous entraîne inexorablement vers l’animalité avec les conséquences qu’on peut imaginer pour chacun. En outre, l’animal n’est plus respecté. Sa nourriture non conforme (farines animales) ne contient plus d'informations valables pour maintenir la vie. Il en est de même pour notre mère Nature dont est issue toute notre alimentation. Les scandales qui se succèdent de façon exponentielle - ne constituant que la partie immergée de l’iceberg - confirment chaque jour que nous sommes dans l’erreur à tous les niveaux.

La publication des “taux admissibles” de polluants chimiques acceptables par jour est un scandale... Cet amoncellement de pollution finit par provoquer des dégâts irréversibles au niveau de nos organismes qui, fragilisés ou déstabilisés, manifestent ainsi de plus en plus de troubles et de pathologies.

Les anomalies du terrain - qui se transmettent à la descendance - contribuent à l’affaiblissement et à la dégénérescence de l’espèce humaine.

Le “système de santé”, tel qu’il se présente aujourd’hui, est une entreprise extrêmement lucrative, il est bien rare que son but soit atteint, à savoir redonner la santé.

La biologie contemporaine ne s’intéressant qu’à la matière donc au corps physique, conduit la médecine de ce même corps physique dont l’inefficacité est proportionnelle à la rentabilité.

“On reconnait le degré de civilisation d’un peuple à la façon dont il traite ses animaux” disait Gandhi. Que la biologie base une partie de ses recherches sur l’expérimentation animale, pratique inutile, dangereuse, indigne d’une espèce qui se croit évoluée. Outre le fait que cette pratique est immorale, archaïque, elle est parfaitement anti-scientifique.

La maladie est une rupture de rythme qui se traduit par le mauvais fonctionnement d’un organe. Elle finit par affecter tout l’organisme et, faute de correction, aboutit à la mort.

À la lumière de la vision holistique de l’homme, la maladie affecte le corps physique, le corps énergétique et la conscience, c’est-à-dire l’ensemble du savoir et du programme de cet homme.

in “Nature et causes des maladies” de Jean Bousquet, CNRS.

Nature et causes des maladies...

Voir les commentaires

Dr. Lipton : L'impact de notre environnement et de notre état d'esprit sur notre santé

25 Avril 2014, 06:23am

Publié par pam

Voir les commentaires

Les jus qui guérissent

24 Mars 2014, 09:10am

Publié par Jean Marc Dupuis

Les jus qui guérissent

Vendredi 7 juin 2013 - par Jean-Marc Dupuis

Depuis vingt ans, une véritable folie s’est emparée du mouvement bio aux Etats-Unis mais, curieusement, elle n’a toujours pas vraiment traversé l’océan : la folie du « juicing ».

Le « juicing » vient du mot « juice », jus, et consiste tout simplement à fabriquer chez soi des jus frais à partir de légumes et fruits crus, consommés quotidiennement, voire plusieurs fois par jour pour les personnes cherchant à obtenir un effet particulier sur leur santé.

En effet, il ne s’agit pas seulement de se faire plaisir, bien que de nombreux cocktails soient absolument délicieux. Le but est également de guérir. Selon les spécialistes des jus, il existe des cocktails :

  • contre la migraine
  • pour un meilleur sommeil
  • contre les boutons
  • un « élixir de jeunesse »
  • contre les ballonnements
  • pour bien se préparer à déguster un copieux repas
  • pour se reminéraliser
  • etc…

Juste un exemple de cocktail tout simple que j’ai fait hier soir et que j’ai trouvé délicieux :

Mélanger deux pommes avec 1 grosse côte de céleri en branche. Il semblerait que cela favorise la détente et aide à mieux dormir. Le mélange est étonnamment bon.

Comment ça marche

Il y a trois raisons principales qui pourraient vous inciter à faire vous-même vos jus :

  1. Les jus vous aident à absorber plus de nutriments des légumes crus : c’est important car la plupart d’entre nous souffrons d’une digestion médiocre du fait de mauvais choix alimentaires depuis des années. Extraire le jus des légumes crus permet de casser les fibres et donc d’absorber plus facilement les précieux nutriments ;
  2. Le jus de légumes est un élément vivant qui possède beaucoup de vertus. Il a le mérite d’aider les muqueuses digestives à se reconstruire régulièrement, ce qui le rend intéressant et très utile en cas de colites, de gastrites et d’inflammations générales ; il contient tous les éléments nutritionnels des légumes sans les fibres insolubles qui sont les parties les plus dures mais avec des fibres solubles qui sont fermentées par nos bactéries et renforcent notre intestin.
  3. Les jus permettent de manger plus de légumes frais : beaucoup de personnes ont déjà du mal à tenir le rythme des 5 fruits et légumes par jour, alors qu’il en faudrait sans doute 8 ou 10, et surtout des légumes plutôt que des fruits. En buvant un verre de jus, vous apportez directement à votre corps ce qu’il y a de meilleur dans plusieurs légumes ;
  4. Varier vos légumes : beaucoup de personnes mangent les mêmes salades de légumes tous les jours, ce qui provoque de la lassitude. Or, il est très facile de faire des jus de légumes avec des légumes que vous ne consommez pas habituellement. C’est aussi une occasion de découvrir de nouveaux goûts avec des associations surprenantes, par exemple la pomme et le céleri branche.

Il s’agit d’un excellent moyen pour revitaliser l’organisme, car les jus possèdent une très grande concentration de principes nutritifs et d’éléments énergétiques.

Quels fruits et légumes

Les jus de fruits sont délicieux, et les mélanges fruits-légumes parfois plus encore grâce au petit goût amer ou acidulé apporté par le céleri, les épinards, les feuilles de choux…

Mais si vous êtes en surpoids, si vous avez de l’hypertension, du diabète, ou si vous avez un risque cardiaque, mieux vaut vous concentrer sur les jus de légumes bios, en particulier les légumes verts (plutôt que les jus de fruits qui sont riches en sucre).

Ce qui est étonnant est que vous pouvez faire des jus avec n’importe quel fruit et légume, à l’exception de la banane et de l’avocat qui ne peuvent que se mixer.

Il y a bien sûr le jus de tomate, les jus de carotte et de betterave rouge, mais ils sont très sucrés.

En fait, les grands classiques du « juicing » bio sont les feuilles de choux de toutes les sortes (blanc, rouge, vert, frisé), les brocolis, le céleri, les navets, les concombres, le fenouil, le persil, les endives, les courgettes, les poivrons jaunes, rouges et verts, les petits pois, les endives, l’ail et l’oignon (l’oignon en petite quantité car pas facile à digérer).

Vous pouvez presque systématiquement y ajouter un morceau de gingembre et un jus de citron ou de citron vert.

Pour améliorer encore le goût, n’hésitez pas à mettre une goutte de stévia, un édulcorant naturel qui a un petit goût de réglisse qui s’accommode très bien avec les jus de légumes.

Vous vous apercevrez que les combinaisons sont infinies, et que vous obtiendrez les goûts les plus variés, en général très plaisants. C’est donc une vraie aventure dans l’univers des goûts oubliés que vous vous offrez en faisant des jus, en plus d’un beau cadeau de nutriments pour votre corps.

L’organisation

Le problème du « juicing » est que cela demande de l’organisation car :

  1. il vous faut une machine spéciale pour tirer pleinement parti des végétaux
  2. le jus ne se conserve pas, et s’oxyde si vous ne le buvez pas immédiatement ; vous ne pouvez pas en fabriquer une fois par mois, puis le boire par petite portion.

Beaucoup de personnes utilisent, par mesure d’économie, une centrifugeuse, ce qui ne coûte que 50 euros en entrée de gamme, mais qui a le désavantage de ne pas extraire correctement tout le jus et la pulpe. Une partie de vos fruits et légumes se retrouvera alors dans la poubelle plutôt que dans votre verre.

Le seul outil vraiment performant pour faire des jus de légumes est l’extracteur.

Il est beaucoup plus cher (entre 250 et 350 euros) mais il récupère beaucoup plus de jus et de nutriments. La pulpe qui sort d’un extracteur est quasiment sèche, il n’y a rien de perdu. Par contre, le jus est plus pur qu’avec une centrifugeuse, qui laisse passer beaucoup de fibres.

L’extracteur a de plus l’avantage de conserver le jus pour la journée à l’abri de l’oxydation.

Il est toutefois essentiel de choisir un modèle simple, qui limitera au maximum le temps d’installation et de nettoyage, sans quoi vous ne vous en servirez pas. Si vous vivez seul(e) ou à deux, il existe des extracteurs manuels qui feront l’affaire. Ils sont aussi nettement plus accessibles (54 euros).

Dernier conseil pour la route

Commencez à faire vos jus avec des légumes que vous consommez habituellement. Le goût doit vous être agréable, sans provoquer de nausée. Il est très important d’écouter votre corps lorsque vous faites des jus. Buvez un verre au petit-déjeuner, et veillez à ne ressentir aucun malaise à l’estomac durant toute la matinée. Si votre estomac fait des bruits bizarres, c’est que vous ne supportez pas un ou plusieurs des légumes. En ce qui me concerne, je me suis aperçu que je ne pouvais pas boire beaucoup de jus de choux, ce qui est dommage car c’est très bon et les vertus anticancers sont prouvées.

Je reviendrai régulièrement dans Santé Nature Innovation sur des idées de cocktails de jus de légumes à explorer. C’est une source inépuisable d’amusement.

A votre santé !

JMD

Les jus qui guérissent

un petit rappel... utile !... enfin j'espère !!!

Je suis devenue adepte de l'extracteur de jus grâce à l'exemple de mon amie Yog'lavie, et depuis 6 mois il sert tous les jours... et je crois que chaque invité repart convaincu par les goûts subtils, la simplicité et la facilité d'utilisation, le choix ludique et infini de mélanges possibles.

Personnellement je me sens mieux et mon ventre aussi... et surtout je me régale !!

Alors invitez-vous pour tester à votre tour !

Voir les commentaires

Santé parfaite.

28 Février 2014, 07:43am

Publié par pam

La plupart des gens sont intimement convaincus que leur corps a un début et une fin bien définis, que la vie humaine commence comme cellule dans le sein de la mère et finie poussière retournant à la poussière. Croyances culturelles mais pas faits absolus. Le corps humain se crée et se recrée lui-même sans cesse, jour après jour. Chaque minute se produit en nous genèse et mort. Il n’est donc jamais trop tard pour commencer à se créer le corps qu’on souhaite au lieu de celui dont nous croyons faussement être affublés pour la vie.

Chaque inspiration est un acte créateur, l’air inspiré se transforme en un instant en “vous”.

Il aura traversé la frontière invisible séparant l’inanimé du vivant. En soixante secondes, ce même atome d’oxygène aura fait un tour complet de votre corps (15 secondes pendant un sport vigoureux). Notre responsabilité envers nous-mêmes est elle aussi créatrice. Nous avons été placé en ce monde pour mener à bien un projet qui équivaut à la construction d’un nouvel univers chaque jour. À chaque inspiration, nous répartissons dans tout notre corps une quantité astronomique d’atomes nouveaux. La raison pour laquelle nous ne sommes pas tous en parfaite santé, c’est que nous replaçons toujours aux mêmes endroits les nouveaux atomes. C’est une question de conscience, de la manière dont nous nous percevons nous-mêmes. Nous envoyons à notre corps des signaux qui renforcent les mêmes croyances anciennes, les mêmes peurs et souhaits qu’autrefois, les mêmes vieilles habitudes que celles d’hier et de la veille. C’est pourquoi nous sommes contraints de garder la même vieille dépouille.

SANTÉ PARFAITE. Dr Deepak CHOPRA. 1991. 2005 Presses du Châtelet.

Guérir, rajeunir et vivre heureux avec la médecine indienne.

Santé parfaite.

Voir les commentaires

Thérapies naturelles.

26 Février 2014, 07:21am

Publié par pam

Je reprends ici le classement d'Helena Bridge que je trouve clair.

Elles ont en commun de toutes reposer sur les principes suivants :

- Le corps humain est naturellement en mesure de se guérir et de se réguler.

- L’être humain n’est pas la somme de ses éléments, mais l’association subtile de son corps, de son esprit, de ses émotions,et chacun d'eux peut influer sur la santé.

- Les conditions sociales et environnementales ont autant d’importance sur la santé que l’individu.

- Il importe plus de traiter la source du problème que ses symptômes évidents. Traiter les symptômes peut masquer le problème, voire l’aggraver et amener la récidive.

- Les médecines naturelles traitent un patient, pas des symptômes ou des affections.

- La guérison se fait mieux et plus rapidement si l’individu assume la responsabilité de sa santé. Ce qui ne veut pas dire le blâmer de son état ou l’estimer puni de sa négligence. La santé ne tient pas à une guérison rapide, les ennuis de santé ne surviennent pas sans raison et s’intéresser aux causes enrichit l’individu.

Les thérapies physiques s’intéressent aux déséquilibres d’ordre mécanique et cherchent à les rectifier :

kinésithérapie, chiropractique, massothérapie, ostéopathie, yoga.

 

 

Les thérapies émotionnelles visent à rétablir les déséquilibres d’ordre émotif et mental, et à retrouver la paix intérieure : méditation, relaxation, remèdes floraux.

 

Les deux s’intéressent au patient dans sa globalité. 

 

Certaines thérapies naturelles (acupuncture, homéopathie, ayurveda) sont des systèmes de médecine. Elles visent à déplacer les énergies plutôt qu’à manipuler les jointures ou changer les attitudes.

Thérapies naturelles.

- MÉDITATION : concentration passive, peut permettre de calmer le système nerveux sympathique (responsable de notre réaction de fuite ou de combat). Il cherche à calmer notre instinct défensif, donc réduit notre taux d’adrénaline et détend les muscles. La méditation peut atténuer la douleur, corriger les sautes d’humeur, diminuer l’emploi de médicaments... En simplifiant, il faut s’asseoir confortablement, se concentrer sur un objet agréable à regarder et faire le vide dans son esprit. Certains s’aident en récitant un mantra, mot ou formule choisi afin de suggérer la paix et le calme : il doit interrompre votre dialogue intérieur et faire régner le silence.

- RELAXATION : peut atténuer les douleurs et réduire la consommation de médicaments. Devrait être aussi innée que la respiration, mais beaucoup de gens semblent incapables d’accomplir cette fonction pourtant vitale. Il faut s’engager à y consacrer un peu de temps chaque jour, s’engager face à soi-même à s’en donner les moyens (lieu approprié) sans se laisser distraire, s’assurer de disposer de l’énergie nécessaire (exige concentration et tranquillité), croire en son pouvoir de trouver le calme et l’équilibre, croire en son droit à se relaxer.

- REMÈDES FLORAUX : fabriqués à partir de certaines fleurs qu’on laisse infuser au soleil, puis qu’on conserve dans de l’alcool. Servent à traiter les perturbations émotionnelles sous-jacentes, non les symptômes. Aucune preuve scientifique, mais des résultats positifs.

Thérapies naturelles.

Les thérapies énergétiques : traitement de votre force vitale, emploi de la force vitale pour guérir. Fondées sur la présence de formes d’énergie très subtile à l’intérieur du corps, dont on affirme qu’il est possible de les canaliser afin de guérir telle ou telle affection.

L’idée d’employer le champ de force invisible qui entoure et infiltre le corps humain paraît bizarre à certains. Mais il y a d’autres formes d’énergies invisibles et pourtant familières (électricité, ondes radio, micro-ondes, magnétisme, rayons X, radiations, ultrasons...) dont se sert même la médecine conventionnelle. Les physiciens diront que nous ne sommes que l’aboutissement visible d’un large spectre d’énergie qui compte plusieurs formes invisibles. Bien avant la physique moderne, des orientaux avaient perçu la présence d’une telle force : prana en Inde, qi en Chine, chi au Japon. En Occident, on parle de vis medicatrix naturae (force guérisseuse de la nature) ou force vitale. Le concept reste le même : l’être humain n’est pas qu’une collection de substances chimiques, il est plus juste de dire qu’il est traversé par une énergie fondamentale qui anime tout et qui correspond à ce que nous appelons la vie.

Les thérapies énergétiques visent à retrouver l’aptitude innée du corps humain à se guérir seul, à ramener à sa puissance normale le courant de la force vitale, et de ce fait, à optimiser le potentiel de santé.

- L’ACUPUNCTURE : originaire de Chine où elle est pratiquée depuis 4 000 ans, essaimant en Extrême-Orient jusqu’à l’Occident. On l’emploie en association avec les herbes médicinales et le taux de réussite est relativement élevé (soulage la douleur à court et à long terme). Consiste à insérer de très fines aiguilles en certains des centaines de points situés le long des 12 méridiens qui acheminent l’énergie à travers le corps afin de stimuler l’énergie subtile qui l’anime. Les aiguilles servant à apaiser ou tonifier un point.

- LA MOXIBUSTION : variante traditionnelle : on se sert d’un moxa, branche d’armoise, en combustion pour attirer et chauffer l’énergie et la multiplier. Bons résultats sur les spasmes par ex. et sur les douleurs de dos.

La médecine traditionnelle chinoise y associe l’acupuncture et les herbes médicinales.

On pense que ces techniques aident l’organisme à produire davantage d’endorphines.

- L’ACUPRESSURE : fait appel à des pressions du bout des doigts exercées sur les points d’acupuncture. La variante la plus connue est le shiatsu (signifie pression des doigts en japonais). Le do-in allie des exercices physiques et respiratoires aux pressions des doigts. Comme en acupuncture, le praticien cherche à modifier le niveau de chi dans le corps. Ces techniques sont conseillées à titre préventif afin de maintenir l’harmonie intérieure et donc d’empêcher la formation d’ennuis ultérieurs. L’acupressure, le do-in, le shiatsu peuvent être pratiqués par le patient, sauf au niveau du dos !

- LA GUÉRISON SPIRITUELLE : désigne l’ensemble du processus de rétablissement ainsi que l’art de ceux qui y prennent part. Les médecins sont ou devraient être des guérisseurs.

Désigne aussi les thérapeutes qui soignent par imposition des mains ou en procédant par transfert d’énergie à distance par la seule force de l’esprit. Un guérisseur est un intermédiaire ou médium entre l’énergie universelle servant à la guérison et un individu qui souhaite guérir vers qui ils la canalisent. Les guérisseurs spirites croient que ce pouvoir leur a été conféré par une entité (dieu) ou un esprit. La guérison spirituelle peut aussi entraîner des changements psychiques : le patient fond en larmes ou sent une montée d’énergie ou éprouve l’impression de faire peau neuve.

Cette thérapie est la plus naturelle et la moins invasive.

- L’HOMÉOPATHIE : repose sur le principe que l’on combat le mal par le mal (Similia similibus curantur : les semblables sont soignés par les semblables) et favorise au maximum le potentiel de guérison du malade. Le remède consiste à administrer au patient une dilution dont les effets reproduisent les symptômes de la maladie à combattre, sous prétexte que cela amorcera la guérison naturelle. L’activité à dose homéopathique inverse celle qui se manifeste à forte dose. Les hautes dilutions font disparaître les molécules du produit, on parle de mémoire de l’eau, sujet controversé et faisant l’objet de nombreuses recherches qui pourtant peu à peu justifient leur action et accorde un crédit scientifique à une technique longtemps décriée et considérée comme un placebo ce que des études récentes ont infirmer. Il reste à élucider le mystère de l’infinitésimal. Cela a eu le mérite de faire émerger le concept de “terrain”.

Il faut des années de formation pour trouver le bon remède à chaque patient.

- LA MAGNÉTOTHÉRAPIE : utilisation d’aimants ou envoie d’un courant magnétique à l’intérieur du corps, ce qui est censé favoriser la relaxation musculaire, dynamiser l’irrigation sanguine, atténuer l’inflammation et susciter la régénération. Contribue à soulager sciatique, lumbago, douleurs articulaires, cervicales, rhumatismales, meurtrissures, tendinite, fibrosite.

- LA RÉFLEXOLOGIE : massage des pieds. Fondée sur le précepte voulant que des courants d’énergie circulent à travers le corps, liant les organes vitaux à certains points de réflexe précis. La plante de chaque pied est divisée en zones correspondant aux divers organes. Chaque pression douloureuse signifie un problème dans la région du corps concernée. On appuie progressivement et l’organe concerné peut réagir. La circulation sanguine est activée, ce qui est bon pour la plupart des fonction vitales.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>